Un maître du crime, ou, L'enterré vivant

Citation
Un maître du crime, ou, L'enterré vivant

Material Information

Title:
Un maître du crime, ou, L'enterré vivant
Series Title:
Nick Carter weekly
Creator:
Carter, Nick
Place of Publication:
New York
Publisher:
Street & Smith
Publication Date:
Language:
English
French
Physical Description:
1 online resource (32 p.) ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Detective and mystery stories. ( lcsh )
Dime novels. ( lcsh )
Genre:
serial ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of South Florida
Holding Location:
University of South Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
020236786 ( ALEPH )
405599843 ( OCLC )
C36-00023 ( USFLDC DOI )
c36.23 ( USFLDC Handle )

Postcard Information

Format:
serial

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text

PAGE 1

No. l. Prix: 25 Centimes. "Vos mains sont-elles pins l'aise d::.ns cette position?" demanda. Ni k Carter ironif'

PAGE 2

lE GRAND DTECTIVE AMRICAIN Un Maitre du Crime, ou L'Enterr vivant. ...... L'Hlel d e l a Police, d a n s Mulbe r ry street. Le chef de la police criminelle de New York, l'inspecteur McClusky tait cet aprs-ndi en grande confrence avec le fameux dtective Nick Carter dans le bureau particulier qu'il occupe l'Htel de la Po lice, le vaste et magnifique monument de Mulberry Street. Nick Carler tait l'ami intime de l'Inspecteur qui aimait le consulter dans toutes les affaires un peu importantes qui lui passaient par les mains, et qui ne se privait pas, en cas de difficults ou de dan gers, de faire appel l'esprit ingnieux la force et au courage indomptables de son ami. Comme Csar qui prfrait tre le premier dans un village plutt que le second Rome, Nick Carter avait l'ambition d'tre le premier des d t ectives, et non pas de gravir uin un, sans grande chance d'arriver jamais ,au sommet, les chelons administratifs de l a police new-yorkaise Aussi n'avait il j amais vou l u a l ine r son indpe't1d.anoe, et s'il donnait, l'occasion son con cours la Prfecture, comme nous dirions P a r is, c tait toujours titre de dtective priv. Il avait oonscienoo que c'tait l a meilleure ma nire d 'employer ses tqlents e t s o n activit. 1. Tou s droits p our tou s l e s p ays, y compris l a Sude et la Nor vge. Il lui fallait tre libre de toute attache officielle p-0ur rendre la socit l es services qu'i l pouva i t lui rendre; .et c tai t ainsi qu'i l avait acquis une no torit qui cnfinait la g l oire Il op rait, d'ailleurs, sur un terrain me r ve ill e ux. Non pas que l a vi ll e de New Yor k produise p l us de criminels que l es autres ":-:pi.des villes, mais e lle reoit de toutes les parties t: l a ter re un apport hu main, compos d'lments :Jtrangt;ment disparates. Si 1es lS vien nent renforcer l' arme du travai l e t co n tri li!ent notablement au et la for tune des tats Unis, les autres ajutent des esoouades et mme d es bataillons l 'arme du crime Que de gens, dans ileur bou r gade d' Europe, taien t tenus par mille liens et passa ient pou r h onntes, qu i ayant une fois bris leurs attaches av ec la fam ill e e.t le liieu natal pour venir tenter la fortune en Amrique, laissent l eurs mauvais i nstincts s'pan:ouir li bre m e nt dans ce nouveau milieu et, s'affranchissan t de to u t frein moral, ne oonnaissent plus de guid e
PAGE 3

2 Un Matre du Crime. J Et c'est du gnie qu'il faut pour les deviner, les djouer, les tenir en chec et finalement les livrer la justice, qui a la mission d'apprcier et de punir leurs forfaits. On oomprend qu'un homme oomme Nick Carter se passionne pour une lutte o krntes les ressources de l'esprit et toutes les forces du corps sont en jeu, et o le dtective, en traquant les canailles, pro tge le repos des honntes gens. L'affaire qui faisait le sujet de sa conversation avec l'Inspecteur McClusky ce jour-l, tait une des plus obscures que la police de New York et jamais eu claircir. Les plus fins limiers y voyaient leur flair en dfaut, et l 'Inspecteur y perdait ; comme on diit, son iLatin. C'est pour oola qu'il avait fait appeler Nick Cart e r Il n'avait plus d'espoir qu'en lui, d'autant plus qu'il s'agissait d'un coupable que Nick Carter avait t le premier dmasquer, quinze jours auparavant environ. C'tait le prsident d'une banque de rcente cra tion, nomm Isaac Meadows. _ -Ce Meadows appartenait une bonne famille de San Francisco, mais, soit mauvaise ducation, soit mauvaise nature, soit les deux causes runies, tait devenu ds .sa jeunesse un franc mauvais sujet. Un vol au prjudice d'une banque de sa ville natale lui valut cinq ans de prison Aprs avoir purg cette oondamnation, il avait voyag en Europe s'tait associ plusieurs compagnons de son acabit, et, sous le pseudonyme de Lucky Morgan, avait commis des effractions de banques dans plusieurs grandes villes. La nouvelle de la mort de son pre, qui lui laiss ait une grosse fortune, avait ouvert de nouvelles voies Isaac Meadows. li avait, sans tambour ni trompette, plant l ses compagnons et tait venu New York, o grce .sa fortune, il avait runi quelques capitalistes pour la fondation de la Mid.land Bank, dont les fondateurs l'avaient nomm prsident et directeur. Tout allait bien et Isaa Meadows, dit Lucky Morgan, aurait eu tout intrt rester jusqu' sa mort dans la peau d'honnte homme qu'il avait assez tar divement revtue, si ses anciens camarades de vol n'avaient trouv sa piste et n'taient venus le faire changer. Les vieux instincts se rveillrent; il forma et excuta le plan hardi de voler sa propre banque trois cent cinquante mille dollars en or et en billets, pour :satisfaire ses anciens complices et se dbarrasser dfinitivement d'eux. C'est une question de savoir si leur apptit n'et pas t, p.u contraire, aiguis par ce gros morceau, et s'il avait pris l le plus ha.bile de n'tre plus tourment. En tout cas, les vnements oo lui laissrent pas le temps de s'en apercevoir. Le ooup n'aurait assurment jamais t dcou vert si Nick Carter n'avait, avec une dlicatesse sub tile, dbrouill les fils dlis et peine perceptibles de l'affaire. Le soir mme du jour dans lequel avait t opre cette feinte effraction, Isaac Meadows, appel sous ,,n prtexte au bureau de et ne pouvant avoir l'air d'avoir peur de s'y rendre, y fut arrt et de l oonduit dans une cellule du Dpt. Le lendemain matin, lorsqu'on alla chercher le prisonnier pour le mener l'instruction, il n'y tait plus. Il avait fui de cette prison si bien. garde On s'expliqua bientt cette fuite en s'apercevant qu'il manquait aussi deux gardiens. Le prsident de la Banque du Midland les avait corrompus prix d'or, et ils lui avaient ouvert les portes de la gele. Le jour mme, ds la premire heure, Isaac Meadows, avec un front d'airain, s'tait prsent sa banque, dont le concierge et le gardien, encore igno rants de ce qui s'tait pass la veille, le re urent naturellement oomme le chef. Se voyant libre de ses mouvements, Isaac Meadows se nantit non-seulement des fonds dposs dans le coffre-fort de son cabinet et qui taient sa proprit personneUe, mais enoore d'une somme de cinquante cinq mill e dollars en or appartenant la banque, et sortit sans tre remarqu. Ce nouvel exploit, d'une audace inoue, avait na turellement mis toute la police de New York aux trousses du bancruier voleur. Mais depuis quinze jours les recherches taient sans aucun rsultat. Il semblait qu'Isaac Meadows et disparu de la surface de la terre; en tout cas, on ne doutait plus gure qu'il n'et russi quitter New York. C'tait un' des points que discutaient l'inspecteur et Nick Carter au moment o commence cette histoire. Ni l'un ni l'autre ne voulaient admettre cette fuite; Nick Carter surtout n'y croyait pas. On faisait filer avec soin, depuis plusieurs jours, un grand ami d'Isaac Meadows, nomm Morris Car ruthers, que Nick Carter croyait capable de tous les crimes; et l'on esprait, en piant ses moindres d marches, arriver par l jusqu'au fugitif. Cependant, disait l'inspecteur avec une sorte de dcouragement, aucun indice n'avait enoore t relev. C'est a.lors que Nick Carter fit cette remarque: J'ai observ, Inspecteur qu'un homme qui entre dans une banque pour en retirer de l'argent, ne manque jamais d'arranger ses poches ou d'en tter une d'une faon significative lorsqu'il sort de la maison, tandis qu'au contraire, un homme qui entre dans une banque pom y dposer de l'argent, en sort toujours les bras ballants.

PAGE 4

Un Matre du Crime. Nick Carter souriait en faisant part de cette ob servatioo rare et profonde son ami. Ce sourire signifiait: -Ce n'est vraiment pas la peine, entre nol\lS, de se raconter des vrits pareilles. N'n cher George. Je n'ai jamais vu plus visqueux et fuyant co quin dans itout le oours d-e ma carrire pr-0fessionnelle. Eli bien 1 oe particulier-ci, Morris Carruthers, est peu prs aussi visqueux que son frre Livingg t one. D'un autre ct, nous savons qu'Isaac Meadows et Morris Carruthers, tout le temps qu'Isaac fut prsident de 1a banque, taient oomme deux doigts d'une mme main. Oui, nous savons cela parfaitement. Et nous sommes galement assez srs que c'est Morris Carruthers qui fit l'uvre de corruption grce laquelle Isaac Meadows put chapper, le lende main de son arrestation. cest assez vrai, cela aussi. Et nous avons suppos que filer Garruthers nous mnerait tt ou tard Meadows de sorte que nous pourrions l'arrter de nouveau? Oui, oui. Vous savez bien que je ne vous contredirai pas. Mais o votez-vous en venir Nick? A ceci: qu'il y a quelque moyen de communi cation entre la maison de Boston Road et le lieu o se cache Meadows, et que ce moyen de communication

PAGE 5

4 Un Matre du Crime. quel qu'il soit, est si parfaitement dissimul que Car rut.hers n'a pas peur que nous le doouvrions. Lafont a visit la maison deux fois, et Maguire et Mulles l'ont visite une fois ensemble et une autre fois avec moi personnellement. E1t vous n'avez rien trouv? Pas la moindre chose; et nous l'avons explore en plein jour, de la cave au grenier. Il n'y a pas un chat peine une souris, et ce n'est pas l qu'il faut chercher l'important personnage qu'est le prsident de banque envol. a ne fait rien George, je vais la visiter moimme soir. Bon! J'en suis bien aise. Vous avez t si in fernalement occup ces derniers temps que je ne pou vais pas vous demander de prendre cette affaire en main et... -Et puis vous aviez pfoine confiance en Lafont; vous tiez persuad qu'il rus s irait. Eh bien 1 oui, en effet, j'en tais persuad. Et il aurait russi, c'est certain, s'il avait eu affaire tout autre qu' Carruth ers; mais j'ai l'hon neur de vous dire que cet homme-l est p1us malin que l'inventeur du fil couper le beurre. Je suis prt vous l'accorder. Je crois 0qu'il a su ds le premier jour que Lafont le suivait. Je pense qu'il a connaissance du fait mainte nant, en tout cas. Oh 1 vous pouvez parier tout ce que vous voudrez, vous ne pas. Il y a plus, il n'a pas cess d' e n rire dans sa barbe. Rire de quoi? De Lafont? Pour sr, de Lafont, et de vous, et de moi aussi, en mme temps. Vous est-il venu l'esprit, Inspeot.eur, que .nous ne savons mme pas que Car ruthers est un escroc; que nous le souponnons se,!:lle ment? Non, je n'admettrai pas cela Nous le seulement nous ne pouvons pas le prouver. Soit, je ne chicanerai pas; du reste a revient au mme... Repassons un peu ensemble l es diff rentes phases de l'affaire. Ce ne sera pas mauvais pour nous rafrachir la mmoire. C'est a. Exposez l'affaire telle qu'elle se pr se nte votre esprit. Je verrai si vous omettez quelque chose. Trs bien. La Midland Bank fut dvalise de trois-cent-cinqu;mte-mille dollars. Le gardien de nuit fut tu et son corps jet dans la rivire. Le policeman de service dan.s la rue, Mullen, fut grivement bless; il est guri maintenant et, pour sa conduite dans cette occasion, vous l'avez attach votre bureau. Exact jusqu'ici. Continuez Nous avons reconnu que le vol avait t corn mis par deux filous qu'on avait lai sss entrer dans l a banque et pntrer jusqu'au coffre-fort o l'argent avait t dpos par le pr sident de la banque, Isaac Meadows. Oui. Nous dcouvrmes ensuite qu'Isaac Meadow s tait un escroc de vieiUe date, connu a ; a trefois sous le nom de Lucky Morgan, qu'il avait hrit une fortune considrable de son pre et qu'il s'tait fait banqui er. Nous l'avons arrt ici, dans cette chambre, votre bureau particulier. En effet. Et ds le lendemain mati,n il nous faussa compagnie, en achetant la complaisance de deux gardiens, qui le l aissrent passer et s'enfuirent d e l eur, ct Vous avez pris, depuis lors, les hommes qui s'etaient vendus, mais vous n'avez pas pris Meadows ... Nous le recherchons pour le vol, et aussi pour le meurtre de Pike, Je veilleur de la banque. Oui, et. .. Attendez un moment je n'ai pas tout fait fini. Bien, allez de l'avant! Nous crmes faire une chose sage en n e d-voilant pas la chose au public dans les journaux du matin ds le lendemain. Les deux caissiers de l a banque nous l'avaient demand et nous y cons<:mtme s Le rsultat fut que, ds qu'il fut libre, Meadows alla froidement et audacieusement la banque, avan L l'heure des affaires dans cette partie de la cit, ful r-eu sans aucune difficult par le nouveau gardien qu'il avait lui-mme engag la veille, et s'administr a tranquillement tout ce qui lui tomba sous la main en fait d'argent comptant, cinquante cinq-mille dollars, tout net; puis il sortit aussi froidement qu'il tai!. entr et disparut. Est-ce bien l'historique de l'affaire? Presque. Vous n'avez pas fait mention de Car ruEhers? Non, et c'est exprs. Pourquoi donc? Parce que nous ne savons ri e n sur Carrulher s. No11s souponnons seulement. -Ma foi 1 si ce n'est qu'un soupon, il est joli ment fort. D'accord. Mais nous ne savons rien de sci e nce certaine. Tout ce que nous avons pour nous guider c'est le maigre signalement donn par un gardien plus stupide que la moyenne. Il dcrit l'homme qui atten dait Meadows dehors, devant la banque; mais il l e dcrit d'une faon si vague et si succincte que l'on peut, la rigue_ur, deviner Carruthers, sans en tre sr. Positivement nous n'en savons rien. Nous en sommes certains moralement. Assurment. Je n'ai pas le moindre doute dans mon esprit, ni vous non plus; mais nous ne pouvons pas le prouver

PAGE 6

/ Un Matre du Crme . 5 Nous le prouverons. Bien. Je n'en serais pas tonn. Mais il n'y a qu'une manire de le faire, Inspecteur? Laquelle? Il faut rappeler vos hommes. Vous 1eur direz que l'affaire est classe, que tout est fini, et vous les mettrez autre chose, de faon qu'ils oublient tout; alors j'assumerai la tche et j'y donnerai tout mon temps et me.s soins. C'est ce que j'aurais voulu vous fair e faire ds le commencement. Et c'est ce que je ne pouvais pas faire ds le commencement, comme vous le savez. Mais je vais le faire maintenant. Lafont est un brave homme qui s'imagine filer Carruther.s sans tre vu; il est jeune et plein d'illusions. Il ne se ferait pas mieux remarquer s'il portait un uniforme. Carruthers est trop fine mouche pour lui. Prenez garde qu'il ne se montre trop fine mouche pour vous aussi. Je ne fais p.Ius de filature depuis longtemps, Inspecteur. Je laisse tout cela mes adjoints, Chick, Patsy et Ten-Itchi. Mais je crois que j'aurai du plaisir oolle-eii. Il y a dans ce .genre de travail quelque chose d'excitant; et je l'apprerai d'autant plus que j'y vois du danger. Ne supposez-vous pas que Ca.rruthfs sait d'a vance que vous allez. vous mettre aprs lui? Naturellement, il le sait. Il croit que je suis aprs lui dj, et la seule chose qui le tr:acasse, c'est qu'il n'a pas pu dcouvrir le moindre indice de ma prsence sur ses pas. Il pense que je suis quelque part dans le fond de la scne, et il est ennuy et inquiet de ne pas tre capable de dire ni o j'tais tout l'heure, ni o je suis maintenant. Quoi qu'il en soit, on fera selon vos dsirs, Nick, reprit l'Inspecteur. Mais je veux vous dire une chos e. Je ne sais ce qui m'tonne le plus, ou la fuile audacieuse de cet ex-prsident de banque -0u la colossale impudence de ce qui, depuis si longtemps, nous fait par le bout du nez sans jamais donner prise, -ou cette confiance en vous mme qui vous fait dclarer vouloir terminer sans aucune aide, une afiaire sur laquelle se sont uses les Jents de tout mon tat-major... -La ma.in sur la con.science, George 1 ce ne s e rait pas la premire fois, je pense ... Nous nous connaiiss ons. Oui; mais je crois connatre aussi ce Car ruthers, dit McClusky d'un ton grondeur. J'ai le pressen Liment que mon gnial ami Nick Carter va se mesurer avec un adversaire de mme race que lui -honn tet part; bien entendu et cela ne m'bonnerait pas si, dans cett e occasion l'affaire tournait autrement que nous ne l'imaginions. Ne dites vous pas vous-mme que vous n'avez jamais vu .de .ooquin plus intelligent et mioox arm de .toute faon que ce Carruthers '? Nick eut un rire ,de bonne humeur et frappa amic.alement sur l'paule de l'inspecteur, Chef de la Sret. Je rends hommage la vrit, George, dit-il. Quant vos inquitudes, ,c'e8t le revers de la m daille. Cela vol\lS fait plaisir que je me charge de cette affaire; eh bien 1 ne savez-vo.us pas que l'homme n'a pas de plaisir si pur qu'il ne soit obscurci par quel que illuage? ... Tenez 1 je vais vous dire quelque chose dont vous vous doutez dj, je suppose. Une partie de mes succs s'explique par ce fait, que je n'entreprends jamais une chose que je ne puisse mener bien . cette affaire-ci, par exemple. Cela me ravit d'entamer la lutte avec un homme que, pour sa fourberie, sa ruse, sa finesse, je pourrais citer comme le roi du crime ... de mesurer avec lui toutes mes forces, toutes mes capacits, de me faire jouer par lui et de le jouer ensuite, jusqu' que, finalement, malgr tous ses tqurs et dtours, je l'a.mne s'avouer vaincu 1 C'est mon plaisir et ma joie. Le jeu a ses dangers; mais il est ncessaire mon bien-tre, comme l'ea est ncessaire au poisson. Malgr son humeur, !'Inspecteur McClusky ne put s'empcher de contempler son ami avec adminiration. Le Ciel le sait 1 Je suis heureux que nous vous ayons, Nick 1 rpondit-il. S'il y a quelqu'un pour venir bout de ce Carruthers, c'est vous... Allons, c'est une affaire entendue. Ils changrent une poigne de main et. l'inspec teur ajouta. Quand comptez-vous commencer vos opra tions? Tout de suite. Quand Lafont vous tlphonera aujourd'hui, rappelez-le au bureau. Donnez-lui l'ordre de ne plus s'occuper de l'affaire, et laissez-moi le reste. Considrez la chose comme faite, Nick. Ce vous vo0ulez, c'es.t que nous ill'y mettions pas la main, ni moi, ni mes hommes? C'est bien cela? C'est tout fait cela. Je vais prendre la piste de Mr. Morris Carruthers ce soir, et si je ne le mets pas par terre, ainsi que son associ Meadows, j'aban donne le mtier. Je crois mme que ce ne sera pas une trs longue besogne. Et maintenant que nous nons comprenQns bien, je vais me mettre au travail et me tailler quelque chose faire. Et, se serrant la main encme une fois, les deux amis se sparrent.

