USF Libraries
USF Digital Collections

Translating neil simon's _the dinner party_ :

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Translating neil simon's _the dinner party_ : a linguistic approach
Physical Description:
Book
Language:
English
Creator:
Philippe, Brigitte
Publisher:
University of South Florida
Place of Publication:
Tampa, Fla
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
French
Theater
Translation techniques
Translation theories
Applied linguistics
Dissertations, Academic -- World Language Education -- Masters -- USF   ( lcsh )
Genre:
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Abstract:
ABSTRACT: Translation is a challenge. More than just words, languages are ways of looking at the world and these unique perspectives make it hard to talk about a reality which might not exist in the language in which we are trying to express it. It becomes a greater challenge when one tackles theater as it is not a genre translation theories have studied extensively, which means the translator cannot rely on tradition. And the challenge reaches a new level when it comes to translating humor: humor is linguistically and culturally determined. Indeed, languages do not express humor using the same tools and peoples do not laugh about the same things. Dealing with these challenges, this work presents the translation of The Dinner Party, an American play by Neil Simon. Offering more than just the translation of the play in French, it aims at blending theory and practice. It thus brings the reader's attention to the way the translation has been done, with observations about the way the two cultures have tentatively been reconciled and about the linguistic phenomena which took place thanks to tools chosen in order to stay faithful to the text while making it not only grammatically correct but also pertinent and enjoyable. The tools identified by Chuquet turned out to be very productive, but case-by-case attention and creativity were also necessary. This work also brings to light some aspects which might call for further analysis, such as a specialized speech analysis of stage directions, through the presentation of a non-exhaustive but broad outline gathering theoretical background. This analytical step is indeed the prerequisite for any serious translation work: even before looking at the piece to be translated, one should be aware of what translating implies and make some decisions concerning the role of the translator. One also needs to explore the features of the original work they feel are necessary to take into consideration when translating.
Thesis:
Thesis (M.A.)--University of South Florida, 2010.
Bibliography:
Includes bibliographical references.
System Details:
Mode of access: World Wide Web.
System Details:
System requirements: World Wide Web browser and PDF reader.
Statement of Responsibility:
by Brigitte Philippe.
General Note:
Title from PDF of title page.
General Note:
Document formatted into pages; contains X pages.

Record Information

Source Institution:
University of South Florida Library
Holding Location:
University of South Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
usfldc doi - E14-SFE0003395
usfldc handle - e14.3395
System ID:
SFS0027710:00001


This item is only available as the following downloads:


Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8 standalone no
record xmlns http:www.loc.govMARC21slim xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.loc.govstandardsmarcxmlschemaMARC21slim.xsd
leader nam 22 Ka 4500
controlfield tag 007 cr-bnu---uuuuu
008 s2010 flu s 000 0 eng d
datafield ind1 8 ind2 024
subfield code a E14-SFE0003395
035
(OCoLC)
040
FHM
c FHM
049
FHMM
090
XX9999 (Online)
1 100
Philippe, Brigitte.
0 245
Translating neil simon's _the dinner party_ :
b a linguistic approach
h [electronic resource] /
by Brigitte Philippe.
260
[Tampa, Fla] :
University of South Florida,
2010.
500
Title from PDF of title page.
Document formatted into pages; contains X pages.
502
Thesis (M.A.)--University of South Florida, 2010.
504
Includes bibliographical references.
516
Text (Electronic thesis) in PDF format.
538
Mode of access: World Wide Web.
System requirements: World Wide Web browser and PDF reader.
3 520
ABSTRACT: Translation is a challenge. More than just words, languages are ways of looking at the world and these unique perspectives make it hard to talk about a reality which might not exist in the language in which we are trying to express it. It becomes a greater challenge when one tackles theater as it is not a genre translation theories have studied extensively, which means the translator cannot rely on tradition. And the challenge reaches a new level when it comes to translating humor: humor is linguistically and culturally determined. Indeed, languages do not express humor using the same tools and peoples do not laugh about the same things. Dealing with these challenges, this work presents the translation of The Dinner Party, an American play by Neil Simon. Offering more than just the translation of the play in French, it aims at blending theory and practice. It thus brings the reader's attention to the way the translation has been done, with observations about the way the two cultures have tentatively been reconciled and about the linguistic phenomena which took place thanks to tools chosen in order to stay faithful to the text while making it not only grammatically correct but also pertinent and enjoyable. The tools identified by Chuquet turned out to be very productive, but case-by-case attention and creativity were also necessary. This work also brings to light some aspects which might call for further analysis, such as a specialized speech analysis of stage directions, through the presentation of a non-exhaustive but broad outline gathering theoretical background. This analytical step is indeed the prerequisite for any serious translation work: even before looking at the piece to be translated, one should be aware of what translating implies and make some decisions concerning the role of the translator. One also needs to explore the features of the original work they feel are necessary to take into consideration when translating.
590
Advisor: Gaetan Brulotte, Ph.D.
653
French
Theater
Translation techniques
Translation theories
Applied linguistics
690
Dissertations, Academic
z USF
x World Language Education
Masters.
773
t USF Electronic Theses and Dissertations.
4 856
u http://digital.lib.usf.edu/?e14.3395



PAGE 1

Translating The Dinner Party : A Linguistic Approach by Brigitte Philippe A thesis submitted in partial fulfillment o f the requirements for the degree of Master of Arts Department of World Languages College of Arts and Sciences Unive rsity of South Florida Major Professor: Ga tan Brulotte, Ph.D. Amy Thompson, Ph.D. Roberta Tucker, Ph.D. Date of Approval: April 8 2010 Keywords: French, theater, translation techniques, translation theories, applied linguistics Copyrigh t 2 010, Philippe

PAGE 2

Merci mes parents pour leur soutien infaillible. ils ont aussi accept de se porter cobayes et de tester la traduction, y consacrant une att ention et un temps considrables. Aucun de mes succs ne serait pos sible sans eux, leur soutien moral et logistique. travail.

PAGE 3

Remerciements Je tiens remercier chaleureusement Dr Frantz qui a eu la gentillesse de ntresser mon travail et de me consacrer du temps pour rpondre mes questions avec simplicit et enthousiasme

PAGE 4

i Table of C on tents A b s t r a c t ................................ ................................ ................................ .............................. iv 1. Introduction ................................ ................................ ................................ ............. 1 2. La traduction : thorie ................................ ................................ ............................. 3 2.1. ce que la traduction ? Ou comment un parcours thorique permet de circonscrire le rle du traducteur. ................................ ................................ ............... 3 2.1.1. ................................ ................................ ...... 3 2.1.1.1. Types de traduction ................................ ................................ ...... 3 2.1.1.2. ? ................................ .............. 4 2.1.1.3. ................................ ................................ ........... 6 2.1.1.4. Traduction ou a daptation ? ................................ ........................... 8 2.1.1.5. Le thtre ? .......................... 10 2.2. Notre rle ................................ ................................ ................................ 13 2.2.1. L a langue ................................ ................................ ........................... 13 2.2.2. La culture ................................ ................................ .......................... 15 2.2.3. ................................ ................................ ..................... 16 2.3. Questions prendre en considration avant la mise en pratique ............. 18

PAGE 5

ii 2.3.1. : Neil Simon ................................ ................................ ....... 18 2.3.2. Le style ................................ ................................ .............................. 20 2.3.2.1. Le niveau de langue ................................ ................................ .... 20 2.3.2.2. Les rptitions ................................ ................................ ............ 21 2.3.2.3. Les emphases ................................ ................................ .............. 22 2.3.2.4. Le rythme ................................ ................................ ................... 22 2.3.2.5. Le ton ................................ ................................ .......................... 23 2.3.3. Le franais dans le texte ................................ ................................ .... 24 2.3.3.1. Les lieux ................................ ................................ ..................... 24 2.3.3.2. Les noms propres ................................ ................................ ....... 25 2.3.4. Les didascalies ................................ ................................ .................. 26 2.3.4.1. Questions souleves ................................ ................................ ... 26 2.3.4.2. Le style ................................ ................................ ....................... 27 3. La traduction : pratique applique ce texte ................................ ........................ 30 3. 1. Mthode ................................ ................................ ................................ ... 30 3.2. Rsolution des problmes thoriques ................................ ...................... 31 3.2.1. Le style ................................ ................................ .............................. 31 3.2.1.1. Le niveau de langue ................................ ................................ .... 31 3.2.1.2. Les emphases ................................ ................................ .............. 33 3.2.1.3. Le rythme ................................ ................................ ................... 34

PAGE 6

iii 3.3. La culture ................................ ................................ ................................ 36 3.4. Les doutes ................................ ................................ ................................ 37 3.4.1. Les dcisions prendre ................................ ................................ ..... 37 3.4.2. Les dfis sm antiques : jeux sur le double sens des mots ................. 39 3.4.3. Les dfis smantiques : jouer avec les expressions idiomatiques ..... 41 3.4.4. Les dfis smantiques ............................ 43 3.5. Les outils de la traduction ................................ ................................ ....... 44 3.5.1. Modulation ................................ ................................ ........................ 44 3.5.2. Transposition ................................ ................................ ..................... 47 3.5.3. Etoffement et rduction ................................ ................................ ..... 50 3.5.4. Ajout ................................ ................................ ................................ 51 3.5.5. Suppression ................................ ................................ ....................... 52 3.6. Conclusion ................................ ................................ ............................... 53 4. Traduction ................................ ................................ ................................ ............. 54 5. Conclusion ................................ ................................ ................................ .......... 142 Bibliographie ................................ ................................ ................................ ................... 144

PAGE 7

iv The Dinner Party : A Linguistic Approach Brigitte Philippe ABSTRACT Translation is a challenge. More than just words, languages ar e ways of looking at the world and these unique perspectives make it hard to talk abo ut a reality which might not exist in the language in which we are trying to express it. It becomes a greater challenge when one tackles theater as it is not a genre translation theories have studied extensively, which means the translator cannot rely on t radition. And the challenge reaches a new level when it comes to translating humor: humor is linguistically and culturally determined. Indeed, languages do not express humor using the same tools and peoples do not laugh about the same things. Dealing with these challenges, this work presents the translation of The Dinner P arty a n American play by Neil Simon. O ffering more than just the translation of the play in French, it aims at blending theory and practice. It thus brings the reader attention to the way the translation has been done, with observations about the way the two cultures ha ve tentatively been reconciled and about the linguistic phenomena which took place thanks to tools chosen in order to stay faithful to the text while making it not only g rammatically correct but also pertinent and enjoyable. T he tools identified by Chuquet turned out to be very productive but case by case attention and creativity were

PAGE 8

v also necessary This work also brings to light some aspects which might call for further analysis such as a specialized speech analysis of stage directions, through the presentation of a non exhaustive but broad outline gathering theoretical background. This analytical step is indeed the prerequisite f or any serious translation work: even be fore looking at the piece to be translated one should be aware of what translating implies and make some decisions concerning the role of the translator. One also needs to explore the features of the original work they fe el are necessary to take into cons ideration when translating.

PAGE 9

1 1. I ntroduction Ce projet est le fruit du hasard. Mais le hasard fait parfois bien les choses. Au a propos de travailler pour un metteur en scne thtre de Neil Simon, The Dinner Party tant elle mme dborde Elle connaissait notre passion (nous avons fait nos tudes ensemble) et notre intrt pour la traduction. E lle avait en effet, entendu parler de notre travail sur la traduc nous avons accept son dfi et avons commenc nos recherches Puis il nous acadmique et nous avons donc dcid de traduire avec comme regard de linguiste. Depuis, le projet avec le metteur en scne a avort mais ce mmoire est n. Pourquoi ce texte du novice, il est intressant de voir que ce texte a intre un dra maturge succs aux Etats Unis, point sur lequel nous reviendrons. Une autre question est la capacit de la pice ne pas se vider de son sens en changeant de culture. ruptures), aux rgles sociales (les interactions avec des inconnus), la psychologie ( le

PAGE 10

2 sentiment par exemple ), et ce, tel occidentale, il nous a sembl que cette tra duction, mme francophone. reprsenter a wide stylistic and thematic range , il nous a sembl qu e cette pice pouvait rpondre ce critre. Bien que ce ne soit pas le but premier de ce mmoire, il a t ncessaire de faire sur diffrentes thories. Une fois notre position dfinie nous avons attaqu le propre du travail suivant une mthode prtablie et rvalue en cours de route pour mieux satisfaire les besoins du travail que nous voquerons dans les discussions pralables. Par ailleurs de par notre comprhension du rle du traducteur il a fallu, en amont de la traduction rassembler

PAGE 11

3 2. La traduction : thorie 2.1. ce que la traduction ? Ou comment un parcours thoriqu e permet de circonscrire le rle du traducteur. Avant de commencer le travail de traduction pure, il nous a sembl important de inclut les princip aux courants et nous permet non seulement de mieux comprendre ce que cet exercice reprsente mais aussi de prendre le temps de nous poser la question suivante : quel est rle du traducteur positionner vis vi s de diffrentes coles pour expliquer quelles sont les fonctions que nous estimons devoir remplir pendant notre travail. Cette dfinition est importante dans la mesure o elle justifie la manire dont le travail est abord et certaines dcisions qui se ma nifestent dans le texte. 2.1.1. 2.1.1.1. Type s de traduction In his essay on the linguistics aspects of translation, Jakobson (1959) suggested that there are three typ es of transla t ion: intralinguistic, interlinguistic, and intersemiotic. Interlinguistic translation occurs when a text is translated from one language to another; in other words, when we

PAGE 12

4 whi ntralinguistic translation, interpretation of verbal signs by means of ot her signs of the same language. ( 67 ) Nous nous intresserons donc la traduction in ter linguistique puisque la un autre, par exemple, la traduction usique 2.1.1.2. T ? Newmark soulve un point intressant de la traduction : All non literary passages, most sentences, are partly language, partly external reality; partly sense, partly refe rence; partly pragmatics, partly semantics (following Peirce and Morris); partly stylistics, partly cognition. A linguistically difficult sentence may be defined as a sentence where one to one translation is impossible and the unit of translation is likely to be at least sentence to sentence. Assuming the informative dominates the expressive and the vocative function, and he is confident on the sente nce; he usually jettisons the SL [i.e. source language] syntax and clarifies the lexis, frequently strengthening and simplifying its

PAGE 13

5 oppos Most sentences carry a deal of lexical and grammatical ambiguity, which may be linguistic or referential; hopeful ly all this ambiguity will be cleared up by the micro and the macro context. Where the ambiguity remains in spite of the macro context, the translator has to determine whether it is referential or linguistic, or between t he two extremes. (121 22) M me s i ici, nous avons affaire une fiction, elle de la prise en considrant d es commentaires p rcdents p our traduire les dialogues de la pice rema niements syntaxiques invitables, mais aussi des modifications au niveau du mot parce que deux langues ne font pas toujours rfrence la ralit extralinguistique Cependant, il faut faire attention au fait que la traduction res te aussi un travail littraire. Et Almara rappelle qu e [t] ranslation is shaped by language and thus governed also by the central tendency of language: to communicate with that beyond itself. As literature is one product of language, so too, then, is the translation of a literary text an act of communicating beyond itself (139) Mais dans le processus, peut on penser qu vouloir t littraire, on en vienne rcrire une nouvelle u bjectivit orientent nos choix ? Robinson tient une position extrme : In my own contribution to the debate I argue a position that is radical: the translator is a writer. The tran slator does not become the writer; s/he becomes a writer, one very like the original author, but only

PAGE 14

6 because they both write, and in much the same way, drawing on their own experiences of language and the world to formulate effective discourse. (3) Selon et donc, Nous tenons donc une position intermdiaire entre Newmark qui ne prend pas assez en considrati on la fonction potique de la littrature et Robinson qui semble vouloir prendre donc vis du texte origine. 2.1.1.3. Cependant, un problme de taille se pose : le c t culturel de la langue. Chaque mot, par la manire dont il renvoie au rfrent, donne des indications quant au statut du locuteur qui fait le choix de ce mot par opposition ses synonymes. Par ailleurs, la manire dont on fait rfrence la ralit ex tra linguistique est culturelle Or, en traduisant, nous devon s faire face des choix. Comme Thompson le rappelle en utilisant les mots de Toury, Translations are facts of target cultures (Venuti 2), the target culture being the culture of the language into which the literary work is being translated. In other w ords, the translator inevitably translates his culture into his translation, intentionally or unintentionally, but must be careful not to oblit erate the original culture (21) On p ourrait penser que l onal e donc que les valeurs soient, elles aussi, internationales, n culturels gographiquement limits Mais cette volont de se faire internationale n e veut pas dire qu e la pice vraiment. Au mieux, les problmes sont peut t re plus limits que dans

PAGE 15

7 Ainsi, mme si nous o mme le rappelle Robinson, [m] odern t ranslation theory has discredited the idea of the translat or as passive conduit or vessel (15) Il y a donc the gray area between the translator as a rational, fully conscious subject who is completely in control of all his thoughts and actions [ and the translator as a mystical void filled with other voices, a channel or medium for the speech of others De la mme manire que nous r part entire, n ous rfutons ici, citant une nouvelle fois Robinson selon laquelle que : or voice or meaning or intention of the source author across linguistic and cultural and temporal barriers t o a new audience that could not have understood that source author without such mediation. The translator does not speak in his own voice; he speaks in the voice of the original author. The translator does not convey to the target audience her own ideas, m eanings, arguments, images; she is a neutral and noncommittal conduit to the target audience of the ideas and meanings of the original author. 21 Nous devons admettre que Robinson a raison aprs tout, ce ne sont pas nos mots ni nos ide s un certain point medium il faudrait savoir ce que sont les ides, les arguments, les ses intentions. Or, moins de travailler en son troite collaboration, on ne peut pas O n ne peut d onc tr aduire que ce qui passe travers notre filtre, notre subjectivit. N ous avons

PAGE 16

8 donc prt une attention particulire pour rendre ces expriences le plus fidlement possible, tout en nous efforant de limiter autant que possible en cherchant viter de faire une adaptation. e que les mots, alors, on pourrait nous reprocher de ne pas avoir traduit le fait que la pice soit Paris et que cette ville reste le cadre de cette pice Une des rai sons qui justifient notre 2.1.1.4. Traduction ou adaptation ? A propos de la diffrence entre les deux phnomnes Eco dit que : daptations always constitute a cr itical standpoint, even if an unconscious one, even if due to lack of skill rather than a deliberate interpretative choice. Naturally, a translation proper also implies, with an attit ude of the translator is in fact implicit, and tends be concealed, while in adaptation it becomes preponderant and constitutes the very essence o f the process of transmutation. (126) ous rfrons Jose Ortega y G asset pour dfinir notre position : ], a translation can move in either of two directions: either the author is brought to the language of the reader, or the reader is ca rried to the language of the authors. In the first case, we do not

PAGE 17

9 translate, in the proper sense of the word; we, in fact, do an imitation, or a paraphrase of the original text. It is only when we force the reader from his linguistic habits and oblige him to move within those of the author that there is actually translation. ( 60 ) Nous esprons donc faire un travail de traduction et ainsi faire entrer le spectateur dans une dimension culturellement nouvelle par opposition rendre la ralit trangre imm : The most familiar theoretical move in this period is to draw an opposition between translating that cultivates pragmatic equivalence, immed iately intelligible to the receptor, and translating that is formally equivalent, designed to approximate the linguistic and cultura l features of the foreign text (121). : The good translator (n ot necessarily in quality, but in approach) makes the right choices to not translate too much. Otherness, to not make the translation easy and transparent for the consuming audience; the good translator destabilizes scripts to self and nation and becomes a n agent of local and global social and political change (129). Nous admettons que cette position une attitude politique assez pousse, qui est la consquence logique de son affirmation selon laquelle [a] s Gentzler suggests (216) it can be and creating new information that can be turned to powerful political ends, including resistance, sel f determination, and rebellion ( 12 5) Sans rentrer dans le dbat selon lequel [a] ccordingly, the translation can con Hitchcock writes in Dialogics of the Oppressed (127) nous sommes consciente de cet

PAGE 18

10 aspect de la traduction et tenons prciser notre posi tion rapidement Pour nous, il est important de mettre en relation d eux cultures et donc de ne pas acculturer la tra duction la culture cible. Cela tant dit, il ne nous semble pas tre de notre ressort de modifier la vision du monde que le texte origine veut donner. 2.1.1.5. Le thtre ? Cette question en entraine une autre ce que la littrature ? Mais cette interrogation peut, dans une certaine mesure, tre contourne grce au choix de : majeure ; sa principale fonction est donc ludique. Il est un fait que le thtre est un style mme selon la prsentation du produit. Sans essayer de lire dans les penses de Simon, il nous semble cependant que The Di n ner Party a certainement t crit pour tre jou et ce, pour les raisons suivantes. Simon est metteur en scne lui mme. Cette pice a t dis pice adapte dire avec des commentaires sur la mise en scne t comme pouvant potentiellement tre mis en scne. Dans l a prsentation que Dr Frantz a il a attir notre atte ntion sur les caractristiques auxquelles il faut faire attention dans cette situation il doit prendre en considration certaines choses mais en traduisant, il ne doit pas

PAGE 19

11 influencer la mise e n scne : ce sont deux rles bien distincts. Par contre, le traducteur crit dans le but tre prononc, que le que le dramaturge a pris en considration et que donc, le traducteur devrait garder creator of occasions , il veut considrer sa dimension spatiale, temporelle et une fois de plus, le public. Nikolarea fait remarquer ave c justesse que : T he theater translator must meet two criteria more than the translator of prose or poetry. The first criterion is that of playability or performability and the second is that of the function of the text (translation) itself. On the one hand, performability implies a distinction between the idea of the written text and the physical aspect of the performance, and, on the other hand, it presupposes that the theater text contains within its structure some features that make it performable: a coded gestural patterning. Then Bassnett postulates that if performability is seen as a prerequisite for the theater translator, then the translator must determine which structures are performable and translate them into the target language (TL) even tho ugh major linguistic and stylistic changes may occur. Donc smiotique prendre en compte.

