USF Libraries
USF Digital Collections

Un mandat, deux politiques

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Un mandat, deux politiques les effets de l'inégalité de la politique mandataire française en Syrie et au Liban
Physical Description:
Book
Language:
French
Creator:
Ellis, Catherine Glenn
Publisher:
University of South Florida
Place of Publication:
Tampa, Fla.
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
France
Middle East
foreign policy
League of Nations
interwar period
Dissertations, Academic -- French -- Masters -- USF   ( lcsh )
Genre:
government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
bibliography   ( marcgt )
theses   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Summary:
ABSTRACT: In the early years of the twentieth century, the Ottoman Empire began to crumble due to external wars and internal rebellions dating from about 1908. Due to European influence at the end of the First World War, the Ottoman Empire lost much of its territory in 1919, including Palestine and Syria, comprised of modern-day Syria, Lebanon, Israel, Jordan, and Iraq. The European powers incited rebellion among the Middle Eastern peoples to the end of aiding their cause in the portions of the war fought in the Middle East. In return, they promised the Arabs independent nations; in the Treaty of Versailles, the regions were indeed freed from Ottoman rule. The European Allies, however, considered it their responsibility to guide these fledgling independent states; aided by the conclusions of the secretive Sykes-Picot Agreement, as well as preexisting assumptions of the inadequacies of the newly-formed nations to effectively self-rule, the League of Nations decided to create a mandatory system, dividing the regions between Britain and France. Syria and Lebanon fell under French control, and despite the outward appearance of good intentions on the part of the French and British, they were quite imperious in their role as mandatory powers. The Europeans, under the guidance of Sir Mark Sykes of Britain and Georges Picot of France, carved the region into nations that did little to reflect the ethnic and cultural divisions of the region. Dissenters from the Arab world were quickly dealt with, as in the case of Faysal, who argued for the unity and independence of Syria and Lebanon; he eventually lost and was forced to leave Syria, but became the first king of Iraq under British mandate. Popular opinion in Europe tended towards the idea of Arab nations being less civilized, and many nations were more concerned with the status of Germany than with developing an unprejudiced policy towards the Arab nations. Thus those in control of the mandate quickly fell back on old assumptions and past experiences with the region. In this way, inequalities developed that would prove to have a profound impact on regional politics.
Thesis:
Thesis (M.A.)--University of South Florida, 2004.
Bibliography:
Includes bibliographical references.
System Details:
System requirements: World Wide Web browser and PDF reader.
System Details:
Mode of access: World Wide Web.
Statement of Responsibility:
by Catherine Glenn Ellis.
General Note:
Title from PDF of title page.
General Note:
Document formatted into pages; contains 66 pages.

Record Information

Source Institution:
University of South Florida Library
Holding Location:
University of South Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 55732429
notis - AJR1190
usfldc doi - E14-SFE0000337
usfldc handle - e14.337
System ID:
SFS0025032:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8 standalone no
record xmlns http:www.loc.govMARC21slim xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.loc.govstandardsmarcxmlschemaMARC21slim.xsd
leader nam 2200421Ka 4500
controlfield tag 006 m d s
007 cr bn
008 040524s2004 flu sbm s000|0 fre d
datafield ind1 8 ind2 024
subfield code a E14-SFE0000337
035
(OCoLC)55732429
9
AJR1190
b SE
040
FHM
c FHM
090
PQ101
1 100
Ellis, Catherine Glenn.
0 245
Un mandat, deux politiques
h [electronic resource] :
les effets de l'ingalit de la politique mandataire franaise en Syrie et au Liban /
by Catherine Glenn Ellis.
260
[Tampa, Fla.] :
University of South Florida,
2004.
502
Thesis (M.A.)--University of South Florida, 2004.
504
Includes bibliographical references.
516
Text (Electronic thesis) in PDF format.
538
System requirements: World Wide Web browser and PDF reader.
Mode of access: World Wide Web.
500
Title from PDF of title page.
Document formatted into pages; contains 66 pages.
520
ABSTRACT: In the early years of the twentieth century, the Ottoman Empire began to crumble due to external wars and internal rebellions dating from about 1908. Due to European influence at the end of the First World War, the Ottoman Empire lost much of its territory in 1919, including Palestine and Syria, comprised of modern-day Syria, Lebanon, Israel, Jordan, and Iraq. The European powers incited rebellion among the Middle Eastern peoples to the end of aiding their cause in the portions of the war fought in the Middle East. In return, they promised the Arabs independent nations; in the Treaty of Versailles, the regions were indeed freed from Ottoman rule. The European Allies, however, considered it their responsibility to guide these fledgling independent states; aided by the conclusions of the secretive Sykes-Picot Agreement, as well as preexisting assumptions of the inadequacies of the newly-formed nations to effectively self-rule, the League of Nations decided to create a mandatory system, dividing the regions between Britain and France. Syria and Lebanon fell under French control, and despite the outward appearance of good intentions on the part of the French and British, they were quite imperious in their role as mandatory powers. The Europeans, under the guidance of Sir Mark Sykes of Britain and Georges Picot of France, carved the region into nations that did little to reflect the ethnic and cultural divisions of the region. Dissenters from the Arab world were quickly dealt with, as in the case of Faysal, who argued for the unity and independence of Syria and Lebanon; he eventually lost and was forced to leave Syria, but became the first king of Iraq under British mandate. Popular opinion in Europe tended towards the idea of Arab nations being less civilized, and many nations were more concerned with the status of Germany than with developing an unprejudiced policy towards the Arab nations. Thus those in control of the mandate quickly fell back on old assumptions and past experiences with the region. In this way, inequalities developed that would prove to have a profound impact on regional politics.
590
Adviser: Scruggs, Eugene
653
France.
Middle East.
foreign policy.
League of Nations.
interwar period.
690
Dissertations, Academic
z USF
x French
Masters.
773
t USF Electronic Theses and Dissertations.
949
FTS
SFERS
ETD
PQ101 (ONLINE)
nkt 6/14/04
4 856
u http://digital.lib.usf.edu/?e14.337



PAGE 1

Un mandat, deux politiques : Les effets de l’ingalit de la politique mandataire franaise en Syrie et au Liban by Catherine Glenn Ellis A thesis submitted in partial fulfillment of the requirements for the degree of Master of Arts Department of World Language Education College of Arts and Sciences University of South Florida Major Professor: C. Eugene Scruggs Ph.D. Roberta Tucker, Ph.D. Earl Conteh-Morgan, Ph.D. Date of Approval: 31 March 2004 Keywords: france, middle east, fore ign policy, league of nations, interwar period Copyright 2004 Catherine Glenn Ellis

PAGE 2

Pour toi, mon amour, afin d’y tre

PAGE 3

i Table of Contents Abstract iii Une vue d’ensemble de l’ histoire syro-libanaise jusqu’ la fin de la Deuxime Guerre mondiale 1 Comment dcrire le Levant 5 La terre levantine 7 Les peuples 11 L’histoire de la Syrie et du Liban jusqu’au 20e sicle 13 L’Empire Ottoman 14 Histoire de la Syrie et du Li ban pendant la Premire Guerre mondiale 20 Histoire de la rgion aprs la Premire Guerre mondiale : La France obtient le contrle mandataire de la rgion 22 Sykes-Picot 23 Le mandat 24 Une anne, deux traits: un moment dcisif du mandat franais 26 L’intensification de la situation 27 La cration du trait syrien 30 La cration du trait libanais 37 Le trait libanais : ses similarits et ses diffrences 38 Pourquoi donc un trait 43 Les ramifications cls 44 Et puis : La prsence franaise persiste en forme de pouvoir mandataire, et en forme indpendant 45 Conclusions : Le traitement prfr entiel franais vers le Liban 46 La diplomatie des poques avant le mandat 47 La raction des Franais 48 Pourquoi il y avait cette prfrence 49 La gographie et la division de la population 49 Les effets de ce traitement ingal 50 L’avenir 51 Notes 53

PAGE 4

ii References 55 Bibliography 56

PAGE 5

iii Un mandat, deux politiques: Les effets de l’ingalit de la politique mandataire franaise en Syrie et au Liban Catherine Glenn Ellis ABSTRACT In the early years of the twenti eth century, the Ottoman Empire began to crumble due to external wa rs and internal rebellions dating from about 1908. Due to European in fluence at the end of the First World War, the Ottoman Empire lost much of its territory in 1919, including Palestine and Syria, co mprised of modern-day Syria, Lebanon, Israel, Jordan, and Iraq The European powers incited rebellion among the Middle Eastern peop les to the end of aiding their cause in the portions of the war fo ught in the Middle East. In return, they promised the Arabs independ ent nations; in the Treaty of Versailles, the regions were ind eed freed from Ottoman rule. The European Allies, however, considered it their responsibility to guide these fledgling independent states; aided by the conclusions of the secretive Sykes-Picot Agreement, as well as preexisting assumptions of the inadequacies of the newly-fo rmed nations to effectively self-

PAGE 6

iv rule, the League of Nations decide d to create a mandatory system, dividing the regions between Britain and France. Syria and Lebanon fell under French control, and despite the outward appearance of good intentio ns on the part of the French and British, they were quite imperious in their role as mandatory powers. The Europeans, under the guidance of Sir Mark Sykes of Britain and Georges Picot of France, carved the re gion into nations that did little to reflect the ethnic and cultural divisi ons of the region. Dissenters from the Arab world were quickly dealt wi th, as in the case of Faysal, who argued for the unity and independence of Syria and Lebanon; he eventually lost and was forced to le ave Syria, but became the first king of Iraq under British mandate. Po pular opinion in Europe tended towards the idea of Arab nations be ing less civilized, and many nations were more concerned with the status of Germany than with developing an unprejudiced policy towards the Arab nations. Thus those in control of the mandate quickly fell back on old assumptions and past experiences with the region. In this way, inequalities developed that would prove to have a profound impact on regional politics.

PAGE 7

1 Une vue d’ensemble de l’ histoire syro-libanaise jusqu’ la fin de la De uxime Guerre mondiale C’tait pendant l’re des croisade s que la France est entre au Levant. Juste la fin du onzime sicle, les Europens ont commenc les croisades contre le Proche-Orient afin de rclamer les sites sacrs pour le christianisme. En 1099, le s influences europennes ont pris l’ouest de la Syrie ; l’influence eu ropenne directe n’a pas dur trs longtemps, mais on voit ici le dbut des rapports modernes entre l’Europe et le Levant. Bien que la Syrie faisait partie depuis 1099 d’autres empires, les Franais ont continu rgner dans des parties du pays, et ce n’tait qu’environ 1300 qu’on a chass tous les croiss de la rgion. En 1191, la troisime croisade a pris le contrle d’Acre, un port trs important, et au Moyen Age les Templiers ont rgn sur la rgion pendant environ cent ans.1 Pendant ces sicles, et continuant pendant l’Empire Ottoman, la France a exerc de l’influence sur la Syrie et le Liban. Elle a donn de l’aide financire la rgion, et s’est range du ct de l’un ou l’autre groupe des habitants. Mme aprs l’ouverture du canal Suez et la dimi nution en importance de la Syrie, elle a continu s’y intresser.

