USF Libraries
USF Digital Collections

Regards sur l'être et le paraitre dans trois portraits du xviie siècle

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Regards sur l'être et le paraitre dans trois portraits du xviie siècle
Physical Description:
Book
Language:
English
Creator:
Landis, Martine J
Publisher:
University of South Florida
Place of Publication:
Tampa, Fla
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
French Literature
17th Century portraits
Mademoiselle de Montpensier
Duc de La Rochefoucauld
Cardinal de Retz
Dissertations, Academic -- French -- Masters -- USF   ( lcsh )
Genre:
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Summary:
ABSTRACT: Introduced in French Salons as a parlor game, the literary portrait appears in mid Seventeenth-Century. It is similar to the literary portraits inserted in roman à clés but it does not hide the identity of the subject behind a pseudonym, it depicts the individual as is. In a self-portrait subjects look at, observe, evaluate then describe themselves. They offer themselves to the gaze of others and propose a true reading of what they are. The self-portrait attempts to harmonize the appearance and the inner being, to render visible the essence of the person. However, in the Seventeenth Century, people reinvent themselves, and the answer to the question "who am I?" changes under the gaze of a sophisticated society where everyone must play the role assigned by their class and their gender. The nobility and the cultured elite want to be a work of art; the art of pleasing, the art of conversation, the art of story telling, and also the art of knowing others.Everything is hyperbole: nobles are gods and goddesses-when they are not fairies-and life is a vast performance where self-image and representation are tirelessly adjusted because the observer is looking to catch what is behind the fac̜ade. At court or in Salons, gazes interpret more than what is on display because they observe signs: body language and facial expressions convey feelings visibly and communicate them better than words. Charles Le Brun, painter of the Court of Louis XIV, stated that the face is not the mirror of the soul but the readable expression of passions.This study examines literary and artistic representations of three representative individuals: Mademoiselle de Montpensier, the Duc de La Rochefoucauld, and the Cardinal de Retz, with the intention of demonstrating that, for the Seventeenth-Century, the portrait is the place where the conflict between "the inner being" and "appearances", the discomfort of the visible and the veiled, and also the uneasy co-existence of honnêteté and amour-propre, converged.
Thesis:
Thesis (M.A.)--University of South Florida, 2008.
Bibliography:
Includes bibliographical references.
System Details:
Mode of access: World Wide Web.
System Details:
System requirements: World Wide Web browser and PDF reader.
Statement of Responsibility:
by Martine J. Landis.
General Note:
Title from PDF of title page.
General Note:
Document formatted into pages; contains 75 pages.

Record Information

Source Institution:
University of South Florida Library
Holding Location:
University of South Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
aleph - 002030759
oclc - 311081281
usfldc doi - E14-SFE0002561
usfldc handle - e14.2561
System ID:
SFS0026878:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8 standalone no
record xmlns http:www.loc.govMARC21slim xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.loc.govstandardsmarcxmlschemaMARC21slim.xsd
leader nam 2200349Ka 4500
controlfield tag 001 002030759
005 20100920161033.0
007 cr bnu|||uuuuu
008 090227s2008 flu s 000 0 eng d
datafield ind1 8 ind2 024
subfield code a E14-SFE0002561
035
(OCoLC)311081281
040
FHM
c FHM
049
FHMM
090
PQ101 (Online)
1 100
Landis, Martine J.
0 245
Regards sur l'tre et le paraitre dans trois portraits du xviie sicle
h [electronic resource] /
by Martine J. Landis.
260
[Tampa, Fla] :
b University of South Florida,
2008.
500
Title from PDF of title page.
Document formatted into pages; contains 75 pages.
502
Thesis (M.A.)--University of South Florida, 2008.
504
Includes bibliographical references.
516
Text (Electronic thesis) in PDF format.
520
ABSTRACT: Introduced in French Salons as a parlor game, the literary portrait appears in mid Seventeenth-Century. It is similar to the literary portraits inserted in roman cls but it does not hide the identity of the subject behind a pseudonym, it depicts the individual as is. In a self-portrait subjects look at, observe, evaluate then describe themselves. They offer themselves to the gaze of others and propose a true reading of what they are. The self-portrait attempts to harmonize the appearance and the inner being, to render visible the essence of the person. However, in the Seventeenth Century, people reinvent themselves, and the answer to the question "who am I?" changes under the gaze of a sophisticated society where everyone must play the role assigned by their class and their gender. The nobility and the cultured elite want to be a work of art; the art of pleasing, the art of conversation, the art of story telling, and also the art of knowing others.Everything is hyperbole: nobles are gods and goddesses-when they are not fairies-and life is a vast performance where self-image and representation are tirelessly adjusted because the observer is looking to catch what is behind the facade. At court or in Salons, gazes interpret more than what is on display because they observe signs: body language and facial expressions convey feelings visibly and communicate them better than words. Charles Le Brun, painter of the Court of Louis XIV, stated that the face is not the mirror of the soul but the readable expression of passions.This study examines literary and artistic representations of three representative individuals: Mademoiselle de Montpensier, the Duc de La Rochefoucauld, and the Cardinal de Retz, with the intention of demonstrating that, for the Seventeenth-Century, the portrait is the place where the conflict between "the inner being" and "appearances", the discomfort of the visible and the veiled, and also the uneasy co-existence of honntet and amour-propre, converged.
538
Mode of access: World Wide Web.
System requirements: World Wide Web browser and PDF reader.
590
Advisor: Christine McCall-Probes, Ph.D.
653
French Literature
17th Century portraits
Mademoiselle de Montpensier
Duc de La Rochefoucauld
Cardinal de Retz
690
Dissertations, Academic
z USF
x French
Masters.
773
t USF Electronic Theses and Dissertations.
4 856
u http://digital.lib.usf.edu/?e14.2561



PAGE 1

Regards sur ltre et le Paraitre dans Trois Portraits du XVIIe Sicle by Martine J. Landis A thesis submitted in partial fulfillment of the requirements for the degree of Master of Arts Department of World Languages College of Arts and Sciences University of South Florida Major Professor: Christine McCall-Probes, Ph.D. Roberta Tucker, Ph.D. Anne Latowsky, Ph.D. Date of Approval: July 18, 2008 Keywords: French Literature, 17th Century, Portraits, Mademo iselle de Montpensier, Duc de La Rochefoucauld, Cardinal de Retz Copyright 2008, Martine J. Landis

PAGE 2

Gazes in Relation to Inner Being and Appearances in Three portraits of Seventeenth Century France by Martine J. Landis A thesis submitted in partial fulfillment of the requirements for the degree of Master of Arts Department of World Languages College of Arts and Sciences University of South Florida Major Professor: Christine McCall-Probes, Ph.D. Roberta Tucker, Ph.D. Anne Latowsky, Ph.D. Date of Approval: July 18, 2008 Keywords: French Literature, 17th Century portraits, Mademois elle de Montpensier, duc de La Rochefoucauld, Cardinal de Retz Copyright 2008, Martine J Landis

PAGE 3

Ddicace ma mre qui aurait sans doute souri et mon pre qui a toujours t l.

PAGE 4

Remerciements Il maurait t impossible de faire ce travail sans la gentillesse, la patience infinie, les suggestions et les corrections de Dr. Chri stine McCall-Probes. Son rudition, son aide, ses encouragements, ainsi que son professionnalisme, ont t le balisage de mon excursion dans le monde des portraits du dix-septime sicle. Je tiens galement remercier Dr. Roberta Tucker et Dr. Anne Latowsky pour leur soutie n et leur confiance inbranlable.

PAGE 5

i Table des Matires Liste des illustrations ii Abstract (English) iii Abstract (French) v Chapitre I Introduction 1 Chapitre II: Le regard et limage 5 Chapitre III: La Grande Mademoiselle 15 Chapitre IV: Le Duc de la Rochefoucauld 34 Chapitre V: Le Cardinal de Retz 45 Chapitre VI: Conclusion: Derniers regards 53 Bibliographie 59 Appendices Appendice A: Portrait du duc de La Rochefoucauld 64 Appendice B: Portrait du cardi nal de Retz (Version I) 66 Appendice C: Portrait du Cardin al de Retz (Version II) 68

PAGE 6

ii Liste des Illustrations Figure 1. Claude Deruet. Portrait de Mademoiselle de Montpensier ................................34 Figure 2. Gilbert de Sve Portrait de Mademoiselle de Montpensier ................................35 Figure 3. Thodore Chassriau. Portrait de Fr anois VI duc de La Rochefoucauld .........47 Figure 4. Armoiries de la Maison de La Rochefoucauld ...................................................48 Figure 5. Jakob Ferdinand Vot. Po rtrait du Cardinal de Retz ..........................................57 Figure 6. Portrait du Cardinal de Retz daprs une gravure par Nanteuil ..........................58

PAGE 7

iii Gazes in Relations to Inner Being and Appearances in Three Portraits of Seventeenth-Century France Martine J. Landis ABSTRACT Introduced in French Salons as a parlor game, the literary portrait appears in mid SeventeenthCentury. It is similar to the literary portraits inserted in Roman cl but it does not hide the identity of the subject be hind a pseudonym, it depict s the individual as is. In a self-portrait subjects look at, observe, evaluate then describe themselves. They offer themselves to the gaze of others and pr opose a true reading of what they are. The self-portrait attempts to harmonize the app earance and the inner be ing, to render visible the essence of the person. However, in the Seventeenth Century, people reinvent themselves, and the answer to the question who am I? changes under the gaze of a sophisticated society where everyone must play the role assigned by their class and their gender. The nobility and the cultured elite want to be a work of ar t; the art of pleasing, the art of conversation, the art of story te lling, and also the ar t of knowing others. Everything is hyperbole: nobles are gods a nd goddesseswhen they are not fairiesand life is a vast performance where self-image and representation are tirelessly adjusted because the observer is looking to catch what is behind the faade. At court or in Salons, gazes interpret more than what is on display because they observe signs: body language

PAGE 8

iv and facial expressions convey f eelings visibly and communicate them better than words. Charles Le Brun, painter of the Court of Louis XIV, stated that the face is not the mirror of the soul but the readable expression of passions. This study examines literary and artistic representations of three representati ve individuals: Mademoiselle de Montpensier, the Duc de La Rochefoucauld, and the Card inal de Retz, with the intention of demonstrating that, for the Seventeenth-Cent ury, the portrait is the place where the conflict between the inner being and appearances, the discomfort of the visible and the veiled, and also the uneasy co-existence of honntet and amour-propre converged.

PAGE 9

v Regards sur ltre et le Paratre dans Trois Portraits du XVIIe Sicle Martine J. Landis RSUM Introduit dans les salons le portrait mondain apparat au milieu du XVIIe sicle. Il ressemble aux portraits littraires insrs dans les romans cls, mais il ne cache pas le sujet derrire un pseudonyme, il le peint tel qu il le conoit. Dans lautoportrait lindividu se regarde, sobserve, svalue, et se dcrit; il se prsente au x regards des autres et leur propose une lecture honnte. Lauto portrait sefforce de concilier le paratre et ltre, de rendre visible lessence de la personne. Cependant, on se rinvente au dix-septime et la question qui suis-je? change sous le re gard dune socit cultive o chacun doit jouer le rle que son rang social ou son sexe lui impose. On se veut une uvre dart; on parle de lart de plaire, de lart de la conversati on, de lart de conter, ma is aussi de lart de connatre les autres. Tout est hyperbole: le s nobles sont des dieux et des dessesquand elles ne sont pas des feset la vie est une vaste performance o lid e que lon se fait de soi-mme et limage que lon en offre sont in lassablement ajustes parce que le regard cherche apprhender ce qui est derrire lartif ice. la cour ou dans les salons, le regard interprte plus que ce qui lui est offert car il observe les signes: le langage du corps et les mouvements du visage expriment visiblement les sentiments et les communiquent mieux

PAGE 10

vi que lintention verbalise. Charles Le Brun, pe intre de Louis XIV, a nonc que le visage nest pas le miroir de lme mais lexpre ssion lisible des passions. Cette tude examine les reprsentations littraires et artistiques de trois pe rsonnages: Mademoiselle de Montpensier, le Duc de La Rochefoucauld, et le Cardinal de Retz en esprant dmontrer que le portrait du XVIIe sicle est un lieu o le conflit de ltre et du paratre, et le malaise du visible et du voil, de lhonnte t et de lamour-propre se rsument.

PAGE 11

1 Chapitre I Introduction La mode du portrait littraire mondain apparat au milieu du XVIIe sicle. Jeu introduit dans les salons il ressemble aux portr aits littraires insrs dans les romans cls, mais au lieu de cacher le sujet derrire un pseudonyme il a lintention de le peindre sans dguisements. Dans lautoportrait lindi vidu se regarde, sobserve, svalue, et se dcrit; il soffre galement aux regards des autr es et leur propose un extrieur qui se veut tre limage de son tre intri eur. Lautoportrait est un effort de concilier le paratre et ltre, de rvler lessence de la personne, cest dire son mrite, ses vertus, mme son me telle quelle les cono it, avec suffisamment de resse mblance pour tre reconnue. Cependant, on se rinvente au dix-septime sicle dans la foule dun humanisme du par les guerres de religion, dans lm ergence, puis dans la consolidation de labsolutisme, et dans laffirmation de las cendance de la noblesse de robe et de la bourgeoisie. La question qui su is-je? de laristocrate se fforce de trouver une rponse dans le regard dune socit mondaine o chac un doit jouer le rle que son rang social ou son sexe lui impose tout en aspirant la perf ection; car lge classique cest aussi lge de la perfection et des superlatifs. On se veut une uvre dart; on parle de lart de plaire, de lart de la conversation, de lart de conter, de lar t daimer, mais aussi de lArt de

PAGE 12

2 connatre les hommes .1 Au Grand Sicle tout est hyperbole: les nobles sont des dieux et des dessesquand elles ne sont pas des feset leurs vies deviennent de vastes performances o lide et limage que lon se fait de soi-mme et que lon offre au regard de lautre sont inlassablement ajustes par ce que le regard de lobservateur cherche apprhender ce qui se cache derr ire le figur. la cour ou dans les salons, le regard interprte plus que ce qui lui est offert car il rpond aux indices laisss par le comportement, la voix, lesquisse dun sourir e peut tre. Le langage du corps, surtout dans les mouvements du visage, manifeste visiblement les sentiments et les communique aussi bien, voire mieux, que la parole. Racine la montr au thtre et Charles Le Brun, peintre de Louis XIV, la nonc dans ses confrences lAcadmie Royale de la Peinture et de la Sculpture. Pour ce dernier, le visage nest pas le miroir de lme mais lexpression lisible des passions de lindividu. Partant dune intention identi que, cest dire offrir au regard lindividu tel quil est, soit communiquer la vrit, les portraits mondains et artistiques sont-ils convaincants? Cette tude se propose dexamin er et de juxtaposer les deux types de portraits de trois personnages: Mademois elle de Montpensier, le duc de La Rochefoucauld, et le Cardinal de Retz. Des considrations pratiques ont conduit ce choix: Dune part, il existe au moins un portrait artistique de chaque individu aussi bien quun portrait littraire, de sorte que les deux reprsentations pou rront correspondre. Dautre part ces personnes sont contemporaines et frquentaient les mmes salons ; le contexte social et historique de la 1 Marin Cureau de la Chambre, LArt de connaitre les hommes (Paris, 1659) 1. Cit par Jean-Jacques Courtine in Histoire du visage: exprimer et tair e ses motions, XVIedbut XVIIIe sicle (Paris: Rivages, 1988) 13.