PAGE 20

12 Cependant, Bassnett soulve un point intressant, comme le rsume Nikolarea en se basant sur les articles Translating for t he Theatre Textual Complexities (1990) et Translating for the Theatre: The Case Aga inst Performability (1991a) : Bassnett refutes the encoded spatial or gestural dimension of the language of a theater text, and cla ims that any such notion is problematic for the interlingual translator because it makes his task superhuman (1991a, 100). Her main argument against the notion of the gestic text is that the theater translator is expected to translate a SL (source langua ge) text, which is incomplete and which a priori once contained a concealed gestic text, into a TL (target language) text, which should also contain a concealed gestural undertext. Et Nikolarea continue et expose les raisons pour lesquelles Bassnett se dr esse Problems of Translation for the Stage: Intercu ltural and Post Modern Theater : [ His] interlingual translator is still left with the task of transforming unrealized text A into unrealized text B and the assumption here is that the task at hand is somehow of a lower status than that of a person who effects the transposition of written text into performance (1991, 101) Convaincue par les arguments de Bassnett contre la performability il nous semb il f audrait

PAGE 21

13 reprer, dans le t exte origine, un texte cach et sans grand e exprience du thtre, cela serait difficile. observant le rle des aparts : [l]es prcisions ajoutes par Marchena rendent l a scne la fois plus lisible et comique Mais comme indiqu plus loin, [t]out est fait pour que le lecteur visualise au m ieux ce que le spectateur voit (140) ce qui prouve que cette traduction a t faite pour un lecteur et non pour un spectateur. ne tendre sur cette question. 2.2. Notre rle 2.2.1. La langue Notre position serait de ne pas faciliter la lecture plus que ncessaire, ce qui nous amne la dfinition du rle de traducteur : il a t convenu que n otre responsabilit tait mot mot a t effectue. Nous avons utilis des quivalences culturelles pour que des expressions ne laissent pas le lecteur perplexe. Cependant, nous avons essay de limiter notre travail de traduction aux ides caches directement derrire les mots en essayant de ne pas rcrire la pice en ne donnant explications. Nous nous expliquons : le dbut de la pice en anglais laisse le lecteur aux aguets runir les donner un sens aux diffrents personnages, leurs interactions. Il nous a d lecteur plus que de ra ison en franais. Par ailleurs, mme si nous tradui sons les mots, il

PAGE 22

14 nous a sembl important de rduire notre intrusion en ne traduisant pas les points de vue. es termes il ne nous semblait pas tre de nos pr rogatives de rorienter la lecture pour rendre le texte moins tranger. Le texte origine est un texte amricain, crit t tendre voir mise en scne lors dcalage avec le sien. Pour tre plus clair, nous allons illustrer notre propos par un exemple : il y a quelques annes, nous so mmes alle au cinma voir My Big F at Gree k Wedding L a barrire de la langue ne posait pas de de voir que quand la salle rigolait, nous tions assez perplexe et que quand nous rigolions, nous tions seule. Ainsi, lorsque des rpliques laissent le lecteur d u t exte origine perplexe, nous avons traduit le sens sans explication. Puisque ces explications ne sont pas disponibles dans le texte origine pourquo i devraient traduction aprs que ce deux structures syntaxiques pour mettre en relief le fait que les deux hommes veulent rgent de tabac est Et si le texte origine suivait Yvonne parce que Not talking to you k ept me from not wanting you alors que 1 ne sera pas logique Le lecteur sera durant sa lecture. Nous nous loignons donc de

PAGE 23

15 la position des annes 1980 pendant lesquelles la traduction est considre comme un : the translation should be considered differently from the original: it should be treated as an original that is guided (134). Au contraire, nous ne pensons pas que la traduction soit une 2.2.2. La culture Par ailleurs, que l point doit ? Selon nous, le rle du de la langue sans pour au tant l e ramener dans sa comfort zone et combler le dcalage. Pour cela, nous quand il dit que readers and writers (as readers) a greater range of possible imaginative engagements with the world (137). et t raducteur, ses heures perdues certes, mais reconnu et donnant des confrences ce sujet qui, parlant de la traduction pi il est vrai dit : I could concentrate on trying to mirror the language and mood of the original, and secondarily on conveying the cultural information embedded in the text, without worrying about whethe r it would work for an audie nce (communication personnelle). E co expose le problme en conseillant de p rendre en (18 19) En effet, traduire mot pour mot,

PAGE 24

16 mme si le rsultat est grammaticalement correct, peut tre un problme si le monde s le mme. 2.2.3. Mais la traduction a ses limites. En traduisant, le traducteur essaie de reproduire de grand : rcurrents.... Or, ces lectures tant directement lies au lecteur et sa culture, faudrait il parfait ement retransmise ? Nous ne le pensons pas. Bien sr, la personnalit du traducteur influence inexorablement ses choix, souvent mme de manire inconsciente. Mais ces choix sont ncessaires l e traducteur ne peut se permettre de toutes les coucher sur le papier et de laisser le l ecteur choisir. Il faut reconna tre que malgr tous ses efforts, la prsence du traducteur e se faire res sentir aussi peu qu e possible Idalement, il faudrait donc travailler main dle possible. Mais il faut tre appro che smiotique du texte emphasizes the subordination of all constituents to a unified whole and the importance

PAGE 25

17 of the audience as the maker of meani ngs of this whole (macro sign) [she] views the performance not as a single sign, but as a network of semiotic units belonging to different but cooperative systems ( Nikolarea) t he translator has to assist his reader. In plain terms, it is usually more important for him to make or indicate the sense of a passage than to funk the iss (128) et que [w] hen extralinguistic reality is wrong in the SL text, the transl ator must say so. Misstatements must either be corrected or glossed. This responsibility is more important than monitoring the quality of the writing in the SL text (129) Nous rappelons que terprtation. Nous nous d iffren ons aussi de la position de Bassnett des annes 1980 telle : Bassnett takes a historical approach to theoretical concepts and understands practical strategies in relation to specific cult ural and social situations. Even though she emphasizes literary translation, her book rests on what becomes the most common theoretical assumption during this period: the relative autonomy of the translated text. (215) lement nouvelle puisque dj, American poet, critic and translator Dudley Fitts criticizes it precisely in these terms, us and more audacious En rsum, nous ne nions pas les facettes multiples dj ident i fie s par Jean Amos Comenius au 17 e sicle dont les penses sont formules par Wiedemann : Cet vque teur de manuels de latin, pdagogue, p hilosophie,

PAGE 26

18 thologien, a plac imago Dei sur les animaux : la raison ( ratio ), la l angue ( oratio ) et la cration ( operatio ) (12) Nous pensons juste que certains dons Nous avons donc fait de notre mieux, essayant de justifier nos choix le plus possible pour ouvrir le dbat. Mais il faut gard dit : If we can place content A contained in vessel A into content B contained in vessel B in the translation process, this means that the form can be separated from the content. If this were not the case, then the translation process would be like an act of magic, a transmutation (135 36). Il faut donc faire son possible malgr le fait que la tche soit impossible. 2.3. Questions prendre en considration avant la mise en pratique Avant de commencer la t raduction de la pice, il a fallu se positionner face certaines caractristiques du texte. Ce ne sont pas des questions rgler au cas par cas mais des prises de position gnrales. Nous nous pencherons sur les cas particuliers plus tard 2.3.1. : Neil Simon Un des premiers a spects prendre en considration est de dcider si nous prenons la pice pour un travail en soi ou si nous considrons que certains lments, tels que Comme nou

PAGE 27

19 de rassembler des informations pour essayer de comprendre quels taient les objectifs de Neil Simon est un prolifique auteur amricain succs du XXe sicle. Sans rentrer dans une biographie pousse, un dtail nous a sembl important pour notre travail io et de tlvision, ce qui a orient son humour vers les jeux de mots, puis les effets visuels. Une question importante sur laquelle Dr Frantz a attir notre attention est de savoir si, du fait que Neil Simon crit en pensant au public avant tout, il ne p ourrait pas tre considr comme un Molire amricain Pourtant, Dr Tucker a pens Huis Clos de Jean Paul Sartre bre de personnages limits. Ce rapprochement souligne aussi le fait que les ides, les commentaires sur la vie soient importants. Cela a cependant eu une consquence sur son succs critique. En effet, les writ er of gags . Malgr le fait que sa carrire au thtre ait commenc dans les annes 60 et que son succs populaire soit immense, il lui a fallu at tendre les annes 80 pour avoir une reconnaissance critique. t senti incompris dans la mesure o il trs technique, mais exprims malgr tout, soient entendus. Le mlange de srieux et de comique est le rsultat de sa perception de la vie : The way I see things, life is both sad and funny.

PAGE 28

20 situation? Now I ask: What is a sad situation and how can I tell it humo rously? (https://www.msu.edu/~pelowsk1/neilsimon/plays/). Il veut crire sur la nature humaine. m on cit dans American Masters a dit : Neil has the ability to write characters even the leading root for that are absolutely flawed. They have foibles. They have faults. But, they are human beings. They are not all bad or all good; they are people we know Et son intrt pour la nature humaine pourrait expliquer son sur nom Doctor Simon . Son enfance dans le Bronx new criture et sa scne. tur er the urban middle class feeling . dans le franais dans le texte , Pourtant, 2.3.2. Le style 2.3.2.1. Le niveau de langue doit se poser est la question du le texte origine on remarque, notamment grce circonstances, nous aurions affaire style assez pompeux : des gens qui ne se connaissent

PAGE 29

21 pas se retrouvent dans un g rand restaurant. Mais on voit que ces gens sont hors de leurs Mariette qui doit al ler des sances de signature, ces gens manquent tous de correction sociale et Andr est le premier dire leurs quatre vrits aux deux autres hommes Ainsi, marques euh , enfin choisir l es mots justes Ces considrations orientent nos prises de dcision, comme nous approfondirons bientt. 2.3.2.2. Les rptitions elles ? Sont elles voulues ou pas ? Si E co (30 36 ) a permis ses traducteurs de changer de couleurs pour ne jamais utiliser deux termes identiq ues, et ce pour le texte origine ? L es rptitions sont facilement considres comme dmontrant un vocabulaire pauvre. Mais est refltent pas une attitude quotidienne ? Ne sont elles pas une reprsentation plus raliste de ces personnages qui semblent tous assez confus dans leurs dcisions et le ur choix de mots et leurs ttes ? Par ailleurs comme Newmark le rappelle : S ociolinguists such as Gumperz (1975) and Goffman (1975) have noted that in certain roles and/or situations, people speak (or phone or write notes or texts or letters or diaries), as employers, engineers, dustmen,

PAGE 30

22 sons, lovers, strangers, graduates, illiterates, beggars, presidents, Marxists, etc., and w ill have a specific verbal repertoire, expressed phonologically, syntactically and lexically, although this repertoire may often be a marginal and even insignificant part of their discourse. (121) rpertoire et donc de gar der les rptitions prsent e s dans le texte origine 2.3.2.3. Les emphases Les emphases sont nombreuses dans le texte origine et sont reprsent s ou de majuscules, pour un mot une partie de mot, ou une phrase Pour tr aduire ces emphases, plusieurs techniques ont t utilises sur lesquelles nous reviendrons dans la partie pratique qui contiendra des exemples illustrant chaque technique 2.3.2.4. Le rythme au du rythme. Ce problme impo rtant a t repr par Thompson (8) qui se r fre aux mots de Schulte : What is most difficult to translate from one language into another is the tempo of its style... even if the German language were to speak with Lessing's prose, how could it possibly i mitate the tempo of Machiavelli, who in The Prince lets us breathe the dry, fine air of Florence, and who cannot help but express the most serious matter in a refratory

PAGE 31

23 allegrissimo : perhaps he does this not without a malicious artistic inkling of the con trast he is daring to expose (69 70) situations spcifiques dans la partie pratique . 2.3.2.5. Le ton [a] translation that manages to (45). Il ajoute que language, when it introduces effects of sense that were not intended in th e original. If the translator were to insert that play on words, he or she would be betraying the intentions of the source text (46) L o x d e mots mais mots dj existant et que le nouvel lment : s i u ne ide, ou jeu de mots mais un autre endroit, de la rplique ou du texte, avec un effet sim ilaire dmontrant le pourquoi ne pas le faire ? Nous expliquerons ci dessous comment nous avons trait ce problme dans le dfi des jeux de mots que nous nous sommes efforce de relever malgr le fait que Jakobson dclare que : T he pun, or to use a more erudite, and perhaps more precise term paronomasia, reigns over poetic art, and wh ether its rule is absolute or limited, poetry by definition is untranslatable. Only creative transposition is possible: either intralingual transpo sition from one poetic shape into

PAGE 32

24 another, or interlingual transposition from one language into another, or finally intersemiotic transposition from one system of signs into another, e.g., from verbal art into music, dance, cinema, or painting. (118) 2.3.3. Le franais dans le texte La ce que le trait tranger (i.e Paris, la Cassette, Napolon) reprsente ? Comment souligner la diffrence, ce qui fait que la pice soit situe Paris en particulier, unique pour les A m ricains quand on est en France ? Est o ne pourrait pas nous aider ici ? translator must decide what the fundamental content conveyed by a given text is. In order one (31). Il est important de se rappeler les raisons pour l esquelles Simon a dcid de situer cette pice en France, Paris, loin de Manhattan, le sige habituel de ses fictions. 2.3.3.1. Les lieux Concernant les indicatio ns de lieu, nous avons trouv des informations intressantes. Bigus remarque en observant la traduction de Marchena une ville et une place bie place de ville de Molire Cette indication renforce le caractre esp agnol dcorateurs de mettre en pla ce un dcor en copiant le rel (138) Notre problme est de cette problmatique : nous avons un espace dfini et dcrit avec dtails. Cet tat de fait est un effort co nscient du dramaturge qui cherchait faire une pice universelle ( Reed ). Est

PAGE 33

25 Comment traduire Paris pour un public franais ? Un peu de cultur e et de connaissances sur Simon aidera le spectateur voir la dimension uni est associe la ville. Il faut tout de mme admettre que cette caractristique sera peut tre perdue pour risque prendre. 2.3.3.2. Les noms propres Simon choisit de s noms propres trs franais ce q ui a un effet unique, comme le remarque Thompson : Proper names do not solely define a culture; the structure of a language also illustrates an inherent part of a culture, for example. However, proper names are one way to give the reader a glimpse of thi s foreign langua ge in an understandable context (21 22) . Au niveau de la mise en scne, cela ne pose pas de problme mais pour la transcription, oui. Puisque nous avons dcid de ne pas traduire cette altrit en gardant le mme lieu, il a sembl normal de garder les mmes noms mais compltement franais. Helena a final.

PAGE 34

26 Cependant, lorsque le dim inutif Al est utilis, sa traduction a t rendue plus franaise avec le surnom Bb e rt (l. 1859), et Rene est devenue Rene (l.1768) e . Academy . pourquoi ne pas avoir dit Acadmie (l. 83 ) ? Une autre option tait de traduire avec Acadmie rfr. Ce qui suggrerait que ie Franaise. 2.3.4. Les didascalies 2.3.4.1. Questions souleves Berregard dfinit l es didascalies ainsi : lieu o se fait entendre la voix de reprsentation et permettent ainsi, (228) La lecture de Bigus (138 : quel type de didascalies avons nous faire ? A qui s nt elles ? Que reprsentent elles ? Doit on les dcorti quer ? Si Bigus considre que dissqu[er] a v ec une gr a nde prcision

PAGE 35

27 ventuel travail de mise en scne (139). C omme indiqu prcdemment, consciemment o Nous reprsentation thtrale, il nous semble important de ne pas guider le potentiel metteur en mme si cette version staging version : un professionnel, ble des informations fournies 2.3.4.2. Le style Pour nous aider rendre les didascalies de manire la plus crdible possible, nous aurions voulu avoir accs une tude de s tyle de ce discours spcialis. trouv pour nous a ider conna tre la tendance chose est cependant vidente : les didascalies apparaissent toujours en italiques. De manire intressante, il a t observ que les d le texte origine alors que la premire ligne de chaque rplique en comporte une donc nous avons conserv la mme prsentation. Il a t observ que les didascalies taient souvent averba les. Nous nous sommes donc pos le s questions suivantes : est ? Si non, est ce le style des didascalies dans le thtre moderne ? La premire question a t rsolue par ue nous avons utilise est une dition adapte ires

PAGE 36

28 rgisseur voit didascalies. Trouver une rponse la deuxime question a t un petit dfi Et aprs de nombreuses recherches infructueuses, nous sommes arriv e didascalies dans le thtre moderne leur ponctuation, leurs formes verbales leurs prsentations phrases sont asse z longues et dveloppes et si, problme dans les i ndications trs courtes et peut tre contourne apposes, par exemple, dans la description de dpart. Nous avons donc introduit des sujets, par exemple il dans il se sert du vin. (l. 2 36 37 ). Mais lorsque les rptitions ou les informations superficielles taient prsentes dans le texte origine nous nous sommes efforce de les garder pour essayer de rendre le mme effet. u, cela a moins indulge entirement rendu avec ent (l.1567 compris e Mais le sens gnral est gard et dans les didascalies, les informations sont les lments importants. Il est tout de mme intressant de remarquer que parfois, les didascalies contiennent des lments non informatifs, ce qui est inhabituel, par exemple,

PAGE 37

29 of course , dans of course they want to hear . Mais cet lment a t gard parce

PAGE 38

30 3. La tra duction : pratique applique ce texte 3.1. Mthode Dans un premier temps, la pice a t traduite. Au fur et mesure de la traduction, des notes ont t prises soit concernant les procds d e traduction, soit concernant le texte origine et les problmes rencontrs et non rsolus. Dans un deuxime temps, la traduction a t reprise pour affiner la premire version. Plus de temps a t consacr essayer de rgler les problmes ponctuels rests en suspens la premire fois. A la fin de cette deuxime phase, nous avons rencontr Dr. Frantz pour discuter des problmes spcifiques au thtre Suivant ses conseils, la traduction a ensuite t revue en prenant en considration le caractre oral de la pice. el le a donc t lue par des francophones et lorsque des problmes de diction se sont texte origine a t cherche, pa rfois avec succs, parfois sans, comme nous le commenterons par la suite. lecteurs ont t utiliss la fois pour la lecture qui avait pour objectif de corriger les ventuelles lourdeurs du fr anais que nous ne po uvions pas reprer, imprgne du texte origine comme nous le sommes, et pour la lecture qui avait pour objectif de vrifier la comme un te le texte origine

PAGE 39

31 Nous avons peut tre mal expliqu le rle que nous attendions du comit de lecture lors de la deuxime phase, qui a remis en question la traduction alors que ces passages taient le s rsultats du texte origine ne dans les ngations, effet la contraction tre fallu deux comits diffren ts pour que 3.2. Rsolution des problmes thoriques 3.2.1. Le style 3.2.1.1. Le niveau de langue I l no r ait les phrases incompltes et que cela pourrait choquer une oreille francophone. Nous avons donc lui a donn sa secrtaire (l. 72 74 ) ou que Claude demande much of a market ? : une traduction averbale se rait considre incorrecte (l.88 ). Mais le niveau de langue assez nglig a t traduit par a plutt que cela . Inversement traduire un verbe assez v ide smantiquement aurait alourdi la structure : il a donc t omis Par exemple, a t traduit par (l. 206 ), en apposition, comme

PAGE 40

32 une explication qui vient aprs coup. Le be du fax pour Andr a aussi t omis parce que les informations concernant le dner 214 ). vocabulaire plus trivial. Ainsi, lorsque Claude demande Enjoying yourself Mar iette ? Mariette ? (l. 729 ) de bien qui ajoute une touche ironique. Parfois, la structure de la version originale a quante dans les deux langues : par exemple, lorsque Claude dit Hurt my finger putting my tie on , la donc voul u garder le mme effet et exclu s manqu de faire ragir notre comit de lecture. Mais nous avons dcid de rester sur cette position parce que la la structure auxiliaire suje t verbe. Le franais offre cependant plusieurs options pour poser des questions : est ce que sembl assez paradoxal de montrer un manque de respect un inconnu tout en gard ant un o ce

PAGE 41

33 3.2.1.2. Les emphases Les emphases sont nombreuses dans le texte origine et sont reprsents ou de ma juscules, pour un mot une partie de mot, ou une phrase Pour traduire ces emphases, plusieurs techniques ont t utilises. Parfois, un mot de reprise a t ajout au texte franais ou un mot prsent dans le texte origine a t rpt pour un effet empha tique. Ainsi, It is la Cassette a t traduit par O n est la Cassette aprs tout (l.33 ), I find that offensive. par a, je trouve que 58 ), et At least, you understand me. est rendu grce Au moins, vous, vous comprenez (l.3 59 ). Les italiques peuvent aussi tre remplacs par une structure : I came. est ainsi devenu Mme chose pour moi (l. 516 ). : des points de suspensio n peuvent crer un suspens qui souligne le terme qui arrive comme l es tirets peuvent marquer le ct hach du discours, par exemple, every single morning est devenu t ous les matins (l. 1926 ). franais, cet outil a aussi t utilis : ainsi one happy surprise est traduit par une bonne surprise (l. 1971 ). A mais dplaces : ainsi, dans W ho else would they be from ? est traduit par D e qui pourraient elles tre ? (l.1 737 ) Very good par Trs bien (l. 806 ) et Andre never got to be an ex lover par Andr jamais t un ex amant (l. 730 ).