PAGE 8

2 C’tait cause de cette prsence franaise au Levant que l’on trouve maintenant de la tension et de la division entre la Syrie et le Liban. Plus de chrtiens, les Maronites, ont habit prs de la mer, au Liban, et aussi c’tait bien plus fa cile communiquer avec ces gens-ci. Les Libanais se rvoltaient moins, d’ habitude, que les Syriens. Il n’y a pas beaucoup d’historiens qui ont tr ait le sujet du dsaccord que la France a cr entre la Syrie et le Liba n, mais c’est assez facile voir le rle que la France a jou dans cette division. C’tait elle qui a divis, contre le dsir de la plupart des habi tants, en particulier les arabes, la rgion en deux pays, qui a trait comme diffrent ces deux pays, qui a mme crit deux traits d’alliance avec la rgion, et qui n’a pas accord l’indpendance aux deux pa ys en mme temps. Avec deux pays si proches, on a d tre plus gale dans le traitement, ou il y aurait des consquences politiques srieuses. Les deux traits que la France a rdigs avec la Syrie et le Liban en 1936 exemplifient bien la diffrence entre le traitement frana is des deux pays et ses effets. ************************ ***************** Toute seule, sous les cdres anci ens du Liban, le parfum de leurs rameaux embaumant l’air, la terre ne chuchote jamais de la violence qui a si souvent menac la destruction d’un peuple et d’un pays. Qu’on

PAGE 9

3 randonne dans les montagnes de la Syrie, chemine sur ses plaines, ou traverse ses dserts vastes, on ne souponne pas l’agitation qui y trouble la paix. Il y a cependant to ujours un courant sous-jacent, ce qui fait allusion l’histoire tumu ltueuse de ces pays. Deux guerres civiles au Liban, l’effusion de sang en masse, les perturbations politiques presque incessantes, et la lutte ternelle pour l’autodtermination : tout ce conf lit contribue l’atmosphre de l’instabilit politique et des dispos itions ngatives envers le monde extrieur qui tche d’intervenir, et la notion dans l’Ouest que le monde arabe soit moins civilis, mo ins avanc que l’Europe et les tats-Unis. En vrit, on n’a qu ’ passer en revue la politique trangre de l’Ouest envers les pays arabes pour en devenir inform : on y trouve un raz-de-mare de guerres, d’interventions, et de mesures visant crer un climat de paix entre tats. En plus, quelques-uns commencent croire qu’il faut y inculquer un systme dmocratique du gouvernement, qu’il faut faire natre chez les Arabes une vision du monde semblable celle de l’Ouest, afin de rsoudre la discorde et les dissensions civiles du Moyen-Orient. Il est trop vident que cette imposition est indsirable, que l’adoption de la dmocratie, l’enfant du monde occidental, ne pou rrait jamais russir si celle-ci soit force au monde arabe, sans clause de sortie, car chaque pays arabe pourrait repenser une histoire pl us longue que la ntre de manire

PAGE 10

4 exponentielle. Vain que ce soit calmer le Sturm und Drang du Moyen-Orient, cela sert montrer que la crise arabe n’existe pas seulement au Moyen-Orient, mais au monde entier, et montrer un exemple typique de la politique dfectueuse de l’Ouest envers le monde arabe l’re postrieure la rvolution industrielle. Aujourd’hui, afin de sembler politiquement correct, il faut rejeter toute la responsabilit du problme arabe—le problme des diffrends nombreux sur une question de fronti res, des incidents qui y ont lieu, des troubles civiles dans presque chaque pays arabe, en plus d’un certain autoloignement de tout le reste du monde, et le dclin de l’influence et de la direction arabe du monde face l’gotisme et la puissance qui sont en plein essor l’Ouest—sur le monde occidental : les Europens et les Amricains. Ce sentiment gnral, dj fort dans le monde arabe, semble acqurir une popularit de plus en plus grande dans l’Ouest, en dpit d’une vague passagre de patriotisme aux tats-Unis aprs les actes de terrorisme de 2001. Les gens des pays de l’Europe, par exemple, la France, o habitent des multitudes d’expatris arabes, adhrent le pl us souvent cette ide du white man’s burden , de la responsabilit occidentale dans le monde arabe, un monde regard comme en dsordre, grce l’influence de l’Ouest. Nier quelque culpabilit, c’est fou, et de plus, inutile, mais c’est bien possible que le mea-culpa de l’Oues t soit trop zl, ou bien, trop

PAGE 11

5 simple pour qu’il dure. vrai dire le problme qu’on rencontre est bien plus complexe ; on trouve que la simplification ex cessive, suivant le thorie d’Occam, nous conduit une fausse dduction. Les longues discussions qui portent sur le probl me arabe amnent conclure que la faute se situe nombreux niveau x : la terre arabe elle-mme ; les peuples arabes et leurs habitudes de vie, de mtier, et de religion sous des empires divers, qui ont permis l’Ouest diviser pour mieux rgner ; le dsir arabe d’une destin e autodtermine ; et la conduite intresse et condescendante de l’Oues t. On va considrer ici ces deux premiers ; les deux autres s’incorporeront plus tard. Comment dcrire le Levant Rien de la Syrie et du Liban n’est facile comprendre, y inclus ces noms eux-mmes. Chacun, la S yrie et le Liban , s’est fait usage pour identifier un tat-nation des temps modernes, mais chacun pourrait aussi vouloir dire plusieurs autres conceptualisations de territoire ; au dbut d’une tude, il fa ut donc prciser les dfinitions de ces noms. On trouve vite que le terme le plus gnral est le Levant , ce qui veut dire la terre qui se trouve l’est de l’Europe, et particulirement celle de la Mditerrane orientale. Le mot Levant est un synonyme de Proche-Orien t et de Moyen-Orient .

PAGE 12

6 C’est les Grecs, qui, aprs la divi sion en trois parties de l’empire d’Alexandre le Grand sa mort en 323 av J.-C., a reu la Syrie (et donc la ville d’Antioche, ce qui es t devenue bien clbre) dans la division a diffus la culture, ce qui a permis aux Grecs a entrer dans la rgion afin de rgner.2 Ils ont t les premiers utiliser le nom la Syrie ; d’poque en poque, ce terme signifie quelque chose de diffrente, et souvent un territoir e qui ne se conforme pas aux frontires de la Syrie actuelle : le terme peut tre employ dcrire la rgion entire de la Syrie, le Liban, et la Jordanie, ou bien, la Syrie et le Liban, ou encore, la Syrie et la Transjordanie, entit politique d’aprs la Deuxime Guerre mondiale. La Grande Syrie , par contraste, inclut la Syrie, le Liban, et la Palestine. Celle-ci existait juste avant le mandat franais ; c’tai t en mars 1920 que Faysal y tait proclam roi par les nationalistes arab es qui voulait que la rgion reste unifie, et en avril, on plaait la Syrie sous mandat franais, grce l’ordonnance de la Socit des Nations.3 On pourrait donc utiliser un tel terme que Syro-Palestine pour designer le Levant, c’est dire, de nos jours, la Syrie, le Liban, la Jordanie, et l’Isral, mais cette mthode de nomenclature est inutileme nt complexe et longue. Il nous suffit de savoir qu’avant les complexits des perturbations politiques de la Premire Guerre mondiale, la rgion qui nous intresse s’appelait la Syrie ; il n’y avait pas de ligne de dmarcation dfinie. Pendant que

PAGE 13

7 j’cris ici de la priode avant le ma ndat franais, j’utiliserai le terme Syrie pour indiquer la rgion de terre qui inclut et la Syrie ellemme et le Liban, ainsi que deux ou trois autres pays. Pour la priode aprs le mandat, j’utiliserai ce m me terme pour dcrire une rgion qui se compose plus ou moins de la Syrie actuelle. Le terme Liban s’utilise pour dcrire la rpublique actuelle, mais on trouve des variantes de ce mot, y inclus le Grand-Liban et Mont Liban, qu’il nous faudra dfinir. Le 21 septembre 1920, on a cr le Grand-Liban, l’incarnation du Liban pendant le mandat franais. C’est ce mme territoire qui deviendrait le Liban actuel, sous la constitution de 1926.4 Le Mont Liban, ou en arabe, Jabal Lubnan, est une montagne et une division administrative. C’est l o habitent les Druzes, qui considrent leur foi co mme nouvelle interprtation des trois grandes religions monothistes : le christianisme, le judasme, et l’islam. C’est une entit religieuse et politique assez spare, laquelle on fera souvent rfrence. La terre levantine Pendant la longue dure de son histoire, les irrgularits gographiques de la Syrie ont dict la division de sa population, et, d’ailleurs, son histoire elle-mme. En regardant une carte

PAGE 14

8 topographique de la rgion, on remarque qu’elle se divise en des bandes troites de formations : la cte, deux chanes de montagnes avec une valle entre les deux, la plaine, et le dsert. On pourrait dire que chacune de ses formations se compose de nombreux attributs spcifiques, non seulement quelques caractristiques relativement simples, mme banales, par exempl e, le genre de personne qui y habite, son mtier, et les mthodes de transport et de voyage qu’il utilise, mais aussi des qualits plus complexes, telles que sa religion et la ferveur de sa pratique, son opinion sur les coutumes et les mœurs sociales appropries, et son attitu de plus ou moins chaleureuse—ou bien, plus ou moins hostile—envers l’ Europe et envers l’Ouest. Cette individualit des rgions levantines, d’ o leur divisibilit, a du bon et du mauvais, particulirement l’gar d du sort de la terre qui, tout entire, s’appelait autrefois la Syrie. Contigu la cte de la mer M diterrane, la rgion ctire se compose d’une longue plaine. Pres que toute la pluie qui tombe sur cette terre vient de l’ocan Atlantique ; la plupart se distribue donc ici, au littoral, quoique bien plus de pluie tombe avant qu’elle n’arrive cette cte orientale de la mer Mdi terrane. D’avril octobre, il y a trs peu de pluie, et d’habitude, pas une goutte en t. Ici on trouvait jusqu’ environ cent ans, des ge ns assez accoutums la vie europenne. On y tait demi smite, et encore, demi europen. Depuis

PAGE 15

9 trs longtemps ils ont fait le co mmerce avec les pays occidentaux, mme avant l’poque babylonien ; spars du reste des pays arabes et mme de leur propre pays grce deux chanes de montagnes trs difficiles traverser, ils ressentaient souvent plus d’affinit l’Europe, (dont on n’tait spar que par une mer assez facile naviguer) qu’avec leurs concitoyens. C’est ici qu ’on trouvait le premier groupe de villes, parmi lesquelles sont Tripoli, Beyrouth, Tyre, et Acre, dans une ligne verticale du nord au sud. Se dressant en pente raide de la belle cte, les montagnes imposantes contrastent vivement avec la plaine ctire. Ce sont les montagnes occidentales de la rgion ; du nord au sud, la chane s’appelle l’Amanus, le Liban, la Galil e, la Samarie, et la Jude ; au bout, elle baisse dans la plaine de Beersheba. Dans cette rgion trs montagneuse habitaient des fermiers et des bergers, souvent membres de tribus, qui alternaient entre le commerce avec les peuples de la cte et des raids sur leur territoire.5 Juste l’est de cette premire chane de montagnes, et avant qu’on arrive l’autre, il y a le grab en, une valle trs troite et trs profonde, bien plus qu’une simple crevasse. C’est l’est de cette valle, et en partie dans la deuxime chane de montagnes, la chane orientale, qu’on trouve aujourd’hui la frontire commune du Liban et de la Syrie. Ce graben descend de la valle Oronte (en arabe, al-

