Premier Congrès international de spéléologie. Tome 1, Actes du Congrès


previous item | next item

Citation
Premier  Congrès international de spéléologie. Tome 1, Actes du Congrès

Material Information

Title:
Premier Congrès international de spéléologie. Tome 1, Actes du Congrès
Creator:
International Speleological Congress
Publisher:
International Union of Speleology
Publication Date:
Physical Description:
1 online resource

Subjects

Subjects / Keywords:
Speleology ( lcsh )
Caves ( lcsh )
Karst ( lcsh )
Genre:
Conference papers and proceedings ( lcgft )

Record Information

Source Institution:
University of South Florida
Holding Location:
University of South Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
K26-05612 ( USFLDC DOI )
k26-5612 ( USFLDC Handle )

USFLDC Membership

Aggregations:
University of South Florida
Karst Information Portal

Postcard Information

Format:
Book

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

198 8 7 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL / / DE SPELEOLOGIE PARIS 1953 TOME I ACTES DU CONGRS FFS023209

PAGE 2

PREMIER CONGRS INTERNATIONAL / / DE SPELEOLOGIE -.. . .:1('\ ... ::-.. .: . , • . : . .-.)1. ?, . . '""' . . . . • . . , .... : PARIS BIBUOTHEOUE Airiv 1953 1 9 8 87 . " -Classement TOME 1 ACTES DU CONGRS

PAGE 3

AVERTISSEMENT Les publications du Premier Congrs International de Splologie tenu Paris en 1953 seront effectues en quatre tomes, selon le plan suivant : TOME 1. AcTES ou CoNGRs. TOME Il. COMMUNICATIONS, Section 1. -Hydrogologie et Morphologie karstique. Section II. Physico-Chimie, Mtorologie et Cristallographie. TOME III. COMMUNICATIONS. Section III. Biologie. TOME IV. COMl\IUNICATIONS. Section IV. -Habitat humain (de Ja Prhistoire l'Epoque actuelle). Section V. -Documentation (fiches, levs topographiques, etc.). Annexe : Travaux de la Commission d'uniformisation de la terminologie et des signes conventionnels employs en Splologie. Section VI. -Photographie et Cinmatographie. Section VII. -Etude du Matriel et des Techniques d'Exploration. TABLES GNRALES. Le premier envoi aux Membres du Congrs comprend le prsent tome 1. Les tomes Il, Ill et IV seront envoys successivement ds que l'impression en mua t J•alise. Secrtariat Gnral du t•r Congrs International de Splologie, Musum National d'Histoire Naturelle, 45 bis, l'lie de Buffon, Paris (5"). r 'l TABLE DES MATIRES DU TOME 1 ' ACTES DU CONGRES Introduction •••••• 0 ....................................... . 1. • Organisation du Congrs 1 . Haut patronage ................................... . 2. Comit d'organisation ............................. . 3. Sections de travail ................................ . 4. Commissions spciales .............................• 5. Programme de la session .......................... . II. • Compte rendu des Sances pages 6 7 7 8 9 10 1 . Sance d'ouverture ............. .. tl 2. Sances de travail ............... :t5 3. Sance de clture .................... 35 Annexe : Rceptions et banquet de c!ture .... • 41 III. • Compte rendu des Excursions 1. Excursion des Causses ................ 43 2. Journe de repos Montpellier ........ .. .. .. .. 77 3. Excursion des Pyrnes .......... 79 Appendices 1. Statuts des Congrs (textes anglais, allemand, espagnol ct italien) ........ 2. Liste des dlgus participant au Premier Congrs .... 3. Liste des membres du Premier Congrs . 101 109 Ill

PAGE 4

( j PREmER 1 :\TE R:-:ATIO:\AL DE SPLOLO GIE I_7VTRODUCTIO N Du 2 2 au 25 aot 1949 s'est t enu V a l e nccsur-Rh6ne (France) une r union internationale d e s p lol ogues I HII' l e s dive rses associatio n s s p l o logiqucs d ' An g l e t erre, Cuba, Espag ne, France, Grce, Ita li e e t Suisse. E n outre, avai ent adh r l a r union, san s p o uvoir y e nvoyer d e d l g u , des associ ations de Bulga r ie, T c hco-Slovaquie, L:. S . A . c l Y o ugoslavi e (1). Les dci s i o n s s ui vantes furent prises l'unanimit : 1 • ) Il y a li e u d'o1ganiscr des Co n g rs Internationaux de S p l o logie, se r unissant l o u s les tro i s a n s (2), clnn s les pays qui e n f e r ont l'invi t ation. 2 • ) Sur l ' invitatio n du Comit .Nati o n a l de Sp l o logie, le P remi e r Co n g rs I ntern a ti o n a l sc li endia P a d s . 3 • ) L a d a l e d e c c P r emie r Con g rs sera fixe ul t rieurement, aprs ente nte avec les o r ganismes internatio n a u x comp t e nts. 4 ") Il est constitu, it litre provisoire, un Com i t p ermanent c h a r g d'assure r l a li a ison entre les dive r s pays o sc dvel oppent les r echerches soute1Taines e t d'tudie r les projet s d e Con g rs Interna ti onaux d e S p lologie. Cc Comit sera con s ! it u pa 1 huit m c m b res rcprsen ta nt les E tats Unis d ' Am rique, l a Grande B r etag ne, la F1n ncc, l n Suisse, l ' Italie, l a Tchcoslovaquie , la Y o ugoslav i e , l a Grce, <.:e ll e constitutio n tant provisoire c t p o u vant t r e ultrieure m ent l cnduc . Sans d oute, avant la prise rie contac t d e V al e nce-sur-Rh ne, les S p l o logues de rli ve 1ses n a ti o n s a ' •a i c nl p r ou, l e dsir d'ent r e r utilement e n r apports c t l'on pourrait c it e r plus i eurs 1 unio n s d e carac t r e partielle ment internatio n a l , n o tamm ent e n Autric h e , e n It alie c t , plus rcemme nt , a u :\l exique. Nanmo in s, la p 1emi r c qui sc soit vritabl e m ent leve a u r a n g cie Co n g rs I n t ernatio n a l devait tre celle qui v i ent d e sc t enir Paris, du 7 a u 1 2 septembr e 1953. Si l a Fra nce a a in s i b n fici d e l ' h onneur d ' i n v iter la premire les S p lologues du monde enlier, elle l e devait a u fa i t que l a Socit S p fofog i que cie F ra nre, vie ill e a ujourd'hui d e soixant e a ns, es t l e p lu s a n c ien groupem ent natio n a l d e Spl o logues (3). Egal e m e nt , la France est acluc l lcmcn l en mei l l e ure situa tion que les autres pays, e n raison d e l 'aide gou vernc m c n tnlc l a S p lo logi e c l par s uit e d e l 'unio n mi e u x 1alise d e s di ve rses associatio n s s p lo!ogiques sous l 'a utorit inconteste d 'un unique Comit Natio n a l. La mise e n t1ain du Co n g 1 s d e P a d s a t r alise l a suite des con tact s inte • n a li onaux assurs p a r l e Co mi t e p erma n e nt provisoi r e sou s l a directi o n d e son Secr tai r e G n r a l , G u y nE LAVAun . L e Comit Natio n a l rntnais d e Sp l o logi e, sou s l a p1si d e ncc du Dr H c n .IEANNEL, a d s i g n un Comit d 'O r ganisation du Co n g r s, chargC: d e l n m i1w 1111 p oinl d e !el) nwl rri<'llt>s. ( I J On trou r el'a l e COllll l l e t • endu tjffie l e l d e A,,,,<'H <1" Tfunr t . l U l U . pugt''l l J i 1 I H !l l:lJ l 'll 1 icu•cu•cnl, cc d lai a l i por i( f t qua i l ' ' ' a ns, san s rp1 'il y n i l ccp c nd n n t oiJiiU a li o n H hsolue l':t\t:Hit . C:l ) I l l'flll\ ' lt.'lll dt• rnppeit-1• 'llll' !l'' O U)H'IIIl'lllq n:•l(illllllll'( 11\' ldt•ul t • l i • • lnlioo t!l1 A uldc hc, d j il q u l111.c : n1p;uar anl1 OIIGANISATI OJ'\ DU CO="GRS 7 I ORGANISATION DU CONGRS r. -HAUT PATRONAGE l\Ionsicur l e :.\lini stre d e l'Education Nationale ; :\I onsieur l e Secr taire d 'Etat l'Enseignement Technique, la Jeunesse e t a u x Sports . 2. COMIT D'ORGANISATION M e m b r es d'llonueur : Les d'Honneu r du Comit National d e Splologie l e Direct e u r l e Direct e u r l e Di rcct c m l e J) i r c d cur ) (' DirPC'It•ur du Ce n t r e Nat ional d e la Hecher e h c Scienti fiqu e , de l ' I n stitu t National dt• la Hcchcrcltt• Agro n omique, G n ral rlu G n i e Hural el de l'Hydraul ique Agricole, c;n r a l des Eau x c l Forts, ( ; t'•nt•r nl d e I'Ei l'cl r il'il d P Frnnct•, l e llir' Pt.'ll•llf' l n I Hrnc leur (i r n t1ral !111 I'E i l ll r nlio n Pllylilquu 1'1 h St• t • r t " tnir t ' c; l • ut'•r ul dq SctJIII'illll' F r ' Hil\'ni q , ' " l ' t i s l dl'lll du Ttulling-! :luh d•• Fnpll'1'1 ,,. Pt t•sidl'nl du Club Alpiu F''""\nis. le l't < • ddt•ul dt• '" S tJCil• t t'• s1,l•l t ' ••l t tf.(i•r••t' dP I•" I .Uill'l', l u Pn\ itl t ' t l l dl' l a P e d l 1 allo n l • ' t anr : t ist • dl' l n