PAGE 7

6 Un Matre du Crime. Carruthers l'insolent. Il tait cinq heures de soir quand, aprs cette conversation avec son ami McClusky, Nick Carter quitta l'Htel de la Police, dans Mulberry Street. Le crpuscule d'une triste et grise journe de novembre s'tendait sur la mtropole. L'Inspooteur attendait avec une certaine impa tience le il"apport tque Lafont lui envoyait trs r gulirement tous les par tlphione six heures. Qua.wt Nick Carter, il n'avait pas l'ide de com mencer sa filature cet aprs-midi mme. 11 ne la commencerait que le lendemain, laissant jusque-l s'exasprer l'inquitude et le dpit qu'il sup posait que Carruthers ressentait se croire suivi, et ne pas apercevoir la mol.ndre trace du suiveur. Mais il l'intention de consacrer toute la nuit faire une perquisition complte et minutieuse la maison de Boston Street, Bronx, dont nous avons dj parl. Il ne crut pas ncessaire de communiquer de nouveau ce soir-l avec l'inspecteur pour s'assurer si Lafont avait relv de son service; car, en admettant que le chef pt oublier de faire ce qu'il avait promis, Lafont le lui rappellerait lui-mme in volontairement en lui tlphonant son rapport quo tidien. Il regretta plus tard, cependant, le silence qu'il avait gard cette occasion. En effet, il aurait t beaucoup mieux prpar ce qui devait arriver, s'il avait su que Lafont, pour la premire fois dans toute sa carrire, autant que ses chefs pouvaient $e le rappeler, avait manqu de faire son rapport !!.'heure. Au bureau central, l'inspecteur attendit jusqu' heures. Enfin, comme le rapport n'arrivait point, il pensa que quelque vnement imprvu et invitable em pchait Lafont d'tre aussi rgulier qu' l'ordinaire, et qu'il tlphor..erait plus tard en expliquant la cause de cette irrgularit. Il s'en alla donc chez lui, en donnant l'ordre au subalterne qui le remplaait de dire Lafont, lorsqu'il tlphonerait, de cesser son service et de venir au bureau prendre de nouvelles instructions. Nick Carter tait aussi rentr directement son logis particulier. Longtemps il resta assis dans le grand fauteuil, dans l'emb:rasure de la fentre de son cabinet, r flchissant au dguisement qu'il allait prendre, en suivant d'un il rveur les spirales capricieuses de la fume d'un bon cigare. Il tait parfaitement convaincu, comme il l'avait dit l'inspecteur, que le jeu qu'il avait jouer serait dlicat et plein de surprises, car il n'avait jamais connu aucun homme aussi prs que Carruthers de l'galer, lui, Nick Carter, dans tous les secrets et artifices de sa pro.fession. Ce n'tait pas la premire fois que le grand d tective s'attachait aux p a s de cet homme qui semblait aller to111jours seul. Mais il n'avait jamais russi, lui, le matre incomparable, enfumer ce rus renard. Tou jours, au contraire, Carruthers tait parvenu au der nier moment dissiper avec une habilet magistrale les motifs de soupon pniblement runis contre lui et se soustraire en riant toute poursuite ultrieure. Mais cette fois Nick Carter ne pcmvait et ne devait, sous aucun prtexte, s'arrter avant d'tre all jus qu'au bout. ...:_ De tous les dguisements que je peux revtir, il en est bien peu qui donneront le change Carruthers, se murmurait-il lui-mme. Son frre Livingstone tait vif d'esprit, Dieu le sait. Mais ce gaillard-ci est plus vif encore. Livingstone me reconnaissait sous tous mes dguisements, ou peu s'en faut, et il me connaissait aussi sous mes apparences naturelles. Mais je ne crois pas que Morris m'ait jamais vu autre ment que dguis. C'est dit, je vais essayer ce moyenl: je ne me dguiserai pas du tout, pour commencer; nous ver:rions ce que a fera. Nanmoins, avant de sortir, il endossa un com plet deux faces, et il garnit les poches secrtes dont ce costume tait abondamment pourvu, de toutes les choses dont il pouvait avoir besoin dans le travail qu'il avait faire, perruques, blanc gras, fards de diffrentes couleurs, allumettes, petits bijoux d'acier l'usage des poignets et des chevilles, etc : Il aittacha ensuite i'intrieur de ses manches, ses deux pistolets ressort. Il appelait ainsi deux armes courtes, d'une pr cision absolue .et du calibre trente-huit. Elles taient disposes de telle sorte que le dtective, par un certain mouvement du bras, faisait tomber dans sa main le pistolet correspondant et, aprs s'en tre servi, n'avait qu' le lcher pour le faire remonter dans sa manche, si vite qu'on avait peine entrevu l'arme entre ses doigts. Avec ces pistolets il semblait littil"alement tirer du boG1t des ongles; et, une distance de trente pas, aussi bien avec celui de gauche qu'avec celui de droite, il enfonait un clou dans une planche, ou prurtt cinq clous, car chacun de ces petits revolvers contenait cinq balles. Il se munit en outre des armes ordinaires qu'il portait toujours dans ses poches, et quand il se ft bien assur que rien ne lui manquait pour parer toute ventualit, il sortit sur le coup de neuf heures. D'aprs les rapports de Lafont, avait l'habitude de venir il.a maison de Boston Road tous les jours dans l'apil"s-midi vers ciuq heures.

PAGE 8

t j Un .Matre du Crime. 7 Il y restait environ une heure; aprs quoi il re tournait en ville et passait son temps comme tout autre mondain aurait pu faire: il se montrait dans le5 clubs, dans le.s l;)alons d'htels la mode, au thtre, ou passait la soire dans la socit plus con gniale d'amis ayant ses gots, autour d'une table de jeu. Carruthers menait, en effet, la vie grandes guides. Il faisait partie de cette jeunesse dore, compose en grande majorit de jeunes gens qui, aya!lt eu, avant de natre, de la prvoyance, dans le chou de leurs parents, ont, en raison de cette prvoyance, un argent de poche inpuisable. C.Omme pour eux, l'argent paraissait n'avoir pour Ca.rruthers aucune valeur. Il s'adonnait aux plaisirs les plus coteux; il jouait gros jeu et souvent, et il perdait avec la mme indiffrence qu'il gagnait. Puis, aux premires heures du matin, il re venai.t, sans jamais y manquer, son appartement de gar.o111, l'htel de l'Ondine o il occupait quatre pices en enfilade. Il y vivai t lu.xu.eq.sement et grands frais. Il tait rare qu'il sortt de son appartement avant midi; il iarrivait mme frquemment qu'on ne le voyait que tard dans l'aprs-midi, comme s'il quittait sa chambre que pour se livrer aux occupations ou dis mondaines qui lui taient habituelles chaque soir. Mais qui pouvait dire qu'il restait jusqu' cette heure dans son appartement? Et s il n'y restait pas, o allait-il? Aucun de ceux qu'il frquentait, le voyant riche, lgant, audacieux, agile et robuste, ne songeait se le demander. Son a.m:i1 ti oonnu.e pour Isaac Meadows, dont il tait le conseil et le confident, ne l'avait point d considr dans ce milieu in.soucia.nt et sans scrupules Il n'avait pas t recherch comme complice. PQ'llrquoi donc serait-il disqualifi? C'tait l tout e que le monde savait de Morris Carruthers et la police n'en savait pas beaucoup da vantage. Ell e =savait cependant que, depuis que Lafont avait t mis sur trace, on ne l avait jamais vu entrer dans la maison de Boston Road aprs six heures non plus qu'avant cinq heures du soir. que la maison avait t fouille quatre foiis, deux m par Lafont, et deux fois par les agent.s Maguire et Mullen, que. !'Inspecteur McClusky lui-mme. a.vait accompagns dans une de leurs v1Elle n'tait pas habite, quoiqu'elle f.t prte, sous tous les rapports servir aux b e soins de la vie. Elle tait meuble de faon oonfortable, sinon lga.mment, de haut bas. Il n'y avait rien qui la distingut, ni extrieure ment, ni intrieurement, d e s autres maisons, si ce n'es.t qu'elle s'lev.a.i.t, tout f.a.it isole, au milieu d'un va.s te terrain couvert de mauvaises herbes et portant les preuve.s muettes de l'abandon et de l'oubli : Ce fut tte maison que Nick Carter se rendit tout droit en sortant de chez lui. Il tait dix heures quand it y arriva. Il s'arrta un moment devant la gr a nde por te qui ouvrait sur ce terrain aujourd'hui inc ulte, mais qui avait d tre nagure iUil parc ou un jar din. II voulait s'assurer s'il n'y avait point aux en virons des yeux guetteurs qui pourrai ent le voir p ntrer dans la propri t. Sr personn e ,ne l'obser v ait, il entra dans l e terrain et se dirigea vers la porte d'entre. Elle tait ferme clef. Les serrures ordinaires ne comptai ent pas pour Nick Cal'lter. II portait toujours sur lui un d licat p e tit instrument de son invention, qu'il app e l ait un piqu e-p ne, et que nOl\ls appellerions :un r:ossignol, mais un ros s ignol trs perfectionn, ,avec lequel il pouvait r e mplacer presque toutes les clefs de quelqu e mo d l e q u'elles fussent en l'ajustant suivant le s b e s o ins p a r qu e lques adroites modifications da,:n::; la position d e ce rtames pices mobiles. Un coup d'il sur la. s errure por te d'entre lui fit voir tout de smte ce qu il lm fallait MOti.ns de deux minutes aprs, la port e s'ouvrait devant lui, il dans le vestibule obscur. L il $'arrt.a un instant pour toucher le bouton de sa >etite lanterne lectrique, dont il dirigea les rayons circulairemei!lt sur l'espace immdiatement en f.a de lui. Il n'y avait rien voir sauf le mobilier ordinaire des vestibules. II pressa donc le ressort pour interrompre le coura.n.t lectrique de sa 1anterne, puis il referma la ponte 11. clef. Dans la solitude et les tnbres, on se fait une compagnie du son de sa propre voix. Nick Carter bien con.vaincu qu'aucune oreille in dis crt e ne pouvait l'entendre ne vit pas d' ino on vnient faire i:;es propres rflexions tout haut. Monologuer tait '3Qn faible; il s'en .tait r e penti plus d'une fois sans russir s'eill corriger tout fait Si je suis aussi minutieux que je oom.ptel'tre, se dit-il i:;i Je ne laisse pas un coin de la maison, du 'est grenier la cave sans y r egarde r de prs c une

PAGE 9

Uh .MaJtre du Crime. besogne quj me prendra bien toute la nuit, ou peu s'en faut. Il n'y p. pas que des meubles dans cette mai son, c'est certain; et je me trompe fort sur le compte de Carruthers, que je ne fais pas, je crois, ou il a un double objet en venant ici. L'un de ces objets est de rendre quelque service quelqu'un ou de remplir quelque devoir, dont il est permis, sans risquer beaucoup de s'garer, de s'imaginer la na ture; l'autre est die nous faire perdre sa piste. Et, dans l'entranement de sa logique, il ajouta ell levant la voix : Parfaitement, Mr. Carruthers. En toute circon stance mon esprit est prt se mesurer avec le vtre. Vraiment, fit une voix calme, mais moqueuse, immdiatement derrirn lui. C'est tout fait aimahle de votre part. Le zigzag de l'clair n'est pas plus rapide que le mouvement de Nick Carter en se retournant. Le pis tolet de sa manche gauche lui tomba dans la main comme par magie, tandis que, de sa droite, il --projetait le rayon de sa lanterne en plein dans la figure d'un interlocuteur aussi importun qu'inattendu. Cette lumire lui rvla une physionomie rgulire et belle, souriante et pleine d'insouciance. Cette physionomie appartenait un homme de haute taille, admirablement proportionn, un de ces hommes que fon regarde plutt deux fois qu'une quand on les croise. Ses yeux bleus, grands et rieurs, avaient quelque chose d'effmin dans leur beaut lumineuse et molle, mj.s on ne pouvait en induire qu'il y et rien d'effmin dans l'homme lui-mme, qui portait, au contraire, en tout so.n individu, les signes vidents et certains du courage et de l'audace. Une longue moustache d'un blond jaune, extrme ment soigne, retombait sur sa lvre suprieure et ca chait les lignes sinistres de la bouche, donnant un attrait cette partie de la figure qui, sans cet orne ment, aurait fait l'impression d'un mufle de bte de proie. n avait les paules larges, la poitrine profonde; il portait haut la tte, ce qui le faisait paratre plus grand encore; on le devinait solidement muscl, et il y avait dans tous ses mouvements une grce et une souplesse qui dnotaient des prodiges d'agilit et de force. Mettez de ct votre arme, Mr. Carter, dit-il avec une aisance insolente; car je suppose que vous tes Mr. Carter, n'est-ce-pas? Je le suppose, rpliqua Nick. Alors laissez-moi vous persuader de mettre de ct votre pistolet. Il pourrait partir sans que vou:s en eussiez l'intention, vous savez; et rellement votre prcieuse existence ne court pas le moindre danger ici, je vous assure. Rellement? dit Nick. Je vous prends au mot et vous crois sur parole, surtout sachant pertinemment qu'en effet je n'en cours aucun. Vous tes Morris Carruthers, eh? Je jouis de ce privilge, oui, Mr. Carter. Je ne vous aurais pas fait cette question si la lumire de ma lanterne n'tait pas si faible qu'on peut peine distinguer les objets. Je ne vous vois vraiment pas trs bien. Non? .. Ehl trs honorable monsieur, que ne le disiez-vous? Nous allons en avoir une autre, et plus forte. Vous n'avez qu' parle r. Vous savez, Carter, si vous aviez seulement prvenu par un mot que vous veniez, j'aurais fait illuminer ces lieux en votre honneur. L, vraiment, je l'aurais fait. Aimable de votre part, murmura Nick. Aimable?... Pas du tout, je vous assure. La simple reconnaissance de vos talents de cambrioleur, qui mritent les plus hauts tmoignages d'admiration. Rellement, Carter, vous devriez abandonner la pro fession de policier pour entrer dans la oorporation des grinhes. Vous y seriez superbe, vrai l Merci, furieusement 1 Mais je pense que vous vous adaptez enoore mieux cette vocation que je ne le ferais moi-mme. C'esit votre avis, vraiment? Je ne l'aurais pas cru. Mais vous admettez bien, Carter, que personne, si ce n'est.. hum 1 un voleur, ou un ... hum l double et triple coquin, n'entrerait dans la maison d'un gentle man de la faon dont vous l'avez fait ce soir. -A moins que ce ne soit un dtective la recherche d'un double et triple coquin, riposta Nick. Vous me faites penser votre frre Livingstone. Rellement, je vus fais penser lui? Comme c'est aimable de vous 1 Vous le rappe
PAGE 10