PAGE 16

10 Assi ) ; il s’appelle Beqaa au sud de Homs, une grande ville de Syrie. Un peu plus au sud, ce foss tectoniq ue devient le Ghor ; il contient le lac de Tibriade (qui s’appelle aussi la mer de Galile), le Jourdain ( Nahr al-Urdunn ), et la mer Morte ( Bahr Lut ), o le graben se situe 397 m au-dessous du niveau de la Mditerrane. Au golfe d’Aqaba, cette rgion dprime se joigne la mer Rouge. La deuxime chane de mo ntagnes commence son ascension juste au sud de Homs ; l, elle s’appelle l’Anti-Liban et contient Mont Hermon ( Haramun/Jabal ech Cheikh ) et le Talat Musa, le point culminant de l’Anti-Liban. Plus au sud, elle devient le djebel Ajloun, (le Galaad de la Bible), et de Kerok Ptra, le Shera ; au temps de l’Ancien Testament, c’tait cette rgion-ci qui s’appelait les pays de Moab et d’dom. On trouvait encore des fermiers et des bergers, mais presque tous de ceux-ci taient des membres de tribus ; ils taient aussi plus militaires, puisqu’il leur fa llait dfendre leur propre territoire contre les tribus nomadiques du dsert.6 Les montagnes orientales s’aplanissent progressivement pour devenir la plaine, le grand espace de champs habitables. La majorit des habitants de la plaine taient des fermiers qui ont cultiv des crales, mais il y avait aussi de nombreuses caravanes et autres voyageurs qui s’y sont achemins.7 C’est une bande de terre bien

PAGE 17

11 troite, environ trente miles de large, mais c’est ici qu’on trouve l’autre ligne verticale des villes, qu i inclut Homs, Damas, et Amman. De cette plaine jusqu’au golfe Pers ique, le dsert se trouve enfin, compos des steppes. Dans cette rgion, par manque de pluie, l’agriculture est impraticable, et une rsidence fixe tait presque impossible. De temps en temps, une pl uie trs forte arrive au dsert et tout devient de la verdure, mais c’ est une occurrence assez rare. On y trouvait des nomades arabes et musulmans, qui faisaient souvent l’levage de btail, et qui taient presque sans contact avec les pays europens. Ils faisaient le co mmerce parmi eux, et ils ne s’intressaient pas beaucoup l’Europe. Il y avait l une certaine mfiance naturelle des Europens et des autres gens non arabes. Le gouvernement le trouvait bien diffi cile contrler ces Bdouins et leurs attaques contres les villageois, sauf qu’ils venaient pour habiter eux-mmes en ville, ce qui se passait parfois.8 Les peuples En voyageant donc des frontires occidentales de la rgion syrolibanaise ses frontires oriental es, on constatait une progression graduelle des habitants. l’ouest, il y avait des gens plus ou moins comme les Europens : des Catholiques assez nombreux qui

PAGE 18

12 s’appelaient les Maronites, et beaucoup de gens qui parlaient franais et d’autres langues occidentales ainsi que ceux qui parlaient arabe. Beaucoup d’immigrs s’y trouvaient. Il y avait une longue histoire de commerce et de rapports entre cette rgion et les autres pays mditerranens, et les gens des villes la cte du Liban taient souvent trs riches, grce au commerce et l’agriculture.9 Dans les montagnes, il y avait quelques villages, assez petits, mais rien de trs grand. Les gens l taient un mla nge, une combinaison de ceux qui habitaient la cte et ceux qui ha bitaient le dsert. l’est encore, c’tait tout fait diffrent. La plupart des habitants l ne parlait qu’arabe, et on y trouvait une mode de vie de plus en plus nomadique pendant qu’on continuait l’est. Ceux-ci taient les gens vraiment arabes, plus fiers de l’hritage arabe de la rgion, qui restaient fidles aux causes arabes. Ces gens-ci taient bien diffrents gntiquement du peuple de la cte, qui avait du sang europen. C’est donc bien les montagnes qui ont divise la Syrie et le Liban, et qui ont pouss l’ouest et le Liban envers l’Europe, et qui ont protg l’est et la Syrie de l’influence occidentale. Ces montagnes ont beaucoup influenc le destin de la rgion. Il est bien vident que le Levant est une rgion trs diverse : les formations de terre, les genres de gens, leurs religions, leurs mtiers. Aujourd’hui, elle est presque aussi diverse qu’il y a des milliers

PAGE 19

13 d’annes. un moment quelconque, les Syriens et les Libanais semblent prosprer grce cette di versit, et un autre, ils se fractionnent cause de cette mme diversit. On pourrait croire que la terre a trahi les Arabes : les dissensions qu’elle a causes, la discorde, les guerres civiles. Cependant, il faut commencer l’histoire de cette rgion avant que ces troubles aien t dchir les pays, avant que la Syrie et le Liban se soient affranchis de la tutelle franaise en 1946 (la Syrie) et en 1943 (le Liban), mme avant que la succession d’empires ait commenc l’annexion de ce territoir e. Au dbut de l’histoire crite de la Syrie et du Liban, ces pa ys n’taient qu’une rgion bien convoite par les autres pouvoi rs : le carrefour du monde. L’histoire de la Syrie et du Liban jusqu’au 20e sicle Grce la position de l’tendu e qui s’appelait la Syrie, comme carrefour des routes des caravanes, il lui fallait supporter un vritable cortge d’empires qui ont prtendu y rgner. Il y a des milliers d’annes, le territoire dont se comp osent aujourd’hui la Syrie et le Liban a t cependant habit par des tribus de nomades. Certes, la Syrie tait l’un des premires civ ilisations du monde ; pendant la prhistoire, les ges du bronze, et l’g e du fer, c’tait trs prs d’ici o le Levant fut le berceau de la civilisation.

PAGE 20

14 Comme carrefour du monde, ds que les tribus et les nations du monde ont gagn assez de pouvoir le faire, on a commenc attaquer et assaillir la rgion, tout en essayant de le contrler et si c’tait possible, de l’annexer. La S yrie a donc fait partie de nombreux grands empires du monde, y inclus l’Empire Assyrien de Ninive (859612 av. J.-C.), l’Empire Chalden de Babylone (612-538 av. J.-C.), l’Empire Perse (535-330 av. J.-C.), les Empires Hellnistiques, c’est-dire les Grecs et les Romain s, et l’Empire Byzantine.10 Apres ces empires plus ou moins occidentaux sont venus des envahisseurs de beaucoup plus proche, souvent eux-mmes arabes, ou bien, turques. Les Mamelouks sont parmi les tat s arabes et islamiques qui ont contrl la Syrie pendant cette p oque, du septime sicle jusqu' 1516.11 Pendant ce temps, la rgion sy rienne n’tait pas l’apoge de son pouvoir, mais elle restait assez importante justifier l’intrt d’un grand pouvoir, un grand empire, de plus : l’Empire Ottoman (15161918). L’Empire Ottoman Or, en 1516 l’Empire Ottoman a conquis la rgion de la Syrie et du Liban, et l’a annexe. Et le pouv oir qui contrlait la Syrie l’poque de la conqute et l’Empire Ottoma n tait Turc, mais part cela, les

PAGE 21

15 deux taient bien diffrents. Sous l’ Empire Ottoman, la rgion faisait partie d’un empire mondial, riche, avec beaucoup de puissance. Cet empire a respect la culture arabe ; on a t permis parler arabe et continuer vivre comme avant. Il n’y avait pas, sous cet empire, des tentatives de turquisation, et on n’a donc pas protest contre les Ottomans et leur autorit dans la rgion, ce qui a dur quatre cent ans. C’tait une situation assez agrab le aux habitants de la Syrie et le Liban, mme en dpit du dclin qui tait en effet pendant les trois premiers sicles sous cet empire. On pourrait faire le commerce avec tout un empire, et grce sa position sur la cte de la mer Mditerrane, la Syrie est devenue lien entre l’Empire Ottoman et l’Europe. Les villes de la Syrie ont bi en prospr sous le gouvernement dcentralis des Ottomans. Chaque province avait un pacha, ce qui tait un homme de haut rang et d’assez haute fonction, mais quandmme dans ce systme imprialiste un fonctionnaire subalterne, et une force militaire, mais les chefs de s tribus et d’autres souverains locaux avaient encore beaucoup de pouvoir, en particulier hors des villes o les pachas ont habit.12 Tout le systme tait assez efficace ; mme au dbut du long dclin de l’Empire Ottoman, on s’est ajust pour en compenser. La rgion est devenue plus agricole, par exemple, mais les raids bdouins devenaient plus frquents, et les impts taient en hausse. Le conflit, et de nombreuses dissensions parmi les

PAGE 22

16 pachas, les souverains, les chefs des tribus et d’autres ont ajout aux problmes, et enfin l’gypte et Na polon, parmi d’autres, ont essay de conqurir la Syrie et l’annexer leurs propres territoires. Les forces gyptiennes ont t repousses en 1770, et celles de Napolon en 1799, mais on ne pouvait pas continuer une telle dfense : il y avait trop de tentatives de conqute, et on n’tait pas assez fort les repousser.13 L’intrt de Napolon pour la conqute d’autres pays, et en particulier pour la Syrie, a pouss les Europens vers le Levant et a incit le dveloppement et l’augmenta tion des activits franaises dans la rgion. Ces activits, cet em pitement europen, en plus des rformes ottomanes, ont dfinitive ment transform la socit syrolibanaise. Cette europanisation pr ofonde a t galement aide par l’occupation gyptienne : les Egypti ens ont encore une fois attaqu la Syrie ; en 1831, ils ont russi. Au dbut, les Syriens taient assez contents ; les rformes du dernie r sultan ottoman, Mahmoud II, ont europanis le paysage, ce que le s Syriens n’aimaient pas du tout, tant fiers de leur propre hritage Ils faisaient le commerce avec les Europens, mais ils ne voulaient pas devenir europens. Les Syriens taient cependant trs dus par ce nouvel empire gyptien. Le nouveau souverain gyptien, Ibrahim, qui tait lui-mme la tte des forces gyptiennes, a promulgu m me plus de rformes, y inclus un

PAGE 23

17 gouvernement centralis, de la taxa tion intensive mais rgulire et assez juste, un meilleur systme judi ciaire, plus d’coles, et plus de travaux publics gnraux, qu’a fait le sultan turc. Ses motivations taient moins pures que celles des Ottomans ; il voulait obtenir la Syrie pour en extraire des matires premires, le bois des cdres, par exemple. Il voulait rendre Syrie une colonie d’gypte. Il a donc unifi la rgion sous une administration cent rale assez forte, et il a pris tout le pouvoir des chefs et des souverai ns locaux. Ce qui tait peut-tre pire, il a commenc la conscription force dans l’arme, avec un minimum de quinze ans, sauf pour les Chrtiens. Les Syriens taient donc indigns cause de tout cela, dus et mme fchs, mais il y avait aussi des lments positifs du rgne d’Ibrahim. Sous son systme de gouvernance, des grou pes minoritaires religieux, les Chrtiens et les Juifs, ont t re prsents. Les travaux publics ont aussi t amliors : on y a introduit de nouvelles mthodes d’agriculture, beaucoup de terre a t dfriche et bonifie, et les rues ont t refaites. On a fait des plantations de plus d’arbres. L’exportation, elle aussi, se dveloppait.14 Bien que la Syrie ft l’poque sous le contrle d’gypte, l’europanisation continuait sa ns cesse. Les marchandises europennes continuaient tre importes, et ces mmes marchandises, par exemple le coton, ont fait concurrence dans le