PAGE 5

8 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE Je Gnral BERGERON, Prsident du Comit d'Action Scientifique de la Dfense Nationale, Je Professeur CouLOMB, Directeur de J'Institut de Physique du Globe, le Professeur FAGE, l\lembre de l'Institut, Prsident de la Commission de Splologie du C.N.R. S., le Professeur FRIEDEL, Ingnieur Gnral des Mines, Directeur du Bureau des Recherches Gologiques et Gophysiques, le Professeur GIGNoux, Membre de l'Institut, le Professeur DE MARTONNE, Membre de l'Institut, le Professeur MAuRAIN, Membre de l'Institut, Je Professeur TANON, Membre de l'Acadmie de Mdecine, le Professeur VALLOIS, Directeur de l'Institut de Palontologie Humaine. Prsident : Dr Ren JEANNEL, Professeur Honoraire au Musum National d'Histoire Naturelle, Prsident du Comit National de Splologie. Vice-Prsidents : M. Norbert CASTERET, :M. Pierre CHEVALIER, Prsident de Ja Socit Splologique de France, M. Robert DE JoLY, Prsident-Fondateur de la Socit Splologique de France, :\1. Flix TROMBE, Directeur de Recherches au Centre National de la Recherche Scientifique, Prsident de la Commission de Splologie du Club Alpin Franais. Secrtaire Gnral : M. Bernard GZE, Professeur de Go!ogie l'Institut National Agronomique, Vice-Prsident du Comit National de Splologie. Secrtaire Gnral Adjoint : :\1. Jacques RoumE, Ingnieur, Charg du Service de Splologie du Bureau des Recherches Gologiques ct Gophysiques. Trsorier : M. Raymond GACH, Prsident Honoraire du Splo-Ciub de Paris. 3 SECTIONS DE TRAVAIL 1 ) Section d'llydrogoloyie el de Moiphologie Kmstique. Directeur : M. B. GzE, Professeur de Gologie l'Institut National Agronomique, Vice-Prsident du Comit National de Splologie. OHGANISATION DU CONGRS 9 2") Section de Pllysico-Chimie, Mloiologie el Crislallogiaphie. Directeur : F. Tno:mm, Directeur de Hed1erches au Cl'ntre National de la Hccherchc Sdentifique, P1sident de lu Commission de Splologie du Club Alpin Franais. 3") Section de JJioloaie. Direct<.m : A. VANUEL, Professl'lll' de Zoologie lu Facult des Sciences de Toulouse, Directeur du Laboratoire Souterrain de :Moulis. 4) Section d'Elude de 1'//abilat Humain (cie la PIhisloile l'Epoque 1lcluelle). Dircdl'Ul' : l\f. N. CAsTEHE'l'. 5") Section de /)ocumenlalion (fiches, levs lopO[Jl'Cl]Jlliques). Direclem : .J. Hovum, Ingnieur, Charg du Service de Splologie du Bureau des Gologiques ct Gophysiques. 6") Section cie Plwlo[JI'aphie el Cinmatographie. Directeur : .J. EHTAVI>, Cinaste, du Splt:o-Club de Paris. 7") Section d'Elude du Matriel el des Techniques cl' Exploration. Din•ettm : H. nE .Jor.Y, de la Socit6 logique de France. 4 COMMISSIONS SPCIALES 1") Commission d'lublis:H'menl des slalu/.o; des Internationaux de Sploloaie. Directeur : G. DE LAYAUH, Prsident tlu Splo-Club de Pari.s, Secrtaire GnC:•ral du Comit permanent provisoire des Congres Internationaux de SplC:ologie. 2") Commi.o;sion d'uniformisation de la lel'lninolo!Jie et des signes conventionnels employs en Splolo!Jie. )) . t . '1 J> \UJ • 1 • Assistant de Gologie la Facult des 11 cc CUI • ' • • "\ ' ' • • • l'El 't' Sciences de Lille, Charg de :\lissions Splolog1qucs par ectr1c1 e de France.