Un :Matre du Crime. 9 Un instant aprs, Carruthers le,rait la main et ouvrait le courant lectrique qui rendait lumineux les brleurs incandescence d'un lustre suspendu au dessus de leurs ttes. Vous voyez, dit-il en se retournant et en se mettant en face du dtective, vous n'aviez pas besoin de prendre la peine d'apporter votre lectricit avec vous. Je l'ai ici volont, comme l'eau au robin et. Il y a des lumires comme celle-ci dans chac une des chambres de la maison, toutes votre disposition, d'ailleurs. C'est de bon cur, ne vous gnez pas. Est ce que vos excellents amis, Lafont l\fagnire et Mullen et leur intelligent Inspecteur, l\foClusky, ne vous ont pas inform que j'avais l'lectricit ici? .. Quelle tourderie de leur part 1 Quelle grosse tour derie, eh 1 Carter 1 Nick Carter le laissait parler sans s'mouvoir de ses sarcasmes, le dvisageant avec une sorte de cu riosit mprisante, froidement et obstinment. Le matre du crime. Vous vous ressemblez comme deux p e tits p o is 1 dit-il enfin en se laissant tomb e r sur un si ge, sans cesser de tenir ses yeux perants fixs s u r M o rris Carrnthers. Qui ressemble, qui? demanda Carruf'ers. Vous feu votre regrett fr re Living sto ne. Vous avez dj fait allusion ce fait tout-.l'heure, dit Carruthers, avec une danger e use lu eur dans l'il, laquelle d'ailleurs s'vanouit aus s itt. Aussi ressemblants qu'on peut l' tre c ontinua Nick Carter d'un air m6dit a tif, comme s'il s' e ntr e t e nait avec lui-mme au lieu d'adresser la parole un autre. Tous les deux insolents, tous les deux forts comme des athltes ... Vous vous en apercevrez mieux tout l'h eure, quand votre visite charmante mais insolite, arrivera sa fin. Tous les deux intelligents et malins; tous les deux !Spirituels, et tous les deux, hl as 1 canailles t elle s qu'on n'en vit jamais de plus grandes rder autour du gibet. Rellement, Carter ,vous m'accablez. Non vrai, c'est trop 1 Ne pouvez vous en y rfl c his sant un peu, trouver quelque autre chose en quoi nous nous ressemblons? Si encore une ; mais ce lle-l est venir 1. Dites moi ce que c'est ; j e vous en prie. Vous ne me r e fuserez pas cela, moi qui suis aux petits soins pour vous. Je crois qu'il vaut mieux laisser cela o c'est maintenant je veux dire 1'avenir. Votre frre pensait qu'il pouvait avoir raison de Nick Carter, le refaire, comme on dit. Cette lgre illusion, si naturelle et si pardonnable chez un jeune homme dou de tant d'a vantages et de talents, a fini par lui coter la vie. Je ne serai pas surpri s si vous lui ressemblez dans la destin e qui vous attend. Carruthers, en dpit de son impassibilit, n'avait pas c out cela sans donner quelques signes d'im pali e nce. Il r pliqua d'une voix plus lente, en appuyant sur les mols: Carter il y a certaines choses qui me met tent en c o l re. Elles sont rares, je le reconnais; mais il y e n a, eit l'une d'elle s c'est le sujet sur lequel vous semb le z main ten an t voul o ir insist er. Je vais vous dir e u ne c h os e pour que vous en fas s iez votre profit, quoique ce ne s o it gu re dans ma nature de la dire, mai s j e s ens, je ne sais pourquoi, que c'est mon devoir. Oh 1 si c'est un devoir profitez de l'occasion, faites l e vit e Carruth e rs 1 Parlez je vous coute. Je n'ai jamais oubli que c'est vous qu'est due la morl de mon fr re ... et je ne vous l'ai jamais pardonn ni ne vous le pard o nnerai jamais Cela suf fit il? Oh 1 non. N'hsitez pas Que la cr a inte de heurt e r m e s sentim e n t s ou de troubler mon so mmeil ne vous arr t e pas Vous disiez? . Ah l oui; ce que j e disais? Je disais quelque cho se qu e v ou s prendrez p euttr e p our une ... U n e m enace ? fit Nic k en billant J' e sp r e bie n que n o n r e prit Carruthers. Qui os e r a i t m enace r el m e n ace r en fa.c e le grand et unique Nic h o las Carter? Qui aurai t la p r somption de se mesure r a v e c cet homme ind o mplable? Qui serait assez t m raire pour suppos e r qu'il pourra vain c re le pro di g i eux petit g ant dont la rputation est rp a ndue dans le m o n d e entier? .. Rellem ent, Carter, vous tes trop mod e s t e -Ce n'est pas de c e c t que vous tes gn, en tout cas rpondit Nick. -Du c t de la m o destie? . Non vous avez rai son. Et mai11tc n a nt si vous p e n s ez que nous nous s omme s fait as::;e z d e po lit es s es et de compliments pr liminair e s, vou s s e rait -il gnJ d e me faire savoir quelle cir c ons t ance j e d ois l'honneur de cette visite? Je v e nais pour fouill e r la m a ison dclara Nick hardim e nt. En vrit? Et p our quel ob j e t si j e puis le d e mand er?

PAGE 11

\ 10 Un Matre du Crime. Pour tout objet que je pourrai trouver, ... et que vous dsirez cacher, Carruthers. Ah 1 oomme un vulgaire cambrioleur, alors? Si vous vous sentez dispos l'interp rter de cette manire, oui. Voyons 1 ne prenez pas la mouche, Carter. Dites moi plutt ce que rellement vous espriez trouver, et je pourrai peut-tre qui sait? vous aider dans votre recherche. Peut-tre cherchiez vous les mines de Gol oonde? Soyez gentil, et dites si c'est a. Non; mais je .chefchais les traces de votre ami, Meadows. Rellement?... C'tait pour Meadows?... Le pauvre garon 1 Mme dans sa retraite, il faut que vous tentiez de le dranger ... Mais srement vos ne vous attendez pas le trouver ici, hein, Carter? Je m'attends trnuver des traces de lui. Et en mme temps, sans doute, des cinquantecinq mille dollars qu'il retira de la banque le matin du jour o il s'est chapp? Oui, en mme temps. Carter, .n'y .a-t-il jamais eu personne d'assez chari
PAGE 12

Un Matre du Crime: 11 Cependant revenons aux affaires. Quand vous pro-au poste. Mais srieusement, Carter, je voudrais vous posez-vous de perquisitionner dans la maison? Allezfaire une ou deux questions. vous le faire maintenant, et dois-je vous assister dans Faites. vos oprations? Pourquoi a-t-on cru qu'il tait sage de m,ettre Je ferai mieux seul. Si vous vous trouvez la police sur mes talons depuis dix jours? Qu'ai-je avoir .un rendez-vous qui vous appelle ailleurs, ne vous fait pour mriter un tel traitement? gnez pas pour moi, allez-y, rpliqua Nick. Ce n'est pas ce que vous avez fait, c'est ce Quoi 1 vous voudriez que je m'en aille et que que vous pouviez faire, qui nous intressait principale-je laisse ici, sans compagnie ni assistance, un hte ment. digne de tous les honneurs 1 Vous n'y pensez pas. Srieusement? Ce que je pouvais faire? ... Eh Franchement, Carter, vous m'tonnez, l, vrai 1 bien 1 j'aime assez a. Vous vous attendiez peut-tre -Je ferai mieux la perquisition to.ut seul. me voir entrer 1par effraction dans la maison d'un Sans m'avoir pour vous assister? citoyen, comme vous avez fait ce soir? Oui, sans vous avoir pour m'assister. N on. Vous ne me faites pas l un grand oompliment, Carter. Est-ce que vous al,lriez dcid entre vous deux, Non, je rserve mes compliments votre vous et l'inspecteur, que je suis un criminel? adresse pour un autre moment. Oh! oui. Nous avons dcid ce point-l il y a Pour quel moment, par exemple? longtemps. Pour celui o je vous verrai derrire de jolis Vous m'intressez. Pouvez-vous me dire en barreaux de fer. quelle manire j'ai transgress la loi? Carrnthers renversa la tte en arrire et se laissa Non Je le voudrais bien, car si je le pouvais, aller rire de bon cur. je vous conduirais moi-mme l'Htel de Police ce Dieu 1 Carter dit-il en hachant ses mots, il y a soir. vraiment des fois o vous tes rellement drle, saVous croyez?.. Vritablement?... Dites-moi, vez-vous?... Mais, pour oontenter votre envie, vous Carter, est-ce que, par hasard, vous seriez seul ici n'avez qu' aller dehors et me regarder par les ce soir? fentres du rez-de-chausse; elles sont garnies de bons _:_ Je parais bien tre seul, n'est-il pas vrai? et jolis barreaux, et vous n'aurez jamais meilleure Oui; certainement. Mais vous savez oombien oc casi Q n de me vQir derrire une grille, vous pouvez les apparences sont trompeuses quelquefois. en prendre votre parti. AUons, si vous voulez faire vos -Eh bien 1 supposez que je sois seul. recherches, mettons-nous -y. dans ce cas? Je croyais que vous prendriez la peine de me Ceci seulement. Si j'en tais sr, je... Mais comprendre, rpliqua Nick. Quand je ferai mes revoil, je n'en suis pas sr. cherches, je les ferai seul, comme j'en avais l'intenVous pouvez l'tre, je suis seul. tion en venant ici ce soir. Carruthers, qui s'tait assis en face du dtective, Voyons, Carter, vous savez que, quelle que soit se dressa lentement sur ses pieds, et dit d'une voix ma grande estime pour vous, on ne peut gure attranante : tendre de moi que je fasse droit votre demande Rellement, Carter, vous tes un grand fou de et vous laisse seul ici. Ce serait vraiment trop bi-me dire a, car, jpuisqu'il en est ainsi, je vais me zarre que je me retire devant l'homme qui s'est introdonner un peu d'exercice et vou.s jeter dehors. J'es duit chez moi avec effraction, pour qu'il fasse tout pre que vous n'attraperez pas de mal dans le corps seul l'inventaire de ce qui m'appartient 1 Je ne le corps; je serais dsol de vous briser quelques peux pas, rellement. ctes, l, vrai 1 Ce serait pourtant le plus simple de beaucoup Carruthers; car je suis rsolu maintenant rester i c i jusqu' ce que vous vous en alliez, quand a devrait durer toute la saison. C'est srieux, rellement? Que vous tes donc ennuyeux 1 J'imagine que je devrais sortir, appeler un polfoeman et vous faire arrter. Mais j'hsite le faire. N'hsitez pas, faites-le tout de suite si vous croyez que a puisse vous rendre le moindre service. Non, aprs rflexion a ne m'avancerait pas. Ils vous oonnaiss ent tous et serait moi qu'on m nerait Le mystre Carrutbers. Nick Carter n'avait point boug de son sige. Il dit avec le plus grand phlegme: Asseyez-vous, Carruthers. Pas de fanfaron nades 1 Vous perdez votre temps .

PAGE 13

Un Matre du Crime. Mais Carruthers semblait dcid l'action. Il s'avana tDut. pr s de la chaise du dtective et s'y arrta, les bras croiss, regardant son adversaire de haut en bas. Vulez-vous partir? demanda-t-il la voix sif flante. Ou faudra-t-il que je mette excution ce que vous appelez ma fanfarnnnade, que je vous jette dehors?' Rellement choisissez pour sortir d'ici le procd que vous prfrez; pour moi, a m'est indiff rent, vous savez sinDn que je perdrai les bienfaits de l'exercice si vous prenez le mode le plus facile, je veux dire si vous vDus e xpulsez vous mme, de bonne volont et par persuasion. Je resterai o je suis, Carruthers; ce fauteuil est trs confortable, rpliqua Nick de la mme voix calme, qui ne trahissait aucune motion. Et comme vous savez aussi bien que moi que vous ne pourriez pas faire passer la porte la moindre portion de mon individu, je n'ai pas besoin de vous le prouver; il ne me plat pas de me prter une reprsentation athltique huis clos ici ce soir. Oh 1 vraiment! Voyez vous a? Monsieur n'aime pas les divertissemenLs de ce genre. a sent trop le populo, n'est-ce pas? Non, cela ne me plat pas. Je ne veux pas de bruit. -Et supposez que a me plaise, mDi, de vous attaquer l, o vous tes assis! Je serais sur vous avant qu'il vous soit poss i ble de lever un bras pour vous dfendre. Je ne dis pas que je vais le faire, quoique ce soit b i en t e ntant. Mais supp o sez que je m'amuse a? Vous recevriez une balle dans la rotule avant d'avoir fait un pas. Tiens! ti
PAGE 14

Un Matre du Crime. 13 ra.ch son tr ei n te; et Nic k Carter tait toujours profondment dans s o n fauteu il sans qu on l'et vu fa.ire un mouvement e t selon toute appare n ce, s ans a r mes Le revolver de Ca rru the rs obissant l'i m p ulsio n du c ho c violent. qu'il avait reu, avait t frapper le mur l'autre 'ext r mit de la pi c e e t tait t o mb sur le plancher, loin de son propritaire. Celui-ci, aprs son juron et son saut en arrire avait r ep r is tout de suite possession de lui-mme Il s'arrta l'endro it o i l avait saut, surpris par la vio l ence el l'inattendu de la secousse, et il se mit sourire, ayant reg agn toutes les a pp arence s du sang froid. Puis il porta sa main la hauteur de ses yeux, l'examina avec sollicitude un moment et la laissa retomber ayant, c e tte fois une raison de sourire, puis qu'il s'tait assur que cette main n'avait pas mme une r aflure. Ce fut don c avec son l a ngage et son ton ac cou lums qu il dit, d'un air la fois ironique et dtach: R ellement, Carte r, vous tes le garon le plus tonnant que j'a ie jamais vu. Ma foi, c'tait un joli coup 1. Presque aussi bien que ce que j e sais faire moi m me ... C'est une chance que vous ayez tou c h l e pis t olet au lieu de ma main, qu'en dites-vous, Carte r ? C'est l e pistolet que je voulais toucher, et no n votre main, ;rpliqua Nick. Fi donc! Carter Ne m e ntez pas pour a. A quoi bon? C'est un wup trs recommandable de toute manire, et il a servi votre dessein, puisqu'il m'a d sarm. Et propos, je vo us dois une excuse ... -Plusieurs je pense, fit Nick schement. Je crai ns bien d'avoir jur. C'est toujours de mauvais got. J'espre que vous aurez bien voulu n'y pas fi:t.ire attention, l, vrai! Ila... hem!.. ramas serai-je mon pistolet ou croyez-vous qu'i l est bien o il esl? Mieux vaut le laisser o il est, dit Nick. Oh! trs bien!... a vous serait-il gal de me di re o vous remisez le vtre? Le mien? Oui celui que vous venez de tirer vous savez bie n. Oh! j e le tiens l o il peut faire le plus de bien. -En haut de vo tre manche, eh? Non dans ma tige de botte. . Maintenant, Carruthers, je comme n ce me fatiguer de dire des niaiseries avec vous Si vous ne tenez pas avoir cette rotule brise, vous vous rappelez que je vous en p a rlais tout l'heure, vous ferez sag ement de r e prendre le sige qui vous tend l es bras derrire vous. V o us avez compris? Certainement, Carter ce r tai nement. Tout pour vous tre agrable, vou s savez. Voil qui va mi e ux. Comme Carruthers reprenait son sige, Nick laissa le sien, et tirant d une de ses poches une paire de brillantes menottes en acier: Cel a me fait de la peine dit-il, de vous mettre ces. ornements, Carruthers fit-il. Cependa nt j'y suis oblig Je n 'ai nulle envie d tre exp os de nou vell es mal ice s de v otre part, pendant que je vais oomrne je me suis mis en tte de le fair e cette nuit mme sonder les m ystres de votre immeuble Je redoute vos espigleries Carruthers. Vous voyez donc que c'est une mesure laquelle je suis contraint... Si vous voul i ez vous les mettre v ousmme!. . Ce serait gentil. Carruthers le regardait d'un air attentif et sur pis Il tait visible que la tournure que prenaient subitement les choses ne lui tait rien moins qu'agr able. Soyez donc raisonnable Carter, dit-il. Il ne fa u t pas pousser la plaisanterie trop loin. Vous n'avez aucunement le droit de m 'encha ner. Tendez les mains, vous dis je! reprit le dtec tive d'un ton imprieux Je le prends pour cette fois, le droit ; et si vous avez quelque chose objecter, Car ruthers vous pouvez venir demain vous plaindre de moi et demander mon arrestation. Carruthers, se voyant dsarm et au pouvoir de son a d versaire, hsitait cherchan t un moyen de sortir de l. C'est bien Carter dit il enfin. Je cde votre extravagant caprice ... Je vous le rpte, je n'ai ri e n cacher dans ma mais o n. Vous me ferez des excuses de vos outrageants soupons; car je ne suis pas ce que vous c royez. Tendez les mains 1 commanda de nouveau Nick Carter; ou je ne rponds de rien 1 Ayez donc un peu de raison Carter 1 protesta l'autre. Perquisitionnez dans ma maison tant que vous voudrez; je ne m'en occup e rai pas. Je vous promets m me de m'loi g n e r e t de ne pas revenir ici avant que Vl()US m'en ayez donn la permission. Alors pour quoi vouloir m'enchaner? Nick Carter balana Assurment, il tait plus convaincu que jamais d'avoir affaire au plus dange reux des co quins ; mais en somme tout se rduisait des apparences qu'on pouvait traite r d'h ypothses e n l'air, puisqu'elles manquai nt de preuve matrielle. Oui, fit-il avec une certaine indcisio n, si vous vouliez tenir votre parole, Carruthers Mais trs srement, se hta-t -il d'affirmer. Est ce que vous vous imaginez qu' ap rs ce qui vient de se passer j'aie grande envi e de re chercher encore votre compagnie? a ne me sduit pas l vraiment Vous vo ulez passer une nuit sans s omme il et fouille r cett e maison. Parfait! Faites votre vo lon t! Vo11s