PAGE 13

3 production des portraits est donc similaire. De plus, La Grande Mademoiselle et La Rochefoucauld ont fait leur autoportrait lapoge de lengouement pour le portrait et nous proposent un miroir de ce quils sont; Le Cardinal de Retz a dress un portrait critique de La Rochefoucauld qui le lui a bien rendu. Les deux portraits plus ou moins railleurs permettent une comparaison dinten tions vers la fin de la mode du portrait. Enfin, un autre point que ces quatre personnes pa rtagent est un dsir de raconter leurs vies. Mademoiselle de Montpensier, La Rochef oucauld et le Cardinal de Retz ont tous crit des mmoires dont les narrations sentr ecroisent et nous permettent ainsi dvaluer la justesse de leurs portraits. Il est regrettable que des milliers de tableaux et portraits du dix-septime sicle et des sicles antrieurs aient t dtruits par les grands sismes hist oriques qui ont secou la France, et quil nous en soit pa rvenus une si petite quantit,2 si bien que les portraits slectionns pour cette tude ne sont peuttre pas les meilleurs, mais ceux qui sont trouvables. Les contributions de Claude Deruet, de Gilbert de Sve, de Vot, et dun artiste anonyme copi par Thodore Chass riau fournissent les portraitures des personnages considrs. Lexamen de ces divers es reprsentations espre rvler que le problme de ltre et du paratre qui a tourment le dix-septi me sicle se rsume dans le portrait de lindividu qui se m ontre tout en se cachant. Une lecture attentionne des portraits lit traires met au jour les dtails qui informent le dessein de lauteur. Pour cette rais on, la structure, le style, et les lments du 2 Alan Wintermute, The French Portrait 1550-1850 (New York: Colnaghi, 1996). It is important to remember that only a fraction of the portraits produced in the Ancien Rgime have survived, and that we are left to judge a glorious banquet by the crumbs that remain. [] in the seventeenth century alone between four and five million paintings were produced in France, it would be no exaggeration to claim that over half a million were portraits. Today, fewer than 20,000 of these survive and are of little artistic merit 9.

PAGE 14

4 portrait seront examins. La voix du narra teur, le ton employ, la subjectivit ou lobjectivit du point de vue seront nots af in de bien saisir limage que nous donne lauteur dune part, mais aussi pour y trouve r ce qui nest pas dit. De mme, on tiendra compte du contexte de la production et des destinataires du portrait. Les transitions employes dans le discours seront galem ent remarques car elles nous amnent aux divers niveaux du moi de lauteur qui se d peint sans affectation. En observant la composition, les lignes, les couleurs, enfin les lments techniques du tableau, le de ssein du peintre ressortira; en revanche, la pose du modle, les objets qui lentourent, les allgories et le urs symbolismes expriment lide que le sujet se fait de lui-mme, et comment il veut tre regard, non seulement par ses contemporains, mais aussi par les gnrations venir. Le portrait littraire sest a ppropri le langage de la pe inture pour dcrire lobjet de son regard, en rappeler la prsence, puis la personnalit et le caractre. Il a voulu en crer une image. Paralllement, la plupart des tableaux du dix-septime sicle avaient pour point de dpart un rcit, donc un discour s. La reprsentation voque le narratif aprs lexprience sensorielle qui absorbe lensemb le de limage dans une premire impression sans linterprtation du langage Il semble donc que si lon peint un portrait littraire, on peut aussi lire un portrait artist ique pour y trouver lindividu, le moi derrire le visage.

PAGE 15

5 La nature na pas seulement donn lhomme la voix et la langue, pour tre interprte de se s penses [] Elle a fait encore parler son front et ses yeux. Marin Cureau de la Chambre Chapitre II Le regard et limage Placer la production des portrai ts dans leur cadre historique et social afin de tracer lvolution de la pense et du regard de lindividu sur sa so cit et sur lui-mme est utile pour comprendre lenthousiasme pour ce genre littraire. Lhumanisme voulait remonter aux sources de la sagesse en tudiant les ouvrages des philosophes de lantiquit dans leur langue originale. En ct oyant ces textes, en puisant dans leur sagesse, lhomme (car la femme tait moins concerne) samliorerait, deviendrait plus civi lis, poli, et plus panoui. Lesprit critique remet en cause les ides reues et paralllement louverture des connaissances, la terre slargit avec lexploration du Nouveau Monde. En consquence, la vision du monde change, le r le de ltre humain et sa place dans la hirarchie du cosmos est bouleverse. Les classes sociales mises en place depuis des sicles, changent avec lessor du commerce; l glise est branle quand elle nest plus la seule interprte de la Bible; les confli ts religieux explosent travers lEurope. Mais en France parce que les guerres de re ligions durent plus de trente ans, la noblesse est fractionne, la monarchie menace et le pays titube au bord de la ruine. Quand Henri IV devint roi en 1588 il entr eprit de restaurer le pouvoir royal en

PAGE 16

6 rassemblant les factions dissidentes. Rallier le s grands la monarchie fut achet grand prix, mais en 1601, avec la soumission du duc de Savoie, la rvolte des nobles prit fin.3 Le roi et son ministre Sully noublirent pas la puissance de s grandes familles nobles et entamrent leur neutralisation politique. Henr i IV remania le conseil royal, limina la position de Conntable, et rdu it le pouvoir du Chancelier. Le titre de Conseiller dtat qui revenait souvent la viel le noblesse, devint une positi on honorifique, tandis que les maitres des requtes taient des juristes, de hauts fonctionnaires professionnels qui pouvaient accder au titre de C onseiller dtat. Ainsi la noble sse dpe perdt son rle politique au profit de la noble sse de robe qui possdait d importants postes administratifs et gouvernementaux. De plus, la cration de La Paulette4 permettait aux officiers du roi qui avaient achet leur office de les transm ettre leurs hritiers moyennant un versement annuel ; elle facilitait ainsi l ascendance de la noblesse de robe sortie des rangs de la bourgeoisie et dont la viei lle noblesse dpe entret enait un certain ddain. Contrler le pouvoir politique des grands ne signifiait pas les loigner du roi, mais au contraire de les garder da ns son entourage, car les rappo rts entre le souverain et ses serviteurs, daprs les codes tablis de longue date, taient personnels et troitement lis leur proximit.5 tre sous les yeux du roi dfinissait en quelque sorte le mrite du noble puisque servir le roi si gnifiait la fois tre rcompens pour son service et tre honor en 3 Franois Bayrou, Henri IV: Le roi libre (Paris: Flammarion, 1994). Lensemble des subsides promis aux grands se montait environ 30 millions de livres, soit plus que le budget annuel de ltat lpoque 292. 4 Bayrou, 349. Ainsi nomme aprs Charles Paulet qui acheta la perception de cette taxe et qui stait dclar prt verser la somme de 900 000 livres par an pour garder loffice dans son patrimoine. 5 Jay M. Smith, Our Sovereigns Gaze: Kings, Nobles, and State Formation in Seventeenth Century France, French Historical Studies 18 (1993):396-415. Here, 399.

PAGE 17

7 reconnaissance de son mrite. Les paroles de la noblesse bourguignonne au roi Louis XIII la runion des tats Gnraux en 1614 expr iment ces sentiments: [] rien ne nous plait mieux, Sire, que le regard de notre Souverainet nous estimons le temps pass hors de sa prsence ou de son service, du temps pe rdu.[] La gloire dtre reconnu dans la prsence de votre majest nous est plus chr e que tout autre avantage que nous pourrions obtenir ailleurs. 6 Les qualits de la noblesse venaient de leur naissance et de leur ligne gnalogique. Daprs ldition de 1694 du Dictionnaire de lAcadmie Franaise le mrite possdait galement une dimension mo rale car il pouvait signi fier vertu, qualit, excellence. Le mrite des gens de qualit sexprimait dans leur gnrosit, leur loyaut et leur dvouement au roi. Au dbut du dix-septime sicle la Marquise de Rambouillet commena des petites runions dans sa chambre bleue comme antidote la grossiret de la Cour qui refltait davantage les habit udes dune noblesse habitue de s annes passes cheval faire la guerre plutt que le palais idal du Courtisan de Castiglione. La ruelle de la marquise tait un rendez-vous de ce quil y avait de plus galant la cour et de plus poli parmi les beaux esprits de ce sicle, crit Tallemant de Raux.7 Pour le courtisan, tre inclus dans le cercle des familiers de l Htel de Rambouillet, tait ncessaire son existence sociale. Madeleine de Scudry crira: On ne cro it point tre du monde [avant] quon ait t connu de [la marquise de Rambouillet].8 6 Smith, 399. 7 Donna Stanton, The Aristocrat as Art (New York: Columbia U P, 1980) 25. 8 Stanton, 228, n 24.

PAGE 18

8 En mme temps les livres dtiquette et de bonnes manires prolifrent car le comportement de lindividu, comme ses propos, s ont les facteurs qui attirent le regard favorable du roi et donc les privilges. LHonnte homme ou lart de plaire la cour (1630) de Nicolas Faret, imprim onze fois av ant 1681, est le premier trait qui cre un glissement du courtisan lhonnte homme.9 Dans cet ouvrage, il reprend les ides de Castiglione sur lart de se faire valoir au yeux du Prince, cependant son honnte homme est un arriviste qui se concentre sur son apparence, tandis que lhonnte homme de Montaigne tait un homme dont le comporte ment et la conversation refltaient lducation, la naissance et lesprit, et pour qui la prin cipale occupation tait de composer son caractre.10 Les salonniers et salonni res adoptent la phrase du philosophe Mon mtier et mon art, cest vivre et se transforment en une socit de personnes civiles Le salon est le lieu o se dfini t une nouvelle lite, une aristocratie intellectuelle hritire de l honntet de Montaigne, quelle ajuste son dessein, et o elle travaille son mode dexpres sion, hors du primtre de la Cour. Le salon de Madeleine de Scudry, successeur du salon de Rambouillet, continuera se pencher sur la question de lhonntet, cest dire comment elle transparait dans la conversation, dans lc riture et en socit. Dans son roman Cllie Histoire romaine bas dans les grandes lignes sur des faits historiquesafin de lgitimer son effortelle labore de nouveaux concepts de vertu dhrosme et de gloire en 9 Stanton, 20. Selon le Dictionnaire de Furetire, un honnte homme est obligeant et civil, raisonnable et sans reproche qui mrite dtre lou et estim; il se conforme la vertu et lquit. Lhonntet est une biensance due la puret des murs ou des paroles. Cest une rgularit des actions extrieures et des sentiments intrieurs. Lhonnte homme du 17e sicle se redfini par rapport aux sicles prcdents. 10 Stanton, 22.

PAGE 19

9 utilisant les conversations et les dbats des personnages du narratif. Sous sa plume, la gloire, auparavant associe aux prouesses militaires de la noblesse dpe, marque dhonneur inaccessible aux nobles plus rcents, devient dsormais une vertu attribuable au comportement et au caractre de li ndividu, soit une qualit desprit. Parmi les personnages emprunts lhistoire, ce long ro man cl dresse les portraits de quelques membres de llite parisienne, et ce faisant, lauteur associe ses contemporains aux hros de lantiquit,11 leur octroyant une noblesse de longue date dans un glissement de lieu et despace. Sous linfluence de Scudry, les membres de la haute bourgeoisie et de la noblesse de robe qui formaient la plus grande partie de son salon, se redfinissent; ils sidentifient une vieille noble sse idalise, ils devi ennent une aristocratie de mrite par le biais de la conversation et du comportement, la reprsentation de leur for intrieur. Le lien entre la conversati on et le comportement est la fois communication et expression. De ncessit, la perception du comportement de lindividu est une synthse des sens. Lanthropologue David Le Breton nous rappelle que : [L]e corps est le filtre par lequel lhomme sapproprie la substance du monde et la fait sienne par lintermdiair e des systmes symbo liques quil partage avec les membres de sa communaut. [] Lhomme participe au lien social non seulement par sa sagacit et ses paroles, ses entreprises, mais aussi par une srie de gestes, de mimiques qui concourent la communication, par limmersion au sein des innombrables rituels qu i scandent lcoulement du quotidien.12 11 Anne E. Duggan, Salonnires, Furies and Fairies: The Politics of Gender and Cultural Change in Absolutist France (Newark: U of Delaware P, 2005) 54. 12 David Le Breton, La Saveur du monde, une anthropologie des sens (Paris: Mtaill, 2006) 15.

PAGE 20

10 Pour dtecter le vritable honnte homme il faut lire son visage; inversement, pour maintenir lapparence de civilit et d honntet il faut matriser son comportement et ses expressions, quelles soient verb ales ou faciales. Lenjeu du pa ratre, et donc du contrle de soi, pouvait aller de la c onservation de la bonne opinion dun individu, la perte de pouvoir politique et de privilges. Lhist orien Oreste Ranum a relev de la correspondance entre Richelieu et les intendants dtat le pouvoir du regard royal, par procuration, discerner un manque de civilitez et d honnetetes qui pouvait conduire lhumiliation des notables.13 Pour pallier lapparen ce dincivilit, louvrage de Theodore Godefroy, Grand Ceremonial de France (1618), cataloguait et justifiait les rites suivre, les gestes faire, et le s expressions prendre lors des crmonies officielles et des rencontres o chaque ma rque dhonneur tait re ndue en fonction du rang des participants.14 Parce que lenjeu est si important, il devient ncessaire de traduire, cest dire de rendre intelligible, les cont enances et on remarque un retour vers les prceptes de la physiognomonie transmis depuis lantiquit tout au long du dix-septime sicle.15 Dans le trait prcit, Cureau de la Chambre crit: Car la nature na pas seulement donn lhomme la voix et la langue pour tre les interprtes de ses penses, mais dans la dfiance quelle a eu quil pouvait 13 Oreste Ranum, Courtesy, Absolutism, and the Rise of the French State, 1630-1660. Journal of Modern History 52.3 (1980):426-451. Courtesy codes, sustained by absolutist ideology, provided the states first line of offense against French society after about 1630. Individuals and corporations of various ranks and wealth suddenly found themselves charged w ith being insolent, impolite, and slanderous by royal officials. Still worse, royal officials humiliated them by declining to perform the established courtesies toward them. Nobles, judges and town councilors in par ticular found themselves slighted by representatives of the king on all matters of political power and ceremonial 427. 14 Ranum, 428. 15 Courtine, 41-57.

PAGE 21

11 en abuser, elle a encore fait parler so n front et ses yeux pour les dmentir, quand elles ne seraient pas fidles. En un mot, elle a rpandu toute son me au dehors, et il nest point besoin de fentre pour voir ses mouvements, ses inclinations et ses habitudes, parce quelles paraissent sur le visage et quelle s y sont crites en caractres si visibles et si manifestes.16 Lutilit de ce guide nest pas en doute, on pourra dsormais choisir ses amis, connatre les travers de ses ennemis et agir en consquence car le co rps inscrit, pour lil et son regard averti, la plus profonde pense et intention! tant donn que les vertus et les vices ainsi que le caractre et les motions de lindividu sont visi bles sur le visage, on peut donc en dduire que lintriorit, le vrai moi est reconnaissable pou r qui sait le lire; il en dcoule que le visage est limage de lme, et si on en fait un portrait, ce sera aussi limage de lme; ce qui apparat est forcem ent ce qui est. Lessence de la personne rendue visible et lisible est cap ture dans le portrait artistiq ue. Toutefois, vers la fin du sicle la physiognomonie perdra sa crdibilit avec lapplication de plus en plus frquente du rationalisme et La Bruyre en rejettera lutilit.17 Le souci de ressemblance18 repose dans les capacits de celui qui peint le sujet; lindividualit attache aux caractristique s du visage et du nom est primordiale. Le regard qui sattarde su r limage doit reconnatre lidentit du modle et, on ne saurait le rpter, lessence de ltre parce que le but du portrait reste avant tout de rendre prsent lindividu absent, ou den tre son miroir. Cest pourquoi, un portra it sans identification 16 Cit dans Courtine 36. 17 Courtine citant Les Caractres: La physiognomonie nest pas une rgle qui nous est donne pour juger les hommes; elle nous peut servir de conjoncture 18 Le Breton, 45.