PAGE 6

10 CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE 5 PROGRAMME DE LA SESSION LUND! 7 SEPTEMBRE 9 h. 10 h. 15 h. 17 h. 10 h. 12 h. 16 h. 45 18 h. 30 :.\lARD! 8 SEPTEMBRE 9 h. 11 h. 10 h. 45 12 h. 15 h. -16 h. 16 h. 15 -1 7 h. 15 17 h. 30 18 h. 30 21 h. 23 h. 1. Sances Paris Runion du Comit Permanent. Sance gnrale d'ouverture Nomination des Statuts et des Signelii Conventionnels. Sance gnrale de la Section 1. Sance gnrale de la Section 2. Sance gnrale de la Section 3. Sance gnrale de la Section 4. Sance gnrale de la Section 5. Sance gnrale de la Section 6. Sance gnrale de la Section 7. Films. 9 SEPTEl\IBRE 9 h. -12 h. 14 h. 30 16 b. 30 16 h. 45 19 h. 17 h. -19 h. 21 h. -23 h. JEUDI 10 SEPTEMBRE 9 h. 10 h. 10 h. 15 -12 h. 14 h. -18 h. 30 18 h. 30 20 h. 20 h. 30 -24 h. Sances des Sections 1 et 3. Sances des Sections 2, 4 et 6. Sances des Commissions et des Sections 1 T!l offert aux Dames Congressistes. Films. Sances des Sections 5 et 7 . et 3. des Commissions et des Sections 1 et 3. V1s1te de Paris. Alpin Franais offerte ar la SdociCte. Spele?l??ique de France et le Splfo-CI b e Pans (Apenhf-Lunch). u Soire thtrale. VENDREDI 11 SEPTEMBRE 9 h. 11 h. 15 h. 21 h. 10 h. 30 12 h. -19 h. 23 h. Sances de toutes les Sections. Visite du Service de Splolo ri Recherches Gologiques e G ?u Bu.reau des Runion gnrale de la Cor . C . 111111SSIOn des S' onvenhonnels. Ignes Films. SAMEDI 12 SEPTE;\IBRE 9 h. 12 b. 17 h. 30 20 h. 12 h. 13 h. ORGANISATION DU CONGRS Sances de toutes les Sections. Apritif offert par le Comit National Splologie. Sance gnrale de clture. Banquet de clture. 11 Franais de :M. Roger HEIM, de l'Institut, Directeur du Musum National d'Histoire Naturelle, avait mis gracieusement la disposition du Congrs les salles et amphithtres ncessaires pour l'installation d'un Centre d'Accueil et d'Exposition (1) ct la tenue des sances de travail. soires aux films splologiqucs se sont droules dans la salle de cmema du :Musee de 1 Homme (Palais de Chaillot). II. -Excursions dans le Midi de la France Du Dimanche 13 septembre au samedi 26 septembre, les membres inscrits ont pu prendre part deux sries d'excursions (2). La premire, dans les Causses, a conduit les splologues de Brive :\lontpellier en traversant le Prigord, le Quercy, les Grands Causses, les Causses ct Garrigues du Bas-Languedoc. Elle tait dirige par GZE et RoUIRE. La seconde, dans les Pyrnes, a suivi un itinraire joignant Montpellier Toulouse, par la Jlontagne Noire, les Pyrnes Arigeoises ct les Hautes-Pyrnes. Elle tait dirige par l\01. GzE, TROMBE ct V ANDEL. On trouvera ci-aprs le compte-rendu dtaill des sances de travail Paris et des excursions dans le de la France. (1) La petite exposition ralise prsentait, ct de photographies, plans et coupes des principales cavernes et des publications splologiques de France et de quelques pays trangers, un chantillonnage assez complet du matriel moderne mis au point par les splologues franais, notamment les divers modles d'chelles ct d'clairages de R. DE Jm.v, les scaphandres de G. DE LAVAUH, le treuil utilis par H. au Gouffre de la Pierre-Saint-Martin, etc. Le modle rduit du rseau souterrain du Trou du Glaz, construit par P. CHEVALIEH, mrite galement 'd'tre mentionn. Le Comit d'Organisation doit remercier tout spcialement l'Institut Gographique National qui a expos un lot remarquable de cartes, de blocs en relief ct de photographies stroscopiques des g1andes rgions liarstiques franaises et a dlgu l'Ingnieur Gographe J. pom suivre les travaux du Congrs. Enfin, la Direction du Tourisme avait tabli un stand qui parat avoir t fort apJwci pm les participants trangers. (2) le Directeur Gnral du Tourisme avait bien voulu accorder au Congrs des nvantages trs substantiels qui ont grandement facilit l'organisation des excu1sions ; des remerciements particuliers doivent aller BAnnY, de ln Direction Gnrale du Tourisme, pour son action en faveur du 'Congrs, et it 1:\Hle DES NTUNn;;nEs, dlgue par cette administration pour accompagner les cong•cssistcs durant les excursions.

PAGE 7

:::: => "' ., <::: nENDU DES 13 II COMPTE-RENDU DES SANCES r. -SANCE D'OUVERTURE Ll' Lundi 7 sepll'ntllre, 10 heures. d;tlts :'\ational d'llistoire :'\a lurelle. le l'r(sident pnntii•n • session dt•s Congr(s lntt•rnationaux le (;rand Amphithlre H ent: .IE.\Nl\ET. dclare de Sp(lt:ologie. du :\f usum ouvel'le la Aux c<'lt (s du J>rt'sid e nt se trou\'l'llt :'IL DireclcUJ' du Cabinet du :\linistre de l'Education :'\ationale, J epr(•sentant ct• dernier au Congrs ; :\f. IIAZI ::o;EIIYE. Cltd du 2 " Bureau :'t la Direction (;nt:ralc de la .Jeunesse c l des S p orts ; l t • l'rofesst'lll' II EDI. Direclt'lll' du :\lust •um ; :\Dl. Gi,zE , HoumE, DE LAvAun l' t l h : I\.\L.T. Sen(•taires (;[n t •t'
PAGE 8