PAGE 42

34 le texte origine majuscules, technique qui ne fonctionne pas forcment en franais. Cette motion est (l.1010 ), traduire la surprise contenue dans un mot dans le texte origine ( why , l.11 70 ). De la mme manire, les italiques des lignes 1179 80 traduise nt le mpris pour les r de rendre la connotation de bassesse qui accompagne gush . Une structure syntaxique est peut ans ces cas l, les italiques ont parfois t utiliss pour rendre ce rsultat. Ain mot ngatif no dans une phrase positive a t traduit par des italiques qui soulignent parfois un mot ngatif comme aucun pour un effet plus fort (l. 1 28 ; l. 2 81 ). Ailleurs, la reprise par a t explicite avec (l.1 410 ). Enfin Ainsi, I do have est traduit par (l. 1971 ) et I do know par Je sais de manire certaine (l.1279 ). 3.2.1.3. Le rythme Ai nsi, ici, m me si le sens est gard, les catgories grammaticales ont parfois d tre modifies, ce qui a un impact sur le rythme : Malgr nos efforts, le rythme dense du ne se re trouve pas dans le texte cible aux lignes 1505 et 15 06 ( contre toute attente, je dsire sou dainement ). des structures parallles live

PAGE 43

35 play that hard. et il est difficile de traduire le sens et le rythme. Nous avons donc essay de garder la construction des propositions aussi parallle que possible mais les : Je ne veux plus croquer la vie pleines dents ement plus jouer autant. (l.14 97 98 ). Par fois, il a tout de mme t possible de conserver le rythme et les structures parallles du texte origine Par exemple, Were they all men ? Were they all divorced? a t traduit par il que des hommes ? il que des divorcs ? (l.2 73) rptition de structures. De la mme manire, de nouveau (l.3 89 ) est rpt pour u texte origine utile. mots lorsque Gabrielle dit : kind of woman I am , avec la reprise de kind qualificatif, puis comme nom. Pour rendre cela, nous avons jou avec bon dont la position, soit antpose, soit aprs le nom, a un impact sur le sens. Et nous avons traduit par genre de bonne femme que je suis (l. 1897 98 ). La traduction requiert parfois des changements de structures avec la diminution : ces changements de rythme aident souvent traduire la tonalit Ainsi, there was nothing too vile for you to indulge in to satisfy my voracious appetite. est traduit par : (l. 1795 96 ). De la mme manire, le suspense de And did she ? est mieux traduit par deux phrases,

PAGE 44

36 Et ? (l. 1820 ). dans In the history of speech, that sentence has never been uttered before. phrases : C entendue. Depuis la naissance des langues (l.68 3 84 n observe la ligne 1012 Des superpositions sans signe de ponctuation ont t modifies en apposition. Ainsi free free free devient libre, libre, libre (l.1107 ) peut tre d la difficult de prononcer le mot franais plusieurs fois rapidement 3.3. La culture La situation gographique a des rpercussions culturelles qui appellent c ertains ajustements. Les poigne s tant rarement rondes en France, turn the knob a t linguistique et Albert abaisse don c la poigne. A tre vident pour un Amricain devient problmatique pour un Franais. Nous nous expliquons : la dcoration est dfinie comme ? Y a t il des critres objectifs eur franais saurait la reconna tre ? Ou serait ragir ni rflchir ? Un autre problm ont des noms franais, pourquoi Cl au de parle t il en dollars (l.1830 ) ? Est ce logique de garder cet amricanisme

PAGE 45

37 pas logique dans la version originale mais que nous ne nous sentons pas responsable de la rendre logique, nous avons gard cette mesure et la ligne 1076, on a gard cent . 3.4. Les doutes 3.4.1. Les dcisions prendre A plusieurs reprises, le texte origine t des mots, le doute, et A chaque fois que cette situation a t identifi e nous avons veill ne pas orienter la lecture. Par exemple, : This is very nice, i ? , it pourrait faire rfrence ce dont Well, it is la Cassette . Pour laisser le doute planer et pour qui tait peut tre voulu soit gard, nous avons traduit par trs sym ce pas ? (l.31 32 ) sans insrer ici . Plus tard, lorsque Claude : h e got the idea for his -? le traducteur a la possibilit de traduire his de trois manires diffrentes : sa , son , ses Or, ce nom pourrait tre thorie , inspiration , projet , exprie nces pas influencer le spectateur, nous avons donc dcid de rendre la parole Claude quelques instants plus tt. Ce dernier interrompt donc son interlocuteur au moment o ue le (l.110 ). Si ici, nous avons russi garder le suspens tout en restant aussi neutre que le choix de la traduction de cousin

PAGE 46

38 est celui du traducteur car rien, dans le contexte, ne don de cette personne : il a donc fallu traduire soit par cous in , soit par cousine (l.107 ) et totalement arbitrairement, nous avons opt pour la version masculine du terme De plus, comment traduire you ? L orsque on considrer aprs tout, ils sont partis en jamais t amants et donc que tu est le choix appropri ou doit on considrer que, de par leur milieu et leur familia rit somme toute relative, vous semble plus judicieux ? De par le contenu du dialogue qui suit et avons opt pour le tutoiement (l.806 07 jectifs possessifs donnent une indication sur le genre du possesseur, ce que ne fait pas le franais. Pour ne pas alourdir la traduction, nous avons donc rendu his unfulfilled remorse par son remords inexprim (l.12 96 ) qui, dans le contexte dans le quel il appara femme. o un doute est insr. Par ailleurs, p arfois, il a fallu faire un choix entre deux options, deux manires de mettre les mots en relation. Ainsi, lorsque Claude dcrit son travail, il dit : I have a shop. Antique books. Classics, mostly. , on pourrait antique books est utilis comme adjectif qualif iant shop ce qui serait traduit par de livres anciens entendu ou comme un groupe nominal appos et il serait traduit par des livres anciens . Du fait des appositions qui suivent, nous avons opt pour la traduction avec des (l. 100 )

PAGE 47

39 qui cre un nouveau groupe, sans lien apparent avec la phrase prcdente, de la mme manire que Classics, mostly. 1st Editions se trouvent apposs la suite. 3.4.2. Les dfis smantiques : jeux sur le double sens des mots Ce s dfis ont peut tre t les plus difficiles. Comment traduire sur les diffrents dire les diffrents sens ? C omment traduire le jeu sur deux homophones two et too ? Pour traduire le malentendu entre Mariette et Albert, (Albert : Well, one and two were more involved that I was. Mariette : I thought you were two. Albert : Involved. No, not as much? Mariette : That you were number n pronom ( , l. 506 ) dont le up pour encha ner grow up , shut up et own up . Nous avons essay de rendre cet effet en jouant sur les contrastes, en dplaant le jeu des sonorits au smantisme et en la fermer et (l.1 789 90 ). Pour traduire f igure of speech, figure of silence, dead sile nce et rendre le jeu de mots qui se dplace, n ous avons chang de catgorie grammaticale Figure de speech est donc devenu une manire de parler (l. 1037 ) et pour garder le paralllisme syntaxique, nous avons traduit figure de silence par ma nire de garder le silence (l. 1038 ) Pour traduire l a connexion tablie grce la rptition de silence dans figure of silence et dead silence nous avons repris le de ne nous a pas sembl possible de trouver un mme mot qui jouerait le rle de silence . En

PAGE 48

40 effet, tre muet comme une tombe (l. 1038 39 ) est courante en franais et reprend parfaitement dead dead silence . M ais muet ne convient pas vraiment dans le groupe no minal traduisant dead silence Pour essayer de rendre le jeu de mots entre s econd hand smoke et first class advice , nous avons t contrainte de travailler partir de tabagisme passif , (l.838 ) traduction littrale de se cond hand smoke . A partir de l, nous avons essay de passif et soit positif, tout en tant compatible avec conseils , pour rendre le contraste entre le second hand smoke , ngatif, et first class advice , pos itif. Aprs valuation, nous nous sommes arrte sur explosif , qui passif conseil (l. 839 ). Pour traduire l ate , entendu comme dcd et en retard dans le texte origine nous avons cr un jeu de mots similaire avec le mot feu , utilis comme adjectif qualificatif (l.1 380 ne pas y avoir le feu , ne pas tre press (l.1 381 ) diffrent s sens de g et , mot aux multiples sens comprenant, entre autre et ce sont les significations qui nous intressent ici, de comprendre et de prendre , nous avons contourn le problme en utilisant de verbe saisir qui a la mme ambigu t en franais (l. 1045 48 ) , no us avons conserv le champ lexical de la chasse contenue dans la phrase qui prcde avec hounding et pour garder le sous entendu, no us avons ajout un indice avec si tu te

PAGE 49

41 souviens bien . Si les spectateurs ne comprennent pas, une autre option pourrait tre si tu vois ce que je veux dire , mais nous avions peur qu e ce soit trop explicite (l.1451 ). 3.4.3. Les dfis smantiques : jouer avec les expressions idiomatiques xpressions idiomatiques a parfois rendu des changements ncessaire : par exemple, in the cards a d tre modifie et Ce n (l.783 ) qui ajoute une touche t Mariette sont en train de parler de succs dans le milieu de en plus de devoir traduire une Traduire un e expression est difficile parce que les images diffrentes alors que les jeux de mots sont difficiles traduire parce que un rfrent peut avoir le mme rfr dans les deux langues mais le jeu de mots joue sur un deuxime rfr pour ce rfrent, ce qui complique les choses. Dans ces cas l, nous avons essay de reproduire la relation qui e pour traduire with ( l.785 86 to judge the book by its cover en disant judge the book by the man who dusts it s cover en faisant rfrence au libraire, nous nous som L moine. (l. 328 29 )

PAGE 50

42 de location, sujet que les hommes viennent de mentionn contenus line dans deux expressions idiomatiques ( to be out of line et to be off that line ) a pos problme. Nous avons l ongtemps cherch une expression pour traduire to be off that line , la traduction de to be out of line pouvant facilement tre rendu par dpasser les limites, la ligne jaune, les bornes . Et nous avons d nous satisfaire de franchir le pas qu i suggre que trs indirectement l frontire (l.886 ). P put my socks together , nous avons utilis ne pas additionner deux plus deux (l.217 18) tre ensemble de manire logique. En effet, gnrale. p ut it to bed a pos problme dans la mesure o Gabrielle la prend dans son sens littral, comme le prouve sa rplique. Pour lit , va te coucher , dans le sens la isse tomber, a suffit (l.1436 ) qui permet aussi et pour que Gabrielle de rebondir sur un registre plus charnel, comme elle le fait dans la version originale. Parfois, il a tout de mme t possible de dplacer un jeu de mots et de le dvelopper. Ainsi, faire fausse route fork in the road (l.1536 ).

PAGE 51

43 In for a penny, in for a pound . P our traduire cette phrase, nous avons pens deux expressions : On ne fait pas les choses moiti. Quand on aime, on ne compte pas. (l.1610 ) o 3.4.4. Les d fis smantiques Il a donc fallu es pimp devient pimperetto , cela fait penser que etto est un diminutif et donc que pimperetto voudrait dire un petit pimp . Nous avons donc essay de copier le mme rapport entre les mots. Puisque maquereau , traduction littrale de pimp , tait dj long, nous un maquereau mais de manire plus faible barbeau (l.386), faiblesse ac centue gentil . terial ( being materialistic tre matrialiste et avoir son mat riel (l. 763 64 fait franais.

PAGE 52

44 3.5. Les outils de la traduction requiert us aider observer le fonctionnement de la traduction 3.5.1. M odulation Avant de voir comment ce procd a t utilis, dfinissons c e terme technique : il fait r de langues. Ces changements de point de vue peuvent avoir lieu diffrents niveaux, par Parfois, les circonstances ne sont pas soulignes de la mme faon Ainsi, en anglais, nt sur le rsultat, la prsence dans les lieux, alors que J e suis le premier arriv. (l.18 ) met en relief le mouvement, le processus qui aboutit au rsultat. En revanche, took a wild guess est le processus qui aboutit au rsultat juste devin (l.1730 ) with food in his mouth se transforme en expression de consqu ence la bouche pleine (l.436 ). aching se transforme en cause dans blesss (l.386 ). Le moy en, comme interfere with your continuity ou hear from them , peut aussi devenir le rsul tat, avec interrompre (l.334 ) o u avoir des nouvelles (l.304 ). apart from a pu tre traduite par et ( l.855 ). La perspective sur les vnements peut donc tre

PAGE 53

45 diffrente : ainsi, in the history of speech , qui souligne le temps dans sa longueur, est traduit par C entendue. Depuis la naissance des langues (l.68 3 84 ), qui tha t much ce point (l.1000 ). Un changement de nombre peut aussi avoir lieu : an ap ology , mot singulier, est traduit par un p luriel, des excuses (l.326 ). La polarit peut tre inverse : ainsi, en anglais, Claude dit Clever. franais, cela a t traduit par Pas bte. (l.98 ) et les phrases ngatives t mind , et you ont t traduites par des phrases posit ives : si a vous va (l.1947 ), Je plaisantais (l. 3 15 ) et c e que tu es populaire (l.727 ). Par ailleurs, le prfixe dis qui vient av ant like ne peut tre rendu en franais c un oppos dtester (l.1161 ). Une forme passive comme peut tre traduite par a ne (l.356 ), une forme active. La perspective peut donc tre diffrente it finally got through to me et (l.1 934 ), ou avec et leurs regar ds se croisent (l. 1919 ). La modalit est parfois modifie : ainsi, Who would the guests be? devient qui pourraien t tre les deux invits (l.372 ). original peut tre obs erve plusieurs occasions texte cible Dans

PAGE 54

46 open en anglais, ce qui a t traduit par dbouches (l.5) qui est un terme spcifique aux bouteilles. Toujours dans everything est traduit par dcoration (l.6) everything fait rfrence au dcor. Plus tard, finger est traduit par index (l.4 29 ), terme plus prcis et seat par chaise (l. 1941 ) Le verbe get into devient se recycler (l.226 ), plus spcifique ce contexte. Inversement, le verbe stir devient plus gnral n utilise mettre (l.1850 ) Un changement complet parfois ncessaire pour un effet de naturel Ainsi, dimout qui fait rfrence la lumire, est bien rendu par rideau (dernire ligne) qui est le terme franais spcifique ce contexte. La mtonymie tablit aussi une relation de tout partie ou inversement Donc hands et que nous av ons traduit par bras (l.1631 ), cet outil a night est traduit par soire partie de night (l.1660 ). Parfois, on a une relation de contenant contenu : note est en effet traduit par message (l. 1865 ). Un agent by a good analyst peut aussi devenir un moyen psychanalyste (l.169 7 ). Un agent, comme by a new hair stylist peut aussi devenir un rsultat une nouvelle coiffure (l.1698 ). Pour traduire une ide, i l a parfois t ncessaire de dplacer les comparaisons. meilleur souvenir, elle parle de warm crois sant and hot tea . Il est difficile, en franais, de trouver deux synonymes pour traduire les deux adjectifs qualificatifs. Tide a une connotation pjorative pour le th et pas aussi agrable que chaud pour le croissant.

PAGE 55

47 Nous avons donc dcid de er warm en frais (l.1847 ). Ainsi, lorsque plus tard, Yvonne identifie de la chaleur faisant cela, on : Albert apportait deux choses, les croissants et le th, et ces deux lments sont compars deux de ses caractristiques. warm croissant, ses yeux ne peuvent plus t re compars au croissant tandis que la douceur de ses mains est compare au miel du th. Enfin, des phrases ont d tre rorganises pour prsenter les informations de ure du rideau, les indications spatiales sont donnes ( A gauche, contre le mur l.3 ; Au sitions verbales, sans introducteur dans les propositions nominales, puis le situe ( at rear center stage ; 3.5.2. Transposition Parfois, le sens a t traduit mais par diffrentes formes de la langue et nous allons maintenant voir diff rentes transpositions Dans certains cas, un verbe, failed ou is hosting , a t traduit par un nom, un chec (l.62) ou notre hte (l.69 ). Un verbe peut aussi tre remplac par un adje ctif qualificatif ( stands valable , l.807 ). autres fois, un verbe ( is ; ) voire un prdicat ( ) sform en adverbe ( oui , l.76 ; non , l.187 ; pas , l.1826 ). Inversement, parfois, le prdicat a d tre

PAGE 56

48 it prsent dans le texte origine Ainsi, did she ? devient E ? (l.18 1 9 ). I do that est toujours (l.417). eut tre traduit par des adverbes. Ainsi, a t traduit par dj (l.1 21 ) et [it] has been an aberration par depuis le dbut (l.1905 ). present perfect peut aussi tre tradui jamais (l .1726 ). are divorcing est rendu prpositionnel en plein (l.300 ). Le modal will , selon sa valeur, peut tre traduit par une expression verbale telle que tre prt (l.348) Le modal shall un adverbe dsorma is (l.1335 ) ou par un verbe comme devrais je (l.1371 ). a drink apparait sous la forme de proposition infinitive boire (l.66 ). Quelques noms ont aussi t traduits par des pronoms personnels ( the paint ings les , l.90 ) A certains moments, un pronom ( this ) a t traduit par un groupe nominal ( notre lanterne (l.208 ) ) Certains groupes prpositionnels sont devenus des adjectifs qualificatifs ( in the ab stract abstraites (l.85 ) ; of my own personnelles (l.866 )) Un adjectif qualificatif comme small a t traduit par un groupe prpositi onnel en petit comit (l.127 ) following , peuvent tre traduits par une proposition rel ative, comme qui vont suivre (l.3 72 ). Certains adjectifs qualificatifs ont aussi t traduits par des noms, ainsi, combined est

PAGE 57

49 devenu rassemblement (l.529 ). deep a t traduit par un adverbe normme nt (l.946 ). changeant de catgorie : ainsi, la proposition relative est devenue une proposition infiniti ve de ne pas le faire (l.266 ). Parfois, des propo sitions ont t while what would you say et before you got here se sont respectivement transformes en groupe prpositionnel en mon absence (l.393 ) s elon vous (l.317 ) et en proposition in fi nitive avant de venir (l.412 ). Des noms valeur adjectivale ont t traduits par des complments de noms : par exemple, the Gerard party est devenu la soire des Grard (l.427 ). Des groupes nominaux se sont parfois transforms en proposition : ainsi, a word with you est devenu ). Un adverbe, comme blankly ou just , peut aussi tre traduit par un groupe prpositionnel tel que (l.1713 ). Un adverbe p eut aussi tre traduit par un adjectif qualifica tif ( only seule l.1041 ; very ( a ngry ) ( colre ) noire l.1057 ). Par contre, just a aussi t traduit par une forme verbale venir de (l.1879 ). Dans certains cas, nous assistons une double transposition aussi appele chass crois premier dans une langue appara t en deuxime looked away devient dtourne les yeux (l.1918 ) et le verbe est donc traduit par un groupe nominal tandis que la p articule adverbiale est traduite par un verbe Rushe s in est traduit par entre prcipitamment (l.871 )

PAGE 58

50 adverbiale par le verbe. Slides it off est ainsi traduit par ve en la fai sant glisser. (l. 5 1 ). Parfois, cependant, le chass avec (l. 1699 ) away alors que le verbe walk est sous entendu. 3.5.3. Etoffement et rduction Par exemple, a s mall sofa for two a t traduit par une causeuse (l.5), terme spcialis qui correspond la dfinition faite en anglais. Il y a d onc rduction. Inversement, p arfois, un terme spcifique existe dans la langue origine mais pas dans nod est traduit pour une expression plus longue et fournie : faire signe de la tte (l.428 ). Par ailleurs, the present poque actuelle (l.2). De la mme manire, seance a t toff et est devenu sance de spiritisme (l.1391 ) et le lien logique then est explicit gr ce dans ces cas l (l.766 ). Par ailleurs, le verbe to book est traduit par une expression plus dvel oppe fa ire une rservation (l.1288 ). still et a ne change rien (l.1103 ). somehow est tra duit par un groupe prpositionnel allong : (l.1 369 70 ) et la prposition from par de la part de (l.1377 ) Par contre, keep safe peut tre traduit en un seul mot protger (l.1141 ). La coordination because of se rduit un mot par (l.1360 ). Et la proposition participiale made of est traduite par une p rpos ition qui rend tout le smantism e de la proposition de (l.1467)