PAGE 24

18 march mondial avec de semblables marchandises de la Syrie. Les villes de la Syrie, qui comptaient sur le commerce, affaiblissaient, et la population des villes a t bien rduite. Toute la Syrie a donc commenc rvolter contre Ibrahim et les gyptiens. Il y avait aussi une guerre civile entre les Maronites, aids par les Franais, et les Druzes, aids par les Anglais. Les Europens ont pouss les Ottomans diviser le Liban en deux parties, le nord aux Maronites et le sud aux Druzes, mais en 1845, encore de gue rre civile, et on est rentr au systme prcdent, mais les Ottoma ns ont favoris les Druzes. En mme temps, l’Angleterre, ainsi que d’autres pays, a utilis ces insurrections pour atteindre leur pr opre but, et en 1840, une force de Syriens, Anglais, Ottomans, et Autric hiens a vinc les gyptiens de la Syrie au moyen des rvoltes qui on t eu lieu dans la rgion, et en particulier au Liban. Apres, le rgne ottoman a t ramen au pouvoir. Les Ottomans ont tabli les rform es Tanzimat, qui creraient une administration centralise et abolirai ent des restrictions imposes sur les Chrtiens et les Juifs, ainsi qu e d’autres choses. L’empire en ce moment-l tait cependant trop faible les bien instituer. L’administration est donc revenue au systme prcdent, des chefs de tribus et souverains locaux.15 Puisque les Europens taient ceux qui ont aid la Syrie contre les Ottomans, et encore dans les gu erres civiles et les troubles au

PAGE 25

19 Liban, cet aide tait la porte ouve rte l’influence europenne. On a inond le march syrien avec des marchandises europennes, ce qui a largi la balance commerciale dficitaire. Les Syriens n’avaient rien faire ; on ne pourrait qu’utiliser la terre, ce qui apportait bien d’autres problmes. Aprs la Guerre de Crime (1854-56), la France a gagn des concessions conomiques en Syrie. C’tait la France qui avait la plupart de la dette syrienne, et elle se croyait lie la Syrie. Les forces militaires franaises avaient besoin d’entrer dans le Liban en 1860 pour rprimer des rvoltes, et en 1876, quand les Syriens ont essay d’crire une nouvelle constituti on, c’tait base sur un modle franais.16 Cette constitution n’a pas longtemps dur, mais c’est signifiant que les Syriens ont eux-m mes choisi cette affiliation, ainsi que les Franais. Les Franais ont aussi commenc moderniser la rgion ; la population augmentait, mais l’migration a continu avec une intensit croissante jusqu'en 1914. C’tait cependant aprs 1908 qu e les Syriens taient vraiment mcontents avec le rgne ottoman. En 1908 il y avait une rvolution cause du gouvernement de plus en plus centralis. La plupart des rvolutionnaires taient des Turcs plus ou moins aristocratiques, et les Jeunes-Turcs, un parti politique na tionaliste qui se composait des tudiants et des professionnels. La rvolution n’a pas transform la socit, mais elle a reflt un mala ise social qui grandissait. Chacun

PAGE 26

20 voulait le pouvoir, voulait tre ca life ou souverain ou quelque autre position.17 Il y avait donc beaucoup de conflit interne, souvent stimul par les Europens, qui a cr une ambiance bien hostile et tumultueuse, la rgion donc prte tre manipule par les Europens. Histoire de la Syrie et du Liban pendant la Premire Guerre mondiale Pendant la Premire Guerre mondiale (1914-18), les rapports entre la France, et vrai dire tous le s pays europens, et le Levant ont intensifi. L’Europe a vu que le Levant, et tout le Moyen-Orient, pourrait tre le facteur cl pendan t et aprs la guerre ; plusieurs batailles de la guerre ont eu lieu su r ce territoire. Les pays ont donc commenc des pourparlers avec plusie urs personnages cls, afin de se prparer pour n’importe quelle ven tualit. Les Anglais, par exemple, taient les grandes figures dans la correspondance clbre qu’on appelle la correspondance Husain-McM ahon, dans laquelle on a plus ou moins promis l’indpendance et l’uni t de la nation arabe . Bien sr, on est revenu sur l’accord, mais c’est cette correspondance laquelle les Arabes ont fait souv ent rfrence pour invoquer la promesse qu’on leur avait donne.18 Les Russes aussi s’intressaient la rgion, mais aprs peu de temps, il leur fallait concentrer sur des

PAGE 27

21 questions plus proches leur pays.19 On a aussi vu que l’Empire Ottoman tait en train de s’crouler pendant plusieurs annes ; c’tait un long dclin, mais au cours des annes depuis 1908, il tait bien vident que la fin de l’empire s’approchait. Il fallait donc dcider que faire avec le territoire qui avait appartenu aux Ottomans, et puisque les Europens avaient l’poque tant d’intrt aux pays du Levant, et on y avait tant d’argent investi, il semblait intelligent dcider parmi les pays d’Europe ce qu’on devait fa ire avec le territoire. On a donc cr une commission qui tudierait la rgion et dcider comment la partager entre l’Europe, puisqu’on a suppos qu’elle serait sous le contrle europen, et il ne fallait que la diviser. Cette commission se composait de Sir Mark Sykes, un An glais, et de Georges Picot, un Franais, et c’tait avec l’aide et les recommandations de ces deux hommes, enregistres dans l’Acco rd Sykes-Picot, qu’on a dcid comment diviser la rgion.

PAGE 28

22 Histoire de la rgion aprs la Premire Guerre mondiale : La France obtient le contrle mandataire de la rgion C’tait donc juste aprs la Premire Guerre mondiale que la France est devenue pouvoir mandataire, avec le contrle de la Syrie et du Liban. Pendant la guerre, il est devenu vident que l’Empire Ottoman tombait et qu’il faudrait d cider que faire avec la rgion. On croyait l’poque que le territoir e tait trop faible, en trop de dsordre, se gouverner, et on a donc dcid de diviser la rgion en tats, plus ou moins arbitrairement, qui seraient gouverns par les tats europens. On a donc envo y une commission pour tudier comment partager le territoire ; en 19 16, les Anglais et les Franais se sont mis d’accord pour accepter les conclusions de Sykes et Picot. Bien sr, les habitants de cette rgion n’avaient aucune ide que l’Europe tait en train de planifier des mandat s pour les contrler. C’tait bien une dernire poque d’imprialisme.

PAGE 29

23 Sykes-Picot Comme on a dj dit, l’Angleterre et la France ont utilis Mark Sykes et Georges Picot pour tudie r la rgion levantine et dcider comment la diviser, comment la pa rtager parmi les pays europens. Les gouvernements des deux pays on t donn assez d’autorit crer un accord qui resterait secret jusqu’au temps qu’on a dcid qu’on pourrait le rvler. Sykes et Picot ont conclu que la rgion qui inclut maintenant la Jordanie et l’Irak deva it appartenir l’Angleterre, et la rgion qui se compose maintenant du Liban et de la Syrie devait appartenir la France. La rgion tait divise comme a cause de l’histoire de la rgion et de la diplomatie europenne avec les pays. La France avait beaucoup investi en S yrie et au Liban, et l’Angleterre pourrait elle-mme nommer assez de raisons pour lesquelles elle devait contrler la rgion. On a donc arriv une telle dcision aprs beaucoup de considration et de po urparlers, et il semblait tre un accord auquel la France, l’Angleterre et les autres pays pouvaient se conformer.20 Au dbut de cette poque, enviro n 1912, on avait respect les droits de l’Empire Ottoman, et on a tout simplement cru que la rgion levantine qui se composait de la Syrie et du Liban devait faire partie de la sphre d’influence et de pouvoir franaise.21 Pendant la guerre, les

PAGE 30

24 Franais se sont cependant rendu co mpte que les Anglais gagnaient du pouvoir dans la rgion, mme en Syrie. Les Anglais ont aussi aid Faysal ibn al-Husayn, qui tait un mir trs nationaliste ; plus tard, aprs que les Franais l’avaient expuls de la Syrie, o il avait mont des protestations contre le contrle europen dans la rgion et en particulier contre la division de la rgion, puisqu’il croyait que les nations arabes devaient rester unifies. Les Anglais l’ont cependant reu en Irak, et Faysal y est deve nu le premier roi sous le nouveau gouvernement.22 Le mandat La nouvelle Socit des Nations semblait tre empresse taler son pouvoir et rassurer les pays eu ropens qu’ils taient encore les nations les plus puissantes du monde. Elle a donc donn des mandats sur le territoire qui avait appartenu l’Empire Ottoman la France et l’Angleterre. Grce Sykes et Pi cot, on avait dj dcid quel territoire tait sous l’influence de quel pays, et il ne fallait donc que les diviser. Ce n’tait pas un mandat permanant, sauf des provisions pour aider la rgion se dvelopper et devenir compltement indpendante, si avec quel que influence europenne.23 Il y avait vite des rvoltes, la premire grande rvolte tant en 1920. Les Franais

PAGE 31

25 l’a facilement rprime, mais enco re en 1925 jusqu' 1927, il y avait une rvolte, et celle-ci tait mieux organise. la tte de plusieurs de ces premires rvoltes, tait Ibrahim Hananu, Syrien qui commencerait plus tard le Bloc national, un parti politique trs nationaliste, et dont la mort inspirerait la demande en 1936 d’un trait entre la France et la Syrie.24 Les Syriens avait dj essay, bien sr, de procurer l’indpendance, ou au moins un trait qui noncerait en dtail ce qui se passerait, mais les premires tentatives d’en crire n’ont pas russi. La tentative la plus notable tait en 1933, quand le gouvernement de la France n’tai t pas d’accord avec les dsirs prsents par les Syriens. En 1936, la situation tait cependant trs diffrente, et on esprait encore russir.25

PAGE 32

26 Une anne, deux traits: un moment dcisif du mandat franais On voulait continuer considrer les deux rgions, les deux tendues de terre, comme deux entit s politiques tout fait spares. En 1936 la France a donc rdig deux traits d’amiti et d’alliance : l’un avec la Syrie, et l’autre avec le Liban. Au premier coup d’œil, on croirait que les deux traits sont les mmes. C’est bien vrai que les deux sont trs semblables ; il y a cependant quelques divergences cl qui sont assez reprs entatives du traitement divergent des deux territoires pendant l’re du mandat. Les Syriens et les Libanais, qui au dbut n’taient pas mme conscients du fait qu’ils seraient sous mandat, attendaient encore l’indpendance. Ils ont vu que la Fran ce les contrlait, que la France y a impos ses rgles et ses ides. Il s se fchaient que, bien aprs la Premire Guerre mondiale, la France restait dans la rgion, et que la France ne leur a pas permis d’tre un seul pays ; au contraire, il y avait ces deux pays, la Syrie et le Liban. Certes, les Syriens voulaient obtenir l’indpendance, et il y avait un sentiment croissant de frustration.