PAGE 15

14 Un Matre du Crime. trouverez vraisemblablement une quantit de billets doux parfums, et vous arriverez ainsi savoir que je suis un grand casseur de curs !. .. Et ce sera tout. Je ne suis pas assez modeste vous me l'avez re proch pour dire que a n'en vaut pas la peine ... Ah I j'oubliais, reprit-il, le visage clair d'un sourire en voyant que le dtective remettait les me nottes dans sa poche. Vous trouverez une bouteille de Bordeaux, du fromage et des biscuits dans le buffet en bas, si vous aviez faim Il y a aussi dans le pla card du vestibule, de bon whisky et une copieuse provision de cigares meilleurs encore Usez-en comme si vous tiez chez vous. Mangez, buvez et fumez volont 1 Peut-tre vous direz-vous demain matin que je suis un meilleur gar-on que vous ne le pensiez C'est bien, dit le dtective. Vous pouvez songer vous retirer. Je vous dclare que jusqu' demain matin je me oonsidre comme le matre de la mai son, et que, si quelqu'un s'introduit ici cette nuit je n'aurai aucune hsitation tirer dessus. Voil qui n'est pas beau de votre part, Carter l remarqua Carruthers qui avait rcouvr toute son aisance de manires et tote son agilit d'esprit. Qu'au riez-vous dit, si je vous avais reu d'une faon aussi peu hospitalire?... Mais vous savez o je demeure n'est-ce pas? Srement. V!Ous demeurez l'htel de !'Ondine Tout en haut, dixime tage Si vous vouli e z me parler de cette affaire ou si vous aviez. autrement be soin de moi, sachez que depuis minuit jusqu' l'aprs midi du lendemain, je suis toujours chez moi et pr t vous recevoir avec plaisir ... Pour en finir voii les clefs de la maison : voii la clef de la porte d'entre; puis celle de la porte de derrire. Vous pouvez fermer mettre les chains de sret, prendre toutes vos prcautions pour tre bien certain que per sonne et moi moins que personn e ne viendra vous troubler dans votre perquisition. En mme temps il tendait un trousseau de clefs Nick Carter, qui le prit sans crmonie. D'un pas lger, Carruthers traversa le vestibule Devant la porte d'entre il s'arrta encore une fois. -Un mot, entre nous, Carter cria-t il d'une voix railleuse. Si vous trouviez Meadows, je vous aban donne ce gaillard avec joie. Mais pour les cinquante cinq mille dollars nous partagerons, hein 1 C'est en tendu? Le ton arrogant de Carruthers sonna mal aux oreilles de Nick Il eut une sorte de pres sentill}ent indfinissable qui lui serra la poitrine, sans qu'il pt bien lui-mme s'expliquer pourquoi. Il crut s'en dbarrasser par un haussement d'paules mprisant. Mais il ne se sentit mme pas soulag lorsque la porte fut retombe derrire Carruthers, qui s'loignait en sifflotant, et qu'il se trouva seul f,n.s l a mai s on. Il alla fermer 4 double tou r la port e d entre, vrifia la fermeture de la porte de derrir e et s'assura que persnne ne pouvait s'introduire son insu. Puis il fit de la lumire dans toutes les chaml5'res. En passant devant une glace, il y aperut son image. Il s'arrta pour la contempler, comme s'il se voyait soudain en prsence d'un tre tout diffrent de celui qu'il oonnaissait. Dis-moi Nick Carter, demanda-t-il cette image d'un air la fois perplexe, ironique et rus, estce que ce Carruthers aurait raison, et ne serais tu finalement qu'un grand ne? Gomment, ayant d e tels soupons sur le gentleman as tu pu le laisser courir? ... Hum 1 il est vrai que je n'avais aucun droit de l'enchaner, quoique le gaillard soit capable de toutes les noirceurs de !'Enfer Sa faon de rire inso lente, toute sa maniP,re d'tre me d plat fort Et je lui ai laiss la libert de me sus cite r des ennemis srieux d'ici demain 1 Je ferai bien d'ouvrir l'il. En tout c as, il serait incomparablement mieux pour moi de l'avoir sous les yeux, assis dans ce fau teuil, avec de jolis bracelets aux mains, et mme au x pieds, s'il le fallait. Il fit quelques pas, et s'arrtant de nouve a u reprit sn monologue. Mais, se demandait-il av e c inquitude, que fai sait il cette heure dans la mais on ? ... Lafont rapport e pourtant que jamais il ne l'a vu aussi tard le s o ir Que je dusse venir ici, il ne pouvait pas l e sav o ir puisque personne, l'exc eption de !'Inspecteur McClusky, et de moi mme, n' tait au courant de mon intention, et que nous avons discut la question dans le secret de son cabinet particulier. Reste la suppo sition qu'aujourd'hui, par une concidence trange, il avait quelque chse faire de tout fait spcial et exc e ptionnel et que mon intervention l'a drang ... Peut tre d'ailleurs avait il fini ses affaires et tait-il sur point de s'en aller, puisqu'il tait au pied de l'escalier avec son et ses gants et son chapeau sur la tte. Hum! hum 1 Ne sois pas un enfant, Nick Carter reprit-il en riant doucement. Tu te fo. rges des chimres. Lafont dit c e qu'il cr oit tre la v rit; mais dans l e fait la vrit, la v raie c'est qu'il donne tous les soirs le change au subtil et madr Lafont, et qu'il revient ici lorsque son fileur le suppose au lit ou en gag dans :une partie de cartes quelque part. Or s'il revient ici, c'est videmment pour son ami, Isaac Mea dows. Je ,ne me suis pas tromp; pour arriver Meadows, c'est par ici qu'il faut passer ... S'il y a du danger, je suis ave rti et me tiens sur mes gardes. Et quant Carruthers il a vu ses dpens oomme les rles sont vite retourn s et qu'il n'y a pas badiner avec moi. Les apprhen s i ons que d notai e n t ces rflexion.s de Nic k C a r t er aurai ent en c ore t plus grandes s'tl

PAGE 16

Un Matre du Crime. 15 avait su que Paul Lafont, bien qu'il ft en ce moment tout prs de onze heures, n'avait toujours pas, ni oralement ni par crif, fait son rapport quotidien au Bureau central. O Isaac Meadows l'chappe belle. La maison que Nick Carter allait examiner, en ne outant pas d'tre plus heureux que les agents de la Prfecture de police qui l'avaient prcd dans cette tche, tait, nous l'avons dit, tout fait isole au milieu d'un vaste terrain. Elle tait d'ailleurs construite sur le plan de la plupart des maisons de New York; c'est--dire qu'elle avait sur un ct :une grande salle d'entre, aboutissant un petit salon de derrire; disposition qui se rptait au sexmd tage, o le petit salon tait remplac par une salle de bains. Au premier tage, outre le petit salon dont nous venons de parler, il y avait le grand salon, beaucoup plus long que large. Au i:iecond tage;-Q.eux grandes chambres, celle de devant avec une aclve -et la sall e de bains. u .troiJSime tage quatre chambrns, dont deux grandes devant et derri, spares par des cabinets, et deux autres grandes pices, l:\, usage indtermin, donnant galement l'une sur le devant, l'autre sur le derrire. Le rez-de chausse ou soubassement, tait, comme dans la plupart des maisons de la cit, consacr la salle manger avec l'office et autres dpendances, et la cuisine. Nick parcourut d'abord toutes ces pices rapide ment pour avoir une ide gnrale des lieux. Arriv devant la porte qui donnait sur l'escalier de la cave, il s'arrta. C'est l, en bas, que gt le se'cret, si secret il y a, ce qui n'est pas douteux, se dit-il. C'est .l, en bas, que je dois chercher la solution du problme Carruthers, et il y en a une, aussi sr que je suis ici en ce moment. Le rez-de-chausse ne jouissait pas de l'avantage de ce:s lustres incand es ceiloe que Carruthers avait obligeamment montrs Nick Carter. Celui-ci dut donc avoir recours de nouveau sa petite lampe lectrique. En entrant dans Ja cave, il n'y remarqua rien qui diffrt de l'aspect d'une cave ordinaire. Cependant il se sentait en lui quelque chose, un pressentiment diraient certains qui l'avertis!;?ait. qu'il tait sur le point de faire une importante d-couverte. La premire qu'il fit, -et elle tait suggestive, fut que la cave n'avait pas cess d'tre frquemment visite. L'escalier en portait sur ses marches des indices certains. Ce fait seul suffisait pour le convaincre qu'il tait sur la bonne piste, car cette cave tait absolument dpourvue des choses qui auraient pu engager ceux qui venaient dans la maison y descendre. On n'y gardait ni aliments, ni boissons, ni provisions d'aucune sorte. Non seulement elle ne contenait rien qui pftt attirer les gens, mais elle ne contenait rien du tout. Cependant le bouton de la porte au haut de l'escalier, l'aspect de la porte elle-mme, les marches, le -sol de la cave au ped des marches, enfin l'air qu'on y respirait et qui tait un air frquemment re nouvel, fournissaient autant de tmoignages, muets, mais irrcusables, qu'une ou plusieurs personnes avaient l'habitude de descendre en oe lieu. 1 Sur les marches de l'escalier notamment, il y avait, distinctement marques, des en:ipreintes de pieds, dont quelques-unes fraches. Il regarda sur le sol de la cave si ces empreintes continuaient; mais il n'en vit aucune. Il se rendit compte de cette singularit en re marquant que le sol de la cave tait fait en ciment, et que, par suite de la rupture de quelque tuyau de conduite d'eau, ce sol lisse tait fortement mouill. Les pieds ne laissaient aucune trace sur le ciment ; mais en arrivant sur les marches couvertes de poussire, les semelles humides s'y imprimaient nette ment. En y regardant de prs, Nick Carter reconnut aux dimensions et la forme, que toutes ces em preintes provenaient d'une seule et mme personne, ,de Morris Carruthers videmment. Il tait donc acquis que Carruthers allait souvent dans 'Cette cave, et qu'il y tait trs srement descendu peu de temps avant sa rencontre avec le d tective. Mais pourquoi? Quel intrt le conduisait l? C'est ce qu'il fallait essayer d'claircir. Nick Carter fit le tour de cette cave ou cellier une premire fois sans rien dcouvrir autre chose. Il ne vit que les murailles, et 1es murailles, nues et muettes, ne lui apprirent rien. Il ne s'en tonna pas outre mesure. Il avait t rapidement dans cette premire explo ration, dsireux surtout de s'orienter d'abord et de rflchir la meilleure manire de conduire ses re cherches. Il revint donc i;on point de dpart et commena un seoond examen circulaire ;

PAGE 17

16 Un Maitre du Crime. Cette fois, iL procdai t avec plus de soin et allait beaucoup plus lenLement. Sa tourne comme nait au pied de l'escalier; il avait prcscrue achev l e circ uit c'estdire qu'il avait suivi le l o ng de la mraille t-oule la circon( r e n c e de la cive et qu'il tait arriv au point directement au dssous du palier de l'e sc alier sans avoir t plus heureux que la premi re fois lorsqu'il aper ut quelque chose qui aurait s mbl tout aulre bi e n insignifiant. Ce n'tait ni plus ni moins que deux bouts de fil de fer s ortant de la maonnerie Ses yeux s'y arrtrent avec une pre vivacit. C'e.st que ces deux simples fils de fer en disaient long l'habile d l e c tive. Du premier coup d'il, il y trouvait l'expli c ation de la manire dont Carruthers cotnmuniquait quoti diennement de c e lle maison avec une p e rs o nne dont il croyait bien devin e r le n o m, et qui d e v ait se tenir cache dans le voisina ge. --Aussi visible qu e le nez dans m o n vi s a ge 1 murmurait le d t ec tive1 s o uri a n t ce s b o u l s d e fil d e fer comme s'ils tai e nt de vieux ami s lui qu'il aurait rencontrs l'improviste dans c e sombre el lugubre cellier. Il se pencha pour l es e x a m iner de plus pr s Lorsqu,'il redressa sa h a n t e taille, i l leur tourna le dos et se mit ; remo nter l 'e scalier co mme s il avait dcouvert tout ce qui l 'intr es sa.it. Je vais trouve r quelq ue part ca ch d a ns ce t t e maison un tl phon e ave c r cepteur transmellenr e t batterie se disait-il, p e n sif_ C est vraiment u n e chose bien simple lorsque Carruther s d s ire cau s er a vec so n ami, de transporter l'instrume nt la c ave, d e l a dapte r et d'entrer en communica on. C est auss i t rs i ntell i gent. Je me demande comm e n t j e n'y ava i s pas pens avarut de dcouvrir les extrmit s de ce s fils. Aprs c-ela, on ne peut pas esprer pen se r toujours to ut. Il dbuta ipar le salon, et ch ercha diligemment jusqu' l'tage s uprieur. Il ne laissa pas un endroit sans y r e gard e r pas un reooin o un appareil tlphoniqe aurait pu se ca cher; mais nulle part il n'en aperut le moindre Marri de ce rsultat, mais nullement dcourag, il revint au salon. Pendant de longues minutes, il resta l d ebout, repassant dans son esprit chaque pied carr d e l'es p a ce qu'il avait examin, s'efforant de d terminer les par ties de la maison auxquelles il ne s'tait p a s arrt du tout et celles qu'il avait ngliges. En rflchissant ainsi, sous la lumire des arcs incandescence, ses yeux s'arrtrent machinalement sur un gros coffre-sofa, du genre de ceux aux qu e ls Davenport a donn son nom qui garnissait un d e s cts du mur. ll ne se rendit compte de ce qu'il re gardait qu'au bout d'un certain temps; mais alors il s'cria: Ah 1 voil un ooin que je n'ai pas fouill du tout, et la caisse que ferme le sige d'un davenport est bien la pla c e que Carruthers a d vraisemblable ment choisir entre toutes pour y mettre un tlphone en sret Il traversa vivement le salon, et leva le sige du meuble. Aussitt il poussa une petite exclamation de joie, car il v oyait enfin l'instrument tant cherch. Il tait de vant lui le tlphone dont il avait devin l'exist ence un tl phone exactement. pareil ceux qu'on p e ut voir tous les jours pendus tous les bu reaux de la cit L e d tec tive l'enleva de sa cachette remit le sige du daven p orl et, contemplant l'instrument, se dit avc satisfa con: Je veux tre pendu si je ne vois pas Isaac Meadows d ans sa cachette assis l'autre bout du fil de ce tl ph one... Si je ne perce pas le mystre ce s o ir d e m a in je suivrai le fil jusqu'au bout, devrais j e s a p e r t o ut e le b araque; et il faudra bien que je trouv e l e p o t aux r o s e s. Le s y e nx touj ours fixs sur le tlphone, il se r eprse n ta it Carrulhe rs au rcepteur en communication avec .Mead ow s. De c ette image naquit une pense: -Ce que Carrulh rs fait tous les jours, je peux bien le fair e une fois et qui sait si je ne dcouvrirai p as, par c e qu'il me dira, la retraite de mon bon h omme? S u r cette rflexion judicieuse, il emporta, avec un s o i n presqu e tendre l'appareil dans la c ave. Il y a va i t une petite planchette prs de l'endr0it o le s fils de fer sortaient du mur. Ni c k y pl a a le t l phone, en remarquant, non sans plai sir, que c e lte planchette avait t videmment mi se l pour cet usage, et qu'elle avait servi r c em m ent, car o n n'y voyait pas un grain d-e poussir e Derri re l'appareil se projetaient des fils isols, auxqu el s t ai e nt attach es de petites pin ces crou. En utilisant ce dispositif comme il le fallait il eut pro mp te m ent rattach les fils du mur l'instrument. 11 ch ercha un moment ce qu'il allait dire, puis, prenant le rc.epteur, il tourna vigoureusement la mani v e lle d'appel. La s onne tte de son ct rpondit. Ce lu i fut un e grande satisfaction de l'entendre, c a r il sav ait par l que la communi c ation ta it ta bli e e t qu' o n allait lui donner la rplique l'autre extrmit -du fil. Ainsi tout se passait suivant ses prvisions; cette foJs encore il ne s'tait pas tromp. Il att e ndit un temps assez long et il tait sur le point de faire marcher encore la manivelle, lorsqu'il entendit une voix appeler. All 1 disait-elle. Qu'est-ce qu'il y a mainte nant? J' tais all me coucher. Que se passe-t-il Morris?

PAGE 18

Un Matre du Crime 17 Nid eut un sourire de joie pure, car aussi dis tinctement que si -son interlo cuteur avail l dans la cave avec lui, il reconnaissait la voix d'Isaac Meadows. C'tait l, en effet, un des dons les plus remarquables de Nick Cart e r De mme qu e, lorsqu'il avait vu une fois une personne, il ne pouvait plus l'oublier, il lui suffisait de l'avoir entendue parler, si peu que ce ft pour reconnaitre toujours sa v0ix. Le dguisemenl le plus parfait tait impuissant tromper l'il du cl bre dtective; son oreille tait encore plus fine que son il, et c'tait avec une sret in faillib l e qu'il dis cernait les vo i x, quelque effort qu'on ft pour les dguiser. Reconnatre l a voix, c'tait dj beaucoup; mais il .fallait maintenant d terminer d'o cette voix ve nait, et c'tait une tout autre affaire Il n'avait aucun moyen de savoir si le propritaire de la voix tait un ou dix milles de distance. Cependant il possait une d onne: il tait plus que probable que ce fil tait un fil sp cial, l 'usage d'un QU de deux particuliers, et que, par consquent, i l n'tait pas tr s long. Il avait videmment t tabl i dans la maison par ceux mmes qui voulaient s'en servir, et il tait, sans aucun doute, absolument indpendant de tout rseau affect au service public. Si cela est vrai, pensaitil, il n'est pas vraisemblable que ce fil ait p lu s d llll demi mille, un mille au grand maximum. Cependant Isaac Meadows tait toujours l'autre bout, inqui e t et s impatientant. 11 lui fallait rpondre sans tard e r. Imitant de son mie u x la vo i x de Car r uthers, il dit: Trouvez-vous que tout va bien, l o vous tes? Oui; p ourquoi cette demande? Par ce que d'une manire ou d'une autre, Nick Carter a eu vent du lieu o vous vous cacilez. Par l e Diable 1 c'est vrai? C'est comme a. Oui c'est vrai. Que dois j e faire Morris? -Je crois que vous feriez mieux de partir tout de suite et de v enir ici directeme nt. Aller l d'o vous me parlez? ... Oui tout de suite. Mais, damnation 1... cette maison est surveille tout l e temps. Vous me l'avez dit vous mme, Morris Je ne traverserais pas la rue sans me jeter dans les bras des agenls. Elle n'est pas surveille cette heure de nuit; et dans tous l e s cas c'est le parti le plus sr. Point, point, mon ami 1 Je ne vois pas a comme v ous. -Eh bien alors, rencontrons-nous dehors quel que part. O? -N'importe; o vous direi. -Je crois que j e ferais mieux d'attendre ici que v-0us veniez me chercher. Pour tre emball par C arter en atte ndant. Ce sera un Carter mort s'il ess aie de s'in-troduire dans la maison pendant que j'y suis. Vou s savez a. Oui, et c'est prcisment ce que je dsire vite r. Vous en avez assez sur le dos pour l e moment, sans ajouter le meurtre de Carter la liste. L'homme qui tait l'autre bout du tlphone rit bruyarrunent. -Je crois, ditil, que je con sentirais presque avaler ma suprme pilule si j'avais d'abord la satis faction d'carter Carler du chemin. Cet hommel m'a tout gt . Sans son intervention je serais encore un homme considr riche et influ ent... Ah 1 je le hais 1... je le hais, l\forris 1 Tout a, ce sont des mots, vous le savez bien. Allons voyons 1 Il faut, en tout cas trouver un autre r efuge O voulez-vous que nous nous rencontrions? Tout. de suite? Oui -Eh bie n t je vais descendre jusque chez Flynn, si cela vou s va. .J'y serai dans une demi h eure. Nic k n'avait pas la moindre ide de Flynn ni de l'endroit o il pouvait tre. l\lais il s e sentait sr, avec les ressources dont il disposait, de trouver ce lieu sans difficult Il r pli qua donc aussi tt: Trs bien Chez Flynn... / Il s'arrta brusquement, car, l'autre extrmit du fil il entendit une porte taper, et ce bruit fut immdiatement suivi d'une voix qui videmment criait du bout de la chambre: Gare donc! L c hez cela, infernal fou que vous tes 1 Je suis ici, moi et c e lui qui est l'autre bout de ce fil, c' est Nick Car ter. Instantanment la communic a tion fut ferme, et Nick qui avait reconnu C arrnthers sa voix dans la personne qui venait d 'interrompre une si intressante conversation soupira, sincrement ennuy de ce contre temps. Si seulem ent Carruthers n'avait fait son appa rition qu'un quart d'h e ure plus tard! songea i t -il. Je russissais faire venir l\Jea dows un rendez-vous et je Je pin ais sans la m o indre di ffic ult. Enfin, c'est fait ... Il va fa lloir que j'aLtende, apparemme nt.. si encore je savais quoi. Il avait encore le rcepteur son oreille et il allait le lcher, lorsqu'il entendit l'instrument se rouvrir l'autre extrmit. Presque aussitt la voix de Carruthe r s il n'y avait pas s y tromp e r dis a i t a u bout du fil: All! Carter, t e s-vous e n6ore l? Orni, rpliqua Ni c k maussade, je suis ici. f 11