PAGE 59

51 prfixes. Ainsi, win back est traduit en u n seul mot, regagner (l.1533 ), re traduisant back . 3.5.4. Ajout Une es ajouts ont t ncessaires pour plusieurs raisons que nous allons maintenant passer en revue Des signes de ponctuation apparaissent donc parfois, notamment des points Merci mon Dieu (l.1803 : par exemple dans Just tell it and will you est traduite par a llez (l.18 0 9 ) position finale de me dan s It would bother me. est traduite par Cela (l.670 ) Des ajouts ont parfois t ncessaires pour des raisons syntaxiques : ainsi, dire donc You told me. est traduit par (l.471 ). nement des phrases. Par exemple, la ligne 76 le mais Des ajouts sont parfois ncessaires pour des raisons smantiques : pour rendre delightful trs qualificatif agrable (l.354 ). De la mme manire, pour rendre le contraste contenu dans les italiques de who are not divorc ed , le pronom eux appara t dans la traduction : qui ne sont pas divorcs, eux (l.2 97 98 ) situation dont nous avons dj parl dans la partie consacre aux emphases

PAGE 60

52 contenue dans le pronom pe rsonnel themselves et souligne par les itali ques, le pronom personnel eux a t ajout la ligne 300 Certains ajouts ont t ncessa avait pas en anglais : en anglais buffet fait rfrence au repas de manire plus 3.5.5. Suppression De la mme manire que certains ajouts sont ncessaires, parfois, certains t ermes gards pour traduire un niveau de langue que le lexique ne pourrait pas traduire. Par exemple, lorsque Mariette utilise le mot hubby , il est difficile de trouver e traduction litt rale, avec mari . Mais ce dernier ne rendrait pas la familiarit de hubby par rapport husband . dant juste ex (l.730 ncessaire ont parfois t omis : ainsi, that est perdu dans Nous ne savons pas vraiment. (l.475 ). there dans I see you there. est inutile en franais et la version franaise inclut donc : j e vous vois (l.350 ). Des no ms qui auraient alourdi la phrase ont t vit s assez explicit e Ainsi, les tureens of food ont simplement t traduits par soupires buffet (l.4) tandis que jamais (l .255 mari cas en anglais

PAGE 61

53 Mais des prcisions sont parfois perdues. Ainsi, lorsque Mariette et Gabrielle parlent des hommes en disant sitting tre (l.1257 ) ils sont assis t attire sur 3.6. Conclusion Maintenant que nous avons pass en revue l es d iffrentes mthodes utilises pour remplir au mieux le rle de traducteur que nous avons dfini au dbut de ce travail, et que nous avons comment les phnomnes les plus courants, nous allons passer au produit fini, accompagn de numros de ligne, ce qui permettra au lecteur de pouvoir voir les exemples cits prcdemment dans leur contexte.

PAGE 62

54 4. Traduction 1 La grand restaurant de Paris. Epoque actuelle. 2 A la droite de la scne, une table pour six A gauche, c ontre le mur un long buffet 3 est dress avec de grosses soupires en argent et des bouteilles de champagne, 4 certaines dbouches. Au centre de la salle, un e petit e causeuse, et de chaque 5 ct, une chaise. Toute la dcoration des meubles aux ornements muraux est 6 franais e et agrable. 7 Au lever du rideau : Claude Pichon, la quarantain 8 debout, seul d ans la pice, r egarde sa montre et sirote du champagne. Il semble 9 un peu perdu. Il r egarde la table, puis traverse la salle vers le buffe t, soulve 10 quelques couvercles, hume la nourriture et les canaps. Il en gote quelques uns. 11 Il s 12 Au fond, presque au centre de la scne il y a une port e d ouble S ur le mur 13 adjacent, une autre porte, plus petite La 14 : Albert Donay. 15 Albert : Bonsoir. Suis je au bon endroit ? La rservation au nom de 16 Grard? 17 Claude : Oui. Enfin, je crois. Je suis le premier arriv. 18 ( Albert entre, ferme la porte). 19

PAGE 63

55 Albert : Je me prsente. Albert Donay 20 Claude : Claude Dner. 21 (Ils se serrent la main. Albert grimace de douleur, retire sa main et la secoue 22 comme pour essayer de faire passer la douleur). 23 Albert 24 Claude : Je suis dsol. Est ce moi qui ai fait a ? 25 Albert 26 papillon. 27 Claude mettre vous 28 fait vous mme ? 29 Albert alors que mon 30 (Il tient son doigt prs de sa gorge) trs sympathique, 31 ce pas ? 32 Claude : Il faut dire, on est la Cassette t que 33 Josphine a vcu ici une certaine poque olon venait lui rendre visite en 34 secret par cette porte. 35 (Il montre la petite porte du doigt.) 36 Albert : Vraiment ? Comme cela 37 dans sa propre maison 38 Claude en ce temps l 39 A lbert : Bien sr que non. C ela est tout 40 rarement Paris. 41 Claude : Bien entendu. 42

PAGE 64

56 Albert : Une ide sur qui va venir ce soir ? 43 Claude : Non, pas la moindre. 44 Albert ? 45 Claude : Seul ? Oui. 46 Albert : Je pensais que peut 47 Claude : N on, non. Je ne suis pas mari. 48 Albert : (E n montrant du doigt) ais vous portez encore votre 49 alliance. 50 (I l l glisser ) Tout dpend 51 si vous voulez vous montrer disponible (I 52 faisant glisser le long du doigt. ) Vous dcidez quand vous rencontrez une 53 cavalire 54 Albert : Trs pratique. 55 Claude : Quand vous frquentez suffisamment de dner s, vous entendez 56 les alliances tre enfiles ou enleves tout 57 anneau, donc je prsume que vous tes clibataire. 58 Albert : Oui. 59 Claude : Jamais mari ? 60 Albert : Deux fois. Deux fois la mme femme. 61 Claude : Ah. Et les deux mariages ont t un chec. 62 Albert : Beh, videmment, le premier mariage tait mieux que le second, 63 sinon, n'y au rait eu aucun intrt refaire un essai. 64

PAGE 65

57 Claude : Je comprends. 65 traverse la pice et se verse boire). 66 Cla ude: Une ide quant la raison de cette soire ? 67 Albert : N on, pas la mo ez une 68 Claude : A part, bien sr, le fait que Paul est notre hte. 69 Albert : Paul ? 70 71 Albert it dans mon agenda depuis des semaines. Ma 72 elle 73 74 Claude : Vous tes donc trs occup. 75 Albert : Non, mais m a secrtaire oui. 76 Claude : ce que vous faites, si je peux me permettre ? 77 78 Claude : Vraiment ? Dans la production ? 79 Albert : Non. La location. 80 ? 81 Albert : Mon Die u, non 82 tudes 83 Claude : Flicitations. Quelles sortes de tableaux faites vous ? 84 Albert : Des voitures, principalement. Abstraites. Aprs tout, elles sont 85 toute 86 87

PAGE 66

58 Claude : Des voitures abstraites. Il y a de la demande pour a ? 88 Albert les gens viennent pour louer des voitures, pas pour 89 90 Claude : Vous aimez Fragonard ? 91 (Claude montre la peinture murale sur le mur du fond.) 92 Albert : Pas avant le dner non. 93 de Fragonard. 94 Autour de 17 86. 95 Albert : (Regardant la peinture) A vrai dire, je peins dans le style Range 96 97 Claude : Pas bte. 98 Albert : Et vous, que faites vous ? 99 s livres ancie ns. Des classiques pour la 100 plupart. Des ditions originales 101 Albert : Quelle chance Passer vos journes avec des gens de ce gabarit 102 Claude : En fait, il s ne viennent pas vraiment au magasin. 103 Albert : Oh mais s i Ils sont l, sur vos tagres, jour et nuit, attendre 104 vous jamais de lettres 105 personnelles de personnes trs clbres ? 106 Claude : En fait 107 proche en Autriche. 108 Albert 109 110

PAGE 67

59 Claude : Ne nous avanons pas (Il r egarde autour de lui). Je me demande 111 ce pas ? 112 Albert : (Il m et sa montr e sous ses yeux, et les plisse. ) Je ne peux pas vous 113 114 chiffre Mais il pa ra t tendance. 115 (Il l a montre Claude ) 116 Claude : Q uel est donc te montre ? 117 Albert : Elle tait en solde 118 119 devriez faire avec vos tableaux. 120 Albert cadres, pas une toile Etes vous 121 toujours aussi ponctuel pour ces chos es l ? 122 Claude ponctuel ponctuel 123 Albert ? 124 Claude : Je ne pense pas. Il y a seulement 6 assiettes table. 125 Il montre la table du doigt. 126 Albert : Est ce que Pau l organise souvent des ftes en petit comit ? 127 aucune de ses ftes. 128 Albert : Moi non plus. Je ne sors pas trop. Habituellement, je peins la nuit. 129 Claude : Oui, votre collection de voitures, bien sr vous 130 jamais de gens ? 131 Albert : Seulement sont dans les voitures. 132

PAGE 68

60 appelez votre style 133 134 Albert : I 135 Claude : Vraiment mien aussi Est 136 occup de vous ? 137 Albert 138 139 Albert : Oh 140 , a veut 141 entendu cette 142 expression ? 143 Albert : Pas vraiment. Je djeune rarement (Il regarde 144 autour de lui.) Vous tes dj venu ici ? 145 Claude : A l a Cassette ? Juste une fois. Au 146 guind p our moi. La nourriture bien sr, est excellente. 147 Albert e pas vraiment tout ce qui est riche. ts 148 simples. Pas 149 Claude : P as de viande du tout ? 150 Albert ne remplit pas une fonction 151 biologique. 152 Claude : Je comprends votre point de vue. 153 Albert : (Regardant autour de lui.) 154 remarque. 155

PAGE 69

61 Claude : Oui, j e remarque la mme chose. Apparemment, cela va tre un 156 dner trs intime 157 A lbert 158 trouvez pas ? 159 Claude : De quelle manire ? 160 Albert 161 Ambig e 162 ce que vous voulez dire ? 163 Albert : (Il l e regarde, perplexe .) A peu prs ce que je viens de dire. 164 165 Claude : Vous voulez dire difficile cerner 166 Albert l. Difficile cerner 167 Claude : Peut but mystrieux , je v eux dire. 168 Albert : Mystrieux ? 169 Claude : Cela pourrait tre une fte surprise. 170 Albert : Pourquoi est moi une fte surprise. Je ne 171 connais aucun de ses amis. Et vous ? 172 Claude : Puisque je ne sais pas qui vient, je ne sais pas si je les connais. 173 Albert : Peut 174 175 Albert : Enfin, peut dans 176 le domaine des soires. 177

PAGE 70

62 178 homme, il porte un costume chic gris avec une chemise et une cravate). 179 Andr : Excusez moi, est ce la soire Paul Grard ? 180 Claude : Nous le pensons Elle commen ce peine. 181 Andr : Suis je le premier ? 182 Albert : Non, 183 (Ils sont debout, prs 184 Andr : Vous tes des invits 185 Claude : Des serveurs ? En train de boire du champagne ? (Il sourit ) Je 186 crains que non. 187 Andr 188 Claude : Vraiment est 189 Andr : ( Claude.) En ralit, non. Mais la carte tait tellement festive. 190 191 Cl prsum 192 Andr 193 (Claude et Albert se regardent.) 194 Claude : Avons nous le temps de rentrer nous changer ? 195 Albert 196 Clau de : Est ce un problme pour vous ? 197 Albert 198 199 Claude : Plus tard. (Il s Dner 200

PAGE 71

63 Andr : Andr Bouville. 201 (Ils se serrent la main.) 202 Albert : Albert Donay. 203 (Ils se serrent la main. Albert retire sa main de douleur.) 204 Andr : Je suis dsol. 205 Albert 206 (Il porte son doigt son cou.) 207 Cla ude : Peut tre que vous pourriez clairer notre lanterne Bouville. 208 Andr : Q uoi ? 209 Claude : La raison de ce dner. 210 211 ? 212 213 La Cassette, salle manger priv e m ardi 17, 20h, Paul Grard . 214 s alle manger et 215 dner ? 216 saurais pas 217 ad ditionner deux plus deux. 218 Claude : Vous avez votre propre pilote ? 219 220 Claude : Vous avez votre propre avion ? 221 est assez rpandu de les louer de nos jou rs. 222 223

PAGE 72

64 Andr : Vraiment ? 224 225 Andr : Non. Non, non, non. Recyclez 226 ce du champagne ? 227 Albe rt : D u champagne oui Je vais vous chercher une coupe. 228 (Il va vers le bar de ct.) 229 Claude : ( Andr ) Et dans quoi tes vous, si je peux me permettre ? 230 Andr : L e prt 231 le pays. 232 Albert : ( Andr .) Bouville Bien s r Est ce vous ? Mon Dieu Vous 233 avez des magasins tous les coins de rue. 234 (Il se 235 sert du vin ) Merci. 236 Albert : Vos campagnes marketing/publicitaires sont poustoufl antes. Bien 237 que je ne sois pas trop vtements moi mme. 238 Andr : Et bien, p eut (Il sirote 239 son vin, regarde son verre.) les 240 environs ? 241 Claude : Non, je pense que l 242 Andr : Pas de serveurs la Cassette ? Impossible. 243 Claude : Je pense que Paul manigance quelque chose qui sort de 244 245 Andr : Comme quoi ? 246

PAGE 73

65 Albert : Quelque chose de vague. Ambigu. Difficile dfinir. 247 Andr ce que a veut dire ? 248 Claude : Difficile dire. Pas clair. Obscur. Evasif. 249 Albert : ( Claude.) Trs bien 250 oubli s 251 252 s, Andr. Etes vous mari ? 253 Andr : Non. 254 Claude : Jamais ? 255 Andr : Une fois. Il y a quelques annes. 256 Claude : Seriez 257 divorcs ? Tous les deux ? 258 Andr : P as du tout. 259 Claude : Pourquoi pas ? 260 Andr : Parc 261 elles vous auraient dit 262 Albert : Il a raison. 263 Claude : Puisque Paul Grard nous a reprsents Albert et moi mme, 264 pour nos divorces, puis je prs reprsent? 265 Andr : Ce serait de la folie de ne pas le faire. 266 Claude : (Montrant la table du doigt.) Comme vous pouvez le voir, il est 267 O r les trois premiers invits sont tous des hommes 268 divorcs qui ne se sont jamais vus. Trouvez vous cela trange ? 269

PAGE 74

66 ne 270 connaissais personne. 271 Albert : Il a raison. Une nouvelle fois. 272 Claude : il que des hommes ? il que des divorcs ? 273 Andr : (C om ) Je peux vous dire que quelques 274 personnes taient des hommes. Je peux vous dire que taient des femmes 275 276 Albert : Est ce que les hommes sont arrivs en premier ? avait il 277 aucun serveur ? 278 Andr : Des serveurs, oui. Aucune ide de qui est arriv en premier. 279 Quelques couples taient maris. Dsol de ne pas avoir pris des notes l dessus 280 aucun aucune 281 femme. 282 Andr : (Irrit.) Il est seuleme 283 les hommes en gnral. 284 Les femmes prfrent aussi faire leur entre aprs les hommes. 285 Albert : ( Claude.) Il marque un point ici. 286 Claude : Mais on peut corder sur le fait que ce dner est seulement 287 pour des personnes que Paul Grard a aid es divorcer. 288 Andr : Six personnes ? Ce serait plus quelque chose comme 600. Et Paul 289 290 Albert : Sordi de 291 douloureux. 292

PAGE 75

67 Claude : Le mien tait sordide mais passons. 293 Andr : Passons, Dner 294 (Il va chercher quelque chose boire.) 295 Claude : ( Andr.) Qui sont les trois autres invits alors ? 296 Andr : Et bien, P aul et son pouse, videmment, qui ne sont pas divorcs, 297 eux, ce qui laisse le sixime invit non identifi. 298 Claude : Ah, et si Pau pas sa femme ? Ah, et si, en fait, Paul et 299 sa femme taient en plein divorce, eux aussi ? 300 Andr : Trs improbabl e. 301 Claude : Pourquoi ? 302 Andr : Ils ont ft leur 32 e anniversaire de mariage hier. 303 Claude : Avez vous eu des nouvelles ? Peut tre que a ne 304 305 Andr : Quel est le mot que je cherche ? 306 Claude : Logique ? 307 Andr : Dbile. Compltement dbile. 308 Albert : Pourquoi ne pas attendre et voir qui va se montre r ? 309 310 est il ? 311 Albert : ( Claude.) ? 312 Dtective priv pour so ires ? 313 Albert : Non, il est vendeur de livres anciens. 314

PAGE 76

68 Andr : ( Albert .) Je plaisantais Albert 315 srieux, je ne peux rien faire pour vous. 316 Claude : Dites moi, Andr, selon vous, quelle est la qualit la plus 317 intressante de Paul ? 318 regardant en ce qui concerne le choix de ses 319 clients. 320 Albert : Cela est pas ncessaire 321 Andr : Je pensais Je pensais qu 322 grande ncessit. 323 Albert : ( Andr.) Ce que je voulais dire est que Claude passe sa vie 324 parmi les plus grands esprits littraires du monde, et je pense que vous lui devez 325 des excuses. 326 Andr : Je voulais simplement dire que les constantes questions de Claude 327 taient extrmement irritantes. Mais vous surtout de 328 location, ne fait pas le moine. 329 Albert : Ceci est insultant 330 (Il se d tourne.) 331 Claude : Dois je vous dire ce que je pense tre la qualit la plus 332 intressante de Paul ? 333 Andr : ( Claude.) t il donc rien qu i puisse vous interrompre ? 334 Claude : Je pense que la qualit la plus intressante de Paul est sa 335 sensibilit. 336 ( Albert.) Vous avez une cigarette ? 337

PAGE 77

69 Albert : Je ne fume pas. 338 Andr : Et bien, vous devriez. 339 Claude : Et en homme sens ible, Paul a tout fait pour me persuader de ne 340 pas divorcer. 341 Andr : ( Albert.) Est ? 342 Albert : Je ne le connais que depuis quelques minutes. 343 Claude : : Etes bien ce que vous 344 voulez ? Avez vou s vraiment essay de faire marcher votre mariage ? 345 Albert : P ensez ? 346 Claude : Et je me disais : Q uel homme sensible, ce Paul Voil un 347 avocat qui est prt sacrifi er des honoraires substantiels. 348 A ndr : ( Albert.) Pensez suppose ? 349 pour 350 qui, pensez vous, sera le prochain franchir cette porte ? 351 Andr : Le tailleur qui viendra rcuprer le 352 Pourquoi insistez vous pour continuer cela !! 353 Claude : (S ourit ) Vous savez, je vous trouve trs agrable, Andr. Vous 354 vous avez gardez 355 rien pour vous Et 356 Andr : Je ne dois pas faire quelque chose comme il faut, alors. 357 358 Andr : Merci, Albert. Au moins, vous, vous comprenez 359

PAGE 78

70 Claude : Est aimerait entendre qui entrera par cette 360 porte selon moi ? 361 Andr : C omme si on pouvait faire sans. 362 Claude : Je dis que ce sera une femme. Attirante. Age, entre trente et 363 trente huit ans. Et sans attaches. 364 Albert : Comment sauriez hes ? 365 Andr : ( Albert.) Il y a trois hommes clibataires ici. Un gentleman tel 366 367 Claude : Trs bien, Andr. 368 369 Albert : ( Andr ) iez a. 370 Andr : ( Albert ) 371 Claude : Et maintenant, qui pourraient tre les deux invits qui vont 372 suivre ? 373 Deux femmes attirantes et 374 disponibles. 375 Albert : Disponible s pour quoi ? 376 Claude : (A vec un petit sourire en coin.) Et bien, je dirai que a dpend 377 surtout de nous. 378 Andr : Donc selon vous, Paul Grard, un des hommes les plus respects 379 de sa profession, va se faire maquereau pour nous. 380 Claude : Je ne dis rien de ce genre. En fait, je serais amen penser que ce 381 sont de s femmes respectables. Mon hypothse est que Paul se sent responsable de 382