PAGE 33

27 L’intensification de la situation Pendant toutes les annes 1930, on a vu la cration et la croissance des partis politiques nation alistes en Syrie et au Liban. En particulier, ces partis se sont adresss aux jeunes, qui taient l’poque les gens les plus actifs politiquement. Le sentiment nationaliste gagnait puissance, et les habitants de la rgion poussaient vers l’indpendance. Pendant ces a nnes, il y avait aussi une certaine agitation croissante dans toute la rgi on de la cte orientale de la mer Mditerrane, grce la guerre entre l’ Italie et l’Abyssinie. On a vu les troubles partout : en Syrie, au Li ban, en Palestine, et en gypte. C’tait l’agitation en gypte qui pr oduirait les ramifications les plus consquentes pour la rgion qui no us intresse, puisque c’tait l o on a sign le trait anglo-gypti en, ce qui a incit les Syriens rclamer un trait semblable des Franais.26 Les Syriens, et aussi les Libanais, voulaient tre pays indpendants, en particulier depuis la grande rvolte de 1925, aprs laquelle la France a dvelopp une certaine mentalit guerrire. La France a alin la plupart de la popu lation, et elle a pouss les Syriens en particulier exiger l’indpendance. Il y avait cependant un incide nt qui a stimul les Syriens rclamer ce trait en 1936 : la mort, juste la fin de 1935, d’Ibrahim

PAGE 34

28 Hananu, ce mme homme qui tait la tte des rvoltes ds le dbut du mandat ; il tait en particulier le meneur des rvoltes dans le nord de la Syrie. De plus, il tait le leader du parti politique qui s’appelait le Bloc national. Respect par tous, mme ses adversaires, il manquait tous quand il est mort, et il est devenu presque martyr. Avec sa mort est donc venue une rsurgence, un renforcement du sentiment nationaliste qui existait dj dans la rgion. ses obsques et son enterrement, il y avait beaucoup de discours nationalistes, et au dbut de 1936, beaucoup de Syriens ont fait grve pour protester contre le mandat franais, puisqu’on croyait que la Syrie devait dj avoir obtenu son indpendance. Cette grv e a commenc Damas, mais les autres habitants de la rgion se sont vite mis en grve comme leurs frres Damas.27 Le Bloc national, le parti politique dont Hananu tait le leader, a vite cr un Pacte national, ce qui a rclam l’indpendance pour la Syrie ainsi que plusieurs revendications de plus : l’galit de tous les sectes, l’unit nationale, et un lien avec les mouvements nationalistes dans les autres pays arabes, qui poussaient aussi l’poque pour l’indpendance et l’unit.28 On a aussi voulu re noncer les politiques avances par la Dclaration Balf our du 2 novembre 1917, ce qui a indiqu que certains en Europe vo ulaient crer un foyer national juif , et lever le niveau de vie, de culture, de moralit, et ainsi de

PAGE 35

29 suite, de tous. En dpit de ces prom is d’une meilleure vie, les Arabes taient absolument contre la Dclar ation Balfour grce au pays qu’on crerait pour les Juifs. Le Haut Commissaire n’a pas bien ragi ce Pacte national et la grve ; il a essay de contrler les citoyens au moyen de la rpression.29 Apres un peu de temps, il s’est cependant rendu compte que l’arrestation des leaders n’arrtait pas les autres insurgs. Il fallait tre plus proactif puisqu’il tait bien vident que la situation ne pouvait point continuer intensifier sans plus de violence. La prolifration des partis polit iques a vraiment cr une nouvelle situation. Il ne pouvait pas attendre ; il lui fallait faire quelque chose ce temps-l, en 1936. Il a donc remplac en fvrier le Premier ministre en faveur d’un homme plus modr, Ata al-Ayyubi, qui tait plus sensible aux dsirs et aux demand es des insurgs et de ceux qui taient en grve. Au dbut de ma rs, il a aussi cr une dlgation syrienne aller Paris pour ngoci er avec le gouvernement franais et, on esprait, conclure un trait franco-syrien.30 Ce n’tait pas vraiment un accord, et bien sr il n’y avait aucun pacte, mais c’tait le premier pas sur un chemin vers l’ind pendance pour la rgion sous le mandat franais.

PAGE 36

30 La cration du trait syrien Juste la fin de mars 1936, la dlgation syrienne est arrive Paris. Il y avait six membres qui pr enaient partie de cette dlgation, dont quatre taient choisis du Bloc national, et deux hommes du Premier ministre Ata al-Ayyubi. Au commencement des pourparlers, il y avait les mmes problmes qu’en 1933 : combien de contrle la France doit retenir dans la rgion, et quels sectes, quels habitants de la rgion, doivent tre inclus dans l’tat syrien qui serait cr. Le gouvernement franais n’tait point l’aise en ce qui concernait ces inclusions dans la Syrie. Beaucoup de groupes taient en rvolte contre cette ide de participer dans la cration d’un tat unifi, y inclus les Druzes et les Alaouites, qui tai ent l’poque plus que la moiti des habitants de Lattaquieh.31 Ces deux groupes voulaient retenir leur indpendance. Au commencement de ces pourparlers, il semblait que la situation en 1936 serait exactement la mme qu’en 1933, et rien ne serait accompli. Tout tait cepend ant chang quand le gouvernement de la France elle-mme a t radicalement altr. L’accession au pouvoir franais d’un nouveau parti politique, le premier gouvernement en France du front populaire, qui s’appelait le Rassemblement populaire, et plus tard, tout simplement le Front

PAGE 37

31 populaire, a bien modifi la position des Franais envers l’indpendance de la Syrie. On a donc recommenc la ngociation pour l’indpendance syrienne, et avec ce tte nouvelle position, on a assez vite arriv un accord. Le 9 sept embre 1936, le trait franco-syrien fut sign.32 Ce trait syrien n’a pas profond ment altr les rapports entre la France et la Syrie, mais il les a assez modifis pour satisfaire temporairement aux Syriens dans le ur tentative d’indpendance. Ils croyaient qu’ils progressaient, et donc la rbellion diminuait un peu. C’tait une amlioration provisoire, mais elle a nourri la faim des Syriens pendant quelques mois. Dans ce trait, on a abord be aucoup des problmes du mandat, et plusieurs questions qui concernaient les Syriens. Dans le trait, on a commenc par affirmer le dveloppement, l’affermissement , de la Syrie en devenant tat indpendant. Il a aussi affirm l’accord entre la France et la Syrie prparer la Syrie pour son admission dans la Socit des Nations. Le trait lui-mme consistait d’un plan que les deux gouvernements ont dress pour l’indpendance de la Syrie, ainsi qu’une vue d’ensemble des rapports venir entre les deux pays aprs que la Syrie est devenue indpendante.33 On s’est videmment dcid coexister en paix (premier article), et qu’il y aurait une a lliance entre les deux gouvernements

PAGE 38

32 (deuxime article). Tous les deux se consulteraient donc avant de choisir une politique trangre, et ils se tiendraient compte en toutes leurs relations avec les autres pui ssances mondiales. Quand la Syrie serait indpendante, elle se chargerait des accords et des responsabilits dans lesquels la Fran ce tait entre de la part de la Syrie (troisime article). Selon cette disposition du trait, on assurait que la Syrie respecterait tout accord cr par la France et accept par les autres pays du monde. De mme, les deux pays ragiraient ensemble, avec l’intention de pa ix, en cas de dsaccord avec un troisime pays ; les deux s’aideraient aussi si quelque conflit se produisait (quatrime article). La Syri e, en particulier, serait ouverte l’usage des Franais : ceux-ci pouvait utiliser toutes facilits et toute assistance syriennes, y inclus l’usage des voies ferres, cours d’eau, ports, arodromes, plan s d’eau et autres moyens de communication. C’tait donc bien semblable plusieurs situations actuelles, et bien, nombreuses situations depuis toute l’histoire du monde, o l’tat le plus puissant utilise le pays moins puissant en cas de crise, et y installe souvent des soldats pour y avoir des troupes en station. De plus, le gouvernement s yrien avait besoin de dfendre et maintenir l’ordre dans son propre territoire (cinquime article), ainsi que le maintien permanent et la protection en toutes circonstances des voies de transit arien du Gouvernement franais qui

PAGE 39

33 empruntaient le territoire syrien , ce qui indiquait encore une fois la dominance franaise sur la rgi on sous mandat. Mme devenue indpendante, en vrit, afin de devenir indpendante, il fallait que la rgion accepte un contrle franais qui continuait indfiniment.34 On a crit ce trait franco-syrie n, ainsi que n’importe quel autre document qu’on y a annex, pour durer vingt-cinq ans (sixime article). On y a inclus un passage tr s important : Les ngociations pour le renouvellement ou la modification du trait seront ouvertes, si, partir de la vingtime anne de son application, un des deux Gouvernements le demande. Ce pa ssage du sixime article indique l’attitude franaise envers la S yrie l’poque. On voulait retenir quelques intrts dans la Syrie pour assurer la facilit des entreprises et des activits dans la rgion l’avenir ; on a cependant reconnu que les Syriens ne voulaient plus tre sous mandat franais, et la rbellion continuerait sans cesse si le mandat continuait pendant beaucoup plus longtemps. Il fallait donc accorder l’indpendance la Syrie, en retenant assez de pouvoir dans la rgion pour continuer utiliser ses ressources.35 Le septime article du trait se concernait avec la ratification du trait ; il a stipul que le trait devait tre ratifi ds que possible et envoy la Socit des Nations, et qu’il prendrait effet le jour o la Syrie est entre dans la Socit des Nations. Enfin, on a considr les

PAGE 40

34 responsabilits qui viendraient avec cette admission dans la Socit des Nations. On a dcid que la S yrie dirigerait tout obligation qui arriverait ou de la Socit des Na tions ou de quelque autre dcision internationale (huitime article).36 la fin de ce trait, on a ajout beaucoup de lettres pertinentes la discussion des rapports entre la Fr ance et la Syrie, en plus d’une convention militaire qui ajoutait au x exigences franais es et stipulait les dtails de l’accord militaire en tre les deux pays. Ces additions ont aussi considr le Liban et les autres minorits de la rgion, et leurs rapports avec la Syrie. Dans la co nvention militaire, on a prvu une arme syrienne, cre avec l’aide franaise et base sur un modle franais. La France pourrait aussi ut iliser n’importe quel site militaire syrien et poster des tr oupes en Syrie pour cinq ans o il y avait des minorits qui pourraient rebeller cont re le gouvernement syrien, avec les Djebel Druze et les Alaouites, qui tait toujours une source de rbellion puisqu’ils ne voulaient pas t re une partie de l’tat syrien. On tait cependant trs spcifique que ces troupes ne craient pas une occupation et ne port[aient] pas atte inte aux droits souverains de la Syrie. 37 Il y avait maintes autres provisions dans le trait o il s’agissait de questions financires (change de lettres no. 9, par exemple), des rapports entre la Syrie et la France, et aussi entre la Syrie et d’autres

PAGE 41

35 pays ; il est vident que la France voulait y retenir quelque contrle, puisqu’on a prcis dans le trait que d’habitude, la Syrie recruterait en France les conseillers techniques, magistrats et fonctionnaires trangers qu’il fallait employer.38 Les minorits de la rgion seraie nt annexes l’tat syrien, mais il y avait des provisions pour les pr otger. Le gouvernement syrien a fait vœu d’honorer la constitution, et bien que les minorits fussent annexes la Syrie, on a cr un rgime spcial en matire administrative et financire pour as surer la loyaut. Puisqu’il y aurait des troupes franaises dans ces rgions, celles-ci auraient mme plus de scurit. On n’a pas fait ment ion du Liban et d’une Rpublique libanaise dans ce trait, mais on y a bien inclus un protocole (protocole no. 2) qui a affirm que le gouverneme nt de la Syrie pourrait ngocier avec le Liban toute question qui re stait irrsolue entre les deux pays, ce qui a impliqu qu’il allait de so i que le Liban tait pays indpendant de la Syrie. C’tait une prsomption qui a montr assez d’orgueil de la part des Franais puisqu’il y avait qu elques ans, ce n’tait pas du tout certain que les deux rgions seraient spares, et ce n’tait qu’ cause des Franais que cette division a eu lieu. La France a quand-mme reconnu que ces deux pays, mme spars, auraient besoin de travailler ensemble, et on a donc discut le besoin de quelque organisation qui ferait tout ce qui serait ncessaire pour les intrts