PAGE 19

/ 18 Un Matre du Crime'. Tvouv quelque chose? Ceci, dit Nick. Le tlphone, vous voulez dire? Ah 1 oui, c'est une trouvaille. C'est de l'habilet de votre part de la vraie habilet, l, sans compliments. Dites-moi, Carter? Eh bien? Avez-vous trouv encore autre chose? Peut-tre. Je vous en ferai part volontiers . mais je vous demanderai d'abord votre prsente adresse. Carruthers eut un rire ddaigneux. -a ferait joliment votre affaire, hein, Carter? ... Malheureusement on prend les souris avec du mais pas Morris Carruthers... Si vous voulez savoir o je suis, figurez-vous que je suis l, dans la chambre ct ... Je pourrais aussi bien nie trouver la lune, tant je suis absolument hors de vos . a vous chagrine, n'Bst-ce pas?... Ah, 1 Je peux donc ne rien envier l'incomparable Nick Carter 1 Il serait victorieux, triomphant, si Morri.s n'tait intervenu au bon moment et ne lm avait donne sur les doigts 1 Nik Carter attendit patiemment que le nre bruyant de son interlocuteur se fut calm, et il lui dit sans s'mouv:oir: Avez-vous chose me demander? Certainement Avez-vous dcouvert quelque chose en dehors du tlphone? Cette question ,que vous me faites pour la troisime fois, Carruthers, me montre que vous re doutez d'autres dcouvertes, rpliqua le dtective d'un ton srieux. Je vous prdis que je les ferai. Bien rugi, lion 1... Quand vous aurez dcou vert l'lixir de longue vie, la pierre philosophale, les Sept Dormants, la poudre de perlimpinpin et beaucoup d'autres trsors, vous aurez bien l'obligeance de m'en avertir. Vous serez averti le premier, dit Nick Carter qui ce ton de raillerie ne donnait pas le et qui sentait instinctivement l'inquitude anxieuse cache derrire. En veine de rflexions, Nick Carter tenait en o ore le tlphone, lorsque Carruthers parla de nou veau. All 1 Carter? fit-il. Eh bien l quoi encore? C'est de la chanoe que je me sois dtourn de mon chemin, pour venir ici avant de descendre en ville, n'est-oe-pas? Oui, c'est de la chane;e pour Meadows. Il por tait bien son nom quand il s'appelait Lucky Morgan, Fortun Morgan l Qu'est-ce que vous dites? Meadows? Lucky Morgan? Qu'est-ce que c'est que a? -Ne faites pas l'innont. J'ai reconnu l voix, Carruthers. Vous avez reconnu? Rellement? .. a va bien Carter, mais v-0us tes malin ... Dites? Eh bien? Savez-vous qu'il aurait t assez bourrique pour sortir et vous rejoindre un rendez-vous? . Qu,'est-oo qu'il deviendrait, s'il ne m'avait pas pour prendre soin de lui? Voil qui est superbe 1 Un ne en condmt un autre sur le verglas, et moi, je conduis Mr. Nick Carter l o il ne voit goutte... Panons que vous remarquerez a avant qu'il soit demain, Nick 1 Nous attendrons l'vnement, rpondit le dtective d'un ton dtach. Dites-moi, Carter reprit Morris combien de temps voulez-vous rendre ma maison mal sre? Je pense que dans deux ou trois heures, j'u rai iini. C'est beau de votre part. Si vous tes press, Carruthers, venez plus tt. Autrement j'attendrai ici votre arrive. Sagement parl! ricana Carruthers. Je retour nerai la maison dans un temps qui chappe tou s les calculs .. et j'ai mes raisons pour vous la cder en attendant. Je vous rattraperai auparavant, et vous m e raoonterez o le fil de ce tlphone aboutit. Vous parlez d'or, Carter. Ne vais-je pas rap porter comme un enfant de l'cole? Et voudriez-vous me menacer, par hasard? Qui, dit cela? Je veux simplement faire mon devoir, mme envers vous. Carruthers rit bruyamment. Et moi aussi je veux faire mon devoir, comptez y, Carter 1... Quand la vermine gnante, on dtruit. .. et c'est ce que je oompte faire. Assez cause 1 Nick entendit qu'on remettait en place le rcepteur l'autre bout du fil; il abandonna donc le sien et se diSposa poursuivre ses oprations. La voix moqueuse de Carruthers rsoru1ait tou jours ses oreilles, et il avait de nouveau cet ind: finissable pressentiment dont nous avons parl, qui lui disait qu'il arriverait encore quelque chose avant qu'il quittt cette maison. J'ai examin les murs du cellier, rflchit-il SQUS l'empire, sans doute, de ce pressentim ent. je n'ai rait aucune au sol. de j'y regardais iUil peu? Je suis que Je couvrirai enoore quelque chose ici; pourvu que Je cherche diligemment. Et c'est ce que je vais faire, quand ce :ne serait que pour vrifier une fois d e plus la parole de l'vangile. On se rappellera qu'il n'avait pour l'?-ide r sa perquisition que sa petite lanterne, qm lanait a dix pieds une lumire formant un oercle grand comm.e le fond d'un seau. ordinaire, au-del duquel la nuit semblait plus paisse et plus noire.

PAGE 20

Un Ma!lre du Crime. 19 laJurnire elle -mme tait trs suffisam ment brillante i[>OUI montrer distinctement tous les objet.s qu'elle touchait. Il ail.la la partie de l!cave qui correspondait avc le devant de la maison, et, partir de l, il se mit la traverser et la retraverser dans sa longueur, avan,ant chaque alle et venue mais trs lente ment, vers le mur du fond, de manire ne pas laisser un centimtre carr de terrain sans l'clairer et l'examiner En procdant de cette manire, il avait dpass de plusieurs pieds le milieu de la cave, lorsque sa lu mire tomba sur .un caillou ordinaire, qui paraissait avoir t J jet l accidentelle1rnmt et sans intention. Il y ,avait dj plus d'une heure qu'il poursuivait cet examen mthodique, et il n'avait rien trouv pour se payer de sa peine. Il commenait dsesprer de rien rencontrer sur le sol uni et nu, lorsque le rayon lectrique de sa lampe vint buter, si l'on peut dire, contre ce vulgaire caillou. Tout autre que Nick Carter aurait probablement nglig cette trouvaille Un caillou dans une cave 1 Il fallait que cette cave ne servt rien depuis longtemps pour qu'il n'y en et pas davantage. Celui l ne valait mme pas un coup de pied. Ce ne fut pas l'avis de Nick Carter. C'tait un examen complet et mticuleux qu'il entendait faire, et il n'avait ni le droit ni la volont de laisse r, comme dit le proverbe anglais, une pierre sans la retourner. Il retourna donc le caillou du bout du pied, et le fit rouler quelque distance. A la place ,recouverte par la pierre, il aperut, scell dans Je ciment, un petit anneau de fer. Hol 1 s.'cria-t-il. La pierre tait l pour quel que chose; mais srement cet anneau n'y est pas pour rien. Il se pencha davantage pour dcouvrir l'usag e possible de cet anneau; et aprs un moment d'attention extrme, il discerna des lignes peine visibles qui formaient un carr de deux pieds de ct, dont l'anneau occupait le centre. C'tait videmment une trappe. Mais cette pice mohile s'adaptait si exactement l'ouverture qui la recevait que, sa'ns ranneau, Nick Carter lui-mme n'aurait pas aperu ces lignes menues, que la pous sire effaait encore. Il s'agit de voir ce qu'il y a l-dessous, mur mura-t-il. Il empoigna l'anneau de fer et tira lgrement d'abord. La trappe rsista. Alors il accentua graduellement son effort et s'a perut bientt quelle cdait. Tout d;un coup elle se dcolla, pour ainsi dire, et il l'enleva d'un bloc au bout de son bras. Il la dposa sur le ct du trou et dirigea sa lu mire dans cette ouverture. Enterr vivant. Il ne vit d'abord que des tnbres; mais au bout d'un moment, il distingua que ce trou avait la forme d'un puits, -il tait clair qu' l'origine c'en tait un, -et qu'il y avait sur la paroi, des pierres saillantes qui pouvaient faire l'office de marches. Alors il s'tendit sur le .-sol, et, projetant sa lu mire perpendiculairement dans le trou, il allongea la tte et regarda. Il put peine retenir un cri de stupfaction et de douleur: le rayon de sa lanterne clairait en plein le visage de Paul Lafont oouch sur le dos, mort 1 Paul Lafont, le fin limier du Bureau Central de la police criminelle, avait t assassin et jet dans ce puits. On avait, une poque quelconque, probablement lorsqu'il avait t demi combl, creus les parois du trou en forme de gourde, de sorte que le corps s'tait tendu d:e toute sa longueur l o il tait tomb, car il n'tait pas probable qu'on l'y et descendu. -J'ai commis une fcheuse erreur en permettant Morris Carruthers de quitter la maison, se dit en core une fois le dtective, profondment affect ce spectacle. Je pensais qu'il me serait plus utile en libert qu'en prison. Pauvre Lafont 1 Je suppose qu'il a manqu envoyer son rapport ce soir; mais il a t relev de son service le pauvre garon ... Il faut que je sorte son corps de l. Sans une d'hsitation devant ce qu'il considrait oomme un devoir pieux, Nick Carter mit le pied la premire des pierres saillantes dis poses en escalier, et desoendit lentement jusqu'au rond de cette excavation en forme de gourde norme. Bien que venu uniquement pour chercher le ca davre de son camarade Lafont, il ne put s'empcher de cons.ta.ter la raison pour laquelle on avait combl le puit.s jusqu' cette hauteur, en largissant ainsi le bas de ce qu'ori en oonservaiL C'tait manifestement pour communiquer avec une galerie, dont l'entre tait l bante, et qui se perdait dans les tnbres. Cette seconde doouverte, laquelle l'avait conduit oolle de l'anneau de fer scell dans Je ciment de la cave, prenai r t, dans les ciroonstances prsentes, une im por:tance singulire Cette galerie, n'tait -'0lle pas le chemin secret qu'avait pris Isaac Meadows lorsqu'il avait si oomplte -

PAGE 21

20 Un Matre du Crime. men t disparu, pour se retrouver, un instant trop vite interrompu au bout du tlphone install l' tage s uprieur de la m me cave? C'tait un e c h ose vrifier et sans aucun dlai, puisqu e l e gibier ta i t p r ven u que le chasseur s'tait mis en cam pa g ne. Cependant Nick Car ter se demanda un i nstant s'il ne s'occuperait p as d'abo rd du cadavre, ne ft-ce que pour le r emonte r dans ,Je cellie r au-dessus, ou s'il examinerait. tout d e suite le p a ssage Il se d c ida pour la seconde alterna tive, qui lui sembla la plus urgente Lafont. se dit il, n'en sera ni mieux n i pis d e rester o i l est que lques mom ents de plus. La balle lui a travers le c ur et il est m ort presqu e i nslantanment. Le corps est dj froid .. Je crois, Mr. Carrulhers, que j'ai assez de raisons pour vous a r rter ma i ntenant, s'il m'arrive d'en trouver encore l 'occasi o n. Il se tourna vers l'entre de la galerie et s'y engagea 11 n'tait pas possible de s'y tenir droit; il se mit donc su r l es mains et les genoux, et fit a insi une trentain e de pieds ou davantage, a u bout d esq u e ls i l fut arrt par un amas de p i erres, d e pltr e et d e dbris de toute sorte dont on avait bou ch la galerie. On a fait cela rcemment, depuis un jour ou d eux, se murmura-t-il lui-mme. En effet la terre et les pierres taient encore humides, mal tasses, et prsentaient l'odorat comme au toucher des preuves multiples de ce que disait Nick Carter. P-0ursuivant son raisonnement le dtective ajouta: -=-Carruthers avait dcid d'abandonner cette maison quand je l'ai surpris ici ce soir. C'est certain. Autrement il n'aurait pas bouch le trou de ce ct et il Jl'en aurait pas fait une tombe pour Lafont. Ce pauvre vieux Lafont! Il faut qu'il soit entr d ans l a maison et qu'il ait surpris Carruthers l'uvre. Ds lo r s i l en savait trop, t Carruthers l'a tu . Bien 1 Mais il n'y a plus rien faire ici. Je ferais m ie ux de revenir au cellie r Comm e le passage tait trop troit p our lui per mettre d e se retourner, il se dirigea reculons et toujours quatre paltes vers l'entre le lieu o le cadavre de Lafont l'attendait. Son corps remplissait si complte m ent la g a l eri e qu'il ne pouvait rien voir ni rien entendr e de ce qui se passait derrire lui, au cas o il se serait pass q uelque chose Mais comme il arrivait l'espce de gourde for m e par le fond de l'ancien pui t s il s'aperut qu'il y brillait une lumire autre que la sienne. Aussitt il teignit Ja petite lanterne. Puis d'un mouvement rapide, il pntra dans la grande excava tion, et, se retournant se mit debout. Mais il se rencoigna vivem<:mt, car l'instan t mme o il se dressait, une personne au haut du puits dedans cinq coups de feu successifs. Bang! bang 1 bang 1 bang l bang l ils a rrivren t coup sur coup, aussi vite qu'on pouvait les compter, et il sembla que le lieu ft plein la fois de ball es et de fume. Heureusement pour Nick, la forme du trou, qui s'vasait en descendant com m e une bouteille pansue, le prserva de tout mal. Se reculant sous l es murs en pente de ce pu it s lug ubre, il tait dans une position o les balles nt' po uvai ent l'atteindre. Au s-0n mat e t flasque des c omprit qu'elles. s'taient loges pauvre Paul Lafont. d eux dernires, il dans le corps du Les dtonations cessrent, les balles s'arrtreu! de tomber comme gr le dans le puits, et il entendit un rire clatant et saccad acc-0mpagn d'un ricanement satanique. C'tait Morr is Carruthers et so n ami Isaac Mea dows qui exultaient. Nick Carter rit lui a u ssi, de s on ct, mais d'un rire dchir an t de dsesp r. Il savait maintenant la signification de ces in d finissabl es pressentiments qui lui serraient le cur. Aprs tout il n 'y avait pas s'tonner qu'il ex pi t la faute no rme qu'il avait commise en obli geant pour ainsi dir e, Carruthers s'l oigne r de la maison. Il ne douta .il pas que son ennem i n e prt toutes l es mesures ncessaires pour l' empc h e r efficacement d e sortir de ce tombeau, qu'il partageait avec Pau l La font. Lui, du moins lait mort. Tandis que Nick Car ter se sentirait. mour ir l entement, heure par heure, minute par min ute, auprs de ce cadavre se dcom posant peu p eu, en proie aux affres affolan t es de la faim et de la soif, la rage de l'impuissance l'an goisse du dsespoir. L'insti n ct de l a conservat i o n avai t bien servi Car ruthers: du mme coup, il s e dbarrassait des deu x hommes qu'il avalt craindr e, et s upprim ai t tout e trace de son double meurtre. Il pouvait exulter. A ce moment sa voix ironique et m ordante, r s onnant au-dessus de la trappe, frappa l'oreille du dte c tive et l'arracha de ses rflexions. Je me demande si j e vous ai touch Carter? cria-t-il. Je vous dir ais bien que a me fer a it de la peine; mais vous ne me croiriez pas... Non vrai 1 je n'avais jamais r v, quand je m ditais comment je pourrais vous tuer quelque jour, q ue je goterais une aussi dou ce vengeance que celle dont je jouis ici. Ah! ne supposez pas que j 'aie jamais oubl i ni mon frre Liv ingsto ne, ni que vous tes l'auteur de sa mort. .. Ehl dites Carter vous ai-je touch?

PAGE 22

Un Matre du Crime. 21 Nick resta muet. Quoi l vous ne rpondez pas? Peut-tre tes vous mort, ou bless?... Peut-tre aussi n'tes vous ni l'un ni l'autre. Quoi qu'il en soit, Carter, je ne suis pas d'humeur rien risquer avec vous. Vous avez une trop prcieuse dextrit manier c es petits pis tolets que vous portez dans vos manches .. Soyez tranquille; je n'irai pas voi r si vous avez besoin de mes soins ... Eh quoi 1 Pas de rponse encore!... C'est gal, j e me dfie de ma curiosit; je n'irai pas visiter votre installation, Carter. Mais vous pourriez me dire com ment vous vous trouvez log, l en bas C'est gentil? Vous tes au frais, n 'est-ce pas? Vous serez bien l, rellement? Eh 1 Pas de rponse?... Bien, bien 1 a ne fait rie111. Je peux toujours bien vous causer un moment, que vous soyez mort, vif ou lgrement bless. Je voudrais vqus dire contre qui, contre quoi vous vous tes dress. Vous ne seriez pas fch de le savoir, hein? . Vos comprendriez mieux pourquoi vous vous y brisez ... Toujours muet, mon cher ami Carter? . Eh bien 1 voyez-vus, aprs avoir eu ce petit entretien avec vous au tlphone, l'ide me vint que vous tie z assez fure teur pour trouver ce vieux puits et que vous y passe riez beaucoup de temps; j'ai donc pens vous faire une petite vis ite pendant que vous seriez occup ceci ou c e la. Gentil de ma part, n"est-oe pas?. .. Et a m'a r$ussi, qu'en di les-vous? .. Si vous tes vivant, C a rter, v q us mourrez de faim l, en bas; car j e vais f e rmer ce trou de manire que vous n'en puissiez s o rtir, et puis, par dessus, sur vtre tte, je brlerai la maison Q'est ce que vous pensez de a? ... Cher Carter 1 Si dsol de me spare r de vous l D so l, je le suis rellement.. Si jeune si beau, si charmant, si fin 1. .. Carter, cela me brise le cur de vous quitter ainsi. Cela me le brise rellemen .t. Au revoir, Carter l Quand vous aurez faim et soif, pensez Livingstone Carruthers .. et n'oubliez pas son frre Morris 1. .. Adieu Carter!... La paix s oit avec toi!... Adieu, cher ami, adieu 1 Et la trappe du puits retentit en se fermant sur le dtective. Un travail d'Hercule. Aprs que cette porte f t retombe sur sa tte, Nick n' e ntendit plus rien pendant un moment Mais b ie n.tt des bruits d'objets lourds qu'on tra nait s ur le sol de la cave frapprent ses oreilles. 11 oomprit que Carruthers et celui qui tait avec lui, Meadows videmmenl, travaillaient entasser des o b s tacl es snr la lrappP d11 p uits. Il savait, en outre, que c e qu'ils taient en train de faire, ils le feraient solidement et oomp ltement. Ce n'tait pas des hommes travailler la lgre quand il s'agissait de leur sret. Nick Carte r pendant les discours de Carruther s, avait repris tout son sang-froid, lg rement b ranl par la soudainet et l'horreur de la situation. Son esprit actif et hardi envisageait dj toutes l es faces de cette pour tcher d'en trouver une moins rbarbative que les autres. Il se rendait parfaitement compte qu'il ne pouvait y avoir pour lui que bien peu d'espoir --;:-... s'il y en avait de s'chapper du ct de la trappe. Il ne doutait pas que Carruthers ne mt excu tion sa menaoe d'i n cendie r la maison, aprs qu'il aurait ferm l'entre du puits de manire djoue r tous les efforts faits du dedans pour l'ouvrir. Entrez dans mo n salon, dit l 'araign e -la mouche. Le fait est que j'y suis entr tout de go ce soi r se murmura le dtective, en humeur de plaisanteries lugu bres Je n ai fait que mettre tous les atol.lts du jeu dans la main de Carruthers, et j'tais assez sot pour penser que je le battrais sans en avoir aucun. Bah 1 la partie n'est peut-tre p as encore finie 1 Qui sait? Je ne me propose pas de rester embouteill ici, pour peu que je puisse l'empcher, et il m'est dj arriv de me trouver enoore plus serr dans m es petits souliers que je ne le suis maintena nt. Si seulement l 'air reste d'assez bonne qualit, s'il en filtre suffisammen t travers cette terre frache ment remue dans l a galerie pou r me permettre de respirer, j e pense que je peux essaye r avec assez de chances de succs, de me dterrer d'une faon ou de l'autre. D 'ailleu rs chaque jour suffit sa peine, dirait un amateur de proverbes. Tchons de suffi r e la peine d'aujourd'hui 1 Pauvre vieux L afont! reprit-il ap r s une pause, en touchant le bouton de sa lanterne dont il dirigea le s rayons sur les traits de l' agent, mort victime du devoir professionnel. Ce trou est destiil devenir m a tombe aussi bien que la vtre; je me demande s'il la deviendra en. effet, eh? Vous ne pouvez pas rpondre, hein? Non .. Bien l .a ne fa i t rien. Nous n'abandonnerons pas le navir e avant que la dernire p!a.nche s'engloutisse, en tout cas. Carruthers croit fIU'il me tient Ne pourrais-j e pas encore une fois me moquer de lui? Je vais essayer . Il jeta un dernier regard la trappe au-dessus de sa tte. Tous les bruits avaient cess de ce ct Il en conclut que Carruthers avait fini son travail et tait all ailleurs. Il ne doutait pas que le btiment ne ft dj en feu. -On ne peut tout de mme pas dire que j en mn e large fit-il encore Carrth er