14 PllEmEn CO:>:Gili:S I:>:TEJl:>:ATIO:>:AL DE l oin sou s t er-re, c l les inscl'iplions d e l a galeri e des noms d a n s la celebre grolle d e Poslumia, e n ont conserv des L m o i gnag l'S. :\lais cc n est que pendant l e XIX• s i c l e que l'explorati o n d e s cavernes est venue sur le J ? l a n c t il faut conslaler IET O U :\fl l\ I STHE DE J.'EnuC.\T I O N N A T I O NALE. :\u II UIIEAU, 1.1 ; f>JI J;SIIlJ;NT 1 1 .• )E,\NNJ;J. E T :\1. f3AZENNEIIYE. :\u s J;coNu liANG, tiAt:CIIE A llJIOITE, :\1 ' :\l. Hr>N, \ UJ.T, IlE LA\'AUn , t;T HmM. Pho t o H al/ery. l e ntilie u du. s icle d c r : ni c r , une pl iade de palontologistes, ont entrcpns des f o urlles dans le s ••rollcs )Jj • rc.,, . . . ( ' Ira p lupart F L 1 • , • • ,., . . e urenl Jcs II.IIOL, AnTET el )JCn rf autres, qu1 firent conntitrc les reste. 1 • 1 • f . • S < CS ••ranr s Rllllllau x qur urc n l contcmp o r a rn s des pre mr e r s h um n 1cs 1 ctrrs . 1 :' 1 • • l'tt 1 J j . • ' ICCI C I C ICSattller c n! a en 10n cu m orH c savant sur les g r andes "rulles d , l'A. 1 Pyrnes ci 1 1J . 1 rt 1 s-7 ('J 1 . "' c rregc, < cs Basses! . 1 . ' c " l orLt ogn c . . : e n :J '., 1. .ESPEs, t • n curc un T o ul o usain drou v r it tan s cs grolles c e ombrrvC' les prt'I111Crs animaux ctvcr nr'cc)J,. l ' l .1 • • • • cs v rvan e n ' l "lncc -cr n q a n s , r est \'l'ar , apr cs qut• l e con t i e IlE HOIIEN\\'AHT cul fait • . i . ' 1 cxr s t c nce du L eptodirus d a n s les g r o ttes d e l a Carn i o l e. con n . t 11 c llE:'•IOU DES 1 5 :1> En J 885, E.-A. :\I A nTEL comme nce ses cxpi OIatio n s souterraines. Son ardeur dcou v l'ir le s goufl"rcs les plus profonds, ses crits, o il fait m ontre d 'un rel t a l ent rie v ulgarisat eur scientifique, n e t ardent pas lui dohncr une notor-i t presque uniY c rscll c . Dans son livr c Les Abmes :1> (1894), il c re une sci e nce n ouve ll e p our laquelle il adopte l e l cl'l n c de S p lol og i e propos , crs 1890 par J e prhis t o l'i c n Emil e (mais n'employant pas, soit dit en passant, l e terme d e Spo lorti c avanc par H. DE NussAC: e n 18!12) c l il f onde, e n 1895, la Socit Sp(; l o l ogiquc d e France. B ientt ses disciples, d e plus en plus n ombreux dans t o u s les pays, multiplient les dcouvert es. l\fAilTEL a J e mrite d 'avoir plac d'emble l a s p lologi e sur J e plan scientifique. Il a fait connatrc une mulliludc d e g r olles c l d 'abimcs, mais il s'est t oujo ur s attac h e n dcouvrir la gense c l t r ouve r les lois d e l a c ir culation des eaux dans les calcaires. A cc titrc, il a pos les bases de l 'hydrologie soutcrrainc . E t du point d e v u e pratique il n'a cess d 'ins i s t e r sans rcl;ic h c sur les danger s des so111ccs vau c lu s i ennes qui rs urgent tr o p souvent trs dangereusement pollu e s . L'anne 1 905 marque une n o uvelle orientatio n dans les recher c hes s p lologiqucs . .JEAl\1 \EL cl RACOVITZA entreprennent l'lude du d omaine souterrain en t ant que m i li e u biologique c l cell e rie s animaux cavernicoles qui l e p euplent. Il s fondent un p riodiq u e, 11iospeo l og ica :s>, qui donnera, p endant prs d 'un d emi-sicl e, l'tud(• des mal riau x runis pa1 e u x au cours de l eurs cxploratio n s soute n aincs. E l le p r emie r m m oire d e cc priodique, l es Probl m es Uio s p o logiques, par E.-G. RAcOVITZA, est encor e a ujourd'hui l e statut f ondamental de l a biospologic. Cette d ouble impulsion, partie d e France, cell e de :\IAnTEL explorateur e l celle d e .IEANNEr, c t RAcovrTZA e n biologi e sout erraine, a d t ermin clan s l e monde entier un essor g n ral des rec h e r c h e s dans les cavem cs, qui f a it que l a splologie est au;o urcl 'hui devenu e une des branc hes les plus cultives de l 'His t oire N aturelle. L a H oumanie a c r un Institut d e S pologi c C lu j , en 1921. L 'llalie a dvel opp un vast e o r ganisme d'Etat p our l'explorati o n des grottes. Puis l a T chcoslovaquie, l ' A ll emag n e, I'Autl'ic h c , le P ortugal, le s Etats-Cnis d 'A m rique ont fond des institutio n s qui t endent d e plus e n plus les rech erches . E n France, c'est surtout aprs l a g u erre d e 1 9 1 4-19 18 que l a splologie n pris un n oll\cl essor. E n 1930, R. DE .JOLY r anime la Soci t S p l o l ogique de France reste e n d epuis quelques annes. Il pro fil e des progrs indus triels p our perfecti onner l'outillage du s p lologu e. Les v i e ill e s ch e lles de bois et cordes sont rcmplaccs p a r des chelles d e duralumin c t d'ac i e r , d 'une t elle lgr e t a u m t r e c.uuranl que l eur transport e t l eur m a n u v r e sou s t c rT C sc trouvent grande m ent facilits. Il apport e d e g rand s progrs clan s l'clairage, les < ommunicatio n s t lph oniques, la nav igation sur les riv ires souterraines. Tous ces prog rs techniques permettent d'ab onler, en quipes, les goufl"res les plus d a nger e u x au b ord desque l s :\fAHTE L avait d tro p sou vent s'an t er. Gnicc a u n o uvel outillage, N. CASTEHET commence l a srie de ses exploits . Pendant l o n g t emps il garde l e record de l a pro f ondeur e n France avec J e g oufl"re :\I a l'l e iC i g n l re, d a n s les Pyrnes, c t o n cunnuit s a sen s a ti onnelle exp l o r a tion des sources d e l a G ar onne. Dans le massif d e la Grande Chartre use, P. C HEVALIER e t ses <.:ollabo • a t cu•s f ont plus d e trente l'Xp clili o n s clan s J e rseau soutc n ain d e la Dent d e C r olles : seiz e J d lomtres de ca,its su• G5S m tres de dnivell a ti o n. L a russ it e d e l a H cnne -:\I o r t c cla n s l a ll au!(•Gar o nne, r ussil e qui a d fray l a chronique pendant t out l't d e l!l4i, n ' a pu t•c n:alise par CAST E llET qu'avec un quipe m ent du goufrre e n m a l r i c l minulic usement tudi c t pr par par F. E t c ombie n d'autr e s splendides explo r a ti o n s ont li• faites, que je n e

PAGE 9

LE p 11 r 1) E"-' T H l: N r i .J r:. \ N N El. I'HONO:\(.:,\NT I. E lllSCO U H S O 'OU\'EitTUitE. Photo liu/lery. l nENDU DES sr::ANCES 17 p uis r el a t e r encore i c i. Beaucoup sonl l 'acti f d es SploClubs regiOnau x qui dval isenl d'activit e n France, c l l a p lace me fail dfaul p our rappeler les b e lles explorations d'abimcs en Itali e c l celles des glaciers souterrains des Alpes -;cpten lrionales. S m J e pla n sci entifiqu e , la splologi e r e lve de disciplines dive rses. Les rec h erches sou s t erre s'oricnlent sel o n trois b r a nches q ui onl t r ail la gogr aphie physique , la palonto logi e el la u iologie . La spl ologie physique , q ui p omrail l'I r e appe le S pograpllie, tudie les .rrottes en lant que phnomnes naturel s. En f a it , ell e sc confond avec la physique d e s r g i ons calcaires, caractrises avant t o u t parce qu'elles fo rmes d e roches Jissures e l que les cau x de nrissellement s ' y enfo uissent, c reusant des cavits d e I oules d imensi ons, la fo i s par rosi o n mcaniqu e c t par dissolution. Le splologu e s'int resse ainsi l oul cc que les gogr aphes ont appel p h nomnes karstique s : lapiaz d e surface, d o lines, valles fe rmes, pertes d e riv i res, g r o lles h o rizonlales el aven s p rofond s, rivi res soulerraines. Il y a une spographie de_scriptivc q ui _d finit ces ; _ il y a une s pograplnc causale qur cherche a en prccr s e r la genese c t d u d r e l'enfours sen1enl p rogressif d es caux dans les r : wssifs c a lcaires. On sait auj ourd'hui <(li:.! les ••rottes ont une existence phmre. Elles d butent ]HU' une pha s e _juvni le d e acti f ; puis, lorsque l e niveau hydrostatique s'est abaiss , elles cnt rcnt dans une p riode snile, d e remplissage. L e grand problme qui sc p ose t-(n t'l'alcmcnl au coms des explo ration s est donc celui de la circul ation des cau x . En prsence d'une riv ire s o ut erraine, on veut savoi r cc q u 'elle devient. L e spll t o logu e ne pcnl que parcourir les ?alcrics ; i l f orce les droitures, u ti lisant p a r fo i s des explosi fs, il sur 1'1\'ll't_cs l'l r cn10 _nte des c aseadcs ; mais il est souvent arrt par des srph?ns tnl ranc h rssablcs,_rllcll t c l 'Il seaphandre. L a eo1oration des c aux p a r la lluo r cscL:t n c )JCI'lllet dans bren des cas de dt-c:ou\'rir des r surgences des d i stances con sidrables. L a f_ol'l_llation des stalaeti t e s l'l des stalagmites p ose l'n('orc des pro ult•mes phystco-chm11ques d'un g rand inllrt. Les c onerLti o n s dans les cavernes sc prt:scntent sous des l'nn11es aussi \' a r ics que bizarres : co:on ncs, draperics, choux-fleurs, ('Xccnlriqucs, e lll otescenccs d (•lian t les l o i s d e la pesanteur. L 'inc royable v:uil d e ces concrtions fail dnns bien des endroits l'admirati o n des touris t es, rna i s on peul dire aussi qu'elle o ll' t e au p ln>graphe ct a u tTislallogtaph e un vast e chan1 p d' t u d e qui n ' a l jusqu'ici q u e bien p e u expl01 . L a rnto logi e soule tTnine est enco1 e une b ran c h e d e .la spogr aphic dans laquelle i l • est e bcaueoup fa ire. L a s lauilil des condHions de tcmp r a tm e ct d'hu midit dans le s eavc t ncs n'es t que r c lali ve. Des changem ents saisonni ers se produiscnl , accn1npagnanl des n10dilications dans l a circulation de .l'ait. T outes de d 'un g r and inlrt pou• le sc p1 t cnt il des rncsurcs qui son! acli ,cnl c n l pousses e n Francc sous l'impulsion d e F. V n f a it n ouvcnu, s ans doute de g•andc p o l'l c gn rale, a t l n dcou,c• t e d e • • r o ll cs lesquelles il existe une f01tc ionisation d e l'ai• ccr l aine_s p oques. r. "'chose a t dcou verte en J!J:33 par D A u zi. :nE et les I 'CCI!CI'C hcs I'CCentes de 1;'1 onl t:•clair l e ph(nomn c . Il certaines .d'!nlcnscs . (' . ( l " l"ldio-ndi v i ll-: I CCOlll]Jagnl'l'S d'cmrSSIOI1S d e I'l (le dLeouvrir l a cause. Alors q u'tn c c mome n t les r cc h crc 1es sur dont 1 s ,1,..,1 . . 1 1 ' 1 . 1 . t • . , , ; .. 1irc sonl j)a rticullcremenl rn t onnc ur, a spc co ogJC sc mon r e l '(•rH'I'" I e llll( L < • • • " 1 1 , l'ou v r i r un champ d'l'xploralton assez rnallendu. sltscrp 1 l c (