PAGE 79

71 ne pas avoir russi sauver nos mariages et maintenant, il se rattrape. Il est 383 384 Andr : Donc il envoie trois respec tables femmes po 385 blesss. Ce donc pas un maquereau. Mais un gentil barbeau 386 Albert : Si tout 387 Andr : Si tout cela est vrai, et je suis sr que besoin de 388 rencontrer que dj 389 Donc, sachant cela, cette soire est une pure perte de temps. Au revoir. 390 (Il se dirige vers la porte.) 391 Claude : Vous ne pouvez pas partir. Ce serait insulter Paul. 392 Andr : Je vais juste achete r d t, parlez de moi 393 en mon absence. 394 (Il sort, ferme la porte.) 395 Claude : Quel gros enfoir imbu de sa personne 396 397 Andr : Mais avec le bon costume, personne n e l e remarque. 398 (Il sourit, sort, ferme la porte.) 399 Albert : ( Claude.) Il vous a encore eu. 400 dessus de tout a. Il ne va pas rester 401 402 probabilits. 403 (Il s'avance vers la porte d e l'autre ct de la pice.) 404 Albert : O est ce que vous allez? 405

PAGE 80

72 Claude : Malheureusement, aux toilettes. Si une femme arrive, ne lui faites 406 pas d'avances jusqu' ce que je revienne. Compris ? 407 Albert : Compris. Mais ce n'est pas une promesse. 408 Claude : Je s uis dsol mais j'tais l le premier. 409 Albert : Et maintenant, vous tes le premier aller aux toilettes. 410 Claude : Ne me sous estimez pas, Albert. J'ai plus d'exprience que vous 411 dans ce domaine. 412 Albert : Si vous seriez all aux toilette s avant de venir. 413 Claude : (O uvrant la porte latrale.) Je n'avais pas besoin d'y aller ce 414 moment l. Mais 415 Albert : Inacceptable. 416 Claude : Pourquoi pas ? 417 Albert : Peut tre que je n'tais pas le premier mais vous pourriez toujours 418 tre aux toilettes. 419 Claude : Je m'assurerai de ne pas y tre. Je pense que vous avez pris les 420 mauvaises habitudes de votre ami Bouville. 421 (Il sort en colre et ferme la porte.) 422 Albert : Mooon ami ? Il m'aime encore moins que vous... mon po te! 423 ( Albert survole les canaps des yeux et en enfourne un. Il l'apprcie et en 424 reprend un autre. 425 La porte d'entre s'ouvre. Une femme entre. C'est Mariette. Environ 36 426 37 ans. Attirante dans un tailleur. Albert ne la voit pas encore.) 427 Mariette : Excusez moi. Est ce bien la soire des Grard ? 428

PAGE 81

73 (Albert, embarrass, se retourne, fait signe de la tte tout en essayant 429 d'avaler son canap. Il tient son index en l'air pour lui faire signe d'attendre.) 430 ? 431 Mariette : Le dner des Grard ? 432 (Albert t ient son index en l'air une nouvelle fois, lui tourne le dos un 433 moment, essaye d'avaler rapidement. a bouche avec une serviette d'un 434 mouvement brusque, puis se retourne.) 435 Albert : (La bouche pleine.) Je suis dsol, je n'ai... (Il avale.) Je s uis 436 dsol. Je n'ai pas mang de la journe. (Il s'essuie la bouche. Il s e tourne de 437 nouveau vers elle.) Le dner des Grard ? Oui, c'est ici. 438 Mariette : (Regardant autour d'elle.) Sommes nous les premiers ? 439 Albert : Non, je suis le deuxime, vous tes la quatrime. E ntrez s'il vous 440 plat (Elle entre. Il ferme la porte derrire elle.) Je me prsente, Albert Donay. 441 Mariette : Enchante. Mariette Levieux. (Ils se serrent la main. Albert se 442 mord la lvre, pour essayer de calmer la douleur. On entend un petit murmure de 443 Vous allez bien ? 444 Albert : Oh, oui. Je fais toujours a quand je suis content de rencontrer 445 (E Est ce Mademoiselle Levieux ? 446 le premier et le troisime ? 447 Albert : Pardon ? 448 Mariette : Si on est ? 449 Albert : Ah. Oui. Le premier et le troisime. Le troisime est all acheter 450 des cigarettes et le premier est all aux toilettes. 451

PAGE 82

74 Mariette : Oui. 452 Albert : Aimeriez vou s une coupe de champagne ? 453 Mariette : Ce serait trs gentil, merci. 454 Albert : ( Il v a chercher boire.) 455 456 Mariette : Est ce vrai ? Pourquoi est ce trange ? 457 Albert : (Versant du champagne.) Parce que le premier le deux ime et le 458 trois ime sont tous des hommes. 459 (Il traverse la scne avec le champagne.) 460 Mariette : Est ce donc vrai ? Y a t il donc une raison pa rticulire pour 461 laquelle nous ay on s tous des numros en guise de noms ? 462 Albert : Non, non. Sauf que a pourrait vous e mbrouiller si je vous disais 463 le nom 464 (Il lui donne du champagne.) 465 Mariette : Et bien, je sais que vous vous appelez Alb ert et vous savez que 466 467 Albert : (Sourit.) Un excellent dpart. 468 (Elle r egarde la table.) Serons nous 469 juste six dner ? 470 lle Albert vous vous souvenez ? 471 Mariette : Oui. 472 au 473

PAGE 83

75 Mariette : Merci, Albert, je le 474 sixi me sont Paul Grard et sa femme ? 475 Alber t : No us ne savons pas vraiment. Il a mme t mis 476 les Grard ne viendraient pas. 477 Mariette : A leur propre soire ? Pourquoi feraient ils cela ? 478 Albert : Il y a aussi un peu de confusion en ce qui concerne ce sujet. Selon 479 le premier et le trois ime Et le deux ime tais le deux ime mais maintenant, 480 ce que les Grard vous ont donn aucun indice ? 481 Mariette : En fait, je ne leur ai jamais parl. 482 Albert : Mais vous tes amie avec les Grard ? 483 Mariette : Pas avec Paul. Seu lement avec 484 que 485 Albert : (Sourit.) 486 une 487 Mariet te : Etes vous en train de dire que je suis trop habille ? 488 Albert : Non. Vous tes absolument parfaite. En ralit, suis 489 trop habill. Et le premier est comme le deuxime. Je veux dire que le premier 490 trois ime p ourrait 491 ce que le cinq uime et le six ime porteront. 492 Mariette : Puisque vous ne savez pas qui ils sont. 493 Albert : Exactement. 494 Mariette : Et si ce ne sont pas le s Grard, qui peuvent ils bien tre ? 495

PAGE 84

76 Albert : Et bien, Cla le premier tre, 496 les Grard ont slectionn trois femmes comme invit e s pour le dner 497 Mariette : Q uelle s femme s ? 498 Albert : Certainement, trois femmes qui ne se connaissent pas 499 Mariette : V ous voulez dire trois parfait es trangres ? 500 Albert : Non, pas parfaites Il semblerait que nous ayons tous une 501 connexion quelconque avec Paul Grard. Est ce que je me fais bien comprendre ? 502 Mariette : Peut tre, mais pas de 503 connaissent pas, vous sembl ez tre devenus trs lis. 504 Albert : En fait, le premier et le suivant taient plus lis que moi. 505 Mariette : J e croyais que vous tiez 506 Albert : Li ? Non, pas autant. 507 Mariette : Q ue vous tiez 508 Albert : Ah ! (Il re nverse sa boisson.) Dsole. ( Il s ort son 509 enjambe, Albert 510 choir dans 511 une main, la flute Si vous ne saviez pas qui allait 512 venir ou quel genre de soire ce serait, pourquoi tes vous venue ? 513 514 rencontre de nouvelles personnes. 515 Albert : Mme chose pour moi (Il cherche un en droit o mettre le 516 puis y met 517 le mouchoir.) Et de faire en ce moment. (Il cherche 518

PAGE 85

77 un endroit o mettre l n trouvant pas, il la met dans s a poc he 519 intrieur e .) ce pas ? 520 de 521 nouvelles personnes, par opposition une plat ne le prenez 522 pas personnellement. 523 (Albert traverse la pice et d pose la flute sur la petite table.) 524 525 rencontrer un groupe de personnes diverses et non pas une personne spcifique. 526 Mariette : Oui. 527 Albert : Mais que se passerait il si, dans le groupe de personnes div erses, 528 vous rencontriez une personne particulire qui serait 529 qui dans ce rassemblement de personnes divers es ? Seriez vous contre ? 530 531 conversation comme celle ci. 532 le fais aussi. (Mariette commence 533 Albert se recule vers les portes et barre son chemin.) Si 534 535 personne rser 536 tre d au nombre de pers onnes qui parlent, 537 ne pensez vous pas ? (Elle regarde autour.) 538 instant, il faut que je passe un coup de fil asse z urgent. 539 (Albert lui ouvre.) 540 ici mme. 541

PAGE 86

78 Mariette : (E n sortant ) 542 Albert : Albert. 543 Mariette : (D u couloir ) Albert. 544 (Elle sort. Albert ferme la porte derrire elle. A u mme moment, Claude entre par 545 la porte de ct. ) 546 autre thorie, Albert. Ecoutez 547 La quatr im 548 femme. 549 Claude : Flute De quoi a t ? 550 tre 551 la 552 Et compltement disponible. 553 Claude : Comment le savez vous ? 554 555 personnes. 556 ce que je v ous avais dit ? O est elle ? 557 558 urgent. En plus les choses ont trs bien dmarr entre nous 559 Claude : Ce qui ne veut pas dire que ce sera diffrent pour moi. 560 Albert : Non, non. Vous avez dclar forfait quand vous tes all aux 561 toilettes. 562 Claude : Je 563

PAGE 87

79 la 564 cinq uime et la six ime 565 Claude : Si la cinq uime et la six ime sont mon g 566 567 Albert : Comment savez vous que vous tes plus vieux que moi ? 568 569 Albert : Et moi, ponctuel. Ponctuel a priorit sur arriv le 570 prem ier . 571 Claude : Et ne suis je pas celui qui a dit 572 Entre 30 et 38 ans et sans attaches ? 573 trop tard. e moi. 574 Claude : Et elle pourrait, la bonne heure, se d tacher auss i vite. 575 576 577 taient en Sardaigne. 578 579 580 Albert : ( Andr.) Vous venez juste de manquer la quatrime Elle tait 581 ici. 582 e sortir. 583 584 585 Claude : Vous la connaissez ? 586

PAGE 88

80 rquent aprs mon divorce. Et le sien. On est all au 587 Maroc pour un week end. 588 Albert : Vraiment ? Elle ne semble pas tre le genre de personnes qui fait 589 a. 590 Andr : Aller au Maroc ? 591 Albert : Avec vous. 592 Andr : Albert, vous tes en fait grossier. 593 Albert : Claude dit que je tiens a de vous. 594 Claude : ( Andr.) Comment ? 595 596 aussi. 597 598 Andr : Je ne la rends pas p ublique. Je vous le dis juste vous et Claude, 599 en priv. 600 Claude : Vous a t ? 601 Andr : No n elle allait dans la direction oppose. Comme je suis sur le 602 j 603 frquent ce qui est au menu, je vous laisse le reste. 604 (Andr se dirige vers la porte.) 605 Claude : Vous ne pouvez pas partir. Ce serait une insulte pour plusieurs 606 femmes innocentes et bien intentionnes. 607

PAGE 89

81 Andr : Je ne peux pas dire en ce qui concerne les autres, mais en ce qui 608 concerne Mariette elle a peut tre de bonnes intentions, mais je ne dirais pas 609 vraiment est innocente. 610 611 Andr : Oui. 612 Claude : Blonde ? Grande comme a ? 613 614 Clau de : Mariette Levieux ? 615 ? 616 e 617 ? Mo n Dieu, pourquoi Paul 618 ferait il a ? 619 Andr : Pour animer la fte. A l a place des confettis et des serpentins. 620 621 622 Mon Dieu, pourquoi Paul ferait il a ? 623 Andr : A la place des confettis et des serpentins. 624 Mariette : ( Elle s e tourne, regarde Andr.) Oh, nom de Dieu. Tu es l 625 aussi ? ? Mon docteur, mon dentiste, et mon 626 comptable ? 627 Andr : Je ne pense pas. a ferait sept 628 e blague, je la trouve pouvantable. (A Claude.) Tu 629 tais au courant ? 630

PAGE 90

82 s que je serais venu en costume noir 631 pour te aiii pays ? 632 633 Claude : Celui de ce soir pourrait tre pire. ( Albert) Retour au plan A. Je 634 prends la cinquime et la sixime (Claude va vers le bar, attrape le scotch et boit 635 une gorge la bouteille.) 636 Mariette : Je pars avant que cel a ne se transforme en farce. 637 Andr : C en est dj une 638 bien suprieure ici 639 Mariette : Je vais appeler Paul Grard et demander une explication. 640 Andr : Dsol. Il est en Sardaigne. 641 Mariette : ( Albert, en colre ) Pou vous pas dit ? 642 Albert : ( Il m ontre Andr du doigt ) Parce que je ne suis pas all au 643 tlphone avec lui. 644 Claude : ( Mariette.) aucune ide que tu serais l. 645 dj aucune ide pendant notre mariage. 646 Alb ert : Ecoutez, si vous prfr ez tre en tte 647 Mariette : R estez ici, Albert. Vous tes le seul gentleman dans cette pice. 648 Claude : Gentleman 649 650 Albert : (A Mariette.) 651 A ndr : ( Albert.) Et bien, la route est longue et tortueuse. 652

PAGE 91

83 Claude : ( Mariette.) croire que tu es alle au Maroc 653 avec lui. 654 Mariette : ( Andr.) Tu as racont a tout le monde ? 655 avais pas que 656 mari. 657 Mariette : Quelle est la probabilit pour que je sois dans la mme pice 658 que trois hommes, dont deux que je dteste intensment ? 659 660 la mai 661 au visage. Elle dpose son chle et son sac sur le canap et traverse la scne en 662 direction du bar.) 663 Claude : ( Andr.) Est ce que Paul savait que tu connaissais assez mon 664 ex femm ? 665 avais 666 aucune raison de te conna tre ni de savoir qui tait ton ex femme. 667 Albert : ( Claude.) ? 668 de mon argent pour 669 entendre cela. 670 moi 671 Claude : P ourquoi 672 673 ton propre argent. 674

PAGE 92

84 Albert : ( Mariette.) Si tu savais que Paul Grard tait 675 mari, pourquoi es tu venu son dner ? 676 de trs bonnes amies. 677 Albert : Qui est Helena ? 678 Mariette : La femme de Paul. Vous ne le saviez pas ? 679 Albert : Non. Donc vous tes en train de dire que vous tiez la meilleure 680 reprsent votre mari pendant 681 votr e divorce ? 682 Andr : C entendue. Depuis la naissance des 683 langues 684 Mariette : Je ne 685 seulement que je cherchais rencontrer de nouvelles personnes. 686 Claude : Ou peut tre elle n e pensait pas que tu me reconna trais 687 maintenant que tu vis grce la moiti de mon argent. 688 Mariette : ( Albert.) Albert, partir de maintenant, je ne veux pas 689 690 Albert : Voulez 691 entendu e. 692 Claude : ( Mariette.) Tu es venue ici pour renc ontrer de nouvelles 693 personnes ? as tu pas assez fait de connaissances au Maroc ? 694 qui essaie de me vendre une 695 promenade chameau comme une connaissance 696 Albert : ( Claude.) Mariette ne considre 697

PAGE 93

85 Claude : ( Albert.) Restez en dehors de a Sortez et peignez quelques 698 699 Mariette : ( Albert.) Et pour mettre les choses au 700 compltement seule depuis ma sparation avec George Ormande. 701 Albert : ( Mariette.) Je pense que ce sera plus fac ile sans que je sois au 702 milieu. 703 Claude : ( Albert.) ? 704 705 Mariette : ( Enfin Claude.) tait mon avocat 706 donc jamais fa it attention rien qui me concerne, pas vrai ? 707 Claude : Vraiment ? ( Albert.) Alors pourquoi est ce que je lui ai pay 708 toutes ces pensions ? 709 710 711 Andr : Aussi peu divertissant que cela soi t pourquoi est ce que vous ne 712 713 (Il se tourne, regarde Albert.) A lbert 714 avez une trace sur le visage. 715 ? ge et regarde sa main.) O ? 716 Andr : Aux toilettes. 717 Albert : Aux toilettes ? 718 Andr : Allez y et regardez. 719 (Andr part.) 720

PAGE 94

86 Albert : (Comprenant Oh, oui bien sr. ( Claude.) Je ne 721 722 Claude : Je ne veux pas savoir. 723 Albert : ( Mar iette.) Excusez 724 Mariette : Pourriez vous s plat ? 725 (Albert sort. Claude et Mariette sont seuls.) 726 Claude : ( Mariette.) ce que tu es populaire La seule 727 femme de la soire et tu as dj rencontr ton ex mari, ton ex amant et ton futur 728 bien Mariette ? 729 Mariette : Dsole mais Andr jamais t un ex amant et Albert ne 730 sera jamais un futur petit 731 invite. (Attrapant son 732 chle et son sac main, Mariette se dirige vers la porte.) Je vous souhaite, tes 733 amis et toi, un excellent dner (Elle ouvre la porte.) Excuse moi, veux tu ? 734 (Elle va pour fermer la porte.) 735 Claude : (En colre.) Extraordinaire. 736 (La porte sur le ct 737 Albert : Je vous ai entendu crier. Mariette semblait bouleverse. 738 Claude : Elle vous a vait demand de partir et vous avez cout la porte ? 739 ? 740 vous entendu dire que non ? Pourquoi avez vous toujours 741 un temps de retard ?!? 742

PAGE 95

87 Albert : (Il r egarde sa montre.) lire les 743 chiffres sur cette montre. 744 et Mariette entre.) 745 746 Albert : (Elle s ourit.) Je suis tellement content que cela soit le cas. Je 747 savais 748 Mariette : Pourriez plat Albert ? 749 ace sur le visage. 750 (Il sort par la petite porte.) 751 Mariette : 752 tu ce que je n e t 753 divorce ? 754 Claude 755 Mariette : Mon Dieu Est ce la seule chose dont les hommes divorcs 756 parlent ? 757 Claude : Tu pense s q it le jeudi soir et 758 dit : Vous vous rappelez quand on avait plus de meubles dans ce club ? 759 orte quoi dans mon appartement que tu veuilles 760 vraiment, viens le chercher. 761 Claude : O K. A quelle heure ouvres tu ? 762 763 764

PAGE 96

88 Mariette : Dans ces cas l, viens et prends tout. Je suis srieuse. Sauf les 765 766 illeurs, 767 comment va ma moiti de la chien ne ? 768 Mariette : Babette va bien, merci. 769 Claude : Est ?... Ou est 770 e ? 771 772 e n ivorce, 773 774 aid devenir un meilleur crivain. 775 776 Mariette : Pas que tu approuves mon criture. Tu pensai s 777 ce pas ? 778 779 mon sommeil. 780 Mariette : Non. Je comprends. Je sais quel poin t tu voulais ce succs 781 pour toi mme. 782 crit. 783 Mariette : Je suis dsole. 784 Claude : Peut crit 785 diffrente. 786 Mariette : Tu es impossible. Je pars. 787

PAGE 97

89 788 Claude : Non. Je pars. 789 (Il traverse et ouvre la porte.) 790 M ariette : (M ontrant sa main du doigt.) Pourquoi portes tu toujours ton 791 alliance ? 792 tu ne pourrais pas la 793 prendre. 794 (Il va vers la porte. Albert 795 quer. Je suis content que vous soyez 796 toujours l. O est Claude ? 797 Mariette : Je me le suis toujours demand. 798 entre.) 799 ce que 800 ? 801 Mariette : O ci et je suis revenue. Claude est 802 sorti par cette porte l mais il est pas revenu. Albert est entr par cette porte. Il 803 tait ici quand tu es entr par cette porte pour nous dire que la ligne de Paul est 804 occupe. 805 Andr : Trs b ien Viendrais tu travailler pour moi ? 806 807 808 (Il sort.) 809

PAGE 98

90 Albert : Cette pice voit dfiler tellement de monde Savez vous que 810 Napolon est entr par cett e porte ? 811 Mariette : Vraiment 812 Claude : (Il r evient ) 813 Albert : Claude, je pense que Mariette est bouleverse pour le moment 814 Mariette : Albert, pourriez plat ? 815 Albert : Bien s r. (Part ant en direction des toilettes.) 816 sais plus quoi faire moi, l dedans. 817 (Il sort.) 818 Claude : Sais tu pourquoi Mariette ? Parce 819 ma porte Tous ceux d ans mon 820 821 822 823 Tolsto. On doit tre n afka. On 824 825 particulirement aim aurais jamais relev le 826 dfi toute seule. 827 Marie tte : Es tu en train de reconna 828 apporte ? 829 Claude : Non 830 oblique pour toi nial 831 mais je suis plus facile comprendre. 832