PAGE 23

\ 22 Un. Malre u Crime. de bonnes raisons de se fliciter de cet exploit. La seule chose tonnante, c'est que l'ide ne m'est pas venue un msi tant qu'il retournerait ici. Mais quoi l il est iretoum, et j'en : r'ecueille tous les avantages ... Voyons, l'ouvrage maintenant 1 Il se dpouilla de son habit ; de son gilet, de son faux-col et de ses manchettes. Puis, s'tant arm du gros oouteau de poche portait sur Jui, il rampa dans la galerie jusqu'au pomt o l'amoncellement des dbris, terre, pierres et pltre, lll1e premire fois arrt. L, .n s'assit par terre, les paules courbes CtlllW e tlu peu de hauteur de oette espce de tunnel, et il tudia le barrage avec une attention anxieuse l'aide de sa lumire lectrique. Quand il reut bien vu l'normit de la tche avait ,entreprendre, il secoua la tte en un geste qm ne rtmoignait pa.s beauooup d'espoir. Je pourrai enlever ces pierres avec mes mains, se dit-il en rflchissant; il "'faudra les porter, une ou deulX '.La fois, jusqu'au trou du puits, car elles auraient vite bouch le passage derrire moi. Je me demande quelle est la largeur de ce monceau, et s'il me sera possiMe de tenir bon jusqu'. oe que je l'aie perc, surtout quand ie pense qu'il me faudra faire tout oe travail sans rune goutte d'eau boue. Bah 1 je ne peux rien dire avant d'avoir essay, dans tous Jes cas. Il se mit l'ouvrag e avec une ardeur ooncentre et avie: c cette mthode qui mnage les forces pom qu'elles produisent plus d'effet en durant plus longtemps . Il commena par fermer son couteau et le remit dans sa poche, car il n'avait besoin pour le moment que de ses mains. Au dbut, ile travail tait refativement facile. 1 es pierres jetes l ple-mle, lui venaient dans les mains sans effort, et il en eut bientt une trs grosse pe autour de lui si grosse qu'il fut oblig de cesser soo travail de dblaiement pour les porter dans la chambre du puits. Pour opre r oe transport, il dut faire le trajet reculons et :revienir en avant plus de vingt fois, tou jours rampant sur ses genoux. Ds qu'il eut fini de dbarrasser la galerie, il recommena son travail. Il y avait des pierres de toute s les formes et de toutes les tailles : les unes peine grosses comme un uf, d'autres presque trop grosses pour qu'il pt les soulever; entre s deux points extrmes, il en trouvait de toi\ltes ies dimensions intermdiaires. Au bout d'une autre demi-heure de travail, il avait rig un second tas, qu'il fut oblig d'enlever comme il avait enlev le premier, ce qui lui prit une autre demi-heure. Son p.assage libre de nouvea, il se remit at taquer la masse de dtritus qui restait devant lni Aprs une nouvelle heure de travail, il regarda instant l'ensemble de l'obstacle qu'il prtendait d truire. Il lui parut que ses efforts y avaient apport un changement peine sensible. Et pourtant les pierres emportes et empiles dans le trou du puits auraient suffi remplir une grosse charrette. Il tait vident qu'il avait maintenant enlever la terre et les autres dbris en mme temps que les matriaux plus Il y en avait un amas qui s'tait boul et. avait pris la place des pierres mesure qu'il retirait celles-ci. Il fallait donc trouver le moyen de. transporter cett e suhstanoe meuble et friable dans le puits, comme il avait fait du reste; car il tait de premire importance de tenir le passage libre. Le seul .rcipient qu'il possdt, capable de servir de ( brouette ou de civire, tait son chapeau. c'tait 'un chapeau de feutre mou; en rabattant les bords, il en augmenta la capacit de prs du double. Il remplissait le chapeau tant qu'il pouvait, le pre nait solidement deux mains et allait reculons jus qu' la chambre du puits, o il le versait; puis il revenait au tas et rptait l'opration. Mthode sre, sans doute, mais d'une lenteur qu'il es.t facile d'imaginer 1 C'tait d'ailltmrs '1a seule qui ft sa disposition Dans le commencement, il comptait ses voyages, aller et retour. Mais au bout d'un oertain temps, il s'embrouilla dans ses chiffres et cessa. Seulement, il eut la sensation d'aller et de venir rtemellement quatre pattes, tantt en arrire, tantt en avant, dans tte galerie troite et basse, o il ne pouvait pas se 'mettre debout. Son panitalon et son caleon s'taient vite uss et dchirs rpar le frottment, de sorte que ses genoux nus ltaient en contact direct avec le sol de la galerie; mais i1 n'y faisait pas attention. Sa seule pense tait lle de la dlivrance, de s'chapper de t horrible lieu. En travaillant, il se figurait la maison s'croulant dans les flammes, au-dessus de sa tte. Il voyait par l'imagination l'arrive des pompiers, trop tard pour sauver le btiment qui avait, sans dout e t s oigneusement arros de ptrole avant qu'on y mt le feu. Il voyait le toit s'effondrer, les muraille.s s'incliner et chanceler, avant de s'crouler avec brmt dans la fournaise flamboyante, et il ne pouvait s'em pcher de se demander oe qu e les pompiers pense raient et ce cp.J.:'ils feraient s'ils pouvaient se figurer qu'une crature humaine, nommment Nick Carter tait emprisonne dans un puits troit, au-dessous de la ,cave d e cette maison en flammes.

PAGE 24

; \ Un .Matre du Crime. Z3 Il 'travaillait depuis beaucoup d'heures, il ne savait pas combien. Dj, la chambre du ipuits commenait tre pleine d!Ol pierres de dbris. Pourtant il ne jetait pas au hasard les matriaux qu'il apportait dans cet espace restreint. Il faisait 13a besogne systmatiquement. Il empilait rgulirement et le plus c-0mpaeternent possible les pierres aubour de la chambre qui, comm e nous l'avons dit, s'largissait la base; puis il dposait tout ce qu'il pouvait de terre et de matires molles derrire et entre les pierres, remplissant les moindres creva,c;ses let fissures; enfin, lorsque tous les interstices furent combls de manire ne pouvoir rien contenir de !plus, il en,tass .ait la terre part et la foulait avec ses pieds de manire [ui faire ltenir moins de place. Il n'avait aucun moyen de s'assurer combien il en avait mis, ni surtout combien il en avait encore mettre; mais son inquitude grandissante tait que l'espace ne ft insuffisant contenir ce qu'il lui fau draif enlever de dblais. Sa figure et s.es mains taient barbouilles de sueur, tle terre iet Ide sale ts de toute s orte. Ses clreveux taient emmls et comme feutrs par la poussire et les dbris qui y tombaient. Ses mains, ses doigts, ses genoux travers les dchirures de ses vtem e nts, taient pleins de contu sions et d'corchures d'o sang sortait. Avec un courage indomJlltable, il continuait sa besogne. Aprs des heures des heures d'un effort constant, sentant presque tmort de fatigue, il s'.rrta pour !prendre un peu de repos et rflchir. Il sentait que l'air devenait pais et lourd et il craignait que le moment ne ft pas loin o il lui manquerait tout fait et o l'asphyxie mettrait fin la source de son nergie et de ses efforts, le contraindrait cesser tout travail. Il comprenait parfaitement bien qu'il n'aurait pas pu r sister aussi loogtemps, si la terre qui obstruait la galerie n'avait pas t mise l tout rcemment, et n'avait pas t non-seulement are, mais encore assez peu tass e pour qu'une quantit considrable d'air pt circuler ientre ses parcelles et pntrer jusqu'au lieu o s'vertuait l'enterr vivant. Mais cela ne poovait continuer indfiniment. 11 !ne se dissimulait pas que sa consommation d'air tait sensiblement suprieure fa quantit qui pouvait en arriver a.ans la galerie. Il ne lui restait donc plus beaucoup de temps utiliser. Cet air frais allait lui manquer complte ment et il se trouverait oblig de s'arrter parce qu'il ne pourrait plus respirer. D'un autre ct, il craignait de tomber de fatigue et d'puisement, s'il s'obstinait persvrer dans son effroyable labeur sans prendre quelques instants d e repos Cet puisement tait tel qu'il lui semblait tre dans un songe, les yeux grands ouverts, le regard fixe et absent, les mains inertes dans cette terre qu'il croyait remuer. Et dans cette somnolence insinuante et domina trice du oorps, l'imagination vagabondait. Elle vaga bondait au grand soleil. Les fleurs s'panouissaient sur le chemin; les oiseaux chantaient; il entendait le tintement des cloches, qui sonnaient pour une fte. Il tendait les bras, dans un mouvement irrsistible, vers l'clat du soleil, le chant des oiseaux, le coloris parfum des fleurs, le tintement des cloches pour reoonnatre avec .un frisson qu'il tait dans une prison tombeau! Et, aprs cette chute du rve la ralit, le dsespoir envahissait l'homme nergique qui avait si souvent regard en face et sans peur la mort et les plus terribles dangers, au point qu'il lui fallait se tenir quatre pour ne pas succomber et s'abandonner tout fait. Cependant Nick Carter ragit rsista. Il savat qu'il tait perdu s'il se laissait aller cet accs de faiblesse. Il voulait, il devait tre fort... Non, mille fois non, ce tas de terre encore d e vant lui ne le sparerait paJs: j a mais de la vie et des vivants 1 ... Il passerait au travers. C'tait sa volont et c'tait son devoir. Et, avec cette rsolution d'airain, Nick Carter reprit S 'On fabeur extnuant. Si j'avais seu1ement une .barre de fer 1 pensait-il. Qui pourrait s'imagin e r la val eur d'une simple barre de fer dans des c.irwnstances comme celles-ci?... Le trou du puits va tre tout l'h,eure si plein que je ne pourrai plus rien y faire entrer ... Eh bien! Qu'est-ce que cela fait? Il ne sera plein que quand il le sera, aprs tout, .et je ne vais pas m'amuser chercher des sujets d'inquitude 1 J'ai assez d'ennuis sur les bras sans m'en forger d'autres, ou sans anticiper sur ceux qui peuvent me venir par surcrot. Voyons l S'il y avait ici un bon verre de bonne eau claire, qu'est-ce que je serais dispos payer pour l'avoir, lein ce moment? Ma foi 1 j'irais bien jusqu' cinq chiffres, !S'il se trouvait tun amateur pour me l disputer aux enchres, c'est sr. Un verre d'eau frache l Quel bien a me ferait l Rien que d'y penser, a me ragaillardit. Allons 1 Au travail, Nick, et ne perdons pas courag-e l Pourquoi le perdrais-je? Vais-je oublier que j'ai t dans de plus !mauvais pas que a? .. pas beaucoup plus mauvais pourtant, j'en jurerais l Il projeta la lumire de sa lantern-e sourde sur la masse qu'il tait depuis si longtemps en train de dmolir. Hol! s'cria t-il. V il une pile de pierres derrire ce tas de terre et d'ordures -1111i a l'air d'avoir

PAGE 25

\ \ 1 24 Un Matre du Cr i me. t soigneusement difie la main. S'il en est ainsi, c' est que je suis arriv prs de l'autre ct de l'obs tacle. Au travail, Nick 1 mon vieux, au travail! Avec une vigueur renouvele par la perspective d'un succs prochain, il attaqua de nouveau l'amas de terre. Lorsqu'il eut mieux mis doouvert les pie rres symtriquement empiles qu'il venait de rem a r quer, sans se donner cette fois la peine de porter le s dblais dans rre tr o u, mais len les jetant s im plement derrire lui, il lui sembla qu'il respirait avec plus d'aisance et de rgularit. Sur mon me, je 1 crois qu'il vient de l'air les interstices de ces pierres! imurmura-t-il. Si c'tait vrai! ... Ce serait la :fin, et je n'en !Serais V'raiment pa s fch. Celte pense ranima son espoir. Toute sa r se rve
PAGE 26

Un Matre du Crime que cette seconde maison tait le domicile d'Isaac Meadows. En mme oomps que cette ide, il lui en vint une autre 1 q ui le fit s'arrter brusquement. Il prit sa lampe et sa lumire examina la vote de terre au-dessus de [ui. Ses prvisions ne le trompaient pas: il dcouvrit tout de un fil isol qui oourait le long de la galerie. Le fil du tlphone, murmura-t-il. a devait tre: Ce tunnel conduit l'autre maison, aussi sr que je suis chose tonnante! __,__ encore vivant l'heure qu'il est. Il s'tait remis marcher; mais les ides s'engen draient rapidement dans son cerveau, et, sous l'in fluence d'une nouvelle rflexion, il s'arrta encore plus brusquement que la premire fois. Il dit tout haut, -!On a vu que ces aparts haute voix lui habituels et lui jouaient mme par fois de mchants tours : -:Je me si, par hasard, ils n'auraient pas bouch cette extrmit du tunnel comme ils ont fait l'autre? Je me demande si je vais avoir refaire tout ce tmvail une seconde fois? Mais il secoua la tte. Non, a ne se peut pas; fit-il; car, si c'tait vrai, il n'y aurait pas ici tout ce bon air que je respire et qui me rconforte. En tout cas, je serai bientt hors d'inquitude ce sujet; car, si je suis un peu ca pable de juger des distances, je ne saurais tre trs loin de la maison en ce moment. Ds lors il oontinua d'un pas actif son chemin sans plus s'arrter, jusqu' ce qu'il s e trouvt en face d'une massive porte de chne occupant la largeur du tunnel, et tenue en place par des pierres et du ciment. La 'porte :tait ferme clef, mais. il y avait un trou de serrure, et Nick Carter aimait dire qu il n'avait jamais vu ide trou de serrure par lequel il ne pt passer. On oomprend qu'il voulait dire qu'ave c son rossi gnol il pouvait, dans tous les cas, en venir bout. Il prouva la vrit de son affirmation une fois de plus dans cHte circonstance, car il lui fallut peine une minute pour faire jouer le pne de la serrure, ouvrir la porte, en franchir le seuil et la fermer d e rrire lui. Sa Janterne lui montra qu'il tait entr dans une autre cave, latralement cette fois, et non par une trappe dans un plancher. Une chose le surprit beaucoup, c'est qu'on ne paraissait avoir fait aucun effort pour dissimuler l'exis tence de cette port e Elle tait l, entirement expose la vue de quiconque entrait dans la cave, cette lourde porte de chne garni e de quan t it de clous, boulons e t autres ferrures. Evidemment, c'tait une porte faite pour rsister une attaque mais pas la sienne. Il regarda de nouveau sa montre. Sept heures et demie, fit-il rveur. Il est temps qu'on bouge l-haut, de moi; si tant est qu'il y ait des gens l haut, ce d ont je doute. D'ailleurs, je vais m'en assurer. Il trouva l'escalier sans difficult et le monta. La porte en haut n'tait pas verrouille; il l'ouvrit avec prcaution et pntra dans le rez-de-chausse de la maison. Tout tait noir et muet. Il couta pas un bruit d'aucune espce ne lui parvint. Il jeta un coup d'il autour de lui, et il se con vainquit que la maison n'tait pas habite. On n'y voyait pas un meuble; le fourneau de la cuisine mme avait t enlev. Je me souviens .maintenant, pensa-t-il, que cette maison est presque en ruine. Indubitablement c'est ici qu'Isaac Meadows s'est cach. Carruthers a eu grand soin de ne jamais en approcher; oe qui lui a t facile avec les moyens secrets de oommunication dont il disposait; et il n'a par consquent, jamais attir l'attention sur elle. Meadows aurait pu rester ici jus qu' ce que ses os pourrissent, en pleine scurit, parfaitement l'abri de la police, en tout cas, car ja mais aucun policier n'aurait pens venir l'y chercher . Ce Carruthers est vraiment du petit nombre des coquins dont on peut apprendre quelque chose. Nanmoins, et que parfaitement convaincu part lui qu'il n'y avait plus personne dans la mai son, Nick Carter ne renona pas la visiter, non plus qu)l ne se relcha de ses prcauons Il est possil;ile la rigueur, se disait-il lui mme, que Carruthers et Meadows, se croyant tout fait certains que je ne pourrais pas m'chapper du puits, sient revenus ici. Et dans tous les cas, ils peuyent avoir laiss des choses intressantes, des in dicahons prcieuses qui m'aideront les retrouver ailleurs. Veillons donc au grain. Mais, n'importe quel prix, il me faut un coup d'eau, et tout de suite. Il alla l'vier, et tourna prudemment le robinet. Il le tourna graduellement et lent e ment, de ma nire faire couler l'eau sans bruit; puis av e c cette patience .. que lui ;avait donne une longue et dure exprience; il attendit qu'elle vint fra che et froide. Il y avait une vieille tass e sur une planche devant lui. Il la lava avec un soin scrupuleux; aprs quoi il la remplit, la porta ses lvres et but lentement. Y eut-il jamais au monde ri e n de si doux que cela? se demandait-il mentalement. Il s'accorda une seoonde tasse, qu'il but aussi l e ntem ent; m a i s il dcida que cela lui oguffirait.