PAGE 42

36 communs. Si on ne voulait pas crer une telle organisation, tout pouvoir l’gard des intrts communs serait transfert aux gouvernements eux-mmes.39 Ce trait, ces accords, et ces protocoles, comme on a dj dit, tous seraient mis excution qu and la Syrie serait entre comme membre dans la Socit des Nation s. Il y avait cependant plusieurs conditions requises qu’il fallait accomplir avant qu’elle pourrait y entrer. D’abord, il y aurait des lections en Syrie pour choisir un nouveau gouvernement. Aprs, ce gouvernement signerait ce mme trait que les reprsentants de la France et de la Syrie avait cr, afin d’assurer que le nouveau gouverneme nt accepterait de se conformer aux termes du trait, et d’assurer qu ’il n’y aurait pas quelque rvolte, quelque rbellion ou guerre civile ju ste aprs la prise de pouvoir du nouveau. Ensuite, le Parlement et de la France et de la Syrie le signeraient pour assurer l’asse ntiment du peuple. Apres ces ratifications, il y aurait une priod e de transition durer trois ans, pendant laquelle on dvelopperait le s institutions et l’infrastructure d’une socit fonctionnelle. Enfin, ap rs tout cela, la Syrie pourrait poser sa candidature la Socit des Nations. Quand elle y serait accepte, et elle y entrerait, le trait entrerait en vigueur.40

PAGE 43

37 La cration du trait libanais Apres qu’on a sign ce trait syrien, on a vu des rpercussions sur la situation au Liban. Quand les Libanais ont vu leurs frres syriens, plus rebelles qu’eux, gagner un trait avec le gouvernement franais, les Libanais ont dcid qu’ ils voulaient un trait semblable celui des Syriens. Mme les Maronites, un groupe chrtien au Liban, et donc plus ou moins li l’Europe, ont cherch l’indpendance de la France. Avec d’autres sectes et groupes rebelles, ils ont rclam un accord de la France afin de garantir l’galit du Liban avec la Syrie, ainsi que pour assurer que l’indpe ndance libanaise de la Syrie ne serait pas affecte par les nouveaux rapports amliors entre la France et la Syrie. Les Libanais voulaient donc tre certains qu’ils obtiendraient l’indpendance et de la France et de la Syrie. Dans ce cas-ci, le gouvernement franais a vite rpondu l’exigence libanaise, bien plus vite qu’ la demande syrienne pour un accord.41 Il faut se demander pourquoi il y avait cette vi tesse : c’tait cause du trait syrien prexistant, et donc la France s’tait dj accoutume l’ide des traits avec les territoires sous mandat, ou bien, parce qu’il y avait plus de liens historiques avec le Liban. Ici, il semble que ce n’tait qu’a cause du nouveau gouvernement en France, et le trait syrien, puisqu’en dpit de l’accord qu’on a si vite sign avec le Liban, la

PAGE 44

38 France n’a pas accord la mme indpendance au Liban qu’ la Syrie. On a cependant entam des ngoci ations entre les deux pays Beyrouth. La France tait reprsent e par le Haut Commissaire, et le Liban tait reprsent par une dlgation qui se composait d’un membre de chaque lment essentiel de la population. Emile Edd, lu prsident de la rpublique en 1936, t ait la tte de cette dlgation. Il n’y avait pas d’obstacle notable ces pourparlers, et on a sign le trait franco-libanais en novembre le mme mois que la Chambre libanaise l’a ratifi.42 Le trait libanais : ses similarits et ses diffrences Ce trait franco-libanais tait assez semblable au trait francosyrien, mais comme on a dj mentionn, il y avait quelques dtails saillants par lesquels ces deux traits se distinguaient. L’un des dtails les plus rvlateurs, c’est la mth ode de renouvellement du trait. Comme on a not, dans le trait fran co-syrien, le trait pourrait tre renouvel au bout de vingt-cinq ans, ce qui tait lui-mme une priode assez longue, en particulier pour un pays qui poussait dj depuis longtemps vers l’indpendance.43 Avec le trait, on avait cepend ant au moins quelque accord avec la France, quelque provis ion pour l’indpendance l’avenir. Dans le

PAGE 45

39 cas du Liban, on a modifi de fa on subtile ce dtail pour crer un systme par lequel le trait serait renouvel par accord tacite au bout de vingt-cinq ans. C’est un dtail qui semble assez insignifiant, mais en vrit, c’est trs intressant. Ce renouvellement par accord tacite indique le lien que la France a vu entr e elle et le Liban, et les rapports plus forts qu’elle y a vus. La Fran ce ne voulait pas cder le Liban, grce aux rapports plus amicaux dans cette rgion et donc au manque de rbellion srieuse. C’est donc trs signifiant que la France a modifi cette partie du trait ; c’est indicatif du traitement diffrent des deux territoires sous mandat. De plus, dans la convention militaire du trait franco-libanais, il n’y avait pas de lim ite l’usage de l’arme franaise, tandis qu’en Syrie, les troupes fran aises taient en principe limites aux rgions o il y avait des minorits, pour les protger, bien qu’elles puissent aussi entrer n’importe o en cas de crise militaire.44 Il est vident qu’encore une fois, la France essayait de retenir du contrle dans la rgion du Liban ; on ne vo ulait pas cder le pouvoir franais dans la rgion quelque nouveau gouvernement, et certes, on ne voulait pas le cder aux Anglais, de vieux rivaux des Franais, en particulier au Levant l’poque gr ce aux machinations des deux pays pendant la Premire Guerre mondiale et leur division de la rgion entre eux.

PAGE 46

40 Dans le Liban, on a aussi explic itement assur le traitement gal de tous les habitants de la rgion, tous ceux qui seraient des ressortissants libanais. C’est bien diff rent de la situation en Syrie, o les minorits taient protges avec quelques troupes franaises, mais personne n’a crit d’une intention ferme de s’occuper des minorits libanaises. C’est bien possible a ttribuer cette divergence entre le traitement franais des minorits da ns les deux pays la population des minorits de chaque rgion. En Syrie, la grande majorit des minorits taient des arabes et des musulmans, en dpit de quelques traditions chrtiennes que les Alaouites, les habitants de Lattaquieh, ont empruntes, tandis qu’au Liban, il y avait les Maronites, qui sont une secte du christianisme. Il y av ait l aussi des Europens et des autres minorits plus amicales l’Eu rope. La France s’intressait donc plus assurer une position sauvegarde pour ces minorits. De plus, chaque portion de la population qu i jouait un rle important dans le Liban a t reprsente quand on a crit le trait franco-libanais ; quand on a crit le trait franco-s yrien, il n’y avait des reprsentants syriens que de deux groupes politiques : un parti politique, ce qui tait le Bloc national, et le bureau du Premier ministre. Les minorits libanaises avaient donc une meilleure chance que les minorits syriennes d’obtenir de la reprsenta tion juste. On a aussi garanti aux diffrents segments de la population de la reprsentation gale dans le

PAGE 47

41 nouveau gouvernement libanais qu’o n allait tablir. Tout le monde aurait donc les mmes droits civils et politiques.45 On a enfin considr l’infrastruc ture du Liban, o on semble avoir t bien plus spcifique qu’en considrant l’infrastructure de la Syrie, bien que l’infrastructure o habitaient les minorits de l’tat syrien, les Djebel Druze et les Alao uites, tait trs spcifiquement rgle. Ce contrle sur l’infrastructu re libanaise indique encore une fois l’importance selon les Franais de leurs intrts dans la rgion. Ils voulaient tre certains que n’im porte quel gouvernement qui se dveloppe du mandat, les Franais retiendraient assez de contrle, assez de pouvoir et de puissance admi nistrative dans la rgion qu’ils pourraient continuer contrler les transactions financires, maintenir une force militaire, soutenir sa sph re d’influence, et garder un alli trs influenable dans la rgion. De plus, les Franais croyaient que c’tait ncessaire de ne pas tre vincs du Levant par l’Angleterre. C’tait bien vident que le Liban sera it un alli plus stable que la Syrie grce sa position gographique et les liens historiques entre la France et le Liban, en particulier d s les rbellions et le trait francosyrien.46 Il y avait cependant beaucoup de caractristiques semblables dans les deux traits. Ils se resse mblaient l’gard des prcautions que la France a prises pour retenir du contrle dans la rgion, et

PAGE 48

42 l’gard des alliances qu’on a cres entre les pays mls au mandat. Dans tous les deux traits, on a a ccord du pouvoir militaire dans la rgion la France, mais la quantit de pouvoir diffrait entre les deux pactes. De la mme faon, chaque trait d’amiti durerait vingt-cinq ans, mais le renouvellement des tr aits diffrait par l’importance que la France y a accord retenir quel que pouvoir. Tous les deux pays prendraient contrle aussi sur leurs relations extrieures, mais il leur faudrait toujours commencer avec la considration de la France. Certes, il y avait beaucoup de concepts semblables dans les deux traits, mais la plupart de ceux-ci sont des provisions qui se trouvent d’habitude dans presque tout trait. N’importe quel trait, en particulier entre un pouvoir mandataire et la rgion sous mandat va inclure ces indications de paix et d’ usage militaire de la rgion. Ce qui nous intresse, ce sont les diffrences de traitement des deux rgions. Il semble que la France a toujours planifi continuer contrler le Liban plus que la Syrie, grce au ma nque, plus ou moins, de violence et l’influence franaise au Liban qui continue jusqu' nos jours. On pourrait cependant dire qu’ou c’es t une prfrence naturelle qui est provenue de l’histoire des rapports en tre les deux paires de pays, ou la France a appris par l’exprience av ec le trait franco-syrien qu’elle devrait retenir plus de contrle dans la rgion ; il est vident qu’elle a assez modifi le deuxime trait av ec un territoire sous mandat qu’elle

PAGE 49

43 pourrait mieux rester dans la rgion sans continuer comme pouvoir mandataire. Pourquoi donc un trait En 1936, les habitants de la rgi on sous mandat taient fchs depuis bien longtemps contre les Franais. Ils avaient cru qu’ils gagneraient l’indpendance de la France pendant les annes 1920, et quand au milieu des annes 1930, on tait encore sous mandat, on ne savait pas que faire, sauf se rebelle r, sauf rclamer encore une fois l’indpendance de la France, ou bien, au moins quelque accord qui pourrait garantir l’indpendance dans un proche avenir.47 C’tait les Syriens qui taient les plus impatients devenir un pays indpendant ; ils avaient moins de lien historique avec la France qu’avaient les Libanais. Tous les deux taient cependant prts se gouverner. Il y avait donc des rvoltes, des protes tations, des grves, et d’autres genres de rbellion dans la rgion, en particulier en Syrie. Quand la France a consenti aux pourparlers avec la Syrie, ce n’tait pas du tout fait accompli qu’un trait serait prod uit. On a dj essay d’en crer un en 1933, et la tentative n’a pas russi. cette poque-ci, on a cependant cru qu’il y avait une chan ce de succs, et on a recommenc la ngociation. Avec le changement dans le gouvernement franais, on

PAGE 50

44 a vu l’accession au pouvoir d’un part i politique bien plus favorable un trait franco-syrien, et puisque la chance souriait comme a aux Syriens, on a enfin vu le trait qui avait t si dsir parmi les Syriens, et aussi une nouvelle possibilit d’un trait entre les Franais et les Libanais. Les ramifications cl Les diffrences entre les deux traits de 1936 pourraient bien sembler insignifiantes ; certes, la plupart de chaque trait est exactement la mme, mais il y a certains diffrences subtiles, et quand on soumet ces diffrences un examen plus approfondi, on voit aisment qu’elles sont plus profon des qu’on ne croyait au premier coup d’œil. On a vu donc une alliance, si involontaire, plus forte entre la France et le Liban qu’entre la France et la Syrie. De plus, les habitants de la rgion ont vu les di ffrences et l’injustice qui y tait inhrente. Il y avait des protestations et des troubles, mme plus notables aprs qu’il est devenu clair que le chemin l’indpendance serait plus sinueux, plus difficile, qu’on ne croyait quand on a sign le trait.