PAGE 10

18 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE Les grottes offrent des gisements particulirement propices aux recherches palontologiques. Les vastes salles claires de l'entre de grandes cavernes ont servi de tout temps de refuge aux animaux sauvages qui y sont morts et dont les osse-ments ont t conservs dans les dpts accumuls sur le sol au cours de!; millnaires. La stratification des dpts montre une succession d'alternances de aunes de climat chaud et de climat froid au cours des priodes glaciaires et cette succession rgulire a permis d'tablir la chronologie des industries humaines dont les restes, silex taills ou polis, travaills ou gravs, se rencontrent aux divers niveaux, avec la faune contemporaine. La prhistoire doit ainsi beaucoup aux (avernes. La plupart des noms des ges du Palolithique : 1\Ioustrien, Aurignacien, Azilien, sont tirs de localits plus ou moins splologiques. L'homme prhistorique n'a pas seulement laiss des silex ou des outils aux des cav,ernes. Il pntrait aussi dans les rgions profondes et en ornait les parois de fresques peintes ou graves, reprsentant les grands animaux auxquels il donnait la chasse. La premire grotte peinte connue fut celle d'Altamira, dans la province de Santander. Il fallut des annes de polmiques violentes au dbut de l'e sicle pour que son authenticit soit reconnue. Aujourd'hui, de nombreuses grottes peintes ont t dcouvertes, tant dans le Sud de la France que dans toute l'Espagne. L'abb H. BREUIL s'est consacr l'tude de cet art rupestre du Palolithique. Grce lui, nous pouvons apprcier aujourd'hui l'admirable valeur artistique de ces figurations d'animaux d'une fidlit surprenante. BREUIL a pu reconstituer l'volution de l'art au cours des priodes gologiques et montrer que ces manifestations ont t en rapport avec des scnes de magie ou de sorcellerie, comme il s'en est produit encore chez les peuplades primitives d'Afrique l'poque historique. Parmi les plus saisissantes des grottes ornes sont assurment celles du Tuc d' Audoubert et des Trois-Frres, dcouvertes par BEGOUEN et ses fils dans l'Arige. Toutes deux taient restes inaccessibles avant leur premire exploration. Dans la partie la plus recule de la premire se trouve l'antre d'un sorcier palolithique, auprs de statues de bisons modeles dans l'argile. Tout autour le sol d'argile a gard les empreintes des pieds nus d'hommes, de femmes et d'enfants ; les outils du sorcier sont rests terre dans son antre. Comme on le voit, l'exploration des grottes rserve au chercheur de merveilleuses dcouvertes. Dans Je calme absolu des rgions profondes, les traces d'un lointain pass se conservent indfiniment : griffades de l'ours des cavernes, empreintes et gravures des hommes. Lorsque BEGOUEN et ses fils ont dcouvert un accs aux salles profondes du Tuc d'Audoubert, refermes depuis des millnaires par des bou!ements ou des constructions stalagmitiques, ils ont compris qu'ils pntraient dans un sanctuaire, que chaque pas sur le sol, chaque pose sur une paroi risquait de dtruire des vestiges d'un pass remontant aux premiers ges de l'humanit. Le soin qu'ils ont mis protger ces vestiges est un exemple que doivent mditer les jeunes gnrations de splologues. La troisime branche de la splologie, la biospologie, est celle qui a trait la vie actuelle dans le domaine souterrain, en l'absence de lumire, dans un milieu froid, temprature constante et atmosphre sature d'humidit. Le domaine souterrain, en tant que milieu vital, n'est pas restreint aux seules grottes accessibles l'homme. II se prolonge dans la profondeur des massifs ealcaires par l'immense rseau de fentes, de diac!ascs, qui se dveloppe dans le cur des massifs, aYec les cheminements des eaux phratiques et les rivires souterraines. Son tendue en superficie dans le monde est comparable celle du domaine alpestre ou du domaine dsertique, la surface de la terre. Dans ce milieu spcial et isol, des populations de petits animaux, Insectes, Myriapodes, r COl\IPTE RENDU DES SANCES 19 Arachnides, Crustacs, Vers, Mollusques, vivent et se reproduisent. Leurs gnrations se succdent l'obscu.ri! des gologiques remontant des millions d'annees. Des nulhers d especes sont amsi connues dans toutes les rgions calcaires du monde entier. On sait aujourd'hui que cette faune cavernicole est complexe, forme d'espces diversement adaptes habitat, et, aussi que est ingalement rpartie dans le monde, etant surtout d une extraordma1re richesse dans la rgion mditerranenne. D'aprs leur comportement sous terre, ces r.avernicoles ont t classs dans trois catgories, trogloxnes. troglophiles, Ces derniers sont strictement confins dans le milieu froid et humide des0 rgions profondes et ne pourraient s'en carter sans risque de mort rapide. Ce sont les troglobies qui constituent la partie la plus intressante de la faune cavernicole. Privs d'yeux, dcolors, tiols, membres dmesurment allongs, ils ont des membranes amincies .au point de ne plus. les protger contre l'vaporation de leurs hqmdes, ; Ils ne plus qu'en atmosphre sature d'eau et mo,de d }eur. P!1yswlog1e et meme leur reproduction posent des problemes d un grand Interet general. D'autre part, ces troglobies se sont rvls tre des survivants de faunes gologiquement anciennes, la de la terre. Cc sont des fossiles vivallls. Leur geographique ?e cadre plus uvee la rpartition actuelle des continents mers. 1: ett!de de leurs caractres morphologiques permet de des hgnees d especes don.t la distribution gographique apporte des elements nouveaux pour reconshtuer l'histoire de la Terre au cours des priodes go!ogiques rvolues. Par l, et ce n'est pas son moindre intrt, la biospologie est une branche importante de la palogographie. Nos sur les Co!copteres, de _Y ANDEL sur l.es Isopodes ont elargi. n.os connaissances sur llustmre des massifs mditerranens au cours de 1 cre Tertiaire. Telles sont, brivement rsumes, les diffrentes activits des trois branches, palontologique et biospologique, de la moderne. Il reste maintenant faire le point ct montrer dans queJJes duechons les recherches doivent tre coordonnes et dl•veloppes. Pour cela, je vais exposer brivement ce qui a t fait en France au cours de ces dernires annes. Le Bureau des Recherches Gologiques et Gophysiques, ct du Service de la Carte Gologique de la France, a cr un de charg, la direction de GZE, puis de RoumE, de faire un mventaire compl.et souterraines franaises. Cette organisation fait le de celle qm depms longtemps en Italie, sous le nom de Catasto speleologzco. Des fiches detaillees sont tablies avec Je concours de toutes les socits splologiques rgionales et ces fiches sont tenues la disposition de ceux qui en font la demande. Ce fichier intressera non seulement les splologues, mais aussi les organismes officiels chargs de prospections industrielles, hydrologiques ou minires. tL'inventaire des cavits permettra aussi de plan des richesses souterraines du pays. Dj des grottes prclustor1ques ete par la Commission des Historiques. Et cet organisme dispose maintenant, depuis quelques annes, d'un texte de loi permettant de classer objets scientifiques. Beaucoup de grottes d.es troglobies trs prcieux et exposs la destruction par des mtervenhons. abusive.s, pouvant troubler l'quilibre de leurs conditions _Il est poss.Ible. de les mettre l'abri, comme monuments faisant partie du patrmwme scientifique de la France.