PAGE 22

12 est, pour nous, dun intrt amoindri; entour de mystre il rest e dans le domaine du vague, du problmatique, voire du linsignifiant.19Sa valeur ne rside plus dans la ressemblance au sujet, mais dans la technique et le talent du pein tre; il nest plus un miroir, il devient un tableau. Llment essentiel de vrai-semblance est perdu Le projet du portraitiste classique est de dupliquer au ssi fidlement que possible ce qui est sous ses yeuxtout en embellissa nt pour plairede reproduire en deux dimensions ce qui existe en trois; ainsi, le so uci de ralisme est le sujet des confrences lAcadmie Royale de Peinture et de Scul pture. Entre 1668 et 1670 on se dispute sur les meilleurs moyens dy accder: est-ce par le dessi n ou la couleur? Hritiers de la tradition italienne, la plupart des peintres franais importants firent leur apprentissage Rome et Florence. Andr Fontaine, dans la prface des Confrences dclare: les Acadmiciens, jaloux de leur gloire, crurent quils devaient sunir pour assu rer le triomphe de lidal italien, adapt tant bien que mal au gnie fran ais, et senfoncrent dans un exclusivisme intransigeant .20 Afin dachever leur conception du r alisme, les acadmiciens se sont penchs sur des questions spcifiques nous d it Testelin, secrtai re de lAcadmie: Lonard dAvincit (sic), auteur clb re, fut le premier qui se rencontra sous la main o les matires sont mles confusment, sur quoi fut agit diverses questions: la premire sur lusage du racco urci, une autre tomba sur luniversalit du contraste. On parla ensuite de ltude des airs de tte des figures antiques; 19 Lada Nikolenko, Pierre Mignard, The Portrait Painter of the Grand Sicle (Mnchen: Nitz Verlag, 1982). Living with an unnamed portrait is like being with someone who refuses to introduce himself. The name means little if it is unknown 1. 20 Andr Fontaine, Confrences indites de lAcadmie Royale de Peinture et de Sculpture daprs les manuscrits des archives de lcole des Beaux-Arts (Paris: Albert Fontemoing, 1903) xxv. http://gallica.bnf.fr

PAGE 23

13 enfin on dit quelque chose de la manire de draper les figures et les diffrentes toffes.21 Cest donc laide de subterfuges et de techniques introduits par Lonard de Vinci: le sfumato, la perspective quil utilisait, et le chiaroscuro que la reprsentation apparat relle. Si Le Brun parle de mouveme nts des passions qui animent le visage, ces expressions, par le dtour de lanatomie, ne sont employes que dans le contexte dune histoire. Les portraits fran ais du dix-septime sicle ne saniment pas dmotions comme les visages de Rembrandt ou despig lerie comme ceux de Hals ou de Judith Leyster. La portraiture sous linfluence de lAcadmie, pein t un visage impassible et fig, srieux. Le sujet contrle ce quil veut bien dvoiler en participan t la fiction de la pose.22 Le dcor, les accoutrements, les toffes et les objets qui sont autour du modle contribuent identifier ses int rts et ses triomphes, et symboliser son caractre. Dans un curieux effet de superposition de signesles objets et limage des objetset leurs rapports lindividu qui pose, une articulati on a lieu qui nest cohrente que dans le contexte de la production du portrait. Le ralisme de l image, dans le sens de ressemblance et vraisemblance, ne peut tre valu quen considrant lensemble de ce que la socit de son tempsici le dix-septime sicleconsidrait tre rel, et en tenant compte des rgles qui la gouvernaient, autremen t dit, le contexte historique, littraire et social.23Il est vident quun dialogue existait entre les diffre ntes coles de peinture; 21 Fontaine, xxx. 22 Jemprunte lexpression de louvrage de Harry Burger Fictions of the Pose: Rembrandt against the Italian Renaissance (Stanford: Stanford U P, 2000). 23 Norman Bryson, Vision and Painting: The logic of the Gaze (New Haven: Yale U P, 1983). []in connection with the image, realism may be de fined as the expression of the idea of the vraisemblable which any society chooses as the vehicle through wh ich to express itself in visual form4.

PAGE 24

14 linfluence des flamands et les diffrentes coles italiennes poussa ient approfondir la question de ralisme, cependant toute uvre artistique en France tait lgitime par le got du roi et de son Acadmie. Il faudra donc fa ire leffort de garder loptique de lge classique en lisant le portrait, quil soit littraire ou artisti que, pour dcider si lobjet de son regard rpond son attente. Notre toile de fond tablie, nous allo ns considrer la reprsentation de Mademoiselle de Montpensier telle quelle sest reprsente ses contemporains pour analyser dans quelle mesure son paratre reflte son tre.

PAGE 25

15 ...lon peut dire que jai moins manqu de conduite que la fortune de jugement ; puisque si elle en avait eu, elle maurait sans doute mieux traite. Mademoiselle de Montpensier Chapitre III La Grande Mademoiselle En 1659 un recueil intitul Divers Portraits fut publi Caen. Pierre Daniel Huet, un salonnier rudit qui deviendra acadmicien, vque dAvranches, et familier de Mademoiselle, raconte dans ses Mmoires: La princesse sy [les portraits] tait fort exerce; elle en choisit quel quesuns faits par elle et pa r dautres, et mordonna de les faire imprimer en secret. [] Elle montrait un vrai talent dcrivain. Mais par modestie, elle ne les communiquait qu fort peu de monde.24 Cet ouvrage en question contient son autoportrait. Daprs la prface du livre, Mademoisel le tait Champigny quand ses parentes la princesse de Tarente et Mademoiselle de la Trmoulle, qui lui rendaient visite, lui ont montr des portraits quil tai t la mode dcrire en Holl ande. Jusqu prsent, les portraits littraires taient insrs dans un roman tel Le Grand Cyrus de Mademoiselle de Scudry. Le jeu tait de dc ouvrir la personne cache derri re le pseudonyme. Tels ces derniers, les portraits prsents Mademois elle, navaient de but que de divertir, 24 Denise Mayer, Mademoiselle de Montpensier: Trois tudes daprs ses Mmoires, Biblio 17 45 (Paris: PFSCL, 1989) 123.

PAGE 26

16 cependant linnovation rsidait da ns la cration hors du contexte romanesque, den faire un genre part, dans lequel le talent du peintre est apprc i autant que les traits du modle, de la sorte que le suje t du portrait en faisait lobjet. Dans le ca s de lautoportrait, la voix est donne au sujet qui sobjectifie dans le regard; le narrateur nous offre le reflet de ce quil voit dans son miroir o, dans le geste narcissique, limage est plus ou moins claire. Aprs avoir lu les portraits, Mademoiselle dcida quelle pouvait en faire autant et, en un quart dheure, elle fit le sien. La vitesse dex cution devrait en excuser les imperfections dit-elle, car Les personnes dont lesprit va au ssi vite que le sien, font rarement les choses deux fois; et bien quel les soient mal ds la premire, il vaut mieux les laisser de la sorte que dy rien changer, les grces naturelles se dcouvrant dautant mieux quelles sont dgag es de tout artifice.25 Elle prit got ce jeu et, entre novembre 1657 et novembre 1658, elle rdige a seize portraits qui font partie des cinquante-neuf runis dans le recueil des Divers Portraits. Le contexte historique et politique de la situation de la Grande Mademoiselle la co ur va nous aider comprendre les lments et les intentions des portraits examins dans ce chapitre. Anne Marie-Louise dOrlans duchesse de Montpensier, ne en 1627, tait la fille de Gaston dOrlans, frre de Louis XIII, et lhritire de la plus grosse fortune du royaume. Lanne du portrait, 1657, marquait la fi n de lexil auquel sa participation la Fronde des Princes lavait condamne.26 Son rle dans cette r volte ntait pas capital, 25 Mayer, 14. 26 La Fronde des Princes, 1650-1653 commence avec lemprisonnement des Princes de Cond, de Conti et du duc de Longueville sur lordre de Mazarin. Prolongement de la Fronde Parlementaire, elle reprend la rvolte contre la rgence, Mazarin en particulier.

PAGE 27

17 cependant il fut rempli de pripties dont la plus consquente, voi re cruciale, fut le combat la porte du Faubourg Saint-Antoine. En effet, les troupes royales commandes par Turenne attaqurent larme de Cond, bi en infrieure en no mbre; au bord de la dfaite, la retraite du Prince et de ses troupes fut assure par Mademois elle qui fit tirer les canons de la Bastille sur larme du roi. Les troubles de La Fronde prirent fin en octobre 1652; Louis XIV, alors g de 14 ans, f it une entre triomphale dans Paris et Mademoiselle reut lordre de dloger des Tuileries dans le lendemain midi.27 Bannie de la capitale et de la Cour, elle se retira dans ses terres et prit rsidence Saint Fargeau, le seul chteau peu prs habitable quelle possdait. Pendant son exil, elle sembarque dans la reconstruction et lamnagement de son nouveau logis, le chteau des six tours. Puis partir de 1653 e lle commence crire ses mmoires. Cest aussi loccasion de parfaire son ducation, de soccuper de ses biens, et de continuer les pou rsuites judiciaires pour regagner le s terres de Champigny, site du domaine familial des Montpensier, escroques son pre par le cardinal de Richelieu. Elles adjoignaient son comt quil dsirait largi r. cette fin, le cardinal avait ras le chteau familial des Montpensier et en avai t utilis les matriaux pour construire le chteau de Richelieu;28 Mademoiselle avait lintention de restaurer le domaine o ses anctres taient enterrs.29 Au temps de la rdaction de son portrait, en cette anne 1657, Mademoiselle avait trente ans, elle avait rega gn sa libert, repris possession de lhritage que son pre avait usurp, de plus, le do maine de Champigny lui tait restitu avec 27 Mayer, 96. Lauteur cite les Mmoires de Mademoiselle de Montpensier. 28 Mayer, 100. 29 Mayer, 15.

PAGE 28

18 indemnits, et elle pouvait dsormais retourner la cour, bien quelle ny fut pas reue chaleureusement.30 Elle se trouvait donc dans une priode de contentement et doptimisme qui rsonne dans son style. Le portrait est structur sel on les exigences de la form e: une courte introduction, suivie dune description physique densemble dabord, puis viennent les dtails; ensuite le comportement envers les autres, les aptitude s, les qualits et les dfauts sont labors. Finalement on passe aux penchants de la personne, pour term iner sur une phrase piquante, lquivalent d une rvrence, ou plutt dune petite courbette. Mademoiselle commence avec un ton de modestie: Puisque lon veut que je fasse mon portrait, je tacherai de men acquitter le mi eux que je pourrais.31 Elle ajoute quelle sera sincre dans lval uation de ses bons et mauvais tr aits de caractre, ce qui lui vaudra lindulgence de ses amis. Elle brode su r le proverbe Il faut mieux faire envie que piti pour signaler quelle ne veut pas de compassion pour cet ouvrage, car elle en donne rarement, et prfrerait encore la raillerie. Mademoiselle est, dans lensemble, satisfaite de son apparence (Je suis grande, ni grasse ni maigre, dune taille fort belle et fort aise. Jai bonne mine). Elle donne chaque dfaut un contrepoint positif: Les bras et les mains pas beaux, mais la peau belle, ainsi que la gorge; mes yeux s ont bleus, ni grands ni petits, mais brillants, doux et fiers comme ma mine. Elle est bien pare mme lorsquelle est nglige; sans se flatter dit-elle, je dpare moins ce que je mets, que ce que je mets ne me dpare. 30 Mayer, 20. La reine Anne, aprs lavoir reue aimablement mais sans chaleur, lavait, trois jours plus tard, prsente au Roi, qui arrivait du sige de Montmdy, en ces termes: Voici une demoiselle que je vous prsente, et qui est bien fche davoir t mchante, elle sera trs sage lavenir. 31 Mayer, 16-20. Le Portrait de Mademoiselle par elle mme est entirement reproduit dans ces pages. Toutes les citations du portrait dans le texte sy rapportent.

PAGE 29

19 Elle parle beaucoup, mais seulement de ce quelle sait, toutefoi s il lui arrive de donner dans le panneau dans certains sujets; elle prfre recevoir des louanges que den donner, ce qui la rend moquable. Ici, Mademoiselle utilise un nologisme qui rvle sa familiarit avec les salons, notam ment celui de Rambouillet quelle a frquent aprs 1645;32 sa faon de rpter certaines expr essions pour arriver des oppositions plaisantes et lgres, dvoile aussi une conversation cultive parmi les bons mots, une technique dexpression uniqueme nt forme lcole du monde.33 Nous avons dj remarqu le rapport invers dans la phrase :je dpare moins ce que je mets, que ce que je mets ne me dpare. Voici une autre juxtaposition binaire amus ante qui change le sens de la phrase dadverbes opposs: je suis toute pr opre me piquer de beaucoup de choses; et je ne me pique de rien que dtre bonne amie.34 Elle avoue tre fort mchante ennemie, tant fort colre et fort emporte, et cela joint ce que je suis ne, peut bien faire trembler mes e nnemis; nanmoins elle offre immdiatement le contrepoi nt suivant: mais aussi j ai lme noble et bonne. Mademoiselle est trs consciente de sa supri orit de rang qui lui c onfre un mrite inn, cest pourquoi elle est incapable de toute action basse et noire Elle aime le monde et la conversation des honntes gens, mais elle suppor te celle des gens qui ne le sont pas parce quil faut que les gens de ma qualit se contraignent, tant plutt ns pour les 32 Jean Garapon, La Grande Mademoiselle mmorialiste: Une autobiographie dans le temps (Genve: Droz, 1989) 22. 33 Garapon, 22. 34 La Rochefoucauld dira plus tard dans la maxime 209: Le vrai honnte homme est celui qui ne se pique de rien. De temps en temps Mme de Svign, rendait visite Mademoiselle en exil. En auraientelles alors parl si cette sentence particulire circulait dj?

PAGE 30

20 autres que pour eux-mmes, rflexion qui suggre une certaine conscience de ses responsabilits dA ltesse Srnissime. Elle est curieuse, et intresse par tous ceux qui ont un talent dans leur profession et, bien quelle ne sy conna isse pas beaucoup, signale-t-elle elle prfre la compagnie des gens de guerre et les our parler de leur mtier dont e lle parle volontiers. Elle se sent brave et courageuse, avec beaucoup dambition limite par sa condition fminine. Elle prend des dcisions rapidement et les maintient fermement. Elle fait peut-tre rfrence la Fronde, et au soutien quelle a donn Cond qui lui a encouru lexil, quand elle crit: Rien ne me parat difficile pour servir mes amis [] jai une telle indiffrence pour toutes les choses du monde, pa r le mpris que jai des autres, et par la bonne opinion que jai de moi, que je passerais ma vie dans la sol itude, plutt que de contraindre mon humeur fire en rien, y allt-il de ma fort une. Mademoiselle aime faire plaisir; elle aime aussi agacer et dplaire Quant aux divertissements, elle aime la musique, le violon surtout, et elle danse fort bien. Tandis quelle ha it les jeux de cartes, elle aime la chasse et faire du cheval; elle peint mal, mais crit bien naturellement. Bien crire tait un talent essentiellement fminin qui dtournait l ducation, venant de lintuition, et donnait la femme un avantage dans lcriture, particulirement pour les lettres. La Bruyre en dit Elles trouvent sous leur plume des tours et des expressions qui souvent en nous ne sont leffet que dun long travail et dune pnible recherche.35 Mademoiselle possdait ce je-ne-s ais-quoi dune criture agrable. Il est probable que cinq ans dexil Sa int Fargeau, crire ses mmoires, et les longues journes solitaires ont conduit la duc hesse un degr dintrospection, et la 35La Bruyre, Des ouvrages de lesprit Les Caractres (Paris: Garnier-Flammarion, 1965) 90.