PAGE 51

45 Et puis : La prsence franaise persiste en forme de pouvoir mandataire, et en forme indpendant Il tait encore longtemps depuis ces traits avant que la Syrie et le Liban n’aient gagne l’indpendance sept ans pour le Liban, et dix pour la Syrie. Les Franais, n’aima nt pas l’ide de ratifier de tels accords, ont continu rgner dans la rgion. En 1940, la Syrie et le Liban sont cependant tombs sous contrle de Vichy France, et des troupes franaises et anglaises ont occup les deux pays. En 1941, La France et l’Angleterre ont commenc reconnatre l’indpendance de la rgion. Juste aprs la guerre, la France a essay encore une fois de retenir du contrle sur la rgion, ma is il y avait dj des lections, et l’Organisation des Nations unies a admis les deux pays.48 Depuis ce temps-l, la France continue avoir de l’influence dans la rgion. Pendant les deux gr andes guerres civiles au Liban, les troupes franaises ont aid rtablir l’ordre ; les intrts financiers des Franais, eux aussi, sont lis la rgion. La Syrie est tout fait indpendante maintenant, mais av ec les troupes franaises et syriennes qui l’occupent, le Liban re ste encore sous quelque forme de contrle direct d’un autre pays. Il attend encore son indpendance.

PAGE 52

46 Conclusions : Le traitement prfr entiel franais vers le Liban Il est bien vident que la France affiche depuis toujours une certaine tendance prter plus d’atte ntion au Liban qu’ la Syrie. On a entretenu plus de relations commerciales avec le Liban, tant un pays ctier, qu’avec la Syrie, avec laquelle il aurait t bien plus difficile faire le commerce, grce aux dsert s, aux montagnes, et beaucoup d’autre terrain trs difficile trav erser. Ce qui nous intresse est cependant la forme que cette prf rence d’intrt a prise pendant l’entre-deux-guerres, pendant le mandat franais. Bien sr, il faut adapter des politiques chaque r gion avec laquelle on a des rapports, mais il serait trop simpliste croire que cela est tout ce que la France faisait ici. Elle montre en effet une diffrence vidente dans le traitement des deux pays, et il est bien certain que la France a insist sur l’ide de garder beaucoup de contrle au Liban, bien plus qu’en Syrie. Elle a choisi ce pays-l pour un dernier bastion d’influence dans la rgion, mme plus que la Syrie. Les rapports libanais avec la France taient plus stables que ceux des Syriens, et grce au traitement franais des deux pays pendant l’re du mandat, il semble certain que cette situation continuera pour longtemps.

PAGE 53

47 La diplomatie des poques avant le mandat La France faisait pendant toujours bien plus de commerce avec le Liban qu’avec la Syrie. Encore une fois, c’est assez naturel. Le Liban se trouve plus prs de la France que la Syrie, et de plus, le Liban et la cte de la mer Mditerrane, ce qui est une grande tendue d’eau plus ou moins facile naviguer. Ce n’ tait donc point difficile faire le commerce avec le Liban. La Syrie, par contraste, est plus loin de la France, et elle ne se situe pas sur une troite d’eau. Presque tout commerce qui a eu lieu entre la Syrie et la France utilisait les Libanais comme des courtiers, c’est--dire, les Syriens ont envoy les marchandises aux Libanais, qui les expdiaient la France. La France avait donc depuis toujours beaucoup plus de contact avec le Liban qu’avec la Syrie, et c’tait bien plus frappant pour les Syriens que pour les Libanais de se trouver sous ma ndat europen, et de se trouver dans une situation o ils ne pouvaient pas chapper du mandat. Les rebellions n’ont pas russi, et il n’y av ait rien faire, sauf attendre la fin de l’re mandataire. Le mandat est devenu encore plus choquant quand la France a commenc mont rer le traitement diffrent des pays. L’une des mthodes les plus vidents par lequel la diffrence de traitement est indique est les deux traits qui ont t crits en 1936. Trs semblables, on a cependant tudi les petites divergences entre

PAGE 54

48 les deux traits qui indiquent qu e la France considrait comme ncessaire la continuation de son pouvoir au Levant. La raction des Franais La plupart des Franais, les Franais moyens, pendant l’re du mandat ne prtaient pas attention au Liban et la Syrie ; ils taient trop conscients de leur propre vie, et ils s’inquitaient de la menace de l’Allemagne, qui pourrait se reno uveler n’importe quand. D’autres Franais croyaient qu’il fallait reteni r du contrle dans la rgion du Levant pour nombreuses raisons : la comptition avec les Anglais, ou l’avantage d’avoir une source de bases militaires, de postes, au Levant. Des questions financires se sont aussi prsentes. Avec plus de contrle dans la rgion, les Fran ais auraient un march pour leurs biens, et il y aurait beaucoup d’autres mthodes gagner financirement. Certains ont donc prconis le trait, puisqu’il maintiendrait assez de contrle. Il y av ait, bien sr, certains autres en France qui ont vu cette prfrence, et bien, parfois mme ce mandat ingal. Ceux-ci ont abhorr la discrimination vidente, le traitement prfrentiel des traits. Certains dissidents ont abord la cause de la rgion.49

PAGE 55

49 Pourquoi il y avait cette prfrence Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles on a montr une telle prfrence de l’un territoire mandataire l’autre. Il faut considrer la gographie de la rgion et la division rsultante de la population, ainsi que d’autres facteurs cls, par exemple, l’histoire et les rapports historiques entre les de ux paires de pays. De plus, il y avait l’ide des mois qui sont passs entre les deux traits qu’on a signs en 1936, et le fait que puisque la Syrie avait dj son trait avec la France qui mnerait l’indpendance, le Liban serait la dernire possibilit de pouvoir direct dans la rgion. La gographie et la division de la population Comme on a dj discut, la gographie de la rgion, un lment sur lequel on n’a pas de po uvoir, tait un facteur cl dans la prfrence franaise pour le Liban, la rgion occidentale de la cte orientale de la mer Mditerrane. Le Liban, spar du reste de la rgion grce aux deux chanes de mo ntagnes, a depuis toujours plus d’affinit avec les pays europens qu’avec les pays arabes dont il est entour. Il y a donc des rapports de longue date qui existent entre la France et le Liban. son tour, la Syrie est spare du Liban et de la

PAGE 56

50 mer Mditerrane par ces mmes deux chanes de montagnes ; on y trouve donc plus d’affinit avec les pays arabes. C’est donc assez naturel que la France accorde plus d’importance au Liban. Grce ces foyers, et aux diffrents objectifs qu’ont la Syrie et le Liban, la population de chacun des pays est presque compltement diffrente, et c’tait les Libanais qui taient les plus lis la France, sur qui la France voudrait retenir plus de contrle. Les effets de ce traitement ingal Pendant les annes depuis l’ind pendance de la Syrie (le 17 avril 1946) et du Liban (le 22 novembre 1943), on a vu une rgion bien trouble. Il y avait deux guerres ci viles au Liban, toutes les deux violentes. Ils semaient beaucoup de discorde dans la rgion, et plusieurs pays, y inclus la Syrie, avaient besoin d’y envoyer des troupes, afin d’essayer de stabiliser la situation et rtablir la paix. Certes, on ne pourrait pas rejeter toute la responsabilit de ces troubles sur les Franais, mais sans doute, la France et son mandat ont affaibli la rgion. C’est la France qui a dtermin la composition des nations qu’on a formes dans la rgion, et donc les groupes minoritaires, par exemples les Druzes et les Alaouites, prenaient partie involontairement dans cette nation ce qui cause assez souvent des

PAGE 57

51 troubles. De plus, la France a divis la rgion en ses deux nations du Liban et de la Syrie, contre les dsi rs de la plupart des Arabes. Puisque la France a plus ou moins ignor ce que les habitants de la rgion voulaient en ce qui concerne les nati ons et la division de la terre, ces problmes ne sont pas encore rsolu s. La France ne semble pas avoir not la situation qui menait la gue rre avant qu’il n’y ait rien faire. La guerre n’a aid personne, sauf peut-tre les Syriens, qui voulaient toujours retenir le Liban comme partie de son propre pays, et donc qui continue essayer de contrler le Li ban avec ses troupes, et aussi pas d’autres moyens d’influence. L’avenir Pourrait-il donc devenir possible nouer des relations diplomatiques mres et viables avec les pays arabes ? On pourrait bien le faire, mais le succs du projet repose ncessair ement, en gnral, sur nous les pays occidentaux. Il nous faudra tudier la longue histoire des Arabes et essayer de comprendre mieux les rsultats de notre ingrence dans leurs affaires politiques, ainsi que les raisons pour lesquelles les troubles actuelles existent dans les pays arabes. De nombreux pays du Moyen-Orient n’apprcient pas l’ingrence de l’Ouest ; ils sont indigns de notre prsence, et on ne pourrait pas en conscience leur reprocher

PAGE 58

52 cette disposition. Chaque individu, chaque pays, a une propension, plus ou moins forte, l’indpendance se gouverner. Il y a aussi le problme d’Isral et ses liens avec les Etats-Unis ; les autres pays du monde trouvent comme presque impossible de suivre une vraie politique au Moyen-Orient, puisque s’il y a une politique qu’Isral n’aime pas, les Etats-Unis l’arrte. Qu’est-ce que la France ferait donc si elle tait libre suivre ses pr opres politiques ? On ne sait pas. Est-ce que les pays arabes sont donc bien mrs pour la dmocratie ? Est-ce qu’ils vont jamais vouloir un systme de gouvernement dmocratique, ou bien, rpublicain, comme aux EtatsUnis ? On ne peut pas prdire ce qui se passera, mais il est certain qu’il nous faudra apprendre plus de ce pays avant de renverser leurs gouvernements et leurs vies.

PAGE 59

53 Notes 1. Amin Maalouf, The Cusades Through Arab Eyes trans. Jon Rothschild (New York: Schocken Books, 1984), 25-82, 210-214, 255259. 2. Pierre Dufour, La France au Levant : Des croisades nos jours (Paris: Pygmalion/ Grard Watelet, 2001), 22-26. 3. Tabitha Petran, Syria (London: Ernest Benn Limited, 1972), 59. 4. Dufour, La France au Levant 433. 5. Albert Hourani, A History of the Arab Peoples (Cambridge, MA: The Belknap Press of Harvard UP, 1991), 98-108. 6. Ibid. 7. Ibid. 8. Ibid. 9. Ibid., 110-119. 10. Dufour, La France au Levant 12-30. 11. Ibid., 201. 12. Hourani, A History 207-248. 13. Dufour, La France au Levant 224-43. 14. Petran, Syria 45-46. 15. Ibid., 47. 16. Albert Hourani, Syria and Lebanon: A Political Essay (London: Oxford UP, 1946), 30, 39. 17. Vincent Cloarec, La France et la question de Syrie, 19141918 (Paris: CNRS Editions, 2002), 22-24. 18. Hourani, Syria and Lebanon 43-44, and Anthony Nutting, The Arabs (New York: New American Library, 1964), 289-91. 19. Ibid. 20. Ibid., 44-47, and Philip S. Khoury, Syria and the French Mandate: The Politics of Arab Nationalism, 1920-1945 (Princeton: Princeton University Press, 1987), 34-35, and Nutting, The Arabs 28991. 21. Ibid., 32-34. 22. Hourani, A History 318-319. 23. Quincy Wright, Mandates under the League of Nations (New York: Greenwood Press, 1968), 328-30. 24. Hourani, Syria and Lebanon 186, 191, 199. 25. Ibid., 194-95.