PAGE 11

( ' LE Gb..-HAI. BEHNAHD GZE EXPL!QVA.\"T L 'OHGANI S A T I O N OES SANCE S . P hoto lia /l er y . REKOU DES S AKCES 21 L e Centre National d e ln R ec h e r c h e Sci entifiq u e a pris e n main l '01ganisalio n des Icch c r c hcs s p l o logiques e n F1ancc. Il a c 1 pour cel a une Commissi o n d e S p l o logie qui dispose c c r dits importants . De plus, a fin de d v e l oppe r l es recherc hes e n biospologi c , il a f ond un Lab o rat oire Soute rra i n , cla n s l 'Arige. Cc labo r a t oire, actuellement quip c t dirig p a r l e Pro f e sseur A . VAKDEL, comporte des ins t a ll a ti o n s soulci-raincs, cla n s une vast e g r otte d 'une rgi o n trs ric h e e n cavernicol es, e t des b timents ext rieurs mett ant l a dispo sitio n des c h e r c h eurs un l oge m ent ct des p laces d e t ravail. Ce u x d'entre vo u s qui prendront p art l'excurs i o n fin a le dan s les Pyr nes p ourront apprci e r les b onnes conditio n s d e tia va il que ccl o r ga ni s m e olfrc aux biosp ologucs d e t o utes n a ti onalits qui d sire r ont e n p 1 o fil ci. Enfin, e n 1948, un Comil Natio n a l d e Spl ologie a v u l e jom. 11 coiffe e n quelque sorte l es n ombre uses associ a ti o n s s p lologiqucs rgi o n a les d e l a France enti r e. Cc Comit di s pose d e matrie l d'cxpl o i a ti o n qu' il p eut pr t e r ; il a o r ganis e n diver s p oints du t erritoire d es centres d e secours, d o ts d e 11wtric l , chargs d 'inte r venir 1apid e m cnt en cas d ' accid ents t o uj ours possibles a u cours des ex pl o r a ti o n s sout erraines. Il public un 13ull elin d 'informa ti o n s c t subventionne p our un e l a rge p art les .4.nm!les d e S p l o l og i e . E nfin , c'est le Comit qui a o r ganis e n 1 94!) la 1unio n d e Vale nce qui a t J'o 1 i ginc es Co n g rs Interna ti o n a u x . E t m ainte n ant, j'ai l'ins i g n e h onneu1 d'ou vrir Pari s l e Premie r Con g rs Interna ti o n a l d e S p lologi e . Vou s m c pardonne rez cl'aYoir, celte occasi o n , tant p arl d e cc qui s'est fait e n F1 nnce. s i la s p lologi e est a ujolll cl'hui dvel oppe dans l e m o nde e nli e r , n'ou b li o n s pas qu'elle a pris corps e n Fra nce. Dans ses tro i s bra n c hes principa l es, B n E UIL, RAC O VITZA ont t nos premie r s m atres t o u s . A u m o m ent d e f aire entre r l'organisatio n d e l a splologie sur J e pla n internatio n a l , il m'a paru convenabl e d e l e rappc!er. L e P rofesseur B . GzE, Sec1 taire Gner a i , f o u rnil a lors un cert a in nomb1e d e prci s i o n s m a t rielles conccrnnnt l ' o r ganisatio n c t l e f o n c ti o nn e m ent du Co n g rs. Il prie e n outre les partic ipants d e bie n voul oir excuse1 les imperfecti o n s ct les r etards d'or ganisnli o n , impulnblcs pour une l a r g e p ari la grYc c!u Se r v ice des Postes, qui a du1 un m o i s c l aurait rendu impossible le Co n g rs s i elle n'ava it h eure usem ent cess une semaine a vant son o u verture. Par a ill eurs, un budget , plus modeste que cc qui nvait t es p r , a ncessit la • duc ti o n d e l a grande expo s iti o n JHv u c un simple dco': sprlolog.ique dans l a salle du Centre d'Accu e il. De m m e l'absence des interpr e tes escomptes sc f e 1a p cutt•c senli1 au cours etes san c e s d e discussion s . Dans chaque Secti o n d e tra,ail, l e r o l e des direct eurs est d 'ina u gure ! l eur premi•c sance p a r une allocutio n pr( sente sou s l a f orn1c d 'une con1mtmication p e rsonnelle o u d 'un g n t T a l sur l'tal d e l n ques ti o n e n F rance. L a pi sidc ncc des sances s ui va ntes ser a confi e des p e rsonnalits trangres. L e text e d es comnHini calio n s sera 1 emis e n f i n d e s(ancc au direct e u r d e c h aque Secti o n. Les pen;onncs qui aun)lll fait des obser vatio n s r e m e llronl egale m ent l e J ex t c d e le u r inte r ve nti o n , r(digL e n quelques li g nes.