PAGE 99

91 Mariette : Mais toi qui ce pas assez 833 satisfaisant ? 834 Claude : Ne com prends tu donc pas ? Je ne pouvais mme pas traduire la 835 plus petite parcelle de leur gnie dans mon propre travail. Mais pour une raison 836 chez t du 837 tabagisme passif sans la nicotine. 838 Mariette : Mais des conseils explosifs Tu as toujours t plus intelligent 839 que moi. 840 Claude : Mais c 841 Ce que tu crivais tai en t des adaptatio ns suprieures de mon insuffisante prose 842 que tu as transform e en fiction mdiocre, ce qui est exactement ce que le public 843 veut. 844 Mariette : Pourquoi crirais je ce que le public veut pas ? Et je suis 845 contente que ce soit ce que le public veuille parce que je ne peux pas mieux crire 846 que a... Quand tu me lisais des extraits de Voltaire de Camus de Proust ou de 847 848 comme ils le faisaient ? Mais ma manire moi ment crire une 849 ne 850 851 852 passion pour les mots crits. C p eut tre la seule chose au monde qu e l 853 partage toujours. 854 Claude : Et un e chien ne 855

PAGE 100

92 856 857 n entend un coup la porte.) 858 Claude : Restez en dehors de a, Albert !! 859 conjugale !! 860 Mariette : (Elle m ontre la grande porte.) cette porte. Entrez 861 habille avec peu de 862 chic 863 864 en retard pour le dner en sur le chemin, dans 865 ur de ma part de 866 venir ici ce soir, pour des raisons personnelles. Donc 867 plat passer mon bonsoir aux Grard, je vais appeler un autre taxi et rentrer 868 tous les deux (Elle s ourit.) Au revoi r. 869 (Elle sort, en fermant la porte.) 870 Claude : ( Mariette.) ? 871 entre prcipitamment .) 872 ce que ? 873 Mariette : La cinq uime tait ici mais elle a rflchi dans le taxi et a 874 dcid de rentrer chez elle. 875 Albert : Rentrer chez elle ? A t elle dit pourquoi ? 876 Mariette : Difficile dire. Elle a parl s ans virgules ni points. 877 Albert : ( Claude.) Lui avez vous dit quoi que ce soit ? 878

PAGE 101

93 Claude : Non. Elle a dlivr son petit monologue comique et est partie. 879 Albert : A quoi ressemblait elle ? 880 plu, je pense, Albert. 881 dj plat 882 (Sou 883 puisse y voir son visage.) A moins que vous pensiez que je dpasse la ligne jaune 884 Claude. 885 Claude : Non, deux ans. M ais tu peux ramener 886 Mariette dans une de tes voitures abstraites 887 Tu ne peux pas me passer des 888 trangers, Claude. 889 890 Albert : ( Mariette.) 891 892 Andr : E t bien, tout est rgl. 893 Claude : Vous avez russi le contacter ? 894 Andr : Oh oui. 895 Mariette : Tu lui as parl ? 896 Andr : Oh oui. 897 Albert : Vous a t il dit pourquoi il organisait cette fte ? 898 pas orga nis cette fte. Il a juste lou son nom. 899 900 Albert : A t il dit qui ? 901

PAGE 102

94 a plat 902 bout. Tous les six. 903 pas six personnes. La six ime 904 arriv e et la cinq ui me est arriv e mais elle est repartie. 905 Andr : Pourquoi est elle re partie ? 906 907 Andr : ( Albert ) vous laisse partir ? 908 e entrer. 909 Andr : (Se dirigeant ve rs la porte.) Et bien, dans ce cas, si elle n e revient 910 pas, il y a absolu ment aucune raison que je reste. (Andr ouvre la porte, 911 dcouvrant Yvonne.) Bonsoir, on vous attendait 912 ai de nouveau 913 t out. 914 ? 915 916 Mariette : Bien. 917 Claude : Claude Dner 918 (Il traverse la scne et lui serre l a main.) 919 Andr : Andr Bouville. 920 (Il traverse la scne et lui serre l a ma in.) 921 Claude : (Montrant Albert du doigt.) 922 (Albert fait un petit signe de la tte et se dtourne.) 923

PAGE 103

95 je la seule ici qui ne 924 connaisse personne ? 925 Mariette : Quelques uns non. 926 Et quelques 927 Claude : ( Yvonne.) Puis je vous apporter une chaise ? 928 Yvonne : Merci. 929 930 Yvonne : Cela pourrait sembler stupide mais pourquoi sommes nous tous 931 l ? 932 sommes pas surs. 933 Yvonne : Est le demander ? 934 Claude : (Montre Andr du doigt.) Il a appel la Sardaigne mais sans 935 succs 936 Yvonne : Est ce q ue je suis sense comprendr e ? 937 938 de cette soire. 939 Albert : ( Yvonne.) je vous demander 940 pourquoi vous tes revenue ? 941 que je connaiss ais 942 943 944 tions pas parl. 945 telle ment ravi donc je suis monte dans un taxi et suis partie. Et ensuite, je me 946

PAGE 104

96 suis dit : Non, bien que je sache 947 idiot que deux personnes qui taient trs proches un moment d 948 pour toujours. Don et je suis revenue au 949 restaurant. 950 Mariette : Bravo, Yvonne. 951 Claude : (Avec un petit sourire en coin.) Pourquoi est 952 vous en voudrait ? 953 Yvonne : Et bien, il a de bonnes raisons. Nous ne nous sommes pas pa rl 954 depuis notre divorce. 955 Albert : ( Mariette.) Faux 956 an environ. 957 (Claude, Mariette, et Andr se regardent.) 958 Claude : Le mystre est rsolu. Les six invits sont tous des couples 959 divorcs. (Il s e p enche en avant, avec exaltation, vers Andr.) Impatient que ce 960 soit votre tour, Andr ? 961 Andr : Dsol de vous dcevoir, mais mon ex femme est morte. 962 Yvonne : Oh, je suis dsole. Elle doit vous manquer terriblement. 963 Andr : ( Indiffrent. ) En fait, on ivorc 964 Yvonne : Oui, mais elle est quand mme morte. 965 Andr : 966 Yvonne : Excusez ce pas une chose assez insensible 967 dire ? 968 Claude : ( Yvonne.) Et a empire avec le temps. 969

PAGE 105

97 Andr : Suis je le seul avoir faim ? 970 Claude : ( Yvonne.) Vous voyez 971 972 Mariette : ( Andr.) Puisque ton ex 973 nous tendrais tu ? 974 Andr : Pourquoi at tendrais je quel ? 975 Claude : Parce que tout le monde ici fait parti e a t il 976 personn ? 977 Andr 978 ne descende des Alpes en chaise roula soit, 979 980 Yvonne : Pour quoi faire ? 981 Andr : Pour faire revivre un mariage mort. 982 Albert : ( Andr.) Et bien, pe rsonne ne pourrait raviver le v tre moins 983 que quel (Ils le regardent tous.) 984 dit a sans rflchir. Dsol. 985 Yvonne : Et bien, dans mon cas, ce serait une perte de temps. Albert et 986 moi avons aucune Avez vous entendu dire que nous avo ns 987 t maris et divorcs deux fois ? 988 Claude : Six fois. 989 Yvonne 990 Claude : Oui. Nous avons entendu dire deux fois six fois. 991

PAGE 106

98 Mariette : ( Yvonne.) Vous avez dit que vous tiez revenu e parce que 992 vous aviez vu Albert dans les es ca liers. Mais si vous ne lui parl ez pas, pourquoi 993 revenir ? 994 me parlait pas. Je suis revenue en esprant 995 996 Andr : D ans le but de le reconqurir. 997 Yvonne e reste 998 de s 999 qui vous dteste ce point. 1000 Albert : Je trouve a intolrable que vous lui posiez des questions sur 1001 notre mariage. 1002 Claude : Beh, si vous c e que a peut vous faire si 1003 nous on le fait ? 1004 Mariette e, 1005 je compatis avec 1006 Albert : Sa situation ? ce que vous en savez, de ma situation ? Vous 1007 me dcevez bea ucoup, Mariette. 1008 ontre il y a huit 1009 long pour tre du 1010 Claude : ( Mariette.) neuf 1011 vous vous joindre moi ? 1012 Andr : Non, mais je vais quand mme le faire. 1013 (Ils partent, fermant la porte derrire eux.) 1014

PAGE 107

99 Albert : Dans ce cas l, je vais aussi partir. 1015 (Il se dirige vers la porte.) 1016 plat M ariette, demandez lui de rester !! 1017 Albert tendrai dans le couloir. 1018 Yvonne : NON 1019 Mariette : Albert, elle veut que vous restiez ici Dans cette pice. 1020 Albert : Pourquoi 1021 femme 1022 Yvonne 1023 Mariette : ( Albert ) Yvonne est prte faire la conversation, Albert. 1024 Albert 1025 Yvonne : Je suis prte en prendre le risque. 1026 ce que vo us tes conciliante, Yvonne. ( Albert.) 1027 ce que vous tes gentil Albert. Je vous laisse 1028 tous les deux avoir une g entille petite monologue suivant 1029 comment cela se passe. 1030 (Mariette sourit Albert, par t et ferme la porte. Albert et Yvonne sont seuls. Il 1031 continue lui tourner le dos.) 1032 lbert 1033 1034 es malheureux. (E lle rapproche sa chaise plus prs de lui.) 1035 premire fois, tu as jur que tu ne me parlerais plus jamais de toute ta vie Je 1036 depuis un an 1037

PAGE 108

100 ne manire de gard e r comme une 1038 tombe. (I 1039 dos.) J 1040 (Albert lve deux doigts.) Deux maria 1041 de te quitter une seule fois. Mais tu as 1042 i E 1043 Donc pourquoi suis je punie pour avoir raison ? (Lui tournant le dos, il secoue la 1044 tte.) Je sais ce que a veut dire, quand tu secoues la tte a veut dire Je ne 1045 saisis saisi es mots, 1046 t il saisir 1047 pas saisi (Il regarde le plafond.) Et quand tu regardes le plafond, cela veut 1048 dire : A quoi a sert de lui parler ? Elle vit dans son propre monde. Peut tre 1049 seul monde. Ton mon 1050 mon monde, en 1051 nos mondes et entrer dans le monde 1052 rel Ne me regarde pas 1053 comme a Albert. Je hais 1054 (Il se dtourne.) 1055 nous avons parl pendant notre premier et 1056 tais tellemen t rcalcitrant 1057 mets dans une colre noire quand je suggre que tu trouves un mdecin spcialiste 1058 de s personnes qui ont des problmes de communication 1059 gentil et doux, Albert, ma 1060

PAGE 109

101 1061 1062 unition si cruelle pour moi, Albert ? Pourquoi ? (Il 1063 1064 rpte le processus une deuxime fois et puis la regarde.) Parce que je suis partie 1065 en claquant la porte deux fois, ou 1066 prfr, Albert qu and tu sonnais ma porte, je t 1067 des noms le t ensuite, que tu jettes mes pieds les 1068 choses les plus es choses que mm 1069 pas et puis, aprs avoir dit a et aprs avoir fait a tu en aurais fini avec moi ... Et 1070 le pass serait mort ... Est c e que tu peux faire a pour moi Albert ? S'il te plat ? 1071 (Albert regarde le plancher.) e me parle pas. Mais est ce que tu 1072 dois vraiment me chercher et te mettre partout sur mon chemin ? Dans la rue, dans 1073 1074 1075 pri s un cent C pourrais supplier 1076 emp runter, ou voler, juste pour entendre ta voix une nouvelle fois. (Elle le 1077 Dis quelque chose, Albert !! Dis 1078 l e du bout d es lvres, sculpte le dans la pierre, cris le sur des prospectus et lche 1079 le dessine des graffiti la craie sur mon visage Mais dis quelque 1080 chose !! (Il lve soudain 1081 doigt.) T (Il ple maintenant le 1082 mme mot avec son doigt mais plus vite cette fois.) Jamais, jamais, jama is, jamais, 1083

PAGE 110

102 ce pas ? (Il se 1084 montre du doigt, pu is la porte.) 1085 parler ton doigt, Albert. 1086 (Albert va vers la porte, abaisse la poigne moiti, et soudainement ternue 1087 bruyamment.) 1088 Yvonne : (Sans lever les yeux.) A tes souhaits. 1089 Albert : (P ar rflexe) : Merci. 1090 (Il part, ferme la porte derrire lui. Yvonne lve les yeux, ralisant ce qui vient de 1091 se passer. Elle se lve.) 1092 Yvonne : Est ? Est ce bien lui qui vient juste de dire 1093 merci !! 1094 (La porte se rouvre. Albert rentre, la tte basse de dsespoir. Il frappe la porte du 1095 poing, en colre.) 1096 Albert jamais imagin 1097 que a se passerait comme A 1098 (Il frappe la porte une nouvelle fois.) 1099 Yvonne : M 1100 1101 parl. ton tes souhaits 1102 Si tu tes souhaits . 1103 Yvonne : a ne change rie 1104 respirer de nouveau. 1105 pas 1106

PAGE 111

103 Yvonne : Non, je suis libre. Libre, libre, libre. Je suis libre comme 1107 ( Elle sautille Sois bni, Albert, mon 1108 cher et tendre ami. 1109 Albert : J e n le voulais. Mais parce que je ne 1110 pouvais plus supporter la pression. 1111 Yvonne : Est ce que ta colre tait si grande ? 1112 1113 Yvonne : Dfe nse contre quoi ? 1114 Albert : Contre le fait de oulais 1115 e silence, sans faille 1116 de toi pour toujours. 1117 Yvonne : Q ce qui protg e plus que deux divorces, Albert Je suis 1118 1119 Albert dsirer 1120 Yvonne : P ourquoi est ce que tu me dsires toujours ? 1121 Albert : Je te voudrai toujours ais maintenant je peu x survivre sans 1122 pour moi de prononcer ton nom, maintenant. 1123 (Joyeusement.) Salut, Yvonne. Quoi de neuf, Yvonne ? Comment a va, Yvonne ? 1124 Yvonne : Oh, comme ci, comme a. Pas grand 1125 merveilleux film la se maine dernire. 1126 Albert 1127 Yvonne 1128 plat ne souris pas. 1129

PAGE 112

104 Yvonne : Je ne me moque pas de toi. 1130 Albert : Je sais. Mais ton sourire diminue ma volont. 1131 Yvonne : D ? En particulier, je 1132 veux dire. 1133 Albert : A vrai dire, oui. Enfin, trs, trs brivement. Je ne suis pas sr que 1134 a marche. 1135 Yvonne : Qui est ce ? 1136 Albert : Mariette 1137 Yvonne : Je pensais que tu venais juste de la rencontre r. 1138 Albert rcent trs rcent Et toi ? Tu vois 1139 ? 1140 Yvonne : Beh, tu le saurais. Tu tais un mtre derrire m oi 1141 Albert : En partie pour te 1142 moi. 1143 mauvais homme. On tait juste un mauvais 1144 tu ne me dfiera s plus 1145 jamais chaque coin de rue pas vrai ? 1146 Albert : Non, jamais. (Ils se serrent la main. Albert ne bronch e pas.) a ne 1147 fait pas mal avec toi 1148 1149 1150 Albert : Une troisime fois s pour venir 1151 un troisime mariage. 1152

PAGE 113

105 Yvon ne : Alors soyons reconnaissant s pour les petites choses. 1153 Albert 1154 1155 Yvonne : Mais je comprends p re que tu 1156 pe (Albert hausse les paules.) Mais quand les 1157 gens sont maris, ils sont toujours cruels les uns envers les autres. 1158 1159 Yvonne : Tu le pensais isait 1160 Mon Dieu, je te dteste avec passion. 1161 1162 ta 1163 haine grillai t tes pupilles. 1164 Albert : On ne peut pas griller ses pupilles. On deviendrait aveugle. 1165 Yvonne : Et tes narines se dilataient. Et tu mordais ta lvre infrieure. Et te 1166 frappais les tempes avec les phalanges. (E lle le fait pour lui montre r Elle dilate 1167 ses narines, mord sa lvre infrieure, et se frappe la tte avec les phalanges.) 1168 Tu resse mblais un petit gorille du zoo 1169 jamais fait a. Jamais 1170 1171 Albert : Tu es alle chercher ton appareil photo pendant que je me frappais 1172 les tempes avec l es phalanges ? 1173 Yvonne : Oui. Tu t ais furieux contre 1174 contre toi. Et sais tu ce que tu avais fait pour me mettre dans une telle colre ? 1175

PAGE 114

106 Albert : Non, mais je suis sr que tu as une photo. 1176 1177 Albe aimais ? 1178 tes sentiments, tes motions, 1179 ton besoin de me dire quel point tu tais merveilleusement heureux. Ce 1180 avec 1181 tel que moi a t il fini par se retrouver 1182 ? 1183 tre je passais une horrible journe M ais nooon, tu tais trop o ccup me couvrir 1184 de compliments 1185 Albert : (Il l a regarde.) Je ne vais pas prendre de photo de ce que tu viens 1186 1187 nvros et drang. 1188 Yvonne : Je suis drange ? (Elle rit.) Est 1189 partout dans la ville, me tombant dessus pour un face face, pour le plaisir de ne 1190 pas me dire un mot ? 1191 e, comment aurais tu su que je ne te 1192 parlais p as ? Il fallait que je te suive dans toute la ville pour te faire savoir que je 1193 1194 toi qui a s 1195 demand le divorce. Tu te souviens ? 1196 Albert : De qui je divorc ? La femme de m nage ? Elle 1197 te dtestait avec passion. 1198

PAGE 115

107 Yvonne : Oh, oui. Je sens que a revient. Je peux entendre tous les mots 1199 que tu ne vas jamais me dire. 1200 Albert 1201 pa ges blanches les unes aprs les autres. 1202 encore plus blanches et 1203 encore une fois 1204 Prends un avocat invisible et fais moi un procs dans un tri 1205 Va Pars Je vais mme dire au revoir 1206 pour toi. Adieu et au revoir. 1207 la dernire fois que je te parle, Albert. 1208 (Albert se dirige vers la p orte, se retourne.) 1209 (Elle lui 1210 tourne le dos.) Est ce que tu vas rester pour le dner ? 1211 (Elle abaisse les paules, marche recroqueville, regarde le ciel, tire les 1212 1213 Albert : Ne vas ? 1214 Yvonne : Je ne veux pas me montrer Une nouvelle fois 1215 (Il franchit le seuil et 1216 Faisant un effort 1217 A tes souhaits. (Ses yeux sont fixs 1218 sur elle en attendant sa rponse. Elle se couvre le visage des mains, essayant de 1219 lui cac her ses larmes, mais elle ne rpond pas.) 1220 1221

PAGE 116

108 1222 1223 Yvonne : Mon Dieu, j vaut pas la peine 1224 Mariette : Le sexe ne vaut pas le drangement. 1225 Yvonne : Connaissez vous une seule personne qui soit heureuse en 1226 mnage ? 1227 Mariette : Oui. Deux pandas au zoo de Londres. 1228 Yvonne : Je vous aime bien, Marie tte. 1229 Mariette : Je vous aime bien aussi, Yvonne. 1230 1231 1232 entre. Elle est lgante, elle est belle 1233 habille avec got et elle respire la confiance en elle 1234 1235 Gabrielle : La non, 1236 Bonsoi r. Gabrielle Buonocelli. 1237 Yvonne : Vous devez tre le numro six. 1238 de prsen ce ? 1239 Mariette : Elle voul ait dire, la sixime invite. 1240 Gabrielle : Je sais le voulait dire. Et vous tes Mariette Levieux. 1241 Mariette : Et bien, oui On se conna t ? 1242 Gabrielle : Non. Mais on va faire connaissance maintenant. Est ce que 1243 vous avez un lien de parent avec Charles Levieux ? 1244

PAGE 117

109 1245 ? 1246 Mariette : Il est mort il y a cinq ans. 1247 sept ans. 1248 1249 Mariette : Non mais a pourrait offenser ma mre. 1250 1251 1252 la garantie. ( Yvonne.) Et cette jolie petite chose doit tr e Yvonne. 1253 Yvonne : Oui. Yvonne Fouchet. 1254 Gabrielle : Est ce que votre pre tait Bernard Fouchet ? 1255 Yvonne : Non. 1256 1257 sont les trois petites souris ? 1258 Mariette : Si vous voulez dire les homm es, ils sont au bar. 1259 1260 1261 Gabrielle : Est ce que je suis si importante ? 1262 1263 Yvonne ce pas ous connaissiez le 1264 nom de Mariette et le mien. Et vous avez demand o les hommes taient et pas 1265 qui Rien ne semble vous surprendre 1266

PAGE 118

110 (Gabrielle sert du champagne Mariette et Yvonne et leur tend. Ensuite, el le se 1267 sert.) 1268 1269 1270 pens ce dner je 1271 Mariet te : Sa femme 1272 1273 mots. 1274 Yvonne : Elle a dit : plat ayons un dner et puis elle est 1275 morte ? 1276 Gabrielle : Enfin, peut tre pas ses tout derni ers mots. Elle a encore vivot 1277 pendant six mois mais elle plus jamais 1278 Je sais de manire certaine que les vraies invitations ont t envoyes par Paul 1279 Grard. 1280 Mariette : Mais pourquoi voulait elle nous inclure ? On ne la connaissait 1281 pas. 1282 Gabrielle : Les Grecs disent que les morts ont leurs raisons. 1283 (Elle se res sert du champagne tandis que Mariette et Yvonne se regardent, 1284 intrigues.) 1285 Mariette : Si elle ne pouvait pas venir, pourquoi est aurait 1286 organ is malgr tout ? 1287 Gabrielle : I ls disent aussi que mme si vous tes mort, une fois que vous 1288 avez fait une rservation, annuler porte malheur. 1289