PAGE 31

21 rflexion. Elle affirme quelle est plus sens ible la douleur qu la joie, connaissant mieux lune que lautre, mais aux apparenc es il nen est rien, car elle a appris dissimuler les sentiments prouvs. Ici, elle sefforce de dgager les limites de la sincrit et de la feinte: Quoique je ne sois ni comdienne, ni faonnire, et quon me voie dordinaire jusques au fond du cur, jen suis toutefois si maitresse, quand je veux, que je le tourne comme il me pl ait, et nen fait voir que le cot que je veux montrer. Mademoiselle laisse entrevoir son intrior it dans lacte de dissimulation quelle considre ne pas tre un faux-semblant. Cachet-elle ce quelle pens e par biensance? Par intrt? Lintention avoue est de cacher sa peine. Dans tous les coups de pinceaux, elle reste noble. La matrise de ses motions est due, non seulement sa bonne sant, mais aussi sa force de caractre. Elle surmonte lad versit et sait ne pas laisser voir quelle en souffre il faut noter la dis tinction quelle fait entre laiss er voir et montrer. Les grands chagrins que jai eus auraient tu une autre que moi, crit-elle, et elle rend grce Dieu pour cette force. Rien ne mabat, rien ne me fati gue: et il est difficile de connatre les vnements de ma fortune, et le s dplaisirs que jai par mon visage, car il est rarement altr, puis comme pour souligne r le contraste entre ce qui est pens et ce qui se voit, et aussi pour enlever au regard le pouvoir de rsumer et de transcender toute donne physique en un acte simplificateur36 de comprhension, lauteur soustrait son intriorit et remet le lecteur sa place, lextrieur, dans le domaine des apparences, avec la remarque: Jai oubli que jai un te int de sant qui rpond ce que je viens de dire: il nest pas dlicat, mais il est blanc et vif. Les penchants de son me et de son caractre, concernent le reste du portrait. 36 Jean Paris, LEspace et le regard (Paris: ditions Seuil, 1965) 91.

PAGE 32

22 Elle nest pas dvote car elle a beau coup damour-propreincompatible la dvotionet elle est atta che aux choses de ce monde: ses a ffaires et toutes les choses de faste et dclat. Elle est g nreuse envers ceux qui le mri tent, toutefois elle ne pense pas tre librale; elle reconna t rarement ses fautes; elle se dit point mdisante, ni railleuse, bien quelle sache infliger des railleries ceux qui les mritent; elle est parcimonieuse avec les louanges, impatiente av ec les galanteries. Elle na pas lme tendre et on lui reproche dtre sensible ni lamiti, ni lamour, mais elle sen dfend, car elle aime tout fa it ceux qui le mritent. Elle termine sur le jugement, le bon sens, dont elle ne manque pas, et souhaiter ait ne pas tre juge par les vnements de sa fortune, car sil tait vr ai que lon sattire son destin, on la jugerait mal. Pour tre juste lon peut dire que j ai moins manqu de conduite, que la fortune de jugement; puisque si elle en avait eu, elle maurait sa ns doute mieux traite. Elle termine sur une boutade qui rappelle la symtrie des arguments pascaliens.37 Le portrait peint par Mademoiselle est celui dune jeune femme de sang royal, fire, altire, imbue de sa personne, dun temp rament impulsif et parfois colreux, ttue, capable de grands gestes damitis et de corr espondantes expressions dhostilit. Tout ce quelle donne, fait ou dit aux autres est mr it. Cest un esprit gue rrier damazone qui peut dissimuler ses motions et les maitrise r quand elle veut; une femme qui estime que, par sa naissance, elle aurait d avoir un des tin glorieux, mais sur qui la providencela fortunene sourit pas. Lamour-propre, quelle admet possder en abondance, lempche de reconnatre ses fautes ou de contraindre son esprit. Il est de la nature humaine de se 37 Je pense aux Lettres un Provincial de Blaise Pascal, en particulier la lettre onze dans laquelle il justifie lemploi de lironie comme outil de correction. Les Provinciales furent publies entre 1656 et 1657; il est donc probable que Mademoiselle en ait lues au moins quelques unes, puisquon en parlait partout, mme en province.

PAGE 33

23 peindre sous un beau jour, domettre les traits moins attrayants et de broder ses qualits jusquaux limites de la modestie. Dans la mesure o Mademoiselle admet une partie de ses dfauts aussi bien que ses vertus, on peut di re quelle se peint tell e quelle se conoit, et cre le souvenir quel le aimerait laisser. Limage dans le fond, est fabrique pour engendrer un souvenir. Les albums de photos que tout le monde actuel possde tmoignent de la volont de capturer le temps, de fixer le regard sur un mome nt que lon veut inoubliable, ou sur un visage qui ne peut que disparatre. Debray rsume la ncessit du mmento: Sans langoisse du prcaire, pas besoin de mmorial.38 Labsence du rel est remplace par la prsence de limage, mais en regardant limage, la mmoire est stim ule; la prsence est revcue dans la ralit de la pense du moment. Pline lAncien relate que le principe de la peinture a consist tracer, grce des lignes, le contour dune ombre lointaine.39 Aujourdhui nous envoyons des photos pour combler un manque,40au XVIIe sicle (et avant) on envoyait des portraits en miniature aux personnes qui taient chres, (on se rappellera du portrait de la Princesse de Clves vol par le duc de Nemours dans le roman ponyme de Madame de La Fayette) et on commandait des po rtraits pour tre commmor, et prendre sa place dans la galerie des anctres.41 38 Rgis Debray, Vie et mort de limage: Une Histoire du regard en occident (Paris: Gallimard, 1992) 24. 39 Debray, 36. Citant Pline lAncien, Histoire Naturelle XXXV.15 (Paris: Bud, 1985) 42. 40 Debray, 35. 41 Quinze ans plus tard, Boileau, dans LArt Potique a repris la phrase dHorace ut picture poesis; lart imite pour le plaisir des yeux et pour toucher le cur. Chant III. uvres Compltes (Paris : Gallimard, 1966) Bibliothque de la Pliade.

PAGE 34

24 La noblesse et la haute bourge oisie, formaient une socit de loisirs et de plaisirs dont les divertissements taient empreints de rfrences antiques et mythologiques (thtre, opra, et ballet par exemple); les mondains avaient l habitude dtre qualifis de divins, dincomparables, et de merveille ux; leurs lectures puisaient couramment dans les allgories profanes et religieuses. Ma demoiselle de Montpens ier, qui avait grandi la cour, tait accoutume voi r lloge de femmes fortes da ns les galeries de portraits devenus la mode depuis que sa grand-mre Marie de Mdicis, en avait command Rubens pour le palais du Luxembourg: il y av ait les trois tableaux figurant des femmes clbres commands Simon Vouet et Phili ppe de Champaigne pour lappartement dAnne dAutriche au Palais Royal;42 le sujet mythologique du plafond de la Galerie Mazarine, peint entre 1646 et 1647, comprend le s Muses dont les visages appartiennent de clbres salonnires.43 La cour navait point le got du ralisme dans la reprsentation picturale. Il faut ajouter que dans la prolongation de la Querelle des femmes et de lacceptation de la dualit cartsienne corps/es prit, (bien avant la dclaration de Poulain de la Barre Lesprit na point de sexe), la revendication dgalit sest exprime par lallgorie de Minerve. Comme Ian Maclea n le remarque: It seems to have been fashionable among ladies of the grande noblesse in the 1640s to be painted as fortitudo or Pallas armata .44 Quoi de plus naturel pour la Gra nde Mademoiselle que de se faire peindre en desse ? Il y a un autre lment pour justifier la popularit dun style idalis: 42 Ian Maclean, Woman Triumphant: Feminism in French Literature, 1610-1652 (Oxford: Clarendon P, 1977) 211. 43 Maclean, 211. Les notes en bas de pages abondent en rfrences et en exemples. 44 Maclean, 214.

PAGE 35

25 DAlberti Le Brun, les tabl eaux taient hirarchiss. Le s plus nobles taient les reprsentations historiques, fussent-elles mythologiques, puis les portraits et enfin les paysages et les natures mortes.45 Le portrait allgorique ou hi stori avait t cr pour la cour46 afin den lever le genre car, pour lAcadmie de Peinture, un portrait ntait digne destime que sil tmoigne de la situ ation sociale du modle par le truchement dlments allgoriques et mythologiques.47 Pierre Mignard (1612-1695), clbre portraitiste du dix-septime sicle, a rintroduit le style de Vouet et de lcole de Fontainebleau caractriss par la plasticit des visages, les allgories et les riches toffes, particulirement dans les portraits de femmes La diffrence entre le s portraits artistiques franais du XVIIe sicle et ce ux des pays voisins a dj t signale; il est bon de se rappeler quun portraitiste nest jamais en mauvais rapport avec son temps ni ses modles car son succs dpend de la manire dont il les rend; la satisfaction de lacheteur tait ncessaire et primait sur linclination du peintre.48 Cette discussion nous amne aux portraits de Mademoiselle, l un par Claude Deruet (1588-1660), lautre par Gilbert de Sve (1615-1698). Le Portrait de Mademois elle de Montpensier de Deruet (fig.1) se trouve dans une collection prive, cependant le tableau fut in clus dans lexposition The Age of Louis 45B. R. Tilghman, A Conceptual Dimension of Art History. Gombrich on Art Psychology, d. Richard Woodfield (Manchester: Manchester U P, 1996) 116. 46 Voir par exemple Louis XIII couronn par la Victoire de Philippe de Champaigne (1635) Muse du Louvre et Le Portrait allgorique du roi Louis XIII en armure couronn de laurier entre La Navarre et la France de Simon Vouet Versailles. 47 Myra Nan Rosenfeld, Largillire portraitiste du dix-huitime sicle (Muse des beaux-arts de Montral, 1981) 2. 48 Nikolenko, 2.

PAGE 36

26 XIII, organise par the Cummer Gallery of Art of Jacksonville, Florida et le Museum of Fine Arts of St Petersburg, Florida. Le catalogue de cette exposition de 1970, contient une gravure de ce portrait. Deruet, peintre lorrain, est sa ns doute plus connu pour son portrait de Julie dAngennes dguise en Astre et le diptyque des Amazones mais de son vivant, il tait le peintr e prfr de Louis XIII, et celui des Prcieuses. Cest sans doute la cour ou Paris que la Duchesse de Montpensier la rencontr. La date de ce portrait en Minerve nest pas prcise, mais Elise Goodman prsume que ctait aprs lexil, soit une ou deux annes suivant lcriture du portrait.49 Pour nous, la conjoncture tant que la perception de so i de Mademoiselle nayant pas beaucoup chang entre les deux portraits, une comparaison entre les deux types de reprsentations est justifiable. Le tableau histori et idalis prsente une jeune femme sve lte, grande et dun port altier, assise entoure d objets symboliques et dto ffesdont les plis ngligs tmoignent du talent du peintrequi font cho aux descriptions delle-mme que Mademoiselle a fait antrieurement. Les mains et les bras quelle admet pas beaux sont fins; la gorge et les paules dcouvertes rvlent un teint clair, une peau fine et belle; le visage est long et le nez fin, mais point aquilin, comme elle avait prcis; les yeux sont vifs et nous toisent, car elle nous regarde dun peu plus haut que notre ligne dhorizon; la bouche vermeille est petite, la lvre infrieu re charnue, comme il se doit. La jupe cru est un peu releve sur le genou et laisse voir le pied bien fait chauss dune sandale lace autour dune jambe droite. Dun geste ma nir, elle tient un compas dans la main gauche et semble mesurer une section dun la rge globe terrestre pla c devant elle. Elle porte le plastron dune cuirasse la romaine orne dun lion en relief sur la poitrine (Je 49 Elise Goodman, The Cultivated Woman: Portraiture in Seventeenth Century France Biblio 17 176 (Tbingen: PFSCL, 2008) 100.

PAGE 37

27 me sens fort brave; jai beaucoup de cour age et dambition). Le casque empanach de Minerve est assis un peu en arrire sur sa tte et laisse voir les cheveux dun beau cendr boucls. Une longue charpe bleue, di aphane et lgre, l enrobe dune faon nglige, flottant dans la bris e en une grande boucle derrire elle. ses pieds, dans le bas gauche du tableau, un bouclier orn de la t te de Mduse et une lance, les armes de Minerve, semblent abandonns. ct du boucli er, gisent la sculpt ure dune tte de femme ainsi quune palette de peintre qui, selon Goodman, indique nt ses activits de mcne, bien que son soutien de la peinture et de la sculpture aient t restreints aux nombreux portraits commands pour les di ffrentes galeries de ses demeures.50 Devant elle, empils en dsordre au sol, reposent une varit de livres richement relis dont certains titr es sont lisibles, tels LHistoire, Mtaphysique, La Physique entre autres, ce qui est cons istant avec jaime lire les livre s bons et solides; les bagatelles mennuient de son portrait. Sur la banquette sa droite, reposent un luth et un livre de musique ouvert, symboles de son amour pour la musique et pour la danse. Elle est assise sur une terrasse qui fait figure de cabinet dtude et do elle a la vue sur une rivire, ou un lac, et des collines lointaines. Le paysag e nous est partialement cach par la base dune colonne flute. Good man offre lhypothse quil sagit des terres prs de Trvoux, dans le do maine des Dombes, que Mademoiselle avait achet vers 1658-1659. Toutefois lintervalle de temps entre lachat et la mort de Deruet semble un peu juste pour just ifier cette hypothse.51 Une horloge de taille considrable, pose sur 50 Goodman, 105. Toutefois, dans limpression des Divers portraits de 1659, le portrait en vers de Mademoiselle par Segrais fait lloge de ses gots en peinture et en sculpture. http://gallica.bnf.fr/ 51 Goodman, 103.

PAGE 38

28 une table marque six heures.52 Le compas que tient Mademo iselle dune faon manire et dlicate reprsente lar chitecture pour laquelle elle avait un got prononc, mais quelle ne mentionne pas dans son autoportrait. Le grand globe terrestre est la fois le symbole du pouvoir royal et donc de sa gnal ogie, et le reflet de son intrt en gographie et en politique. Les portraits de Mademoiselle, dcrits ou peints, refltent lidal prcieux de la beaut et de la femme forte: la femme est gracieuse, et sa peau belle; le grands dcollet et les bras nus ont un teint de porcelaine, les lvres sont vermeilles et les yeux vifs et clairs. Elle est brave et fir e, rudite et savante. En em ployant Athna-Minerve, desse olympienne, sortie entire du front de Zeus (d e sa force intellectuelle), dont la fminit est mitige par la virilit (la sagesse et la force sont des attributs masculin dans notre culture), Deruet illustre la femme forte, lida l de lesprit mondain et de la revendication dgalit. Comme allgorie, elle personnifie la nature asexue de lesprit. Grce lapplication de fines couches de couleurs tr ansparentes, il traduit la qualit thre du portrait de cour et fait penser la remar que de Pierre Mignard: La plupart des femmes ne savent ce que cest que se faire peindre telles quelles sont, elles ont une ide de la beaut laquelle elles veulent ressembler; cest leur ide quelles veulent quon copie et non pas leur visage.53 52 Roland Racevskis, Time and Ways of Knowing under Louis XIV, Moliere, Svign, Lafayette (London: Associated U P, 2003) 68. Le tableau de Louis XIV lAcadmie des Sciences de Testelin, montre le roi entour de livres, compas, cartes, globe et une horloge reprsentant les outils de la science au service du pouvoir royal. Il est possible que lhorloge soit un des codes de la femme cultive et savante. Ajoutons que la vie de la cour tait strictement rgle par lhorloge, comme le dcrit La Bruyre dans la satire De la Cour des Caractres. 53 Mazire de Monville, La Vie de Pierre Mignard premier peintre du roi (Paris: Sn, 1730) 153. http://gallica.bnf.fr/

PAGE 39

29 Le portrait de Gilbert de Sve (fig. 2), de lcole de Mignard,54 est une toute autre mise en scne. La pose de Mademoiselle est essentiellement fminine. En un portrait de trois quart, la duchesse se tient sur le ct droit dune fentre travers laquelle apparat un jardin verdoyant entour dune balustrade ornemente de statues classiques. En haut du tableau, au-dessus du jardin, un amour par dune couronne de fleurs nous regarde le sourire aux lvres; il tient une guirlande de roses blanches et roses semblable celle quil porte sur la tte dune main, et de lautr e il attire notre attention sur le modle. Nous retrouvons dans ce por trait allgorique, la bris e qui fait onduler les soies lgres des manches, et les boucles de ch eveux dun beau cendr de Mademoiselle. Dun geste gracieux et naturel, sa main gauche retient un pan du ma nteau qui risque de senvoler pendant que sa main droite cares se les ptales dun lys blanc au milieu de pivoines rouges. Les tissus dia phanes bleus et crus de la ro be contrastent avec le riche brocard du plastron en forme de cuirasse qui rappelle lamazone, la femme forte. On reconnat le long visage de Made moiselle, le regard direct et un peu hautain, la petite bouche vermeille et le nez aquilin. Les traits so nt finement dessins; les paules, la gorge, les bras et les mains ont une dlicatesse de porcelaine; la lumi nosit de la peau concurrence celle du collier de perles. Enfin tous les lieux communs de lidal fminin y trouvent leur compte. Le tableau est compos de trois triangles: le peintre a plac la lumire diffuse sur le modle dont le bras tendu touchant le lys dun ct, et le pan de la manche droite de lautre, forment le triangle central qui attire le regard. Sur la droite, de lourdes draperies forment une masse sombre qui empche le rega rd de dvier du sujet et en dlimitent le 54 La base de donnes Joconde du Ministre de la Culture de France attribue le portrait lcole de Pierre Mignard, excut par Troyes (1612-1695) aprs 1662.