PAGE 12

22 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE Le but des Commissions Spciales est la fois limit et prcis. Elles ne devront comporter qu'un petit nombre de membres dlgus par chaque pays et qui prendront tous part un travail effectif. Leurs rsultats seront prsents dans les deux sances gnrales clturant le Congrs. L'attention des dlgus officiels trangers est enfin attire sur l'opportunit de faire part au plus tt au Bureau du Congrs des candidatures pour le lieu o se tiendra la prochaine session des Congrs Internationaux de Splologie dans trois ou quatre ans. Ces candidatures seront soumises l'ensemble des participants dans la sance de clture pour procder par vote au choix dfinitif. Le Secrtaire Gnral donne enfin lecture des personnalits et organismes qui prient d'excuser leur absence au Congrs : Allemagne (Rpublique DmocJatique) .lOI. RICHTER et RoEscn, SCHUSTER, de Nordhauscn C\lcmbres participants). Autriche :\fme Dr G. M. l\fossLER, de \Vien. Brsil L'Universit de Sao Paulo. France Le Groupe Splologique Valentinois, Va!encc, l\f:\1. A. CAVAILL, de Montauban (:\-lemhrc adhrent), H. GARGUII.o, de :\1arscille (:\lembrc participant), L.-Ch. de L)on. .J. NGRE, de Paris CMemhre adhrent). Grande-/Jrelagne L'L'nivcrsit d'Edinburgh, L'Universit de London, l\L\f. N. BARRINGTON, de :\felksham, Grce R.E. DAVIES, de I'L'niversit de Sheffield, le Gnral Gl.ENNIE, Prsident du Cave Hesearch Group, Berkhamsted, R.D. LEAIY, Secrtaire de la Cave Preservation Society, SeUle. :\1. A. PANGALOS, d'Athnes. COMPTE RENDU DES SANCES Italie l\I. CERUTTI, de Roma C\Iembre accompagnateur), A. FocARILE, de ::\'Iilano, le Pr G. ScoRTECCI, de l'Universit de Genova, l\fmc T. SERTORIO, de Genova. Liban M. L. GoRRA, de Beyrouth. Pays-Bas L'Universit d'Utrecht. Pologne M. C. KowALSKI, de Cracovie. Sude L'Universit de Stockholm. Tchcoslovaquie l\1. Dr. J. SI{UTIL, de Brno (Membre adhrent). Yougoslavie M. SELISKAR, de Ljubljana. 23 l\I G. DE LAVAUR, Directeur de la Commission des statuts, fait procder la • 1 1 b de cette Commission : dsignation par chaque dlgation nahona c < es mem res Allemagne (Rpublique Fdl'ale) Aulriclze ................. . Belgique ........... Es]Jagne ............ F1ance ............. Gl'ande-Brela[Jne .......... Grce ........... Italie ................. Pays-Bas ............. Suisse ................ u. s . . il ...................... . Yougoslavie ........... :\1. H. FRANK. :\1. G. ABEL. Dom :\1. ANCIAUX DE FAVEAUX. l\I. J. :\IATEU. P. CHEV ALlER, G. DE LAVAUR. JI. G. \VARWICK, :\fine l\1. RAILTON. l\I. J. PETROCHILOS. :\01. M. GoRTANI, l\i. PAVAN. M. B. EscHER. M. A. GROBET. :\Hic C. :\IANSFIELD. JI. H. SAVN.

PAGE 13

' l 24 PREMIER CONGH?:s l.i'\TEHNATIO.i'\AL DE SPLOLOGIE :'1. P. HENAULT, Directeur de la Commission d'uniformisation de la ternunolog1e et d:s. signes conventionnels employs en Splologie, demande que pays chOisisse ses reprsentants cette Commission. Leur liste est la smvante (1) : Allemagne (Rpublique Fdrale) Autriche .................... . !Jelgique .................... . Espagne ..................... F1ance ...................... Grande-Brela[Jlze ............. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Grce Il alle ........................ Suisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . U.S.A. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . U.S.A. et Vnzuela ......... . Yougoslavie ................. . :u. F. OEDL. JI. H. TRUll\IEL. :u. B. :\BI. .J. EJ .. OSEGUI, F. ESPANOL-COLL. :\Dl. :\f. LAURS, P. RENAUL1'. C. HAILTON, D. TURNER (2). A. KANEJ .. J .. IS . :\Bf. F. ANELLI, C. CoNcr. JI. :\f. AunETAT . }flle C. :\'IANSFIELD . JI. E. DE BEJ.LARD-PIETRI. :\1. E. PRETNER. 1 . du jour de la sance d'ouverture tant Jmis le Prsident R lEANNEL (ve la seance 12 1 ' • • • h'th. leures, en donnant rendez-vous aux participants dans le mme al rn pd 1 . r(3e) pour les sances de travail gnrales de l'aprs-midi et du en ema1n . (1) Voi• les modifications cette liste ))J'oposc pou• la suite d t. , de cltUJ'e (page iJi). cs 1 a\ aux en sance (2) Hemplac ultrieurcment pa• :\hne Haillon. (3) ! .. es autres sances de travail, col'l'espondant aux •unions J>uticuli . d 1 Section ou Corn t d • cres e c utquc . ?li;'isron,. se son t.enues ans les Amphithtres de Palontolo"C z0 1 LntomologJe, Botanrque les salles de Dessin et de \ .. d 'Jo .' o ogre, ' s 1 mrs u useum. .•. ...... '--• 1 J. COl\IPTE RENDU DES SANCES 25 2. SANCES DE TRAVAIL (Liste des communications prsentes) Section No 1 HYDROGEOLOGIE ET MORPHOLOGIE KARSTIQUE Directeur : B. GZE. Lundi 7 septembre (15 h. 16 h. 45). Sance gnrale. 1. GzE (B.). -Allocution prsidentielle : La gense des gouffres . 2. BA UER (F.). -<< Verkarstung und Nutzfliichenverluste, ihre Untersuchung und Bekampfung . 3. 'VARWICK (G.T.). Polycyclic Swallow Holes in the :\Ianifold Valley, Staffordshire, England . :Mercredi 9 septembre (9 h. -12 b.). Pl'sidence : G.T. "'ARWICK. 4. EscHER (B.G.). Une perspective-relief de la rgion du Trou du Toro et des Goueils de J ouou (Pyrnes Centrales) . 5. GoRTANI (M.). Appunti sulla classificazione dei pozzi naturali . 6. GAL V AGNI (A.). La grottu della Bi gonda N. 243 V. T. (Trentino, Italia settentrionale) . C (c ) _ "' 1 e attuali conoscenze speleologiche nella Regione 7. ONCI . . " A • 1 ) Trentino-Aito Adige (ltalia settentrwna e . 8. MAu cci (,V.). _ lnghiottitoi fo)ssili e Paleoidrografia epigca del Sol co di Aurisina (Carso Triestino . P ILOS ( J) _ , Sur l'histoire du Quaternaire de la presqu'le de 9. ETROCH • • • " Mani (Ploponse) .