PAGE 119

111 Mariette : Si je ne suis pas trop impertinente, puis je demander pourquoi 1290 vous tes l ? 1291 Gabrielle : P our prendr e soin des intrts de la dfunte Mme Bouville. 1292 (Elle commence se diriger vers les amuse gueules.) 1293 Yvonne : Q uels intrts 1294 et sa dfunte ex femme ? 1295 Gabrielle : Son remords inexprim. 1296 i l pas trop tard pour l e l ui offrir maintenant ? 1297 Gabrielle : Oui, mais il pourrait tre mis sur un compte et offert quelque 1298 autre pouse morte qui le mrite. 1299 Yvonne : Elle est trange, ne trouvez vous pas ? 1300 Mariette : Vous me prenez les mots de la bouche 1301 Mariette : Demandez lui comment elle est morte. 1302 1303 Yvonne : Je sais. Dites le quand mme. 1304 1305 mauvaise humeur ce jour l. 1306 Yvonne : Etes ? 1307 Gabrielle : Et bien, les gens qui font des affaires avec lui le pensent. (Elle 1308 r egarde sa montre.) Ne pensez ? 1309 Mariette : Je suis dsole, mai s est ce que ce meurtre a t signal 1310 ? 1311 Gabrielle : Oui, je viens juste de vous le signaler 1312

PAGE 120

112 ? 1313 1314 Yv onne : a lui ressemble bien. 1315 ais elle lui a pardonn. 1316 1317 ensemble. 1318 1319 Les gens 1320 comme les autres 1321 Mariette : Vous semblez avoir beaucoup de compassion pour deux 1322 respectables 1323 ne once de dcence. Mais si 1324 vous tes un asticot, est ? 1325 Yvonne : Qui tait elle ? 1326 Gabrielle : Une fille autrefois 1327 Yvonne : Mais je veux dire, qui tait elle elait elle ? 1328 Gabrielle : Son vrai nom tait Constanza Buonocelli, mais mes amis 1329 1330 ? 1331 Gabrielle : Est ? Dsole. Aprs douze ans de 1332 mariage, il a soudain ement dcid de me quitter pour une version plus innocente 1333 de moi, que je mourrai s avant de lui accorder le 1334 divorce. Quand il est pa rti, il a dit : Trs bien, Gabrielle dans ces conditions, je 1335

PAGE 121

113 te considre dsormais comme morte. me 1336 transpercer le avec un pieu dites moi ce 1337 Yvonne : Et vous voulez toujours le rcuprer ? 1338 Gabrielle : Pourquoi pas 1339 t son esprit. Je trouve que son gnie et son ct 1340 obscur sont aphrodisiaques. 1341 Mariette : C omment pouvez 1342 un cadavre ? 1343 Gabrielle : Pourquoi est ? Est ce 1344 ait pas applaudi si Elephant Man avait trouv une Elephant 1345 Woman ? 1346 Mariette : Est ? Comme une 1347 Elephant Woman ? 1348 1349 Yvonne : Comment est ce que vous vous tes rencontrs tous les deux ? 1350 Gabrielle : Glorieusement Comme deux chauves souris qui se rentrent 1351 dedans dans une grotte. 1352 1353 reprendre ? 1354 1355 Yvon ne : Comment pouvez vous en tre si sure ? 1356 Gabrielle : Je ne peux pas. Mais mon attitude est bonne. 1357 Mariette : Alors pourquoi a vous a pris si longtemps pour le contacter ? 1358

PAGE 122

114 Gabrielle : Il jamais de me rencontrer. Et il est assez intelligent 1359 po ur avoir vit 1360 ce soir par respect pour Paul Grard. 1361 Yvonne : Mais o est la romance dans tout cela ? Il semble si froid et 1362 vous pas un peu de tendresse ? 1363 Gabriell e : Nous ne sommes pas des gens tendres. Une fois, dans le feu de 1364 1365 pendant des annes, nous avons essay de le refaire. 1366 Mariette : Etes vous en train de dire que vous tes masochiste ? 1367 1368 qut e nous retrouvions 1369 1370 manire 1371 Yvonne : Devrais je lui faire savoir que vous tes l ? 1372 Gabrielle : Il le sait. 1373 Yvonne : Il vous a vue ? 1374 Gabrielle : Non, mais i l me s ent. On peut se sentir deux km la ronde. 1375 a nous fait conomiser une fortune en tlphone. 1376 (La porte 1377 Claude : E xcusez (Il 1378 aperoit Gabrielle.) Oh. Bonsoi r. Je me prsente, Claude Dner 1379 Gabrielle : Et je suis Gabrielle, feue Madame Bouville. 1380 Claude : Oh, c inq minutes de retard 1381

PAGE 123

115 Mariette : ( Claude.) 1382 dcde. 1383 Claude : Oui. a alors, vous les crivains, vous tes observateurs ( 1384 Gabrielle.) E st ous ait dit que vous tiez morte ? 1385 G surnoms gentils 1386 ce pas ? 1387 Claude : Sa bouche laisse des traces 1388 importe le monde dans lequel vous vivez, il aimer ait entretenir avec vous en 1389 priv. 1390 Yvonne : ( Claude.) Est ? 1391 ? 1392 Mariette : ( Yvonne.) 1393 Yvonne : Merci. Merc 1394 Gabrielle : ( Claude.) plat dites mon ex mari que je suis 1395 1396 Claude : ( Gabrielle.) normal 1397 ce qui concerne Alb ert et moi mme, ds que vous aur ez eu votre petite 1398 conversation, ce dner sera fini. 1399 Gabrielle : Je ne pense pas. Nous avons tous les six promis Paul Grard 1400 de dcouvrir de quoi 1401 1402 a ne nous regarde pas vraiment. Et je serai ravi de le dire Andr. ( Mariette.) 1403

PAGE 124

116 Si je ne te revois pas Mariette, je pensais juste te dire 1404 certainement plus. 1405 (Il sort, fermant la porte.) 1406 Mariette : Il est tellement sinistre. 1407 Ga brielle : Ne soyez pas trop dure avec lui. Il a d le prendre chez Andr. 1408 1409 1410 comme vous pour contrebalancer les gens comme moi. 1411 Yvonne : a veut dire que je sui s ennuyeuse ? Est ens tre 1412 une insulte ? 1413 1414 pas insulte de temps en temps 1415 Andr h ostile entre, regardant Gabrielle.) 1416 Contrari ? 1417 Andr reconnu ta griffe sous tout a ds le dbut. 1418 (A Mariette et Yvonne.) Mesdames, e st je 1419 parler plus fort ? 1420 Yvonne : Non, je vous entends bien. 1421 aison pour laquelle nous partons. ( Gabrielle.) 1422 Gabrielle, 1423 Gabrielle : Je sais. Et me 1424 Yvonne : ( Mariette.) Ne pas avoir dit quoi ? 1425 (Les deux femmes sortent, fermant la porte latrale derrire elles.) 1426

PAGE 125

117 Gabrielle : ( Andr.) 1427 pousser de ct une pierre tombale, ne pe nses ? 1428 Andr : Quand est mme 1429 pas un mausole de marbre de 2m50 ne 1430 En change, est plat la li 1431 dj accorde ? 1432 extra gnreux que je dois 1433 1434 Andr : a fait deux ans. Cette relation est finie depuis longtemps, 1435 Gabrielle. Va te coucher veux tu ? 1436 ai toujours aim me glisser dans le lit aprs que 1437 tu aies rchauff les draps. 1438 Andr : Ne peux tu pas prendre un divorce comme un simple non ? 1439 Gabrielle : Je ne suis pas satisfaite de 1440 ce q ue tu veux de plus ? 1441 Gabrielle : Garde et le reste de 1442 nos vies ensemble, comme tu m e l 1443 M aintenant, m aman veut que tu rentres la maison. 1444 Andr : Ma maman est en Suisse et ravie de ne plus recevoir tes 1445 cadeaux de Nol vulgaires. 1446 1447 donn l a vie. Et ma mre est morte avant 1448 si bons envers nos mres ? 1449

PAGE 126

118 Andr : Est ? 1450 Gabrielle : On a dj fait des 1451 T 1452 e poil un brin, mais tu me 1453 dgo tes parfois. 1454 Gabrielle : Et pourquoi pas ici ? Tu as toujours prfr que ton plaisir soit 1455 satisfait dans les endroits les plus improbables. 1456 Andr : Annule cette soire. Ces gens ne veulent pas tre ensemble. Il ne 1457 va rien en ressortir. a manque de 1458 Gabrielle : Etre i ntress est ce qui nous a gards en vie, toi et moi. Je 1459 veux ce dner Attendons de ce que nous ayons tous t mis 1460 1461 Andr : Oh, parce que tu nous rserves rible ? Pour 1462 laisser des lambeaux de vie parpills sur le sol de la salle manger de la 1463 Cassette ? Mon Dieu, Gabrielle, tu es devenue une caricature de toi mme et a 1464 me rend triste. 1465 Gabrielle : Toi ? Triste ? Alors a doit bien tre une premire pour t oi. Je 1466 vu couler de larme de glace. 1467 Andr : Quand est ce que j e t ? On 1468 1469 remettre les pieds dans cette 1470 maison condamne. 1471

PAGE 127

119 1472 rcuprer dans la seconde, mais je prfre jouer avec toi avant. 1473 Andr : (Amus.) Tu penses vraiment que tu es si intelligente ? 1474 Gabrielle : Je ne suis pas intelligente du tout. Je suis juste rsolue. 1475 1476 qui lance des flches empoisonnes. 1477 Gabrielle : P ourquoi tu continues jouer le rle du passant innocent ? Tu 1478 as lai ss tes empreintes sur chaque plaisir dlicieusement sordide dans lequel nous 1479 nous sommes vautr s 1480 1481 1482 Gabriell 1483 les piles. 1484 tu donc pas dire une simple 1485 en 1486 folie ? 1487 Gabrielle : Dment e 1488 seraient prtes faire pour tre en bonne 1489 compagnie. 1490 Andr : Dis dsespr e attends tu de cette 1491 soire ? Et pourquoi as tu tra n ces personn ag es sec ondaires qui ne comprennent 1492 rien ton intrigue ? Doivent ils assister ta revanche, satisfaite ou non ? 1493

PAGE 128

120 Gabrielle : Par fois, quand je te regard ce que ta 1494 flamme diminue, ou est ce que tu vieillis ? 1495 Albert : Vieillis, je pense. Est ce que a te surprendrait si je te disais que 1496 vieillir ? Je ne veux plus travailler autant. Je ne veux plus croquer la vie 1497 jouer autant. 1498 Gabrielle : Moi non plus. Ma taille ne peut plus faire se mblant de rentrer 1499 dans les robes que tu s Dis moi ce que 1500 tu veux alors. 1501 Andr : Je veux une femme, une femme aimante 1502 t 1503 dire avoir une bonne opportunit pour lire ou avoir une conversation qui 1504 pas une respiration halet 1505 1506 Gabrielle : (Blesse.) jamais t contr e avoir des enfants. 1507 Andr : Avec nous comme parents ? Ils se rveilleraient le jour de No l 1508 pour jouer avec des tarentules. 1509 Gabrielle : Je satisfais tes moindres caprices depuis douze ans et 1510 tiguait il y a des annes, 1511 1512 on mais je serais damne si je te laisse 1513 aller tout seul la pture 1514 Andr : Je me marie le mois procha in. 1515 Gabrielle : Je peux supporter une interruption mineure. 1516

PAGE 129

121 1517 1518 plant l , en 1519 face de moi 1520 1521 vritable amour. 1522 Une 1523 d ifficile de se dfaire. 1524 Andr : (Il c ommenc 1525 la confronter.) Notre dsir, comme tu dis, a drap un moment et on en a 1526 sou avec 1527 comme un exutoire p our tout e ma colre rprim e Ton 1528 utrus tait devenu un rceptacle pour toute ma haine contre moi mme de ne pas 1529 1530 pouvais en toi comme un animal, pas pour te possder, mais pour utiliser cette 1531 force contre toi i e 1532 E t e t ma partenaire de 1533 moi partir Gabrielle., et tu re gagne r e de toi. 1534 Laisse moi partir et tu ser as capable de retourner cet embranchement sur le 1535 chemin, l o, un moment il y a des annes, nous avons fait fausse route. 1536 Gabrielle : tu 1537 ce que a t seulement le fils de Satan peut 1538 faire une sorcire. uis la 1539

PAGE 130

122 Dsole, Andr. 1540 Le dner continue. (Elle v a vers la table, en fait le tour sductrice insaisissable 1541 touchant chaque chaise comme pour narguer Andr.) Divorce, ex mari, 1542 divorce, ex mari, divorce, ex 1543 1544 Claude : Et bien, nous allons nous spare r comme nous l'avions tous fait 1545 en premier lieu 1546 Gabrielle : ( Albert.) je pas raison ? Oh quel 1547 dommage, Albert. Mariette esprait tre assise vos cts. 1548 Albert : Elle a dit a ? 1549 Gabrielle : Au moins deux fois. Je pensais vous inst all er avec Mariette l 1550 bas comme a, vous pouvez viter de ne pas parler Y vonne 1551 plat restez et installez vous ma droite. Je suis vraiment impatiente de faire plus 1552 ample connaissance. 1553 Claude : ( Andr.) Pas de commentaires, Andr ? 1554 Albert : Allez y 1555 comme elle. 1556 1557 Claude : (Les voyant.) Ah A cte Trois Le mystre se rsout. 1558 i. 1559 Yvonne : Donc est 1560 franquette ? 1561

PAGE 131

123 Gabrielle : Non. Ne vous asseyez pas encore. J e suis toujours en train de 1562 au tour de la table, laissez moi rflchir. 1563 Claude : Tourner ? 1564 Gabrielle : plat 1565 1566 Et soudain crie :) Stop !! 1567 Observez comme nous sommes tous align s. (Ils se regardent.) Pour une raison 1568 quelconque, nous sommes tous en face de notre ancien conjoint. 1569 Maintenant, selon vous, pourquoi est ce le cas ? 1570 Claude : Vous avez plac des aimants sous le plancher. 1571 deux fois. 1572 Andr : Et que faisons nous maintenant ? La valse des couples divorcs ? 1573 Yvonne : Non. Ce sont les femmes face aux hommes. Les uns contre les 1574 ainsi depuis Adam et Eve. 1575 Ils ont d dmnager cause 1576 de cette histoire de pomme. 1577 Gabrielle : Puis je essayer quelque chose ? Une sorte de jeu. 1578 Claude : Si je ne reste pas pour d ner, pourquoi resterais je pour un jeu ? 1579 e danger, 1580 Claude ? Bien sr que oui. Asseyez vous, restez debout, comme vous voulez. 1581 Installez vous confortablement. (Ils se regardent nouveau puis bougent. 1582 Quelques 1583 la table. Gabrielle reste debout pour mener la danse.) 1584

PAGE 132

124 ? 1585 Est celui qu ? 1586 (Claude ricane Andr secoue la tte i nutilement .) 1587 1588 toute ma pension. 1589 ref aire, je me fe rai s moine. 1590 non plus. 1591 Mariet te : Et bien, je ne choisirai s pas Claude parce que rien ne changerait. 1592 Et si vraiment je le choisissais je finirais une soire comme celle ci expliquer 1593 pourquoi je ne le choisirais pas. 1594 Albert : Est ce que vous savez que les primates sont meilleurs q ue n ous 1595 pour choisir leur compagnon ? Et se sparent rarement. 1596 1597 Gabrielle : Mais on mari. On a fait c e choix. Je suis juste curieuse 1598 ? 1599 Albert : Je ne sais pas. Est ce que a d 1600 mon dner ? Je le mangerai plus tard. 1601 Andr : Bonne ide. Partageons un taxi. 1602 (Andr se d irige vers la porte principale et 1603 pas.) 1604 Gabrielle : 1605 t une jolie petite somme mais je 1606 vais avoir mon dner 1607

PAGE 133

125 (Andr va vers la porte latrale. e.) 1608 Andr : Celle ci aussi est ferme cl. 1609 Gabrielle : Quand on aime, on ne compte pas. 1610 (Claude dcroche le tlphone du restaurant.) 1611 Claude : El le doit tre gteuse. All ll ? Cette ligne est coupe. 1612 1613 Claude : On est e nferm Christie bon sang 1614 phobie d 1615 Gabrielle : Et bien, si nous sommes tous prts, on pourrait commencer, 1616 non ? 1617 Albert : Commencer quoi ? 1618 si nous pensons que notre divorce tait 1619 une erreur ou pas. 1620 Claude : Une grosse, grosse erreur. Croyez moi. Prenez juste une photo de 1621 groupe de nous tous. 1622 Gabrielle : Mais admett mme un seul dcide de se 1623 l 1624 serai t ce pas fou ? 1625 Claude : Quel est le plus grand nombre que vous accepteriez ? 1626 1627 1628 Mariette 1629 si on ouvre pas la porte ou les fentres. 1630

PAGE 134

126 pas de fentres. Juste des trappes de ventilation. 1631 (Mariette 1632 Gabrielle : Y vonne ? 1633 Yvonne : Je pourrais envisager de me remarier. Mais pas avec Albert. 1634 Peut tre avec Andr, ou Claude, ou un des serveurs, mais pas avec 1635 sr. 1636 Claude : Pourquoi ne pas voter ? Un vote mains lev es pour dcider qui 1637 veut le faire 1638 Gabri 1639 tentative de retrouvailles avec leur conjoint, levez la main. (Personne ne le fait 1640 part Gabrielle. Sa main f 1641 Et 1642 bien, nous avons deux mains leves Cela montre que pas tout le monde est 1643 contre. 1644 Claude : (E n apart, Andr.) Maintenant je comprends pourquoi vous 1645 tes si dsagrable. 1646 e question assez intressante poser tout le monde. 1647 Une rponse rapide pourrait dboucher sur un dnouement rapide. Je peux ? 1648 Albert : a 1649 vous enferme t on pas tous les deux avant de rentrer chez nous ? 1650 Gabrielle : Je pense que a nous concerne tous 1651 tout ce que je vous demande. 1652 Yvonne : Quelle est votre question ? 1653

PAGE 135

127 Gabrielle : Mais vous devez tous tre brutalement honntes. 1654 Mariette : Posez la Posez la Je commence recycler ma propre 1655 respiration. Posez la 1656 1657 quelle est la pire chose que votre ex conjoint vous a it fait e pendant votre mariage. 1658 (Ils se regardent tous.) 1659 Claude : (Il l ve les bras au ci el) Et bien, on peut tous faire une croix sur 1660 cette soire. 1661 Gabrielle : Rappelez vous La pire chose que votre ex conjoint ne vous 1662 ait jamais fait e 1663 Albert : un dner tre que nous devrions 1664 asser dans un confessionnal. 1665 Gabrielle : Un volontaire ? ( Personne .) Et bien, a ne me drange pas 1666 1667 e pendant notre mariage. 1668 Andr : Attention, Gabrielle. 1669 Gabrielle : ( Andr.) Alors ? Tu as peur que je te calomnie Andr ? (A ux 1670 autres ) Est ce que je vais trop loin ? Prfreriez vous ne pas entendre ce 1671 ? 1672 (Bien sr, ils veulent savoir.) 1673 Claude : Aprs tout, nous sommes to part. 1674 Autant nous le dire. 1675 1676

PAGE 136

128 Gabrielle : Dans ce cas ais fait 1677 1678 1679 t tout ait enfermer pour entendre a ? 1680 Claude : Ma chien ne 1681 1682 Yvonne : Laissez la finir. 1683 Gabrielle : Nous vivions nos vies la frontire de la destruction. Nous 1684 ccord sur le fait y arriverait Et 1685 1686 faire confiance, no tre amour devait pas tre remis en question Nous tions 1687 uis excute de bonne grce. Andr a 1688 e 1689 1690 coince dans joue r 1691 (Ils restent tous silencieux pendant un moment.) 1692 en viendrait des choses 1693 aussi intimes. 1694 1695 1696 quand elle le veut. Elle f a it une 1697 fixation qui peut tre traite un bon psychanalyste, un gourou, un 1698 exorciste ou une nouvelle coiffure. 1699