PAGE 40

30 second. Le troisime contient le chrubin et le jardin, si bien que l il du spectateur passe naturellement de Mademoiselle au jardin distant, puis revient vers la silhouette lumineuse. Le symbolisme est rduit car il y a peu dobjets allgoriques, nanmoins, lobservateur aura dj relev les emblmes botaniques: le lys, puret et virginit; les roses, lamour; les pivoines, la passion, et bien sr le jardin ve rdoyant qui voque la fcondit. Ce portrait saccorde au principe de semblance de lacadmie qui encourageait la correction de la nature: Il fa ut que le peintre en prenne ce qui est le plus beau comme lArbitre souverain de son Art, et que par le s progrs quil y aura fait, il en sache rparer les dfauts et nen laisse point chapper les beauts fuyantes et passagres.55 Le tableau ressemble aux traits physiques de Mademoise lle, et mme de sa prestance, mais ne correspond pas tout fait lau toportrait dans lequel elle so uligne ses qualits et ses penchants. La mise en scne tranche avec la d claration: Quant la galanterie je ny ai nulle pente, et mme lon me fait la guerre que les vers que jaime le moins, sont ceux qui sont passionns, car je nai point lme tendre. La formule de Gilbert de Sve voque les portraits des candidats aux ma riages politiques, qui taient envoys aux diffrentes cours dEurope et peut tre en estce le dessein. Si la date du portrait est correcte (1662), elle concide avec lincident que Mademoiselle raconte dans ses Mmoires concernant une proposition de mariage avec le roi du Portugal que lui aurait fait Tu renne, en tant que conseiller du roi. Elle relate le dialogue suivant: [Turenne]: Je veux vous marier--Ce nes t pas facile, je suis contente de ma conditionJe veux vous faire reine [] Je veux vous faire reine du Portugal. 55 Nikolenko, 10. Citant C.A. Dufresnoy, lArt de la peinture (1668).

PAGE 41

31 Fi! me rcriai-je, je nen veux point. Il reprit: Les filles de votre qualit nont point de volont; elle doit tre celle du roi. Malgr les arguments de Turenne elle refuse le projet de mariage, en remarquant:il fait bon tre Mademoiselle en France avec ci nq cent mille livres de rente. Cependant plusieurs jours aprs, par lettre, elle prie le ro i de lui dire si lide vient de lui, ce quil refuse de confirmer ou de nier. 56 Le portrait de Sve, dont le but est de sduire, est inconsistant avec le temprament et les ides de Mademoiselle qui, comme beaucoup de prcieuses, refusait le mariage,57 et telle quelle se prsen te dans son autoportrait. Les qualits de son Altesse Royale, petite fille de France, capable de produire un hritier semble tre le thme du portrait. Il ne nous laisse ri en voir de son intriorit, en fait il obscurcit ce que nous savions. De plus les objets c ods du langage amoureux sont annihils par le regard sans douceur du modle. Lappel direct une ca ndidature potentielle au mariage de Mademoiselle demande un second regard sur le portrait de Deruet, car si le portrait du dix-septime sicle avait une valeur purement iconographique,58 une deuxime lecture pourrait nous clairer davantage. Professeur dhistoire de lart, Liana De Girolami Cheney, cite lemblme 23 dAndr Alciat pou r signaler que Pallas At hna reprsentait the prudent intellect ainsi que la protection des vierges the shield with the head of 56 Anne Marie Louise dOrlans duchesse de Montpensier, Mmoires de Mlle de Montpensier, d. Chruel (Paris: Charpentier, 1859) 3: 534-39. http://gallica.bnf.fr/ 57 Garapon dnombre vingt-cinq prtendants srieux 74. 58 Nikolenko, 15.

PAGE 42

32 Medusa and the dragon allude to dfense and protection.59 Vasari, que tous les peintres classiques connaissaient, menti onne lallgorie de la Sage sse portant un bouclier orn dune Mduse et dune lance.60 Giotto rend lallgorie de la Force, une des vertus cardinales, en Pallas arme de lance et bouc lier, portant une peau de lion sur ses paules.61 Dans le tableau de Deruet, la Prude nce et la Fortitude se joignent les symboles de la Temprance et de la Justice: lhorloge six heures marque lquilibre parfait du temprament du modle, et le compas instrument de mesure, un angle de 45 degrs, voque la balance quilibre de la justice. 62 (On se souviendra des affections et des railleries mrites que Mademoiselle accorde son entourage). Sous ce biais, les deux portraits peints semblent rpondre au mme objectif: de montrer Mademoiselle en jeune femme virg inale et vertueuse m ritant de hautes considrations dalliance par le mariage. En rpondant aux exigences culturelles de leur contexte social, Deruet et Sve livrent une a pparence de ressemblance, o lutilisation des formules iconographiques, loin dindividualiser le modle, le rduit en portrait gnrique. Dans la pose thtrale, elle devient le pers onnage quil a t convenu de mettre en scne; et dans lacte de la pose, l individu en chair et en os, le moi du sujet disparat derrire lacteur. Le regard de lobservateur se dtourne alors du sujet du por trait qui lui chappe pour sarrter sur le talent du peintre, la maitrise de sa technique rendre forme et 59 Liana De Girolami Cheney, Virtue, Encyclopedia of Comparative Iconography: Themes Depicted in Works of Art, Ed. Helene E. Roberts (Chicago: Fitzroy Dearborn, 1998) 911. 60Cheney, 912. 61 Giotto Chapelle Scrovigni de Padoue. 62 James Hall, Illustrated Dictionary of Symbols in Eastern and Western Art (New York: Harper Collins, 1994) 67.

PAGE 43

33 couleur, la composition, et la justesse de la ligne dans le tableau. Lapparence donc, prime dans les portraits artistique s de la Grande Mademoiselle. Le recours la physionomie et lexpression du visage pour dis cerner lme de la personne a t rejet, remplac par les convent ions artistiques conformes aux contraintes de la socit laquelle la re prsentation est destin e. En cela, le portrait mondain et le portrait artistique conver gent dans lloge du peintre plus que dans le sujet de la peinture. La sublimit de limage renvoie la noblesse de lexpression verbale. Par consentement mutuel, dans la conversation des gens de mrite qui se veulent honntes, on complimente et on flatte; mais comme tout le monde est complice, personne nest dupe,63 du moins, tel est le sous-entendu. Au d part, les politesses tai ent bases sur une reconnaissance rciproque de qualits relles, mais comme nous lavons vu, les hyperboles transforment lchange qui de vient une transacti on o des perfections fictives sautorisent mutuellement, en vue de maintenir pour chacun un niveau gal de satisfaction narcissique.64 La dissimulation devient alors monnaie courante, lesthtique verbale devient une anesthsie morale65 laquelle se rebiffent les moralistes. Lun dentre eux, Franois de La Rochefoucauld, fit son autoportrait avec beaucoup de dfiance. Son but tait de peindre un honnte homme, sans se flatter. 63 Jean Starobinski, Le Remde dans le mal; Critique et lg itimation de lartifice lge des lumires (Paris: Gallimard, 1989) 68. 64 Starobinski, 69. 65 A. J. Krailsheimer, Studies in Self-Interest from Descartes to La Bruyre (Oxford: Clarendon Press, 1962) 84.

PAGE 44

Figure 1 : Claude Deruet, Portrait de Mademoiselle de Montpensier en Minerve. Collection de David E. Rust, Washington, D C 34

PAGE 45

Figure 2 : Gilbert de Sve (co le de Mignard) aprs 1662. Portrait de M ademoiselle de Montpensier Muse national du Chteau de Versailles et de Trianon, Versailles. 35

PAGE 46

36 Pour moi, je suis content quon me croie ni plus beau que je me fais, ni de meilleure humeur que je me dpeins, ni plus spirituel et plus raisonnable que je dirai que je le suis. La Rochefoucauld Chapitre IV Le duc de La Rochefoucauld Lautoportrait que le duc de La Rochefoucauld contribua au Divers Portraits fut le premier de ses ouvrages tre publi. N Paris en 1613, il descendait dune famille de grande noblesse. La tradi tion dit que la maison de La Rochefoucauld est issue de la maison de Lusignan, dont plusieurs membres fure nt rois de Chypre et de Jrusalem. Les Lusignan revendiquaient la fe Mlusine comme aeule, cest pourquoi, depuis le dixseptime sicle les armoiries des La Rochefou cauld (Fig. 4) portent une Mlusine sur la couronne ducale.66 Grand seigneur, il seffora de servir la couronne et ltat loyalement, jusqu ce que les abus fiscaux et lgaux de Mazarin poussent le Parlement de Paris la rvolte de la premire Fronde en 1649. Cette anne-l, il crit dans lApologie de M. Le Prince Marcillac,67 publie plus tard: [] cest la douleur publique qui a tir de ma bouche les premires plaintes, et quenfin il a fallu que le Cardinal [Mazarin] ait t 66 La Rochefoucauld, uvres Compltes Bibliothque de la Pliade (Paris: Gallimard, 1964) xxvii. Les citations de La Rochefoucauld qui suivent sont tir es de cette dition ainsi que les deux portraits du Cardinal de Retz au chapitre suivant. 67 Le titre de Duc de La Rochefoucauld revient au fils la mort du pre. Ainsi notre auteur sappelait Prince de Marcillac jusquen 1650. la mort de son pre il hrita du titre, et devint Franois VI de La Rochefoucauld, et son fils ain, Franois VII, reut le titre de Prince de Marcillac.

PAGE 47

37 dclar ennemi de ltat, avant que je ne sois dclar le sien.68 Lors de La Fronde des Princes, il se rangea du cot de Cond et de la duchesse de Longuevillesur de Condet fut bless dans la bataille de la porte Saint-Antoine en juillet 1652. La Grande Mademoiselle a ainsi dcrit la scne dans ses Mmoires: Je trouvais [] le plus affreux spectacle qui se puisse regarder: ctait M. le duc de La Rochefoucauld qui avait un coup de mousquet qui lui prenait au coin de lil dun ct et lui sortait par lautre en tre lil et le nez [tout son visage en tait plein [de sang]. Son fils le tenait par une main et Gourville par lautre : car il ne voyait goutte. Aprs La Fronde La Rochefoucauld se re tira de la politique et sattacha lobservation de la socit mondaine dont les valeurs taient bien di ffrentes des vertus cornliennes et des sentiments romanesques de l Astre dHonor dUrf qui avaient nourri les esprits de laristocratie dans la premire moiti du sicle. Aprs sa convalescence, La Rochefoucauld revint Paris o il frquenta les salons de Mme Duplessis-Gungaud, de Mme de Sabl, et de Madeleine de Scudry et o il rencontrait les plus grands esprits du sicle. Cest dans ce contexte mondain et de loisir quil excuta son portrait. Nous avons dj not la structur e de lautoportrait, l ordre des descriptions, la forme et les conventions. Dans le cadre impos, La Rochefoucauld se peint sa manire. Ds la premire phrase il refuse le reflex e de fausse modestie, le captatio benevolentiae qui appelle 68 uvres LApologie du Prince de Marcillac 37.

PAGE 48

38 lindulgence du lecteur pour les lacunes du portraitiste,69 et se lance directement dans la vue densemble, les grandes lignes et les proportions du portrait physique: Je suis dune taille mdiocre, libre et bi en proportionne. Jai le teint brun mais assez uni, le front lev et d une raisonnable grandeur, les ye ux noirs, petits et renfoncs, et les sourcils noirs et pais mais bien t ourns. Il verse dans lordinaire. Scrupuleux dtre juste, il ne sait comment dcrire son nez ni camus, ni a quilin, ni gros ni pointu, au moins ce que je crois. Dans cette expression, on voit lauteur des Maximes se mfier de son jugement. Sans tre explicite, la mfiance de lamour-p ropre qui induit en erreur le force noncer la subjectivit de son re gard, et explique l emploi rpt des compensations dans le portrait. Il continue dans la description: son nez descend un peu trop en bas, les dents passablement bien ranges, les lvres normalement assez rouges, et ni bien ni mal tailles. Dans un miroir, il vrifie sil a un peu trop de menton et ne peut conclure. Il nen sait pas davantage sur la forme de son visage. Le souci dobservation pour arriver la vrit se heurte continuellement au filtre impos par lamour propre, cause interne, et par la modestie, cause externe; il doit nanmoins prserver la ressemblance. Ses cheveux sont assez longs, pais et naturellement friss pour prtendre en belle tte. Ai nsi la liste des traits, sans distinction par leur moyenne, se termine par un demi-aveu (ou est-ce un v u?) dune chevelure attrayante. Par la subtilit et lambigit de lexpression, le style de la description, autant de coups de pinceau du portraitiste, La Rochefoucauld est reconnaissable. Dans la tournure de phrase, le modle est flou, indtermin, le sujet perd ses contours spcifiques et cest lartiste qui est devant nous et que nous reconnaissons. 69 Lucie Desjardins, Entre sincrit et artifice. La mise en scne de soi dans le portrait mondain Tangence 77(2005) 143-155. Ici page 146.