PAGE 27

26 Un Matre du Crime. Il se trouvait grandement ragaillardi, et redevenu presque Jui-mme, sauf que ses muscles taient las et douloureux la suite de leurs efforts pr, olongs. S'tant ainsi restaur autant qu'il pouvait le faire dans Jes oonditions o il tait, il traversa le rez-de chausse pour aller prendre l'escalier du premier tage. Il le monta avec un soin extrme, ayant l'attention de 1placer ses pieds prs de la balustrade pour viter les craquements qui auraient pu le trahir. Il arriva ainsi au premier palier, qui tait celui du Il avait ferm sa lanterne lectrique, de sorte qu'il se trouvait dans une obscurit complte. Mais il se rappelait parfaitement la disposition de l'autre maison, et il tait persuad que celle-ci en tait la copie exacte, puisqu'elles taient exactement sem blables l'extri eur, raisonnement qui n'a rien d'absolu, mais qui, dans l'espce, ne le trompait pas. Au haut de la vole de marches, il s'arrta pour couter. Ses pieds, qui foulaient le parquet nu, lui dirent l'absen ce de tapis. Ce dtail et le dnment de la cuisine l'autori saient penser qu'il n'y avait aucun mobilier dans la maison, except peut-tre dans la chambre qu'avait occupe Isaac Meadows pendant le temps qu'il se cachait l. Il s'avanait prudemment ttons. Il ne jugeait pas sage de se servir de sa lumi re, et les fentres, qu'on avait, depuis que la maison tait inhabite, aveugles avec des plan.chies, ne laissaient rien filtrer de la lueur du jour. Il fit ainsi le tour de la cage de l'escalier et arriva sur le devant de la o il prit la vole de marches allant au s eoond tage. Je vais monter jusqu'en haut et ferai ma visite domiciliaire en descendant, pensait-il. De cette ma nire, s'il arrive quelque chose, j'aurai toujours l'avan tage de la position. Mais le destin ne v oulait pas qu'il ft oblig d'aller jusqu'au grenier de la maison. Il tait arriv s.ur le palier du second tage et il passait devant la porte de la chambre alcve, sur le devant, lorsqu'il i:;'arrta soudain, trs attentif. Il attendit un moment, puis fit un pas vers la porte, contre laquelle il appliqua doucement son oreille. Non, il ne s'tait pas tromp tout l'heure. Il entendait nettement des voix qui murmuraient de l'autre ct de la porte; mais le murmure tait si bas qu'il ne pouvait distinguer si ces voix taient mascu lines ou fminines. Il fallait pourtant savoir quoi s'en tenir avant de se dcider ce qu'il fallait faim. Il couta avec un redoublement d'attention. Tout d'abord, il n'tait pas sr qu'il y et deux voix; mais au bout d'un moment, il se convain quit que deux personnes taient dans la chambre e t causaient se parlant, pour ainsi dire l'oreille. Si vous ne pouvez pas traverser, faites le tour l se dit-il avec un sourire ironique Il s'carta de la porte et se dirigea vers la chambre de derrire. A la porte de cette chambre, il couta encore Lorsqu'il fut convaincu, aprs une pause assez longue, qu'il n'y avait personne l, il tourna lentement le bouton de la porte en exerant une'. forte pression dessus, de haut en bas, pour viter tout grincement. La porte n'tait pas ferme clef: elle cda, et en un clin d'il, il l'avait pousse et en avait franchi le seuil. Il savait qu'il y avait, ou qu'il devait y avoir, des portes de communicat ion entre les chambres de derrire et oelles de devant. Il se demandait comment il 1es trouverait dans l'obscurit sans faire de bruit, car il ne fallait point songer se servir de sa lanterne, dont la lumire, filtrant sous les portes, aurait dcel la prsence d'un curieux. Nick Carter s'tait tellement habitu aux tnbres qu'il oubliait qu'au-dehors il faisait dj grand jour. Les fentres de la chambre o il entrait en ce mo ment n'taient pas aussi compltement aveugles par le garniture de planches que celles de l a partie in frieure de la maison. Des morceaux de ces planches avaient t briss et arrachs, et le jour entrait assez abandamment paJ ces dchirures. Ce fut comme une illumination aux yeux de Nick Carter, si longtemps plongs dans le noir. L'effet et t tout autrn s'il tait sorti de la rue ensoleille -car cette journe tait aussi clair e que la veille avait t sombre, pour entrer dans cette chambre; c'est peine s'il y aurait vu assez pour se conduire. Mais aprs la nuit qu'il venait de passer dans la galerie dont l'obscurit s'tait continue aux tages infrieurs de la maison, il tait oomme bloui par l'clat plus que douteux de ce demi-jour. D'un coup d'il il s'assura qu'il avait devin juste, c'est dire qu'il y avait une porte de communi cation entre les deux chambres. Le murmure plus lev des voix qui parvenail ses .oreilles, lui dit, en outre, que oette porte de oommunication, si elle n'tait pas ouverte, tait du moins entrebille. Bon l pen.sa-t-il. Si c'est par hasard Carruthers et Meadows, il va se passer quelque chose ici tout l'heure. Je suis un peu fatigu, mais je ne serais pas trop tonn si je russissais mettre solidement le grapin sur ces gaillards-l. Il se retourna, et, ave c autant de sin qu'il l'avait ouverte, il referma la porte de la chambre. Puis, ttant si ses armes tai e nt pirtes servir il se dirigea vers la porte communication.

PAGE 28

Un Matre du Crime. 27 Deux compres. Il y avait une sorte de passage entre les deux pices, ou plutt chaque pice se terminait l en une sorte .de renfoncement o tait install un la vabo, avec une porte coulisse entre les deux, de sorte que cette porte mitoyenne tait spare de cha cune des chambres proprement dites par un espace d'environ six pieds. La pode tait demi ouverte, et chaque pas que Nick Carte r faisait de ce ct, il distinguait plus nettement les voix. Il isavait positivement ds lors que c'taient des hommes qui parlaient; mais il n'tait pas encore ca pable de saisir les mots de leur conversation, ni de reconnatre qui les v.oix appartenaient. Il tait arriv devant la porte ooulisse entre les deux lavabos, qui restait, comme rious l'avons dit, demi ouverte. Il examina attentivement !'.ouverture et finit par se convaincre qu'en y mettant beauooup de prcau tion, il pourrait russir s'insinuer par l sans faire de bruit. Il tait rsolu savoir, tout prix, quels taient ceux qui taient l et de quoi ils taient en train de causer. Une fois qu'il crut possible son passage d'une chambre dans l'autre, il ne perdit pas de temps l'excuter. &ut.onnant ,bien son veston de haut en bas, il se redressa de toute sa hauteur, et se fit par l aussi mince qu'il le pouvait. Puis il ,aborda l'ouverture de ct et obliquement; trs lentement, pour que les boutons de son vte ment ne rclent pas la porte et ne trahissent pas sa prsence, son oorps s'introduisit pouce par pouce, de sorte qu'il se trouva finalement libre de ses mouve ments de l'autre ct, sans que le moindre bruit et veill un soupon chez les deux hommes qu'il vou lait surprendre. Cette chambre, isur le devant de la maison, tait plus claire que celle d'o venait Nick Carter; mais le renfonoement du lavabo, dans lequel il se tenait, tait tout fait obscur. Il is'y iarrta, hsitant allonger la tte pour re garder dans la chambre, de peur que les deux hom mes, tant tourns dans sa direction, ne le dcouvris sent. Mais,' du moins, il pouvait les entendre trs dis tinctement, et ds les premiers mots qui lui parvinrent, il sut non-seulement qu'il tait' en prsenoe de Car ruthers et de Meadows, mais que ces deux ooquins discutaient librement et sa.us sous-entendus leurs plans pour l'avenir. Une odeur lila fois douce et piquante qui lui chatouilla agrablement le ne z en lui faisant venir l'eau la bouche, lui apprit en outre que les deux oomplices se donnaient la joie de fumer des ciga rettes de tabac turc. Au moment mme o il commena distinguer leurs paroles, Isaac Meadows prononait son nom, en exprimant un dsir dnu de charit, mais trs sincre de sa part. Je voudrais bien savoir positivement que Nick Carter .est mort, disait-il. Carruthers se mit rire, ou plutt ricaner en sourdine. S'il ,n'est pas mort l'heure qu'il est, vous pou vez parier gros qu'il ,ne s'en coulera pas beaucoup d'autres avant qu'il le soit. C'est gal, j'aimerais tre tout fait sr. -Sr l Qu'est-ce qu'il vous faut pour tre sr? Supposez-vous qu'il puisse vivre l en dessous, quand mme aucune de mes balles ne l'aurait touch? Qu'est ce qu'il va faire sans eau boire, sans nourrit'llre manger, sans air respirer, je voudrais bien le savoir? Qu'est-ce que vous feriez vous, farceur de Meadows? __.: Je mourrais, c'est acoord, Morris. Tout de mme, je donnerais sans regret mille dollars pour avoir la vue de son cadavre. Eh bien l si le cur vous en dit, vous n'avez qu' aller creuser dans tas de cendres chaudes qui fut nagure une maison, et soulever la trappe du cellier, vous en aurez la vue. Il est l. C'est ce que j'aimerais savoir, qu'il est vri tablement l. Comment, au nom du tonnerre du bon Dieu, pouvez-vous vous Attendre qu'il en sorte? Je ne m'y attends pas. J'ai simplement peur qu'il ne russisse s'chapper. Eh bien l n'ayez pas peur, il ne le peut pas. Il pourrait creuser travers cette masse de pierres et de terre qui est dans la galerie souter raine, et se frayer ainsi son chemin droit cette maison. Meadows, perdez-vous votre calme bon sens? J'espre que non, et quelquefois il me semble que je le perds en effet. Eh bien l laissez-moi vous dire oeci : si Nick Carter avait les outils ncessaires, il ne pourrait pas percer le barrage de la galerie en une semaine. Etes vous satisfait maintenant? Je vais tcher de l'tre. Alors revenons aux affaires. Je croyais que c'tait rgl. Pas tout .fait. Il se peut que vous soyez oblig de quitter le pays; mais moi, je ne le suis pas et je n'ai pas envie de m'en aller tout de suite. Je resterai ici et je surveillerai un les chooes, gnralement parlant. Supposez qu'on .se mette; pour une raison ou pour une autre, creuser sous les ruines de cette maison, et qu'on trouve les corp$ dans le trou du puits, qu arriverait-il?

PAGE 29

28 Un Malre du Crime. Le Diable soit de vos suppositions 1 Qu'avezyous besoin de supposer une chose comme celle-l? -Ehl a peut arriver. a n'arrivera pas. Supposez pountant que a arrive, insista Mea-dows. Le chef de la police s'abattrait sur vous en moins d'une sacre minute. Oh! bien, j'en cours les chances. D'ailleurs j'aurai l'il sur la vieille maison brle. Si je vois un signe quelconque d'excavation en projet, je me donnerai de l'air. -Mon avis est que !'Inspecteur vous recherchera dans tous les cas. Pourquoi? Quelle raison? Lafont ne se montrera pas, c'est trop naturel. Naturellement aussi l'inspecteur sera curieux de sa voir ce qu'il est devenu. Naturellement. Et probablement il vous enverra chercher et vous posera la question. -La belle affaire!... Je lui dirai simplement que je ne 13ais pas. Et ce sera tou t... coutez-moi, mon cher ami! Quand mme on retrouverait les deux morts aujourd'hui mme, que m'importe? Officielle ment je suis rentr cette nuit un peu avant une heure mon appartement de !'Ondine, et j'y suis encore en ce moment, plong dans un profond som meil, comme le jureront l'employ de l'ascenseur et chacun des garons de l'tablissement; car aucun d'eux ne sait par quel moyen unique j'entre chez moi et ,en sors comme je veux, sans tre marqu. Or l'incendie de la maison a clat bien plus tard ... Est-il possible de rver un meilleur alibi? ... L'Ins pecteur McClusky peut m'envoyer chercher. Je suis de ti.ille lui rpondre. Et la comdie de colre indigne que je lui jouerai suffira pour empcher toute sa stupide bande d'agents, en uniforme ou dguiss, de m'inquiter l'avenir... Ne vous tour mentez donc pas inutilement mon propos. Voil Nick Carter de ct, et oola vaut mieux pour moi que la conqute d'un royaume ... Je n'avais qu'un homme redouter dans cette ville, Nick Carter. Maintenant qu'il est cart de mon chemin, je suis le matre incontest de New York, et je saurai lui faire payer un tribut plus lourd peut tre qu'il ne lui serait agrable, con clut-il avec un rire du r et provoquant, en s'allon geant dans son fauteuil. Possible, Morris, que !'Inspecteur soit plus fin que vous ne pensez. Btises! Et qu'il en sache plus que vous ne pensez aussi. Zut 1... Allons d onc, Ike Je voudrais vous voir reprendre votre nergie. Vous en aviez autant que pas un mais depuis quelqu,e temps on dirait que vous avez tout perdu. Vous n'avez p a s flanch qua nd vous avez frapp le gardien et qlle vou:;, l'avez jet l' e au. Vous n'avez mme pas flanch quand j'ai tu Lafont; vous lui avez log une seoonde balle dans le corps, pour plus de sret. Vous n'avez pas flanch quand vous tes all la banque chercher ces cinquante cinq mille dollars; vous tiez froid comme une couleuvre ... plus froid que moi. J'avais mon nergie .sur moi, ce matin-l Et vous aviez raison. Que ne l'avez-vous aussi sur vous maintenant 1 la reprendrai, sans qu'il erfmanque rien, des que Je serai hors de oette ville maudite. Croyez-vous que Mexico vous conviendra mieux? Je l'espre. Je voudrais seulement vous voir consentir y aller avec moi. y voil Ne v?us ai-je pas dit que Je ne voulais pas m en aller, mamtenant du moins? Je vais rester ici et voir si Carter revient la vie. Par les puissances clestes! Med, vous avez manqu quel chose de rare en ne voyant pas le coup de poing qu'il m'a brusquement envoy distance. Je croyais que je le tenais ma discrtion. J'tais sr de le tuer et j'allais tomber -sur lui comme un tombereau briques, quand... zip 1 une balle m'enlve net mon pistolet de la main et le lance travers la chambre. Ce fut comme un grand coup de marteau dont mon bras resta engourdi. J'ai entendu dire que c'est un fameux tireur. Fameux tireur!. .. Srement, je peux le dire. Il n'avait rien dans la main, et d'o venait le pistolet don t il s'est servi et o il alla aprs qu'il s'en ft servi, c'est plus que je n'en puis raconter. Dans sa manche, probabl e m e nt. Certainement; mais comment, et quand? Je peux jurer que je ne l'ai pas vu; je l'ai senti voil tout. a vous a rabattu le caquet, tout de mme, Morris? Un peu. a m'a fortement espatrouill, si vus savez ce que le mot signifie. Et maintenant Med, re venons nos affaires. Trs bien 1 J'y suis tout dispos. L'Oriz aba pait du bas de Wall Street trois heures cet aprs-midi. Il faut que vous partiez avec Cette ville-ci est vraiment trop chaude pour que vous y restiez, en ce moment du moins. D'ailleurs, vou s le savez mieux que personne. Et, ce qui nous touch e encore plus directement, vous et moi, je ne peu x mme plus me livrer cette assommante distraction de vous porter des choses manger et boire, .main tenant que l'autre maison est brle et que la g aleri e est bouche. J'en suis d'accord avec vous dj. Que voulez-vous de plus? Je veux que vous me laissiez ving.tc inq su r ces cinquante cinq. J'en ai besoin dans m o n c om merc e comprenez vous? --'-"""