PAGE 137

129 (Il se retourne, s 1700 Albert : ( Gabrielle.) Excusez 1701 pensiez remettre les couples ensemble ? 1702 1703 hommes, convient son style. 1704 Mariette : Fai tes ce que vous voulez. Je suis sur le point de me mettre 1705 1706 vous tous entendre la pire 1707 chose que Mariette it faite pendant notre mariage ? 1708 Mariette : Fais attention n e pas trop utilise r 1709 Claude : Je serai bref 1710 tait sur le point de me prsenter son dite t 1711 elle a oubli mon nom. 1712 1713 Claude : Non, ai 1714 yeux disaient : Aide moi, qui que tu sois. 1715 1716 1717 Claude : Non. Mais je pense que ton inconscie nt disait : J e regrette que 1718 tu sois l. 1719 Mariette : Non. Mon inconscient disait sois ici et fier 1720 de moi. Mais je savais ce que tu pensais. Pourquoi es t ce que cette maison 1721 bon marc h publie son roman bon march ? 1722

PAGE 138

130 Clau ce que tu pensais, pas moi 1723 penses soient plus honntes que les mots. 1724 1725 quelque chose que tu tais trop effray de faire par toi refus 1726 1727 1728 Claude : Pas tout fait vrai, mais merci de te souvenir de mon nom. 1729 Mariette : (E n colre.) in. 1730 ? Un soir, on a eu 1731 chais dans 1732 toutes lues. Dans sa colre, il les a jetes dans le foyer de la 1733 chemine et 1734 chers et les plus chris et je les ai perdus pour toujours. 1735 Gabrielle : Puis je demander de qui taient c es lettres? 1736 De qui pourraient elles tre 1737 jamais expliqu pourquoi. Le lendemain 1738 1739 1740 ce que vous pensez de a ? Claude a eu une 1741 nt dbut, vous ne pensez pas ? 1742 Claude : M ariette de se lancer dans ce dbat. 1743

PAGE 139

131 Mariette : Nous avons entendu la tienne, mon chou, pourquoi pas la 1744 mienne 1745 s sorti de la famille. 1746 Yvonne : Je ne considre pas vraiment a comme un plus. 1747 vous laiss e continuer ? 1748 1749 1750 Albe rt : O est ? Chez elle ? Est ce que vous les avez 1751 suivis ? Elle tait sduisante, je suppose. 1752 Claude : Oh Enfin 1753 Mariette : Je les ai laisss utiliser notre maison. Notre chambre. 1754 Andr : a dre a, Gabrielle ? 1755 Mariette : Non. En fait, moi oui. a fait des annes que je veux le dire 1756 1757 Albert : ( Mariette.) Et pendan 1758 est ce que vous alliez ? 1759 Mariette : Je restais dans la chambre, bien ent endu. a ne pouvait pas se 1760 faire sans moi. 1761 Andr : tes vous en train de dire que vous regardiez ? 1762 1763 invent une it jamais invente. 1764 Claude : Mo n Dieu. 1765

PAGE 140

132 1766 1767 Claude : Quel est homme qui pas de fantasme s ? Quelle femme aussi 1768 ? 1769 Gabrielle : ( Mariette.) Avoir un fantasme avec s 1770 1771 avoir un. 1772 Al l Entendre quelque ch ose comme 1773 ua h 1774 Claude : Ouah Est ouah ? Com ment en est il arriv l ? 1775 1776 long mariage ne va pas sans laisser des traces 1777 in contrl abl n nom 1778 dessus. Des ngligs avec ses initiales. Il tait plus passionn, infiniment plus 1779 1780 1781 mpris Ma 1782 jalousie pour mon succs. Son absence de succs et son 1783 finalement men e 1784 Quelle soire charmante 1785 (Il y a un moment de silence uis Albert regarde Claude.) 1786 Albert : (Lve la main.) Claude, voyez vous toujours Germaine ? 1787 Claude : Non, mais je pourrais vous prsenter, sale petit btard. 1788

PAGE 141

133 Andr : a suffit, les garons. Soit vous grandissez, soit vous la fe rmez. 1789 Gabrielle : Et en ce qui te concerne, Andr, il est temps que tu 1790 ? 1791 (Il prend son temps.) 1792 Andr m 1793 es laiss u de 1794 : tu te laissais tenter par 1795 1796 prix de ta propre dignit et de ton amour propr 1797 haine que je ressens envers moi mme 1798 ja is capable de parler de a des trangers est la 1799 preuve que ma maladie subsiste. (Il l a regarde.) Satisfaite, Gabrie lle ? Donc dis 1800 nous. Qui a gagn ? 1801 1802 nous. 1803 1804 commencer respirer par les oreilles. 1805 Albert : Excusez ubliez. En ce qui co ncerne la pire chose 1806 ? 1807 Gabrielle : Vous avez raison. Je suis dsole. Dites nous, Albert 1808 Albert : ( Gabrielle.) Comment est ? 1809 ez, dites le. 1810

PAGE 142

134 Albert : ( Claude.) Andr avait raison votre propos ds le dbut. ( tout 1811 le monde.) mritait 1812 1813 exq commenc en crire 1814 de nouvelles vec passion, 1815 1816 je dessinais de me rv 1817 1818 son rveil 1819 Gabrielle : Et ? 1820 ma 1821 1822 1823 amais 1824 1825 Mariette : On a fini ? 1826 Gabrielle : Pas tout fait. Il y a encore une dernire question laquelle il 1827 1828 aide. Tu paies 1829 500 dollars pour le weeke nd et ils ne te laiss ent pas aller aux toilettes avant le 1830 lundi matin. 1831 Yvonne : Quelle est la question, Gabrielle nous quelle est la 1832 plat posez la, cette putain de 1833

PAGE 143

135 question !! e ce que je pense que je viens d 1834 vous plat excus ez 1835 Gabrielle : La question est simplement celle ci 1836 plus gentille que votre conjoint t jamais faite pour vous durant votre mariage ? 1837 t il jamais fait une chose dcente pour 1838 son conjoint ? Jamais ? (Pas de rponse.) (Elle se 1839 dirige vers la porte.) (Elle dverrouille la 1840 porte.) e ct de la porte. 1841 1842 y avait 1843 faire. 1844 Gabrielle : ( Claude et Andr.) Attendez plat Ecoutez juste 1845 a dire. 1846 Yvonne. 1847 1848 1849 chaleureux que le th E t ses mains qui touchaient les miennes taient plus 1850 les choses 1851 cruelles que 1852 trouverais le petit djeuner et Albert 1853 o 1854 1855

PAGE 144

136 dans ses yeux 1856 quand je suis parti e pour a, A lbert 1857 Claude : Nous n ous en souviendrons tous, Bbert Gabrielle ? Plus de 1858 ? 1859 1860 Mariette : Assieds toi Claude !! Ou je leur 1861 jumelles, Lilly et Milly. 1862 1863 rencontr la premire fois. (Claude lve les yeux vers Mariette.) Il 1864 s 1865 1866 ma trs chre M ariette 1867 une faon de 1868 chercher, en esprant 1869 nuage lointain 1870 perdais, cause de ma prop re btise, je renoncerais ma paix ternelle pour 1871 (Elle touche ses 1872 oreilles.) on ? J 1873 (Un autre moment de silence.) 1874 1875 plat 1876 Claude : (Il s oncernant ma 1877 ais je pense que la chose la plus attendrissante que mon ex 1878

PAGE 145

137 mais fait e tait pas pendant notre mariage, 1879 mais c meilleur s ct s 1880 au lieu de se souvenir en premier de tou tes mes accusations contre elle 1881 une femme pleine de grce, mme qua nd elle est attaque elle est toujours 1882 1883 Germaine que je voulais. 1884 1885 Gabrielle : Albert ? Andr ? Quelque chose dire 1886 Dans ce cas, laissez 1887 1888 voudrait, mais tout dpend de la 1889 1890 inspection au microscope 1891 exactement comme il t 1892 inconditionnel parce que d es conditions nous aurai en t dtruit s 1893 pas malgr 1894 1895 fait la diffrence entre les bons jours et le s mauvais jours avec lui du moment que 1896 ais tous 1897 1898 Tout Puissant, qui ne nous approuvait pas beaucoup, je pense, 1899 laisse passer le reste de mes jours avec lui. Ses cadeaux pour moi tai en t de me 1900

PAGE 146

138 faire sentir vivante et pour tout 1901 que je rece vrai ce pas ? 1902 (Elle s e dirige vers un endroit sr, ne voulant plus tre sous le feu de la rampe 1903 maintenant. Ils regardent Albert.) 1904 travaille. Andr, vous pouvez avoir la parole. 1905 1906 honte pour 1907 de dire un mot propos de G abrielle 1908 seule, son cerveau t pour une raison 1909 quelconque, je pense que du bon va en ressor 1910 rexaminer, examiner ce que nous avio t il est 1911 possible que certains prennent une dcision qui aurait sembl inconcevable avant 1912 brielle ait f aite pour 1913 moi pouvais commettre aucun pch contre elle du moment que 1914 1915 me regarder en face perspe ctive de la 1916 1917 en as jamais reu. 1918 (Leurs regards se croisent, puis il dtourne les yeux.) 1919 1920 1921 ? Ne devrais je pas tre celui qui juge combien aimer 1922 1923

PAGE 147

139 pas vu est que mme imait 100%, mais que moi 1924 aucune chance de 1925 les mati 1926 la dictature Peut tre qu elle 1927 aurait voulu ais je ne 1928 jamais rien laiss e ais elle tait une pouse trop aiman te pour 1929 t peut 1930 quand elle es t revenue la deuxime fois, la place, je lui amenais des petits pains 1931 chauds T ous les matins. Donc je pense que la chose la plus 1932 avoir quitt la deuxime 1933 ai enfin com ue je dois lui laisser prendre ses 1934 1935 1936 ne p uisse 1937 Claude : a y est ? On a fini ? 1938 1939 1940 plat laissez moi le plaisi 1941 (Elle va derrire la chaise la tte de la table.) 1942 Mariette ?... Voulez V oulez vous vous assoir ici ? 1943 1944 Mariette : Oui. Me rci, Gabrielle. 1945 (Elle va vers sa chaise.) 1946

PAGE 148

140 Gabrielle : Albert ? Ici, si a vous va. 1947 (Il regarde Yvonne, puis Gabrielle.) 1948 Albert : a me va tout fait. 1949 1950 Gabrielle : Claude ? 1951 onnez moi une minute pour rflchir, vo ulez vous ?... 1952 1953 1954 1955 Y ais je ne pense pas que je puisse 1956 vous plat pardonnez moi. Bonne nuit, 1957 Gabrielle. 1958 1959 1960 Dans 1961 M ais je crois qu e l 1962 (Il sort, fermant la porte derrire lui.) 1963 Gabrielle : Et bien, les soires intimes ont aussi leur charme 1964 avez vous pris votre dcision ? 1965 Claude : Peut 1966 Mariette ? 1967 1968 Claude : Merci. 1969

PAGE 149

141 1970 une bonne surprise. (Elle dcroche le 1971 nouvea u.) Au moins, nous 1972 1973 pouvez envoyer les s plat 1974 semble t il (Elle raccroche le tlphone. Aux autres.) Et bien, pas si mal. Sur un e 1975 chelle de six, nous avons 60%. 1976 (L se prcipite vers sa chaise en face 1977 1978 Yvonne : (Elle s 1979 toute faon. ( Albert.) Si a ne te drange pas, Albert, j e vais commander pour 1980 moi. 1981 1982 1983 ne laisserai (Elle ouvre la porte, 1984 1985 rgl nos affaires, peut 1986 (Elle sourit. Rideau.) 1987

PAGE 150

142 5. Conclusion de traduction. Aprs avoir expliqu notre dfinition du rle de traducteur, savoir essayer de rendre dans une autre u thtre, puis de la pice qui nous intresse. Une fois les connaissances thoriques runies, nous nous somme attele la traduction elle mme. Grce la formation pralable, nous avons pu observer de prs les phnomnes de traduction, ce qui explique Cela linguistique s et culturels Pour conclu re, nous voudrions citer Jose Ortega y Gasset dont les mots peuvent rflchir sur les problmes rencontrs ici et y apporter de nouvelles solutions, peut tre plus satisfais la tche, nous pourrions rapporter ses mots : utopian task? doe s is utopian.

PAGE 151

143 avec qui nous ne redoutons pas de nous engager dans u n dialogue constructif, nous e : [..] because it would be desirable to free men from the divisions imposed by languages, there is little probability that it can be attained; therefore, it can only be achieved to an approximate measure. But this approximation can be greater or lesser, to an infinite degree, and the efforts at execution are not limited, for there always exists the possibility of bettering, refining, perfe (53) Il ne faut donc pas tre effray par la tche. De la mme manire que le travail du chercheur est sans fin, celui travaillent tous deux pour faire avancer, force de petits pas, la connaissance du monde.

PAGE 152

144 Bibliographie Aldama, Frederick Luis. Why the Humanities Matter: A Commonsense Approach Austin : University of Texas Press, 2008 Imprim. American Masters Neil Simon: About Neil Simon. The National Endowment for the Humanities, The National Endowment for the Arts, The Corporation for Public Broadcasting, Rosalind P. Walter, The Blanche & Irving Laurie Foundation, Judith B. Resnick, Jack Rudin, Marvin and Mary Davidson, The Marilyn M. Simpson Charitable Lead Trusts, American Playhouse, The Andr and Elizabeth Kertsz Foundation, n. d. Web. 28 janvier 2010. Anderman Gunilla M. Voices in Translation: Bridging Cultural Divides. Translating Europe Clevedon [Angleterre] : Multilingual Matters, 2007. Imprim. Apter, Emily. The Translation Zone: A New Comparative Literature Princeton : Princeton UP, 2005. Imprim ATLF, ssociation des traducteurs littraires de France Association des traducteurs littraires de France, n. d. Web. Bassnett, Susan ed Translating Literature Cambridge : Brewer, 1997. Imprim. --. Translating for the Theatre: The Case Against Perform ab ility. TTR ( Traduction, Terminologie, R daction ) IV.1 (1991) : 99 111. Imprim. --. Translating for th e Theatre Textual Complexities. Essays in Poetics 15.1 (1990) : 71 83. --. Translation Studies Londres : Routledge, 2002. Imprim. Bouthiller, Russell. The Dinner Party. Broadway Snap shot 1er Novembre 2000. Web. 20 septembre 2009. Budick, Sanford, and Wolfgang Iser. The Translatability of Cultures: Figurations of the Space Between Irvine studies in the humanities. Stanford, Calif. : Stanfo rd University Press, 1996. Imprim Berregard, Sandrine. Les didascalies dans le thtre de Corneille. XVIIe sicle 2 (2005) : 227 41. Imprim. Berman, Antoine. Translation and the Trials of the Foreign. The Translation Studies Reader Ed. Lawrence Venuti. Longman : Londres & New York, 2000. 284 97. Imprim

PAGE 153

145 B u igus, Jean Marc. : un traducteur de Molire au service du roi Joseph 1 er Thories et pratiques de la traduction aux XVIIe et XVIIIe sicles : A ctes de la journ e d' tudes du Centre de recherches sur l'Europe classique (XVIIe et XVIIIe sicles Bordeaux 3, 22 fvrier 2008 Ed. Michel Wiedemann. Tbingen : Gunter Narr, 2009. 127 40. Imprim. Chuquet, Hlne, and Michel Paillard. App roche linguistique des problmes de traduction anglais franais Paris : Ophry s, 2001. Imprim Davidson, Susan. A CurtainUp DC Review: The Dinner Party Curtain Up, 2000. Web. 20 septembre 2009. Eco, Umberto. Experiences in Translation Toronto Italia n studies. Trans. Alastair McEwen. Toronto : University of Toronto Press, 2001 Imprim South Florida, Cooper Hall 247, Tampa, FL. 19 o ctobre 2009. Lecture. --, entret ien perso n nel. 19 n ovembre 2009. The Free Dictionary.com Farlex, n. d. Web. Frye, David. Re : translation student. Me ssage to Brigitte Philippe. 29 o ctobre 2009. --, The Joy of Translation. The Journal of the International Institute 2000, 7 (2) : Ann Arbor, MI : Scholarly Publishing Office, University of Michigan Library. Web. Gutt, Ernst August. Translation as Interlingual Interpretive Use The Translation Studies Reader Ed. Lawrence Venuti. Longman : Londres & New York, 2000. 376 96 Impr im . J., and Ian Higgins. Thinking Translation: A Course in Translation Method, French English Londres : Routledge, 1992. Imprim. Heylen, Romy. Introduction. Translation, Poetics, and the Stage New York : Routledge, 1993. 1 25. Imprim . Higgins, Ian. Where the Added Value Is: On Writing and Reading Translations. Forum for Modern Language Studies 44.3 (2008) : 231 57. Imprim. Hitchcock, Peter. Dialogics of the Opressed Minneapolis : University of Minneapolis press, 1993. Imprim.

PAGE 154

146 Kalashnikov, Alexander. Proper Names in Translation of Fiction (on the Material of Translation into English of The History of a Tow n by M.E. Saltykov Shchedrin). Translation Journal 10.1 (jan. 2006) : n. pag. Web. 21 novembre 2009 Kellogg, Michael. Wordreference.com 1999. Web. Lewis Philip E. The Measure of Translation E ffects The Translation Studies Reader Ed. Lawrence Venuti. Longman : Londres & New York, 2000. 264 83 Imprim : Po etry and Education in the Petites Ecoles of Port Royal MLA. San Francisco, CA. Dcembre 2008. Communication. Merriam Webster OnLine 2009. Merriam Webster, n.d. Web. Neil Simon. Internet Broadway Database. The Broadway L e ague, n.d. Web. 25 septembr e 2009. Neil Simon. Moonstruck Drama Bookstore n.d. Web. 25 septembre 2009. Newmark, Peter. Approaches to Translation Language teaching methodology series. Oxford : Pergamon Press, 1981. Imprim Nikolarea, Ekaterini. Performability versus Readabi lity: A Historical Overview of a Theoretical Polarization in Theater Translation. Translation Journal 6.4 (oct. 2002) : n. pag. Web. 21 novembre 2009. Ortega y Gasset, Jose. The Misery and the Splendor of Translation Trans. Elizabeth Gamble Miller. The Translation Studies Reader Ed. Lawrence Venuti. Longman : Londres & New York, 2000. 49 63. Imprim Pavis, Patrice. Problems of Translation for Stage: Intercultural and Post Modern Theatre. The Play Out of Context: Transferring Plays from Culture to Culture Eds. Hanna Scolnicov and Peter Holland. Trans. Loren Kruger. Cambridge : Cambridge UP, 1989. 25 44. Imprim Pelowski, Alton John Paul. The Unofficial Neil Simon Homepage: Biography. Michigan State University, n.d. Web. 25 septembre 2009. P our, Behnaz Sanaty. How to Translate Personal Names. Translation Journal 13.4 (oct. 2009) : n. pag. Web. 21 novembre 2009 Radice, Betty, William Radice, and Barbara Reynolds. The Translator's Art: Essays in Honour of Betty Radice Harmondsworth, Midle sex, Angleterre : Penguin Books, 1987. Imprim

PAGE 155

147 Reed, Johnson. n Daily News 1999. Web. 25 septembre 2009. Robinson, Douglas. What Is Translation? Centrifuga l Theories, Critical Interventions Translation studies, 4. Kent, Ohio : Kent State University Press, 1997. Imprim --. Who Translates? Translator Subjectivities Beyond Reason Albany : State University of New York Press, 2001. Imprim Rooryck, Guy. : renoncer la traduction parfaite. Neophilologus 92 (2008) : 385 394. Imprim Rothstein, Mervyn. THEATER; It's Great to Be a Playwright, but Oh, the Pain The New York Times 15 octobre 2000 : 27. Web. Simon, Neil. The Dinner Party New York : Samuel French, Inc, 2002. Imprim Sperber, D and D. Wilson. R epresentation and Relevance Mental Representations: the Interfa ce Between Language and R eality Ed. R.M Kempson Cambridge : Cambridge UP, 1988 133 53 Imprim Thompson, Am y S. Berg et Beck : A Translation. Thse de licenc e. Texas Christian University, 2001. Imprim. Tucker, Roberta. Communication personnelle. 15 octobre 2009. --. Communication personnelle. 23 mars 2010. Ubu Repertory Theater. The Ubu Guide to New French Language Plays in English Translation: A Selection Ubu Repertory Theater publications. New York, N.Y. : Ubu Repertory Theater, 1986. Imprim. Ultralingua. Collinslanguage.com HarperCollins Publishers. Web. Venuti Lawrence e d The Translation Studies R eader Londres : Routledge, 2000. Imprim. Venuti, Lawrence. Descriptive translation studies and beyond (book review). Comparative Literature v.49 n4 ( Automne 1997). Web. Vermeer, Hans J. Skopos and Commission in Translational Action. Trans. Andrew Chesterman. The Translation Studies Reader Ed. Lawrence Venuti. Longman : Londres & New York, 2000. 221 32. Imprim Vinay, J. P., and Jean Darbelnet. Comparative Stylistics of French and English: A Methodology for Translation Benjamins translation libr ary, v. 11. Amsterdam [Pays Bas] : J. Benjamins Pub Co, 1995. Imprim

PAGE 156

148 Wiedemann, Michel, ed. : A 2008 Tbingen: Gunter N arr, 2009. Imprim