PAGE 49

39 Il a lair chagrin et fier qui passe s ouvent pour un air mprisant quoiquil ne le soit pas du tout, corrige-t-il. La mme nav et employe pour dcrire le dehors sera utilise pour le reste du portrait, le ct invisible, assure-t-il. Il se connat bien parce quil sest tudi et il possde assez dassurance pour mentionner ses bonnes qualits et assez de sincrit pour avouer ses dfauts. Gr ace au parallle entre la description peu flatteuse quil vient de donner et celle qui est venir, lune se porte garant de lautre, le lien de confiance entre lecteur et auteur est renf orc. Lhumeur de La Rochefoucauld est la transition entre le dehors et lintriorit. Il est dune nature mlancolique que les soucis aggravent au point que la plupart du temps ou je rve sans dire mot ou je n ai presque point dattache ce que je dis. Timide, il est renferm avec ceux quil ne connat pas et pas mme extrmement ouvert avec ceux quil connat. Cest un dfaut, je le sais bien, dit-il, et quil aimerait corriger, mais il craint que layant corrig, ( lair sombre de son visage qui lui vient de naissance et quil ne peut changer) il ne restera pas moins de mauvaises marques au dehors. Dune main trs lgre il balaie les thories de la physiognomonie de ses contemporains qui voulaient que lhumeur, la disposition dun individu, soit marque dans ses traits. Puisquil vient de noter un d faut, en contrepoint il signale une qualit: Jai de lesprit et je ne fa is point de difficult de le dire; car quoi bon faonner ldessus? Il fait une petite digression sur la vanit cache derrire lapparence de modestiethme souvent ritr dans les maximespuis reprend, comme dans une conversation: Jai donc de lesprit, encore une fois, mais un esprit que la mlancolie gte, et parfois les penses qui loccupent lempchent de bien sexprimer. Il prend

PAGE 50

40 beaucoup de plaisirs la c onversation des honntes gens, prfrant les propos srieux qui touchent la morale, toutefois il apprcie les bagatelles bien dites, et les mots desprit. La Rochefoucauld nhsite pas comment er la qualit de son style ainsi que lapprciation de son public : Jcris bien la prose, je fa is bien les vers, et si jtais sensible la gloire qui vient de ce ct-l, je pense quavec un peu de trav ail je pourrais macqurir assez de rputation. Un clin d il au lecteur qui sait quil travaille ses rflexions et maximes, car il entretient une correspondance ce sujet, surtout avec Mme de Sabl.70 Il est vrai que rien nta it alors publi, et il est aussi vrai que dans le contexte social et historique de lpoque, il ntait pas dusage, chez les gens de sa caste, de porter aux belles-lettres un intrt suivi.71 Un de ses grands pl aisirs est la lecture partage avec une personne d esprit car la discussion en rehausse lintrt. Il se considre bon critique littraire bien quil ait tendance sexprimer trop librement. Les dbats chauffs ne lui dplaisent pas et il s en mle volontiers; il va jusqu' soutenir son point de vue avec emportement: quelques fois, force de me passionner pour celui de la raison, je deviens moi-mme fort peu raisonnabl e. Intressante juxtaposition de la raison et de la passion qui implique que la dfense passionne de la raison est draisonnable. Son dsir dtre tout fait honnte homme le motive amliorer sa personnalit et il apprcie les corrections de ses amis. Lhonntet est un travail de construction qui commence avec de bonnes inte ntions suivies de persvrance. Dun caractre assez gal, il est rarement en co lre et dit ne jamais avoir ha personne. Cependant, si lon mavait offens et quil y allt de mon honneur me ressentir de 70 uvres Voir les nombreuses lettres dans Correspondance 71 Antoine Adam Histoire de la littrature franaise au XVIIe sicle (Paris: del Duca, 1958) 4: 84.

PAGE 51

41 linjure quon maurait faite [] je suis assur que le devoir ferait si bien en moi loffice de la haine que je poursuivrais ma vengeance avec encore plus de vigueur quun autre. Laspect cornlien du devoir nchappe pas: linjure lhonneur demande la vengeance; cest un devoir qui, une fois accompli, r pare lhonneur. Non seulement le devoir remplace la haine comme motif daction, il lui est suprieur; le rsultat est le mme, mais limpulsion est diffrente. Vengeance par de voir est raisonne et honorable; vengeance par passion, dont le feu peut refroidir, montre un manque de matrise de soi et manque dhonneur. La Rochefoucauld conclut le portrait en traitant de lamiti et de lamour. En tant quami, il est loyal, patient et compatissant mais nest pas dmons tratif. Il a peu de curiosit pour la plus grande partie de tout ce qui en donne aux autres gens, cest dire les potins et les dernires nouve lles; il tient sa parole: je ny manque jamais, quelques soient les consquences; il s en est fait une loi indispensable. Quant aux femmes, il les traite avec beaucoup de respect et de politesse; il apprcie leur compagnie et leurs conversations qui lui semblent avoir un tour plus agrable. Pour ga lant, je lai t un peu autrefois; prsentement je ne le suis plus, quelque jeune que je sois. Il jette un regard en arrire sur un pass rempli de joli es femmes et daventureson pense Mlle de Hautefort, dame dhonneur dAnne dAutriche, dune beaut surprenante,72 et de Mme de Chevreuse, peut-tremais maintenant, au temps de cet crit, il est entour de lamiti de femmes dont il apprcie lesprit: Mme de Longueville qui fut sa maitresse, Mme de Sabl et Mme de La Fayette, pour en nommer quelques-unes. Jai renonc aux fleurettes crit-il. Par contre il approuve les belles passions qui marquent la grandeur 72 Oeuvres, Mmoires, [1624-1642] 46.

PAGE 52

42 de lme et bien quelles puissent troubler le repos de la sagesse, elles sont aussi capables de la plus grande vertu. Contrairement la forme convenue du portrait qui se termine sur une sorte de confessions sur la pit du por traitiste, La Rochefoucauld termine sur lamour: Moi qui connat tout ce quil y a de dlicat et fort dans les grands sentiments de lamour, si jamais je viens aimer, ce sera assurment de cette sorte; mais de la faon dont je suis, je ne crois pas que cette conn aissance que jai me passe jamais de lesprit au cur. Dans la socit mondaine quil frquentait, les conversations taient la fois ga lantes et srieuses, on subtilisait sur lamour et l amiti, on parlait de sciences, de morale et de thologie. On le faisait avec application, avec la volont non pas seulement de se divertir, mais de voir clair et daller au fond des sujets traits.73 Cest dans le contexte des dbats sur lamour pur, vrai, et constant quil faut comprendre cette remarque. Le regard se concentrait sur soi dans les discussions pousses sur les ressorts de ltre humain, ltude des passions et des humeurs. Lobservation attentive de ce qui meut et conduit laction appartenait lenqute continuelle et dcon certante de la nature humaine.74 Les longues conversations sur lamour des romans de Mlle de Scudry et La Carte du Tendre que le milieu prcieux dissquait, en faisaien t aussi partie; les salonniers cherchaient isoler une essence pure de lamour, de la s parer de tout ce qui ntait pas lui, par exemple lambition, la sensualit, le sentimen t du devoir, et surtout le mariage. Antoine Adam propose la simplification suivante: la prciosit oppose le mariage et lamour 73 A. Adam, 4: 88. 74 Le caprice de notre humeur est encore plus bizarre que celui de la fortune. uvres, Maxime 45 (d. 1678) 409.

PAGE 53

43 pour ne connatre que celui-ci.75 Voil donc ce qui explique non seulement la dernire remarque de son portrait, mais aussi la maxime suivante: Il est du vritable amour comme de lapparition des esprits: Tout le m onde en parle, mais peu de gens en ont vu.76 Lhomme qui ressort de ce portrait est moins reconnaissable par son aspect physique que par ce quil nous d it de son intriorit: Ct ait un homme proccup et mlancolique, un esprit vif, observateur. Un homme qui, dans une socit de langage, pratiquait le silence loque nt et lart de se taire; 77 un homme honorable pour qui la parole primait, qui aimait foncirement et qui, vivant dans un monde o les apparences garantissaient le succs social, seffo rait de rester vrai, un honnte homme. Le seul portrait artistique de La Roch efoucauld qui est facilement accessible au public est un portrait excut par Thodore Chassriau, daprs un portrait de famille, command par Louis-Philippe en 1836 (fig.3). Nous sommes bien loin de 1659! Cest un portrait de tte et de trois-quarts sur fond so mbre sans distinction. La source de lumire vient de la droite et illumine un visage qui nous regarde dun peu haut, encadr par un grand col blanc bord de dentelle et de chev eux noirs et friss. Le s yeux noirs qui nous fixent ne sont pas vraiment pe tits ni enfoncs. Le visage es t ovale et un peu gras, le nez sans marques de distinctions; les lvres bien dfinies et plutt charnues, ornes dune moustache fine, sont figes dans lesquisse dun sourire. 75 A. Adam, 4: 229. 76 uvres, Maximes 76 (d.1678) 413. 77 uvres Rflexions diverses De la Conversation 510.

PAGE 54

44 En haut du tableau, droite, se trouvent les armoiries de lOrdre du Saint-Esprit et le blason de la famille de La Rochefoucauld. Le moraliste fut promu cet ordre le 1er janvier 1662, par le roi, en tmoignage officiel de son retour en grce,78 ce qui permet de situer la datation du portrait postrieurement cet vnement. Malheureusement, nayant pas accs loriginal il est impossible de savoi r si les armoiries avaient t appliques un portrait qui existait pralab lement. Toutefois, il semble que ce soit le cas car La Rochefoucauld avait quarante neuf ans en 1662, et le portrait de Ch assriau est celui dun jeune homme. De plus, si le tableau tait une commmorati on de loccasion, il porterait certainement la croix de lordre sur lcharpe bleue que lon note sur les portraits de ce genre.79 On ne saurait distinguer les traits du mora liste par le peu de descriptions quil nous a laisses. Labsence de descriptions dfinitives, dailleurs, sment le doute. Est-ce vraiment lui? Le portrait de Chassriau tablit une distance entre le modle et lobservateur. Ya-t-il de la mla ncolie dans le regard, de la timidit? Ou y plaons nous ces traits parce que nous savons quil tait m lancolique et dun air chagrin? Dans labsence de certitude, on projette et on faonne lidentit de La Rochefoucauld daprs ce que lon sait. On ne peut rien dire sur le peintre non plus, parce que cest une copie, une reproduction, une ressemblance dune ressemblance. Limage ne parle pas. Denis Diderot, grand admirateur de la pe inture, a critiqu les difficults de la ressemblance dans le portrait. Il raconte que pour les peintres, la qualit est dans le dessin et dans la peinture. Le mrite de ressem bler est passager; cest celui du pinceau qui 78 Oeuvres xxxix. 79 Par exemple le portrait du Cardinal de Richelieu par Philippe de Champaigne.

PAGE 55

45 re.81 merveille dans le moment et qui ternise l ouvrage, disent-ils, et Diderot rpond: Cest une chose bien douce pour nous [] que de re trouver sur la toile limage vraie de nos pres, de nos mres, de nos enfants [] et que nous regrettons. Il invoque ici le but premier de limage, celui du mmento qui sa tisfait le dsir de revoir un tre disparu. Toutefois, la ressemblance perd son importan ce selon la rputation du modle et le temps coul entre lexcution du portra it et celui qui le regarde. Lintrt du portrait dun sujet anonyme rside dans la dextrit du peintr e; celui dun homme ou femme clbre se trouve dans la ressemblance, indpendamment de la virtuosit de lar tiste. Ainsi Diderot explique: Entre un Henri IV mal peint mais ressemblant, et lautre dun faquin de concussionnaire [] peint miracle, quel es t celui que vous choisirez? Qui est-ce qui attache vos regards? Est-ce le mrite de l artiste ou ladmiration de lhomme? Do je conclus avec vous quil faut quun portrait soit ressemblant pour moi, et bien peint pour la postrit.80 Regrettablement, le portrait de La Rochefoucauld par Chassriau ne donne rien dautre que le nom de son modle et nous ressentons lobservation de Louis Marin: [] dans la peinture, cest lobjet qui saline absolument dans le signe pictural qui se substitue lui, en en prsentant limage illusoi Longtemps aprs la parution des Divers Portraits de la duchesse de Montpensier, les portraits ont continu tre peints dans les salons, dans les lettres, dans les uvres littraires, et mme au thtre ( Le Misanthrope, Tartuffe ). Cependant ils sont devenus les rcapitulations du caractre dun individu: le re gard pse sur un nombre dannes ou de circonstances et en fait le bilan dans la de scription de la personna lit. Le portrait nest 80 Diderot, Sur lart et les artistes d. Jean Seznec Collection: Miroir de lart (Paris: Herman, 1967) 186-87. 81 Louis Marin, tudes smiologiques. critures et peinture (Paris: Klincksiek, 1971) 128.

PAGE 56

46 plus lacte de saisir lindivi du dans la pose, mais le rsu ltat dun regard pntrant qui dvoile. Cest le style des Caractres de La Bruyre. Dans cette veine, le Cardinal de Retz dressa un portrait de La Roch efoucauld quil insra dans ses Mmoires, rdiges entre 1675 et 1677, quil confia la marquise de Svign. Sans doute aprs lavoir lu, La Rochefoucauld lui rendit un hommage gal.

PAGE 57

Figure 3 : Theodore Chassriau Portrait de Franois VI de La Rochefoucauld, 1836. Muse national du Chteau de Versailles et des Trianons, Versailles. 47

PAGE 58

Figure 4 Armoiries de la maison de La Rochefoucauld 48

PAGE 59

49 La plus grande imperfection des hommes est la complaisance quils trouvent se persuader que les autres ne sont pas exempts des dfauts quils se re connaissent eux-mmes Cardinal de Retz Chapitre V Le Cardinal de Retz Les portraits croiss du cardinal de Re tz et de La Rochefoucauld sont des exemples typiques du portra it vers la fin du sicle,82car entre les portrai ts littraires des chapitres prcdents et ceux-ci, prs de vingt ans se sont couls. Pendant ces annes, le rgne absolu de Louis XIV stait affermi, e nvahissant les structures sociales et la vie prive. Latmosphre de la cour et des salons avait chang en grande mesure, ce qui mena lambassadeur vnitien la cour, Primi Visconti, dcrire en 1680: Tous ceux qui viennent en France prsent et qui y ont t il y a vingt ans sont stupfaits; il semble que ce ne soit plus la mme nation. Alors ctaien t partout bals, festins, banquets, concerts []. A prsent, [] le royaume parat un sminaire.83 Le deuxime lment qui avait chang est le genre, car le portrait sloigne de ses origines, de sa forme, et de son but. Les c ontraintes tablies au dbut de la mode des portraits sont modifies. Il na plus les mmes restrictions, par exemple il nest plus 82 Voir Appendices qui contiennent le portrait de La Rochefoucauld par le Cardinal de Retz et les deux versions du portrait du Cardinal de Retz par La Rochefoucauld comme ils apparaissent dans les uvres compltes 83 Jean Rohou, Douze annes dordre entre deux principes de subversion Ordre et contestation au temps des classiques, Biblio 17 (Paris : PFSCL, 1992) 127-139. Ici129.

PAGE 60

50 obligatoirement rdig au prsent et se dispense du captatio benevolentiae Ils demeurent ressemblants dans les dfauts et les travers qu ils mettent au grand jour, et les quelques qualits qui sy faufilent, mais le but nest plus de saisir lt re dans sa complexit, mais de reprer en aussi peu de mots que possible, lessentiel dune pers onne pour en driver une gnralit.84 Ils restent divertissants ma is tendent vers la raillerie. On ne fait plus le portrait dun individu unique, on cherche le classer et surtou t signaler ce quil cache derrire son apparence. Les tra its du comdien (ou son caractre) sont capturs dans les actes rpts de sa faon de vivre et de son comportement; ils sont relevs puis couchs dune faon spirituelle, amusante et mordante dans le style que La Bruyre a si bien dvelopp. Le portrait est devenu caractre. Ce genre de portrait en dit plus sur le peintre que sur le modle. Le sujet nest ncessaire que pour faire ressortir la perspicacit de lartiste, sa clairvoyance, et la dextrit de sa plume. En fait, cest le regard de lauteur qui saffiche dans lcriture et donne de lint rt au sujet. Malgr ces diffrences il a sembl nature l dexaminer ces portraits croiss parce que le duc de La Rochefoucauld et le cardina l de Retz se connaissa ient de longue date. Tous deux ns en 1613, ils ont particip a ux troubles politiques de La Frondequoique de diffrents ctset ils fr quentaient les mmes cercles m ondains. De plus, ils avaient plusieurs amis en commun dont la Marquise de Svign. Franois Paul de Gondi tait coadjuteur de Paris avant de devenir cardinal de Retz, un titre qui restait dans sa famille depu is 1581 et qui se passa it doncle neveu. Il avoue dans ses Mmoires ne pas avoir eu dinclination la vie religieuse et essaya dy chapper en saventurant, avec clat, dans plus ieurs duels et autres aventures, mais ny 84 Voir le court portrait de Narcisse dans les Caractres de La Bruyre.