PAGE 60

54 26. Ibid., 199. 27. Stephen Hemsley Longrigg, Syria and Lebanon under French Mandate (London: Oxford Univer sity Press, 1958), 215-217. 28. Hourani, Syria and Lebanon 199. 29. Hourani, A History 318, and Hourani, Syria and Lebanon 46-47, 107-08. 30. Meir Zamir, Lebanon’s Quest: The Road to Statehood, 19261939 (London: I.B. Tauris, 1997),153-54. 31. Hourani, Syria and Lebanon 199-200. 32. Ibid., 200. 33. Ibid., 314-315. 34. Ibid., 315-316. 35. Ibid., 316. 36. Ibid., 316. 37. Ibid., 316-320. 38. Ibid., 330. 39. Ibid., 328. 40. Ibid., 316. 41. Ibid., 200, Longrigg, Syria and Lenanon 221, Nutting, Arabs 352, and Zamir, Lebanon’s Quest 179. 42. Hourani, Syria and Lebanon 200. 43. Ibid., 334. 44. Ibid., 334-35. 45. Ibid., 336. 46. Ibid., 333-37. 47. Yehoshua Porath, In Search of Arab Unity, 1930-1945 (London: Frank Cass, 1986), 173. 48. Hourani, Syria and Lebanon 203-217. 49. Ibid., and Khoury, Syria, 490-492.

PAGE 61

55 References Cloarec, Vincent. La France et la question de Syrie, 1914-1918 Paris: CNRS Editions, 2002. Dufour, Pierre. La France au Levant : Des croisades nos jours Paris: Pygmalion/ Grard Watelet, 2001. Hourani, Albert. A History of the Arab Peoples Cambridge, MA: The Belknap Press of Harvard UP, 1991. -----. Syria and Lebanon: A Political Essay London: Oxford UP, 1946. Khoury, Philip S. Syria and the French Mandat e: The Politics of Arab Nationalism, 1920-1945 Princeton: Princeton University Press, 1987. Longrigg, Stephen Hemsley. Syria and Lebanon under French Mandate London: Oxford University Press, 1958. Maalouf, Amin. The Crusades through Arab Eyes New York: Schocken Books, 1984. Nutting, Anthony. The Arabs New York: New American Library, 1964. Petran, Tabitha. Syria London: Ernest Benn Limited, 1972. Porath, Yehoshua. In Search of Arab Unity, 1930-1945 London: Frank Cass, 1986. Wright, Quincy. Mandates under the League of Nations New York: Greenwood Press, 1968. Zamir, Meir. Lebanon’s Quest: The Road to Statehood, 1926-1939 London: I.B. Tauris, 1997.

PAGE 62

56 Bibliography Aly, Hamdi F. and Nabil Abdun-Nur. “An Appraisal of the Six Year Plan of Lebanon (1972-1977).” The Middle East Journal Volume 29, No. 2 (Spring 1975): 151-164. Brand, Laurie. “Palestinians in S yria: The Politics of Integration.” The Middle East Journal Volume 42, No. 4 (Autumn 1988): 621-637. Britt, George. “Lebanon’s Popular Revolution.” The Middle East Journal Volume 7, No. 1 (Winter 1953): 1-17. Brown, L. Carl. “The Middle Ea st: Patterns of Change, 1947-1987.” The Middle East Journal Volume 41, No. 1 (Winter 1987): 26-39. Burrows, Mathew. “ ‘Mission civilisatri ce’: French Cultural Policy in the Middle East, 1860-1914.” The Historical Journal Volume 29, No. 1 (Mar., 1986), 109-135. Carleton, Alford. “The Syri an Coups d’tat of 1949.” The Middle East Journal Volume 4, No. 1 (January 1950): 1-11. Carr, David W. “Capital Flows and Development in Syria.” The Middle East Journal Volume 34, No. 4 (Autumn 1980): 455-467. Chaib, Andr E. “Analysis of Le banon’s Merchandise Exports, 19511974.” The Middle East Journal Volume 34, No. 4 (Autumn 1980): 438-454. Cleveland, William L. A History of the Modern Middle East Boulder: Westview Press, 1994. Cloarec, Vincent. La France et la question de Syrie, 1914-1918 Paris: CNRS Editions, 2002. Dufour, Pierre. La France au Levant : Des croisades nos jours Paris: Pygmalion/ Grard Watelet, 2001.

PAGE 63

57 Friedman, Thomas L. From Beirut to Jerusalem New York: Farrar Straus Giroux, 1989. Gaunson, A. B., The Anglo-French Clash in Lebanon and Syria, 194045 New York: St. Martin’s Press, 1987. Glubb, John Bagot. Syria, Lebanon, Jordan New York: Walker and Company, 1967. Hinnebusch, Raymond A. Authoritarian Power and State Formation in Ba‘thist Syria: Army, Party, and Peasant Boulder: Westview Press, 1990. Hopwood, Derek. Syria, 1945-1986: Politics and Society London: Unwin Hyman, 1988. Hourani, Albert. A History of the Arab Peoples Cambridge, MA: The Belknap Press of Harvard UP, 1991. ------. Syria and Lebanon: A Political Essay London: Oxford University Press, 1946. Hudson, Michael C. “The Palestinian Factor in the Lebanese Civil War.” The Middle East Journal Volume 32, No. 3 (Summer 1978): 261-278. ------. The Precarious Republic: Politic al Modernization in Lebanon New York: Random House, 1968. Julien, Charles-Andr. “French Di fficulties in the Middle East.” Foreign Affairs Volume 24, Number 1 (January 1946): 327-336. Kedourie, Elie. In the Anglo-Arab Labyrinth: The McMahon-Husayn Correspondence and its Interpretations, 1914-1939 Cambridge: Cambridge University Press, 1976. Kepel, Gilles. Les Banlieues de l’Islam : Naissance d’une religion en France Paris : ditions du Seuil, 1987. Khadduri, Majid. “Constitutional Deve lopment in Syria: With Emphasis on the Constitution of 1950.” The Middle East Journal Volume 5, No. 2 (Spring 1951): 137-160.

PAGE 64

58 Khalidi, Walid. Conflict and Violence in Lebanon: Confrontation in the Middle East Cambridge: Center for Inte rnational Affairs, Harvard University, 1979. ------. “Lebanon: Yesterday and Tomorrow.” The Middle East Journal Volume 43, No. 3 (Summer 1989): 375-387. Khoury, Nabeel A. “The Pragmati c Trend in Inter-Arab Politics.” The Middle East Journal Volume 36, No. 3 (Summer 1982): 374387. Khoury, Philip S. Syria and the French Mandat e: The Politics of Arab Nationalism, 1920-1945 Princeton: Princeton University Press, 1987. Lawson, Fred H. “Domestic Transfor mation and Foreign Steadfastness in Contemporary Syria.” The Middle East Journal Volume 48, No. 1 (Winter 1994): 47-64. Longrigg, Stephen Hemsley. Syria and Lebanon Under French Mandate London: Oxford Univ ersity Press, 1958. Maalouf, Amin. The Crusades through Arab Eyes New York: Schocken Books, 1984. Makdisi, Samir A. “An Appraisal of Lebanon’s Postwar Economic development and a Look to the Future.” The Middle East Journal Volume 31, No. 3 (Summer 1977): 267-280. Mickelsen, Martin L. “Another Fash oda: The Anglo-Free French Conflict over the Levant, May-September, 1941.” Revue Franais d’Histoire d’Outre-Mer, Volume 63 (1976): 75-99. Miller, Judith. God Has Ninety-Nine Names: Reporting From a Militant Middle East New York: Simon & Schuster, 1996. Nevakivi, Jukka. Britain, France and the Arab Middle East, 1914-1920 London: University of Lond on: The Athlone Press, 1969. Nutting, Anthony. The Arabs New York: New American Library, 1964. Olmert, Yosef. “Britain, Turkey and the Levant Question during the Second World War.” Middle Eastern Studies Volume 23 (Oct., 1987), 437-452.

PAGE 65

59 Ovendale, Ritchie. The Longman Companion to the Middle East since 1914 Second edition. London: Longman, 1998. Parker, Richard B. “Kawkaba and the South Lebanon Imbroglio: A Personal Recollection, 1977-1978.” The Middle East Journal Volume 50, No. 4 (Autumn 1996): 547-558. Petran, Tabitha. Syria London: Ernest Benn Limited, 1972. Porath, Yehoshua. In Search of Arab Unity, 1930-1945 London: Frank Cass, 1986. Rabinovich, Itamar. “The Compact Mi norities and the Syrian State, 1918-45.” Journal of Contemporary History Volume 14, Issue 4, A Century of Conservatism, Part 2 (Oct., 1979), 693-712. ------. The War for Lebanon, 1970-1985 Revised Edition. Ithaca: Cornell University Press, 1985. Roberts, David. The Ba‘th and the Creation of Modern Syria London: Croom Helm, 1987. Roshwald, Aviel. Estranged Bedfellows: Britain and France in the Middle East during the Second World War New York: Oxford University Press, 1990. ------. “The Spears Mission in the Levant, 1941-1944.” The Historical Journal Volume 29, Issue 4 (Dec., 1986, 897-919. Sachar, Howard M. The Emergence of th e Middle East: 1914-1924 New York: Alfred A. Knopf, 1972. ------. Europe Leaves the Middle East, 1936-1954 New York: Alfred A. Knopf, 1972. Spagnolo, John P. France & Ottoman Lebanon, 1861-1914 London: Ithaca Press, 1977. Spears, Edward. “The Middle East and our Policy There.” Journal of the Royal Central Asian Society (1945): 156-165. Tannous, Afif I. “The Village in the National Life of Lebanon.” The Middle East Journal Volume 3, No. 2 (April 1949): 151-163.

PAGE 66

60 Tibawi, A.L. Anglo-Arab Relations and the Question of Palestine, 19141921 London: Luzac & Company Ltd., 1977. Veccia Vaglieri, Laura. “La situazione economica della Siria.” Oriente Moderno Volume 16, Issue 8 (Aug., 1936), 425-440. Warriner, Doreen. Land Reform and Development in the Middle East: A Study of Egypt, Syria, and Iraq Second Edition. London: Oxford University Press, 1962. Weinberger, Naomi Joy. “Peace keeping Options in Lebanon.” The Middle East Journal, Volume 37, No. 3 (Summer 1983): 341369. Wood, Pia Christina. “Chirac’s ‘New Arab Policy’ and Middle East Challenges: The Arab-Israeli Conflict, Iraq and Iran.” The Middle East Journal, Volume 52, No. 4 (Autumn 1998): 563-580. Woods, H.Charles. “The French in Syria.” The Fortnightly Review Volume 118, Issue 10 (Oct., 1925), 487-498. Wright, Quincy. Mandates under the League of Nations New York: Greenwood Press, 1968. Yamak, Labib Zuwiyya. The Syrian Social Nationalist Party: An Ideological Analysis Cambridge: Harvard University Press, 1966. Zamir, Meir. The Formation of Modern Lebanon London: Croom Helm, 1985. ------. Lebanon’s Quest: The Ro ad to Statehood, 1926-1939 London: I.B. Tauris, 1997.