PAGE 30

.., Un .Matre du Crime. 29 Parfaite ment. J'ai con se nti cela aus si. Il est cl a i r, d' a ill eurs, qu e j e n'a i p as d e ch o ix, et qu e j e d o i s da n se r vo tre flte. Et m a intenant, quoi en core? -.T'ai un tas chos es ici pour vous d guiser parfaite m ent bi e n. Nous allons nous mettre l' uvr e t out l'heure, e t vo us .arranger des pieds la tte d' u ne manire duper N i c k C a rter lui-m me. Le Diabl e emporte Ni c k Carte r! D e tout m o n c ur, mon vieux!. . .Maintenant il faut calc ul e r notr e temps de telle s o rte que vous a rri v i e z la j ete d'o p art !'Orizaba juste une mi nute avant qu'il lve i'ancre. Vous ire z seul sur la jet e et v ous passere z directement bord du steamer. 11 sera itemp s e n core d e payer vo tre passage qancl l e stew ard fera sa tourne pour as s igner les pl ac es tabl e Sr! Vous pourre z lui dire que V'OUS tiez si en retard en arrivant la j e t e que vous n'av e z pas eu le temps d e prendre un billet ; que vous v ous te s d c id partir juste au d e rnier mom ent, et un tas d'aut r e s chos e s : semblabl e s que vo us tes parfaite m ent capab l e de trouv e r tout seul.. Dites-moi Med vous p ourriez o r g anis e r une p e tite partie qui en vaudrait la p e i n e p endant l e p a ssag e J e n'ai pas l'id e que je g a gn e rais aujourd'hui, q and m me j'aurais l e s mains pl e in e s d'atouts. Va donc 1 Dans qu elle vene tt e v 9 us tes, h ein! ... Voyons, maintenant, o est l'argent? Nous pourrions aussi bi e n l e comp te r tout d e suite et rgler a. V ous tes pre s s je vo i s 1 Non m a i s nous n'aurons pas d'autre oc ca-s i o n de n ous voir en sret avant votre d p a rt. L e part a g e doi t se faire mainte nant. Moi, je suis tout pr t; estce que vous n e l e s eri e z pas? Si. P r e nez l'argent. O est-il? Dan s l e bureau l-b a s le tiroir du haut, env elopp d a ns du pap i e r brun. -Je le prends ? Oui si v o u s voulez Autant en finir s ance tenante j e p ense. cou t ez-moi, Ivfod. Vous savez que j'en agis ca rrm ent et correc tement ave c vous Je n e prends qu e c e que vous m'av e z propos vo us-mme. Et l'ail le urs, quand vous s e rez Mexi c o ces trent e mille se -gonfl eront e n s o ixante mille en une minut e. Je ne rue pas dans les brancards, Morris Allez y de bon cur 1 Comptez votre part d e la monnaie. Je vous e n d onne r a i dix mille d e plus, si vou 3 voulez venir Mexi c o av e c moi. Pas encore, Med J'irai vous rejoindre plus lard c omme je vous l'ai promis; mais j e ne veux pas partir m a in t enant. C 'est une affaire rgle. Allons c'est bi e n! Prenez comptezJe. Je n e Y-QllS p resserai pas dav a nt age Carruth e rs se leva de son sig e et alla v e rs le bmeau qui tait du c t oppos d e la c hambr e Pendant c e mou ve ment, Nick Cart e r s e r e cu e illi t et ramassa ses for ces pour la lutte qu'il a v ait rs o lu d engag e r . E t comme Carruth e rs arrivait au milieu de la chambre, l e d tectiv e sortit de sa cachett e et se campa e n face d e lui. Bonjour messi e urs dit-il. Je suis fch de vous interr o mpre. Je regrette, l, r ell e m ent 1 L e diable dans l il. C a rruth e r s se vantait volonti e rs oomm e le fai s a i t son fr r e Livingston e lon g temp s avant lui de n' t re j a mais pris hors de s es gardes, mais, pour une foi s, cette ass e r t ion dans la ciroonstance prsente, se trouva fauss e En aperoevant Nick Carter debout d evant lui, ay a nt dans s e s main s deux revolvers dont Fun visait sa propre tte et dont l'autrn tait braqu sur Meadow s qui n'avait pas quitt son sige Carru t hers poussa un grand cri et sursauta e n arrir e, prn s que comme s i une balle l'et d j frapp. Peut-tre l'aspect extri eur du dtective tait il pour quelque chose dans oet effroi. Il est mme qu'au premi e r abord et p e n dant un bref instant il crt que c'tait un sp ectre qui se ten a it devant lui, quoiqu'il ft bien sal e et bien noir pou r un spectre Nic k Cart e r tait couvert de terre et d'ordur e s de la tte aux pieds .. Il y en avait plusieurs cou c hes sur son visag e, ses mains en tai ent pl eines au point qu'on ne voyait plus v e stige de la couleur naturelle de la peau Son v e s t on, il est vrai, n'tait pas en aussi mau vaise condi tion que le r e ste de ses vtements mais comme il avait fallu le traner le long du sol e n r a mpant d ans le tunnel, il s'en fallait qu'il ne ft immacul Soh pantalon tait lui seul un spectacle. Les genoux en taient oompitement arrachs, et autour des trous l'toffe pendait en lambeaux dchi que t s et effiloqus D e puis la ceinture jusqu'au bas d e s jambes y c o mpris le fond, il tait e x actement de la oouleur de la terre travers laquelle son propritaire avait travaill avec tant de peine et d'obstination Sur le fond de salet dont les mains de Nick Carter taient teintes, il y avait des tranes de sang aux endroits o il les avait dchires aux artes v ives d es pierres qu'il d c haussait et arrachait, et il y avait aussi des filets de sang sur son visage, qu'il y mettait ) o rscpl'il en ess uyait l a s u eur d e s es m a ins bless e s

PAGE 31

30 Un Matre du Crime. En un mot, tel qu'il tait l, debout devant les deux criminels, braquant sur eux ses revolvers infaillibles, il n'avait pas ce qu'on appelle un air engageant, et vraiment son extrieur et sa physionomie ne pro mettaient rien de bon cette paire de coquins qui se trouvaient si malencontreusement surpris. Mais si Carruthers avait t interloqu et effray un instant, il ne fut pas l r ong se ressaisir; son in solence incomparable lui revint tout entire, aprs ce premier et unique cri de consternation. Sur ma vie, c'est Carter 1 s'cria-t-il tout fait du mme ton qu'il aurait pris s'il avait t ravi de la rencontre. Carter, mon cher ami, je vous revois ... oomment allez-vous? Safoment 1 rpliqua Nick laconiquement. Est-ce possible? Rellement 1 Comme cela jure avec votre ordinaire, n'est-ce pas? Et cela aprs toute la peine que j'avais prise pour vous accommoder si douillettement 1 Laissez cela, Carrnfers l dit Nick schement. Mettez vos mains au-dessus de votre tte, ou je vous troue la peau. Et V9US aussi, Meadows. Les deux hommes obirent sans observation. Ils qu'ils avaien,1! faire tun h:Omme qui ne supporterait plus la plaisanterie. Rellement, Carter, dit avec un accent tranant Carruthers en levant les mains pour excuter l'ordre, c'est une position des plus incommodes, savez-vous? Nick grimaa un sourire travers les couches de cr a sse dont son visage tait enduit. Je vous mettrai dans une position fameusement plus incommode enoore, si vous essayez de les baisser, dit-il. Vous pensiez que vous m'aviez enterr, ainsi que votre victime, le pauvre vieux Lafont, n'est-il pas vrai? Aussi sr que vious tes n un jour ou l'autre, Carter, c'est ce que je croyais rellement avoir fait. Je vous en prsente toutes mes excuses, croyez-le bien. -Eh bien l vous voyez que je suis assez vivant malgr les assuranoes que vous donniez votre ami que j'tais mort. Oui vraiment, je le vois. a me chagrine ter riblement mme. Oui, en vrit .. Gomment tes-vous sorti? J'ai creus. Rellement? Comme c'est surprenant l Un joli petit arrangement pour vous, cette gialerie, n'est-ce pas? Seulement vous l'avez comble un peu trop tt. Oui, c'tait commode. Je voudrais maintenant avoir fait le barrage un peu plus fort. Sans doute. Dites-moi, Carter, est-ce que a vous ferait quelque chose, que je me retienne ce lustre? Il sou tiendrait mes mains, car je suis dans une position diablement gnante, l, rellement Si vous b01Igez Carr'uth'ers, je vous tue sans le moindre remords. Comprenez-vous a? -Eh oui 1 a parat tout fait clair. En bien, ce que je dis, je le fais. Vous n'aurez de moi aucune considl'a\tion quelconque, et vous n'aurez pas davantage une chance quelconque de faire une brche de trouver un jour vers la libert. Ainsi ne vous fatiguez pas la cervelle y penser. Vraiment, vieux camarade, c'est infiniment trop de 1bont de votre part de me soulager l'esprit ce sujet. J'tais justement en train de considrer comment cela pourrait se faire. Essayez, et vous verrez comment cela se fait. Hum 1 Tirez-vous aussi bien avec ces pistolets qu'avec iJ.es autres? Tout :aussi bien... Meadows? En bien 1 quoi? fit Meadows d'un ton bourru. -A vez-vou.s un pistolet dans votre poche ? J'en ai deux, si vous voulez le savoir. Je seulement pouvoir les atteindre et en faire l'essai sur vous. a suffit. Nous n'allons pas nous dire des in jures dans cette entrevue. -En :aucune faon, intervint Carruthers. Soyons harmonieux, dfaut d'autre chose l Maintenant, Meadows, fit Nick, dans quelles poches sont vos engins ? L',un est dans la poche droite de mon pantalon, l'autre l'intrieur de mon veston. Trs bien l Debout, et reculons jusqu' moi, ioi 1 Pourquoi? Faites ce que je vous dis, et pas de questions. Je veux ces armes. Ne baissez pas vos mains d'un pouce, ou je vous envoie une balle au-travers du corps. C'est bien. Allons, maintenant, reculons jusqu' moi, ici 1 Meadows obit parce que c'tait la seule chose qu'il pt faire. Lorsqu'il fut assez prs du dtective, celui-ci avana une main et retira le pistolet de sa poche de pantalon. a va bien jusqu'ici, dit-il. Maintenant, de quel ct de votre veston est l'autre pistolet? Du ct droit. Trs bien. Baissez la main gauche et prenez-le. Prsentez-le moi, la crosse la premire, par dessus votre Si vous essayez de me jouer un tour de singe, il vous en cuira. Vous oomprene z a, hein? J'imagine que je dois comprendre mon ge. Vous devriez, en effet; mais vous tes fortement stupide pour certaines choses ... C'est cela ... Merci ... Ma.intenant, avez-vous d'autres armes sur vous? Non, je n'en ai pas. Parlait. Carruthers, vous paraissez m:al l'aise. J'ai l'il sur vous et les balles sont prtes la plus petite infraction:: n'essayez pas. Rellement Carter, vous m'offensez, rpliqua Carruthers. Oui, l, rellement. On s'accorde me re-

PAGE 32

Un Matre du Crime. 31 connatre quelque pntration d'esprit et quelque en tendement, et je comprends tout fait bien la situation. Je crois cependant que je l'acoepterais mieux si vous aviez pris la peine de vous laver la figure avant de nous interrompre. l ermez a pour le moment, pendant que je eau.se avec Meadows, dit Nick Carter. Puis il tta dans une de ses poches et en tira aussitt une paire de menottes d'acier, qu'il fit sautiller au-dessus des paules d'Isaac Meadows qui restait le dos tiourn vers lui. Vous savez ce que c'est, Meadows? demandat-il. S'il tle sait 1 dit Carruth,ers en riant. Eh 1 ce sont de vieilles amies lui. Prenez-les dans vos mains, Meadows, ordonna Nick sans faire attention ,aux plaisanteries de Car ru1.hers Elles sont ouvertes toutes les deux, comme vous le verrez Maintenant j'ai besin que vous vous penchiez en avant et que vous les fermiez autour de vos chevilles, et j'ai besoin que vous les fermiez pour de bon, notez-le. Je saurai par le clic-clac du fermoir si vous IObissez ou non. -Je veux tre damn si je le fais 1 grommela Mea.dows. Si vous ne le faites pas, je vous footterai la tte avec la crosse de ce pistolet, et je le ferai moi-mme plus tard, quand j'aurai termin avec Carruthers. Il vaudrait mieux pour vous faire comme je dis. Meadows, sans autre rsistance, se pencha en avant et attacha, avec un petit bruit sec; un des bracelets une de ses chevilles. C'est a, di.t Nick. A l'autre maintenant! Bon, a va bien! Voil un garon raisonnable 1 J'imagine que vous prouveriez quelque difficult vous sauver la oourse pour le moment. Il tta sa poche de nouveau et en tira une seconde paire de menottes. Maintenant, mettez vos mains de.rrire vous et _rappmchez vos poignets l'un de l'autre, ordonna-t-il. Je peux vous ajuster oes ornements avec une main, tandis que, de l'autre, j e tiens Carruthers en joue. Ainsi .. L!... L'autre poignet .. Un peu plus prs du pr emier, s'il vous plat. .. Bon 1 Meadows se trouvait donc debout devant le d tective, le dos tourn vers celui-ci, les mains attaches en.semble derrire le dos et les pieds entravs de ma nire qu'il ne pouvait pas faire un pas de plus de dix pouces de long. Nick '.le regarda un ins tant avec un sourir.e; puis il lui donna soudain une pousse, de sorte que l'ex banquier trbucha et tomba sarrs pouvoir se retenir sur le plancher, comme un paquet; la tempte de maldictions qui s'leva de.. ce paquet humain tait quelque chose d'pouvantable entendre. Continuez a finira sans doute, par vous calmer le sang, dit Nick Carter. Cette fois, Carruthers, c'est mtre tour. Mon tour? ... ReJlement 1 Quelle aimable atten tion !. . Que puis-je faire pour vous, Carter? Vom; pouvez vous tenir juste oomme vous tes, sans remuer un cheveu, pendant que je passe derrire vous ... Voulez-vous une tape sur le derrire de la tte avec la crosse de ce pistolet? a vous serait peut tre salutaire. -Je ne i:;oupire pas aprs. Merci bien. AloirS, faites attention oe que je dis Assurment, vieux camarade. C'est parce que je ne peux pas faire autrement, vous le savez 1 Nick passa, comme il l'avait annonc, derrire Carruthers, et exhiba une troisime paire de menottes, aussi brillantes que les autres. A prsent, Carruthers, dit-il, baissez la main gauche en la portant derrire votre dos. Faites exacte ment ce que je dis, car je ne suis pas d'humeur plaisanter. Carruthers s'excuta. Est-ce 1 bien comme a? demanda-t-il. Excellemment 1 rpliqua Nick Carter en bouclant une des :mencittes sa plaoe. Maintenant, l'autre main, de fa mme manire. Ainsi. C'est trs bi@. Sont-elles i l'aiise enchanes derrire le dos, que leves vers le plafond, oomme tout l'heure? Infiniment pl'lls. Je vous remercie, Carter. Relle ment vous tes trop bon. -Et maintenant Carruthers, notez bien ce que je vais voos dire. -Je suis tout oreilles, cher monsieur. -J'en ai encore une paire. Enes seront un p e u justes pour vos jambes mais je pense qu'elles feront l'affaire tout de mme. Ne vous excusez pas, je vous en conjure. -Je vais me baisser et d'une main fermer un de ces anneaux autour d'une de vos chevilles. Je sais quel que chose de V101 tre force et de votre agilit, et je ne veux pas que vous vous mettiez sottement en tte que VO'US pouvez me dtacher un ooup de pied par derrire et me renverser, ou que vous trouverez une autre occasion quelconque de rsister avec la moindre chance de russite. Comprenez-vous cela? Parfaitement, sage, familier de Mulberry Street 1 Je ne savais pas enoore que vous aviez le don de lire les penses. -Si vous essayez n'importe quel tour de ce genre, mes doigts sont plus vifs que votre pied, et vous recevrez uneballe en plein milieu du dos. Merci, j'aime mieux des fers aux pfods. fck surveilla son homme de pendant qu'il attachait le premier anneau une de ses chevilles; mais Carruthers fut sage et ne tenta point de se sous. traire l'opration. 1 11 tait vident qu'il avait oompris, au ton et aux manires de Nick Car ter, que celui-ci ferait exactement comme il l'avait promis, en cas de besoin. Nick reprit ;

PAGE 33

32 Un Matre du Crime. Avant d attacher l'autre, j e dsire rpter le mme avert i sement. tes-v 0us prt ? Tout fait prt, Carter. Alors p l acez vos pieds aussi prs l'un de l'autre que possible. L, oomme a a fera Et maintenant, rappelez-vous 1 \ Tenant toujours un revolver braqu sur l e dos de Ca:i:ru:thers, Nick se pencha en .avant, et, en un clin
PAGE 34

LES BYEHTOKES DE BDFFllLO BILL. Seule dition originale autorise par le Colonel W. F. Cody, dit Buft'alo Bill. Les fascicules dj parus contiennent les r ci ts suivants: Nr. 1. Le Hros du Far -We t ,, 2. L Alli inconnu. n 3. A la Rescousse. 4. ut la Piste de la ,,Terreur du Texas". ,, 5. Les Sentiers du Pays de la Mort. :i 6. L' Attaque du Courrier de la Prairie. :i 7. Les Gardien du Trsor. n 8 La Piste de la Vengeance. ,, 9. La Fleche fantme. ,, 10. Les Pige du Dsert de la Mort. ,, 11. Les Eclaireur noirs. 12. Flair et Courage. ,, 1 3 La Diligence perdue. ,, 14. Le Roi de la Frontire. ,, 15. Le Compagnons fidles. 16. Une : m ion secrte. ,, 17. Dans le Ravin e 11 18. Les Liens qui tuent. ,, 19. Coup de l\Iatre d 'un bon Tireur. 20. La Lutte mortelle l' 21. Le Sauveur mystrieux. n 22. Main Rougi;. ,, 23. Navarro, le Chef des Rengats. 24. Kenton King, le Bandit. ,, 25. El Ilamou, le Brigand du Rio Grande ,, 26. Malo, le Ban(lit de la Frontire. ,, 27. El Sol, le Limier de la Prairie. ,, 28. JJa Chercheuse d or du Val de Perchido. ,, 29. Le Spectre d la Prairie. ,, 30. Bras-de-Fer, le Roi des Tigres. ,, 31. Peau de Daim, le vieux Trappent'. ,, 32. La Jf)Jie Bess. ,, 33. Mustang Madge, la fille du 5 m Regimeut. NICK CARTER Le p lus Grand Detective d'Amrique Les m eilleures et les plus c aptivantes histoire s d e d tective qui existen t Les fascicules d j parus contiennent les rcits suiv ants: Nr 1. Un Matre du Crime. ,, 2. L 'Aft'aire Carruthers. ,, 3. Inez Navarro. n 4. Le Serment fatal. 5 La Pointe du Poignard. ,, 6 Dans le Brouillard 11 7. Un Voi in mystrieux. ,, 8. La Victime d 'un Empoisonnenr. ,, 9. Un Malade dangereux. ,, 10. Les Pires Voleurs de New York. 11. Le Prince des Bandits du Grande Monde. ,, 12. La Pension meuble de Madame D11rk. ,, 13. Le Mystre du Telphone de l'Hudson. ,, 14. Un Meurtre snr le Grand Chemin. 15. Un Colis macabre. ,, 16. Un Prilleux Voyage. ,, 17. La Piste sous lex Eaux. ,, 18. Le Rank des Tmoins. ,, 19. Une Nuit dehor ,, 20. La C hasse aux ,, 21. Une Effracf>n bien faite. ,, Le Docteur Quartz. Dan s le cas otl l'on ne tro u verait pas dan s sa locali t les fascicules dj parus, s'adresser direct e ment en joignant 0,25 par fascicule, la Maison A. Eic'hler, imprimeur diteur. Paris 20, Rue Dauphine New York, SS First Street. Londres E C., 290 Old Street. D r e s d e -A ., Rosenstr. 107


printinsert_linkshareget_appmore_horiz

Download Options

close
Choose Size
Choose file type
Cite this item close

APA

Cras ut cursus ante, a fringilla nunc. Mauris lorem nunc, cursus sit amet enim ac, vehicula vestibulum mi. Mauris viverra nisl vel enim faucibus porta. Praesent sit amet ornare diam, non finibus nulla.

MLA

Cras efficitur magna et sapien varius, luctus ullamcorper dolor convallis. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Fusce sit amet justo ut erat laoreet congue sed a ante.

CHICAGO

Phasellus ornare in augue eu imperdiet. Donec malesuada sapien ante, at vehicula orci tempor molestie. Proin vitae urna elit. Pellentesque vitae nisi et diam euismod malesuada aliquet non erat.

WIKIPEDIA

Nunc fringilla dolor ut dictum placerat. Proin ac neque rutrum, consectetur ligula id, laoreet ligula. Nulla lorem massa, consectetur vitae consequat in, lobortis at dolor. Nunc sed leo odio.