PAGE 61

51 parvint pas.85 Lducation pousse quil reut des j suites en fit un bon thologien et lui permit dexercer ses devoirs religieux av ec comptence quand loccasion le demandait. 86 Dans ses Mmoires dune plume lucide et acerbe il dcrit avec une nonchalance gale ses aventures politiques et amoureuses. Pour lui, le monde est une vaste comdie dans laquelle il se met continuellement en sc ne, et spare nettement lhomme public des apparences, de lhomme priv ambitieux et indulgent.87Pendant la Fronde, o tout tait cabales et renversements, sa loyaut passait de tous les cts. Une altercation violente au Parlement de Paris le trouva, littralement face face avec La Ro chefoucauld qui, lui bloqua le passage en lui coinant la tte entre deux battants de porte. Il lui aurait t la vie sans lintervention du fils du Prsident Mol.88 La Fronde, tout ce qui advint autour, et les squelles, sont la toile de fond des deux portraits. Les deux anciens antagonistes ont tir de lexprience de cette triste farce le ur conception de la so cit et des individus qui la composent. Le duc en conclut que tout commenait et finissait avec lamour-propre et se retira des affaires politi ques; le cardinal dcida que, tout tant alatoire, il satisferait ses penchants pour la gloire qui, pour lui, se mesurait par lapprci ation des autres pour un bon mot, une performance, ou un beau gest e. Pour La Rochefoucauld, la parfaite valeur est de faire sans tmo ins ce quon serait capable de faire devant tout le monde.89 85 Paul de Gondi, Cardinal de Retz, Mmoires d. Alphonse Feillet. (Par is: Hachette, 1870) 1: 91. http://www.gallica.bnf.fr 86 A. Adam, 4: 125. 87 Les seules vertus taient la noblesse du rle assum, ctait laisance avec laquelle il le jouait, lhabilet qui lui fait sauver les apparences. Il a presque dit dans ses Mmoires quil ny a de srieux que la comdie joue et de rel que le mas que et les poses. A. Adam 4: 126. 88 uvres Mmoires 151-152. 89 uvres Maximes 216 (d.1678).

PAGE 62

52 Ainsi la faiblesse de lun est la russite de l autre; les portraits vont re flter loptique et le jugement de leurs auteurs. Pour dresser le portrait de La Rochefou cauld, le Cardinal de Retz adopte un ton dtach et emploie les oppositions, toujours pi quantes, pour crer un rythme qui balance entre le compliment et la critique, une des fo rmules quil avait affine dans son criture. Il y a toujours eu un je-ne-sais-quoi en tout M. de La Rochefoucauld,90dit-il en amorant lexamen hsitant dun homme insaisissable. Voici un exemple du jeu dopposition et de balance: I l na jamais t guerrier quoiqu il ft trs soldat. Il na jamais t par lui-mme, bon courtisan, quoique toute sa vie il y ait t engag. La complexit du sujet merge dans les contradictio ns releves par laute ur qui tourne autour de limpntrable et de lincomprhensib le. La Rochefoucauld chappe lanalyse du cardinal qui avoue je ne sais pourquoi, j e ne sais mme quoi, je ne le puis donner, nous nen connaissons pas la cause Ce je-ne-sais-quoi nest pas de la fausset ou un rle mal jou (Retz nen fait pas du tout lallusion) mais un restreint inexplicable. Il se tient perplexe devant un homme qui aurait d, par son intelligence et ses aptitudes, arriver de grands clats, malgr ses dfauts. Le regard du Cardinal, perant au-del des apparences se heurte aux humeurs qui font agir lindividu, mais enveloppe le moi sujet de son regarddobscu rit. Dans ce mouvement dincomprhension, le regard du lecteur se repos e sur lauteur qui a orchestr la pice, et applaudit lartiste. Lhomme assoif f de gloire est rcompens. 90 Voir Appendice A.

PAGE 63

53 Il y a deux versions du portrait du card inal de Retz par La Rochefoucauld;91 la premire est cuisante, dune brutalit tonnante p our la politesse et la finesse desprit de lauteur des Maximes. Par exemple, lcrivain philosophe dclare en parlant du cardinal il na point de got ni de dlicatesse Ctait faux, et il le savait; ou encore il vite avec adresse de laisser pntrer quil na qu une lgre connaissanc e de toutes choses alors quau contraire, son du cation tait des plus solides.92De plus il questionne la retraite de Retz, alors que mme le gr and Arnauld, jansnis te dune intgrit incontestable, en reconnaissait la sincrit.93Les carts de vrit de la part dun honnte homme donnent le doute sur la signature du portrait, cependant cest le portrait le plus souvent cit.94La deuxime version saccorde davantage avec le commentaire de Mme de Svign sur la rception du portrait et te nte de penser que cest loriginal: [Le cardinal] trouva le mme plaisir que moi voi r que ctait ainsi que la vrit forait parler de lui, quand on ne laimait gure.95 Dans les deux versions la premire mo iti se rapporte aux vnements de La Fronde. Tandis que le premier portrait prsente un homme excrable par sa fausset, sa vanit, son ambition et son gosme, le sec ond peint un homme desprit, dhumeur facile, opportuniste loccasion, vain dans sa jeune sse, mais dont la conduite professionnelle a 91 Voir Appendice B et C 92 A. Adam,4: 125. 93 A. Gazier, Les Dernires annes du cardinal de Retz (1655-1679) ; tudes Historique et Littraire (Paris : Ernest Thorin, 1875) 170. Citant une lettre dArnauld adresse la duchesse de Lesdiguires : [Retz] par un sentiment rare dhumilit et de pnitence, stait dpouill volontairement de la dignit quil possdait pour sensevelir dans une retraite o, tant mort toutes choses, il ne vct que pour Dieu. http://books.google.com 94 Ce portrait fut publi pour la premire fois par le chevalier Perrin en 1754 dans Lettres de Mme de Svign (lettre du 19 Juin 1675) selon les notes des uvres p.764. 95 Mme de Svign, lettre du 19 juin 1675.

PAGE 64

54 rehauss la rputation. Il se termine dune manire convent ionnelle sur la pit du sujet qui se retirait du monde au moment de la rdaction du portrait. 96 Nous avons deux regards trs diffrents sur un personnage controvers de son vivantet bien aprsqui nous laisse dans la confusion car on se dema nde si le portrait po li nest, justement, quune politesse. Lun est trop uniforme dans lloge, lautre a le ton univoque dun rglement de comptes. Les deux portraits ex emplifient limportanc e que le regard de lauteur a pris dans lexcutio n; la rhtorique quils contienn ent appelle juger et invite classer le cardinal dans une catgorie morale. Deux portraits artistiques du Cardinal se ra pprochent des portra its littraires. Lun excut par Jakob Ferdinand Vot97(1639-1689) (Fig.5), lautre une gravure daprs un ouvrage de Nanteuil (Fig. 6). La datation de luvre de Vot est probablement entre 1676 et 1678, date qui concide avec la participati on du Cardinal de Retz au conclave de 1676 Rome lors de llection du Pape Innocent XI. Ce dernier expulsa le peintre de Rome en 1678,98 et le peintre flamand ne sest tabli Paris quen 1686, aprs la mort du cardinal. Portrait lhuile, le buste de trois quarts forme le triangle central de la composition; sur un fond sombre sans dcor, ressort un visage encadr de cheveux blancs avec au cou, un simple col carr blanc sur la cape de cardi nal, rouge et chatoyante. Cest un portrait raliste qui montre les effets de lge sur le visage; marqu dune lassitude bienveillante, 96 Madame de Svign crit Mme de Grignan concernant la retraite du Cardinal: Quand on a pour rgle de faire toujours ce quil y a de plus grand et de plus hroque, on place sa retraite en son temps, et lon laisse pleurer ses amis. (Lettre du 5 juin 1675) 97 Parfois appel Jacob Ferdinand Voet. 98 Cristina Geddo, New Light on the Career of Jacob-Ferdinand Vot Burlington Magazine 143.1176 (2001)138-144. Ici 144.

PAGE 65

55 le cardinal nous regarde avec la compassion qui sied au cler g sans la hauteur laquelle on sattend en lisant le premier portrait ou mme ses Mmoires La gravure daprs Robert Nanteuil (16231678) est aussi un buste de trois quarts, en mdaillon. 99 Nanteuil se concentrait sur les visage s. Ses portraits s ont, en gnral, dnuds dobjets et dartifice. T out lintrt se porte sur le modle. Celui-ci, en habit de cardinal, apparat bien plus jeune que le prcdent. La pose est hautaine; il y a une certaine vanit dans la fine moustache et le s quelques poils sous la lvre infrieure. Les yeux noirs nous arrtent; le regard est direct et svre. Il toise, il pse, il juge. Quelque chose dans le maintien fait allusion une gra nde suffisance accompagne dautorit. Il y a peu de doute sur la puissance de ce t homme, seulement sur sa charit. Les deux images du cardinal de Retz faites diffrents moments de sa vie dnotent les changements de lapparen ce physique et aussisoit parce que nous projetons lhistoire sur le sujet, soit parce que les yeux expriment les motions lvolution du caractre de l individu. Dune manire inatte ndue, le portrait de Nanteuil correspond au portrait venimeux attribu la Ro chefoucauld et celui de Vot au portrait logieux. Dans le dernier quart du sicle, alors que les tableaux deviennent plus fidles au modle, jusqu' leffacement de lartiste, les po rtraits littraires, au contraire, en disent plus sur leurs auteurs que sur leur modle. Retz se met en scne dans lcriture du portrait de La Rochefou cauld. Il devient la cible du regard du lecteur parce que son style inonde le sujet; sa performance est le centre dintrt plutt que lhomme quil dpeint. Le portrait se termine par lloge, teinte de 99 Portraitiste de renom, il utilisait principalement des pastels, jusqu' ce quil labore sa propre technique de gravure. Il fut le premier graveur portraitiste de son temps; d en partie ses efforts, en 1660 la gravure se spare des arts mcan iques pour se joindre aux beaux-arts.

PAGE 66

56 condescendance, du courtisan le plus po li qui et paru dans son sicle, pitre compliment pour lauteur des Maximes. Les deux versions du port rait du cardinal de Retz, lune pratiquement un pangyrique et lautre une censure totale, pr sentent dune faon identique, le problme du portrait qui est pass au-del des conventions et des hyperboles adoptes lors de la composition du recueil des Divers portraits Le dessein nest plus de sapprocher de la ressemblance, mais de brosser des traits lm entaires et den faonner ce que lon veut, tout dpend de loptique de l auteur. En partant des mmes b auches lexicales, les deux portraits du Cardinal de Retz divergent en deux sens opposs.

PAGE 67

Figure 5. Jakob Ferdinand Vot. Portrait du Cardinal de Retz (1676). National Gallery, London 57

PAGE 68

Figure 6. Portrait du Cardinal de Retz daprs une gravure par Nanteuil. 58

PAGE 69

59 Javoue quil est malais de juger de la disposition o sont les personnes qui composent une assemble. La plupart du monde se fait une espce de mrite dtre toujours sur ses gardes et de cacher ses intentions. O. de Vaumorire.100 Chapitre VI Conclusion: Dernier regards Le regard sur un portrait cherche connat re lindividu dpeint. Cest le propre du regard den construire un e synthse instantane sur laquelle on passe un jugement souvent dfinitif. Jean Paris exprime ainsi laction du regard: il foudroie lobjet dans lacte de le connatre; il sublim e en une essence ces apparences.101 Le portrait littraire change denvergure, il essaie d aller au-del des apparences, du physique, pour atteindre lesprit et le cur. To utefois, dans une soci t de loisir, il faut avant tout plaire. Pour plaire, il faut sali gner aux rgles nonces par la culture mondaine du moment. Jean Rohou parle de ladhrence de lindividu sa propre soumission qui est lexcellence dans la conformit, la ssujettissement culturel devenu un art et un idal.102 Il continue en citant le Chevalier M r, une autorit en matire de civilits: Pour tre honnte homme, le plus important consiste connatre en toutes choses les 100 O. de Vaumorire, LArt de plaire dans la conversation Entretien X (Paris, 1688) 203-204. http://books.google.com 101 Jean Paris, 91 102 Jean Rohou, 132.

PAGE 70

60 meilleurs moyens de plaire. Car cest seulem ent pour tre agrable quil faut souhaiter dtre honnte homme.103 Ainsi il faut plaire, il faut savoir se comporter la cour, et se conformer une socit civile. Les salons sont les ateliers d apprentissage o la transformation des manires, du langage et de la conversation ont lieu. Lindividu se reconstruit. La noblesse qui, aux sicles prcdents tr ouvait la gloire et le mrite sur le champ de bataille, la trouve maintenant dans la qualit de lesprit et dans le comportement du courtisan. Il faut sexaminer pour pouvoir se refaire, et le regard de laristocrate devient pr ofondment narcissique. Le dix-septime sicle rappor te tout lesthtique, l apparence. Apparatre poli et civil tous moments et en tous li eux demande une constante vigilance sur le comportement et la conversa tion qui trahissent les vices et rvlent la vertu. La conversation raisonnable exprime les ides, mais les gestes et les visa ges dvoilent ltre intrieur. Do la ncessit dtre matre de so i, de cacher ce qui ne mrite pas lloge, et en mme temps, de laisser voir ce qui le mrite Il faut surtout savoi r lire les visages des autres la cour o tout tait cabales et intrt. Dans les milieux mondains, on samuse lire les portraits des romans cl de Mlle de Scudry et deviner les modles, pu is on se met en faire. On peint avec la plume un portrait qui veut ressembler au mod le choisi dans tous les aspects (corps, esprit, me). Le portrait littraire est li au portrait artistique par le langage quil emprunte, et par le souci de ressemblance Lenjeu du portrait, quel quil soit, tourne autour du dsir de plaire, en se rapprochant dun idal de perfection tout en restant vraisemblable. 103 Mr, Discours de la vraie honntet uvres d. Bouhours (Paris, 1682) 3. 89.

PAGE 71

61 Le portrait mondain que Mademoiselle de Montpensier fait delle-mme est typique de ce genre littraire et montre la difficult de conci lier ltre et le paratre. Il rvle une jeune femme fire et imbue de sa personne, un esprit gu errier et parfois belliqueux qui se vante de pouvoir dissimuler se s motions, et qui mrite, daprs elle, plus que la providence lui a accord. Dive rtissant, lautoportrait se conforme aux exigences du genre. Il reflte ce qui semble tre. Le miroir dont se sert la duchesse de Montpensier pour sexaminer jusquaux replis du cur est dform par lamour-propre comme dit La Rochefoucauld, mais son autoportr ait essaie dtre juste; elle cherche montrer linvisible tout en amliorant la nature. Les deux portraits artistiques de Mademois elle, lun de Deruet, lautre de Sve (du moins de lcole de Mignard), montrent un autre ct de la Princesse. Devant un tableau, le regard se passe de langage, pr emire vue, parce quil c onstruit de lobjet une synthse instantane sur laquelle il passe un jugement. Dans ce moment de reconnaissance le regard accepte ce qui lui est donn comme tant vrai. Cependant dans un portrait allgorique comme ce ux-ci, le regard est oblig davoir recours au langage pour interprter limage. Pour comprendre le sens de lintention, il faut sans cesse se rapporter aux conditions sociales et historiques de la produ ction. La pose adopte par le modle cre la reprsentation dune ralit en deux temps: dans le premier lindividu se cre, il faonne ce quil veut paratre; dans le second temp s, le regard du spectateur absorbe la vrit de la pose. Lartifice se fait outil de la vrit. Ces images de la Grande Mademoiselle reprsentent la figuration de sa persona acheve par la mise en scne du tableau, le talent du peintre, et les exigences du modle. Cest limage dune volont de

PAGE 72

62 paratre. La portraiture renvoie sa propre description littrair e et elles ne saccordent pas tout fait. Lautoportrait de la Rochef oucauld fait hommage son individualit. Il refuse de saligner aux rgles nonces du por trait littraire en vitant la captatio benevolentiae la fausse modestie, pour cet exercice littraire d analyse. Il passe trs vite au niveau de lesprit, et exprime les doutes quil ressent sur la vracit de sa pr opre reprsentation car il reconnat la prsence du voile de lamour-p ropre. Nous sommes amens regarder le peintre au travail: lartiste qui se chosifie nest pas sr de ce qu il voit et, tant honnte homme, il ne voudrait pas induire le lecteur en erreur. De grande noblesse, il sattache aux notions cornliennes dhonneur et de devoi r mais par contre, il adopte la position prcieuse sur lamour dans la quelle le scepticisme domine.104 Le tableau du duc de La Rochefoucauld excut au XIXe sicle tant la reproduction dune reprsentation, reste muet sous notre regard; peine vrifie-t-il son apparence physique ainsi que limportance de lhonneur pour cet homme qui reprsente s a maison en existence depuis des sicles. Enfin, nous avons montr comment les portraits, lapoge de la mode, sont diffrents de ce que lon fais ait vingt ans plus tard. Le s portraits croiss de La Rochefoucauld et du Cardinal de Retz rvle nt la personnalit du peintre plus que celle du sujet. Le but du peintre nest plus de saisir un individu dans sa totalit, mais de le dmasquer, voire de sen moquer en dmont rant lacuit du regard de lauteur, sa perspicacit et son talent littraire. La socit Louis-quatorzienne rcompensait 104 uvres Maxime 262 (d. 1678) 438. Dans lamour, on est toujours plus dispos sacrifier le repos de ce quon aime qu perdre le sien. On peut comparer la maxime aux penses de la Princesse de Clves: Les raisons quelle avait de ne point pouser M. de Nemours lui paraissaient fortes du cot de son devoir et insurmontable du c t de son repos. Mme De La Fayette. La Princesse de Clves Ed. JeanClaude Laborie (Paris: Larousse, 1995) 222.

PAGE 73

63 lexcellence dans la confor mit, un assujettissement cultu rel devenu un art et idal,105et avait fini par rduire la valeur de lhonnte homme son amabilit. La socit de trompe-lil ne pouvait quengendrer un malaise entre leffort de paratre, de se conformer un idal dict par le dsir de pl aire, et la volont dtre reconnu pour son individualit. Les autoportrai ts expriment lintention dlaborer une exacte reprsentation de soi rendue possibl e par la connaissance de soi, or la connaissance parfaite de soi est impossible; rendre lintri orit visible comme un miroir qui rflchit limage exacte de lextrieur, est galement impossible. Lamour-propre qui anticipe le regard de lautre, projette loptique dautrui sur le moi et le brouille par le dsir de plaire en un effort de camouflage De plus, les restrictions esthtiques et rhtoriques exiges par le portrait mondain entravent la description candide. Les portraits excuts la manire des car actres exemplifis par les portraits de La Rochefoucauld et de Retz abandonnent le dsir de reprsenter lindividu entirement et se contentent den relever les saillances de la personnalit et de les arranger la faon de lauteur. Le portrait nest plus une vanit du modle, mais celle du peintre. Si les portraits artistiques et mondains chouent dans la reprsentation fidle de lindividu, ils dnotent toutefois la proccupation de l poque se conformer aux codes de la socit. Avant la mort de Mazarin cel le-ci tait corsete par les exigences du dsir de plaire et de paratre honnte; aprs, les portraits attestent la frustration des individus qui ne peuvent y arriver, et qui sont tmoins de la russite de lapparence la cour. Cet idal de faade devait forcment produire un malaise entre lidologie sociale et le moteur de la conduite qui est, comme la signal La Rochefoucauld, lamour-propre. 105 Jean Rohou, 132.

PAGE 74

64 est.106 Enfin de compte le dernier mot sur ltre et le paratre, et le urs irrconciliables diffrences lui appartient: Comme on doit garder ses distances pour voir les objets, il en faut garder aussi pour la socit: chacun a son point de vue, do il veut tre regard; on a raison, le plus souvent, de ne pas vouloi r tre clair de tr op prs, et il ny a presque point dhomme qui veuille, en t outes choses, se laisser voir tel quil 106 uvres Rflexions diverses, De la socit 507.

PAGE 75

65 Bibliographie Adam, Antoine. LHistoire de la littratu re franaise au XVIIe sicle Vol. 4. Paris: del Duca, 1956. 5 vols. Bayrou, Franois, Henri IV: Le roi libre. Paris: Flammarion, 1994. Bryson, Norman. Vision and Painting: The Logic of the Gaze New Haven: Yale UP, 1983. Burger, Harry. Fictions of the Pose: Rembrandt Against the Italian Renaissance Stanford: Stanford UP, 2000. Courtine, Jean-Jacques et Claudine Haroche. Histoire du visage : exprimer et taire ses motions, XVe-dbut XVIIIe sicle. Paris : Rivages, 1988. Cureau de la Chambre, Marin. LArt de connoistre les hommes Paris, 1659. http://gallica.bnf.fr. Debray, Rgis. Vie et mort de limage: Une Histoire du regard en occident Paris: Gallimard, 1992. De Girolami-Cheney, Liana. Virtue. Encyclopedia of Comparative Iconography : Themes Depicted in Works of Art Ed. Helen E. Roberts. Chicago: Fitzroy Dearborn, 1998. Desjardins, Lucie. Entre sincrit et artifice. La mise en scne de soi dans le portrait mondain. Tangence 77 (2005) 143-155.

PAGE 76

66 Diderot, Denis. Sur lart et les artistes. Ed. Jean Seznec Miroir de lart. Paris: Herman, 1967. Duggan, Anne E. Salonnires, Furies and Fairies: The Politics of Gender and Cultural Change in Absolutist France Newark: U of Delaware P, 2005. Fontaine, Andr. Confrences indites de lAcadmie Ro yale de Peinture et de Sculpture daprs les manuscrits des archives de lcole des Beaux-Arts Paris: Albert Fontemoing, 1903. http://gallica.bnf.fr Garapon, Jean. La Grande Mademoiselle Mmoria liste: Une autobiographie dans le temps. Genve : Droz, 1989. Goodman, Elise. The Cultivated Woman; Portraiture in Seventeenth-Century France Biblio 17 176. Tbingen: PFSCL, 2008. Hall, James. Illustrated Dictionary of Symbols in Eastern and Western Art New York: Harper Collins, 1994. Krailsheimer, A. J. Studies in Self-Interest from Descartes to La Bruyre Oxford: Clarendon Press, 1962. La Bruyre, Jean de. Les Caractres ou les murs de ce sicle 1668. Ed. Paris: Garnier,1962. La Rochefoucauld, Franois duc de. uvres Compltes Bibliothque de la Pliade. Paris : Gallimard, 1964. Le Breton, David. La Saveur du monde: une anthropologie des sens Paris : Mtaill, 2006. Maclean, Ian. Woman Triumphant: Feminism in French literature, 1610-1652 Oxford : Clarendon P, 1977.

PAGE 77

67 Marin, Louis. tudes smiologiques: critures et peintures Paris: Klincksiek, 1977. Mayer, Denise. Mademoiselle de Montpensier: Tr ois tudes daprs ses mmoires Biblio 17 45. Paris: PFSCL, 1989. Mazire de Monville, Simon-Philippe. La vie de Pierre Mignar d premier peintre du roy Paris, 1730. http://gallica.bnf.fr Mr, Chevalier de. Discours sur la vraie honntet uvres Ed. Bouhours. Paris, 1682. Vol.3. Montpensier, Anne Marie-Loui se dOrlans, duchesse de. Mmoires de Mlle de Montpensier Ed. Chruel. Paris: Charpentier, 1859. http://gallica.bnf.fr Nikolenko, Lada. Pierre Mignard: The Portrait Painter of the Grand Sicle Mnchen: Nitz Verlag, 1982. Paris, Jean. LEspace et le regard Paris: Seuil, 1965. Racevskis, Roland. Time and Ways of Knowing under Louis XIV, Moliere, Svign, Lafayette. London: Associated UP, 2003. Ranum, Oreste. Courtesy, Absolutism, a nd the Rise of the French State, 1630-1660. Journal of Modern History 52 (1980): 426-451. Rohou, jean. -1678: douze annes dordre entre deux principes de subversion. Ordre et Contestation au temps des classiques Biblio 17 73 Paris: PFSCL, 1992. Vol.2. Rosenfeld, Myra Nan. Largillire portraitiste du dix-huitime sicle. Montral : Muse des beaux-arts de Montral, 1981. Smith, Jay M. Our Sovereigns Gaze: Kings, Nobles, and State Formation in Seventeenth-Century France. French Historical Studies 18 (1993): 396-415.

PAGE 78

68 Starobinski, Jean. Le Remde dans le mal: Critique et lgitimation de lartifice lge des Lumires Paris: Gallimard, 1982. Stanton, Donna. The Aristocrat as Art: A Study of the Honnte Homme and the Dandy in Seventeenthand Nineteenth-Century French Literature New York: Columbia U P, 1980. Tilghman, B. R. A Conceptu al Dimension of Art History. Gombrich on Art Psychology. Ed. Richard Woodfield. Manchester: Manchester U P, 1996. Vaumorire, Pierre Ortigue de. LArt de plaire dans la conversation Entretien X. Paris, 1688. http://books.google.com Wintermute, Alan. The French Portrait 1550-1850 New York: Colnaghi, 1996.

PAGE 79

69 Appendices

PAGE 80

70 Appendice A Portrait de La Rochefoucauld par le Cardinal de Retz Il y a toujours eu du je-nesais-quoi en tout M. de La Rochefoucauld. Il a voulu se mler dintrigue, ds son enfance, et dans un temps o il ne sentait pas les petits intrts, qui nont jamais t son faible; et o il ne connaissait pas les grands, qui, dun autre sens, nont pas t son fort. Il na jamais t capable daucune affaire, et je ne sais pourquoi ; car il avait des qualits qui eussent suppl, en tout autre, celles quil navait pas. Sa vue ntait pas assez tendue, et il ne voyait pas mme tout ense mble ce qui ta it sa porte ; mais son bon sens, et trs bon dans la spcu lation, joint sa douceur, son insinuation et sa facilit de murs, qui est admirable, de vait rcompenser plus quil na fait le dfaut de sa pntration. Il a toujours eu une irrsolution ha bituelle; mais je ne sais mme quoi attribuer cette irrsolution. Elle na pu venir en lui de la fcondit de son imagination, qui nest rien moins que vive. Je ne la puis donner la strilit de son jugement; car, quoiquil ne lait pas exquis dans laction, il a un bon fonds de raison. Nous voyons les effets de cette irrsolution, quoique nous nen connaissions pas la cause. Il na jamais t guerrier, quoiquil ft trs soldat. Il na ja mais t, par lui-mme, bon courtisan, quoiquil ait eu toujours bonne intention de ltre. Il na jamais t bon homme de parti, quoique toute sa vie il y ait t enga g. Cet air de honte et de timid it que vous lui voyez dans la

PAGE 81

71 Appendice A (suite) vie civile, stait tourn, dans les affaires, en air dapologie Il croyait toujours en avoir besoin, ce qui joint ses Maximes, qui ne marquent pas assez de foi en la vertu, et sa pratique, qui a toujours t de chercher sort ir des affaires avec autant dimpatience quil y tait entr, me fait conclu re quil et beaucoup mieux fa it de se connatre et de se rduire passer, comme il let pu, pour le co urtisan le plus poli qui et paru dans son sicle.

PAGE 82

72 Appendice B Portrait du cardinal de Retz par La Rochefoucauld (Version 1) Paul de Gondi, cardinal de Retz, a beau coup dlvation, dt endue desprit, et plus dostentation que de vraie grandeur de courage. Il a une mmoire extraordinaire, plus de force que de politesse dans ses paroles, lhumeur facile, de la docilit et de la faiblesse souffrir les plaintes et les re proches de ses amis, peu de pit, quelques apparences de religion. Il parat ambitieux sans ltre ; la va nit, et ceux qui lont conduit, lui ont fait entreprendre de gr andes choses, presque toutes op poses sa profession; il a suscit les plus grands dsordres de lEtat, sa ns avoir un dessein form de sen prvaloir, et bien loin de se dclarer ennemi du cardi nal Mazarin pour occuper sa place, il na pens qu lui paratre redoutable, et se flatter de la fausse vanit de lui tre oppos. Il a su nanmoins profiter avec habilit des malheurs publics pour se faire cardinal ; il a souffert la prison avec fermet, et na d sa libert qu sa hardiesse. La paresse la soutenu avec gloire, durant plusieurs annes, dans lobscurit dune vie erra nte et cache. Il a conserv larchevch de Paris contre la puissance du cardinal Mazarin; mais aprs la mort de ce ministre, il sen est dmis sans connatre ce quil faisait, et sans pre ndre cette conjoncture pour mnager les intrts de ses amis et les siens propres. Il est entr dans divers conclaves, et sa conduite a toujours augment sa rputation. Sa pente naturelle est

PAGE 83

73 Appendice B (suite) loisivet; il travaille nanmoins avec activit dans les affaires qui le pressent, et il se repose avec nonchalance quand elles sont finies. Il a une prs ence desprit, et il sait tellement tourner son avantage les occasions que la fortune lui offre, quil semble quil les ait prvues et dsires. Il aime raconter ; il veut blouir indi ffremment tous ceux qui lcoutent par des aventures extraordinaires, et souvent son imagination lui fournit plus que sa mmoire. Il est faux dans la plupart de ses qualits, et ce qui a le plus contribu sa rputation cest de savoir donne r un beau jour ses dfauts. Il est insensible la haine et lamiti, quelque soin quil ait pris de pa ratre occup de lune ou de lautre; il est incapable denvie ni davarice, soit par vert u, ou par inapplication. Il a plus emprunt de ses amis quun particulier ne pouvait esprer de leur pouvoir rendre; il a senti de la vanit trouver tant de crdit, et entreprendre de sacquitter. Il na point de got ni de dlicatesse; il samuse tout et ne se plat rien; il vite av ec adresse de laisser pntrer quil na quune lgre connaissance de toutes ch oses. La retraite qui l vient de faire est la plus clatante et la plus fausse action de sa vie; c est un sacrifice quil fait son orgueil, sous prtexte de dvotio n: il quitte la cour, o il ne peut sattacher, et il sloigne du monde, qui sloigne de lui.

PAGE 84

74 Appendice C Portrait du Cardinal de Retz par La Rochefoucauld (Version 2) Paul de Gondi, cardinal de Retz, naquit avec beaucoup dlvation, et dtendue desprit, et de grandeur de c ourage. Il a une mmoire extraord inaire, plus de force que de politesse dans ses paroles, lhumeur facile, une docilit admirable souffrir les plaintes et les reproches de ses amis, peu de pit, beau coup de religion. Il parut plus ambitieux quil ne ltait en effet; la vanit seule lui a fait entreprendre de grandes choses, presque toutes opposes sa profession; il a susc it les plus grands dsordres de ltat, mais il songeait moins occuper la place du cardinal Mazarin, qu lui paratre redoutable, et le faire repentir du mpris quil avait fait de son entr emise dans le temps des barricades. Il se servit ensuite, avec beaucoup dhabilit, de s malheurs publics pour se faire cardinal; il a souffert la prison avec fermet, et na d sa libert qu sa hardie sse. Sa paresse autant que sa force lont soutenu avec gloire, dans lobscurit dune vi e errante pendant six annes. Il ne sest jamais dmis de larchev ch de Paris quaprs la mort du cardinal Mazarin et na point fait de condition avec le Roi. Il est entr dans divers conclaves, et sa conduite a toujours augment sa rputation. Sa pente naturelle est l oisivet; il travaillait nanmoins dans les grandes affaires comme sil ne pouvait souffrir de repos, et il se reposait quand elles taient finies, comme sil ne pouvait souffrir le tr avail. Il avait une grande prsence desprit, et il savait tellement tourner son avantage les occasions que la

PAGE 85

75 Appendice C (suite) fortune lui offrait, quil semblait quil les et prvues et dsires Il tait incapable denvie et davarice; il a pl us emprunt de ses amis quun particulier ne pouvait esprer de leur pouvoir rendre. Nanmoin s il sest acquitt envers eux avec toute la justice et la fidlit quil leur devait. Sa retraite est la plus clatante action de sa vie, elle prouva sa foi et sa religion. Il se dmit de sa dignit de cardinal; il partagea ce qui lui restait de bien avec ses amis, ses domestiques et les pauvres ; mais en renonant tout, il demeura encore expos la malignit des jugements du monde, et il laissa en doute si la pit seule ou la faiblesse humaine lui a fa it entreprendre un si grand dessein.