PAGE 14

26 PREMIER CONGRS IXTERXATIOXAI. DE SPLOLOGIE .1\fercredi 9 septembre (16 h. 45 19 h.). Prsidence : B.G. EscHER. 10. CHEVALIER (P.).Erosion ou Corrosion. Essai de contrle du mode de creusement des rseaux souterrains . 11 LVI (R.). Le gouffre de la Pierre Saint-:\fartin (Pyrnes Basques) 12 CAILAR (J. nu), BoNNET (A.), PussoN (.J.-L.) et :\IARGERIT (:\1.). -Un aven-grotte gant du Pays Basque : le Bcchanaka-Ko-Lccia . 13. CAILAR (J. DU), BARTHEZ (J.), BONNET (A.), COUDERC (.J.), DUBOIS (P.) et PLISSON (J.-L.). Recherches hydro-splologiques sur le :\larbor (Hautes-Pyrnes). L'origine du Gave de Pau . 14 CAILAR (J. nu), BouRNIER (A.), CoRnER Y (J.), CouDERC (J.) et MoNTEL (R.). -<< La grotte du Sergent, Saint-Guilhem-le-Dsert (Hrault) . 15. CAVAILL (A.). -<< Le karst des Gorcs de l'Aveyron. Etude morphogologique ct hydrologique (1). n 16. 17. 18. 19. Jeudi 10 septembre (10 h. 15-12 h.). Prsidence : :\l. GoRTANI. SRONIE-VIVIEN (::\1.-R.). Etude des phnomnes karstiques de l'Entre-Deux-Mers (Gironde) (2). BRTIZEL (P. DE). La grotte de la :\lescla rsurgence d'eau sale (Alpes-:\Iaritimes) . ' REYMOND .. A propos d'un a\en i plafond perfor du Pays Basque. Contribution a la thorie des avens . RouiRE (J.). Hydrogologie du Plateau des Bondons. Grotte de ::\Ialaval (Lozre) . Vendredi 11 septembre (9 h.10 h. 30). Prsz'r/ence A B , : . ELIN. 20 SAVNIK (R.). Beitrag zur Kenntnis der t'tt Slowenien . 21. 22. RENAULT (P.). Dpts vermiculs d'argile de dcalcification . LAVAUR (G .. nE): Hydrologie souterraine du Causse de Gramat (Lot) et a des considrations gnrales sur la circulation des eaux souterraines . 23 :M.AUCCI -<< tccnica e risultati delle ri cere he sul corso 1pogeo del Tunavo (1952-1953) (Carso Triestino) . 24. <:.). -<< Caractres gnraux des grottes grseuses du Sahara mendwnal . 25. FRANC (C.). -<< Sur la formation des gouffres de bas en haut . (1) Communication prsente pa1 M. B. GZE. (2) Communication prsente par :\1. P. BION. COMPTE RENDU DES SANCES 27 Samedi 12 septembre (9 h. 12 h.) Prsidence : J. PETROCHILos . 26. ABEL (G.). Tempratures et formation de glace dans les grottes du Salzburg (Autriche) 27. TINTANT (H.). Observations sur des sdiments de la Grotte de Bze (Cte-d'Or) (1). 28. FRANCHETTI (C). Le cours souterrain du Bussento (Salerno, Italie :\fridionale) 29. Du cHENET (B.).Observations sur le cours souterrain de la Vernaison et le Gouffre de la Luire (Saint-Agnan-en-Vercors, D.rmc) . 30. 31. 32. 33. 34. 35. 36. Communications crites : LLOPIS-LLADO (N.). Karst holofossilc et merofossile . MISTARDIS (G.). -<< Sur le drainage karstique dans les rgions calcaires ctires de la Grce mridionale l\fis'rARDIS (G.). -<< Hccherchcs sur l'hydrolo?ic calcaires plusieurs niveaux de base locaux de la Greee mer1d10nale CLUB ALPINISTICO TRIESTINO. La Gratta Guglielmo. Lo. 2221 :1>. SHALEl\1 (N.).Sur le Karst au Levant BANCAL (A.). _ Quelques caractristiques de l'hydrologie souterraine du Languedoc mditerranen :1>. LIPPI-BONCAl\IBI (C.). Le risorgenti alimcntate dai Bacino carsico di Colfiorito (Umbria) :1> • Section No 2 PHYSICO-CHIMIE-METEOROLOGIECRISTALLOGRAPHIE Directeur : F. TROMBE. Lundi 7 septembre (17 h. -18 h. 30). Sance gnrale. 1. TROMBE (F.).-Allocution prsidentielle : Aspect gnral de la physique ct de la chimie souterraines . 2. GuRON (J.). Emploi des traceurs radio-actifs en splologie . l\lercredi 9 septembre (14 h. 30 16 h. 30). Prsidence : C. FINOCCHIARIO. E R (G B ) _ Dpt de travertin par l'intermdiaire du Gas-lift 3. SCHE • • • (monte de gaz) 4 . PoLLI (S.)._ << :\leteorologia ipogea nell a Grotte Gigante pressa !ri este . BALSAN (L.). _ :\fatriaux pour servir l'tude des perles des cavernes 5 de la rgion des Grands Causses (2). . . c (J nu) _ << A propos de quelques modalites de 6 ct gl.ace) dans les cavits de haute altitude . (1) Communication prsente par M. B. DE LomoL. (2) Communication prsente par le Dr J. GAJAC.

PAGE 15

28 PREMIER CONGRS 1:\'TERNATIONAL DE SPLOLOGIE Vendredi 11 septembre W h. 10 h. 30). PJsidence : F. TROMBE. 7 PETROCHILOS (.J.). << Quelques formes concrtionnclles rares observes en 8. PETROCHILOS (J.). Sur les facteurs de la variation de l'importance des concrtions ct de leurs formes dans les grottes . Section No 3 BIOLOGIE Directeur : A. VANDEL . Mardi 8 septembre (0 h. 10 h. 45). Sance gnrale. 1. VANDEL (A.). -Allocution prsidentielle : Les recherches biospologiques en France 2 RuFFO (S.). Lo stato attuale delle conoscenze sulla distribuzione geografica degli Anfipodi delle acque sotterance europee e dei paesi mediterranei 3. GLAON (S.). -<< Recherches sur la biologie ct le comportement des Coloptres cavernicoles troglobies . Mercredi 9 septembre (9 h. -12 h.). Prsidence : S. RuFFO. (Sance consacre aux Crustacs cavernicoles). 4. CHAPPUIS (P.-A.). Sur certaines reliques marines dans les eaux souterraines . 5. BoNNET (A.). Les Crustacs aquatiques cavernicoles et la Palogographie de l'Oligocne 6. GLENNIE (E.A.). A brief account of the hypogean Amphipoda of the British Isles . 7. HussoN sur la Biologie des Crustacs cavermcoles aquatiques ('N_lplwrgus, Ccosphroma, Asellus) . 8. LINDBERG << Les Cyclopides (Crustacs coppodes) trs volus, en tant qu habitants des eaux souterraines. Revue de travaux rcents concernant les Rryocyclops Kief cr ct Speocyclops J(icfcr . .Mercredi septembre (16 h. 45 -19 h.). P1sidence : F. EsPANOL. (Sance comwcre aux Insecte.-, cavernicoles). 9. Co:-:D (B.) .. -<< Gonmie, morphologie et phylognie des Campodids troglobies . 10. 11. 12. EsPANOI4 (F .. >: El .4nlroclwridius orrinus .Jeann. v sus razas (CoL Bathyscun) . (:\LE:> Studio comparative sulle larve mature delle specie hgun cavermcolo del genere Parabathyscia Jeann. . MATEU (J.). Revision de los Ceuthosphodrus (s. str) cavernicolas de la PeninsuJa ibcrica . 1 ..-{.-). 13. 14. 15. 16. 17. 18. COMPTE RENDU DES SANCES 29 Jeudi 10 septembre (10 h. 15-12 h.). Prsidence : F. ANCIAUX DE FAVEAUX. (Sance consacre aux tudes de biospologie rgionale). GINET (R.). Contribution la connaissance de la cavernicole du Jura mridional. Influence des glaciations quaternaires . STRINATI (P.).<odi cavcrnicoli della Corsica . :MANFRED! • • . , . (E ) _ Sur quelques Armgnees cavermcoles du genre DHESCO . . " . . d' . II Troglohyplzanles, et description especes nouve es .

PAGE 16

l'N E DE THAVAIL J >Axs GnA NJ> oc :\ILs•iuM :\-\TI O N \ 1 ' II ... ' . • ' • 1> I S 1 OlnE NATUHELLE. LE s 1 \t:HAXt;Es Ill' \ 'LTs s r . o .• • I'Ol'IISL'IYE N T ENTHE LES S l t ANCES J>ANS LE .IAilJ>I:-1 DES PLANTES. 1 ' /w/o Haller11. HENDU DES SAKCES :-! 1 Section K • 4 ETUDE DE L'HABlTAT 1-IU :\f A I N (de l a Prhistoire l'Epoqu e Actuelle) Directeur : N. CASTEHET. Mardi 8 scptCJn b r e (11 h. -1 2 h.). San ce gnml e. 1 . CASTEHE T (N.). A llocution p rsidentie ll e : L 'apport de l a Splologi e la P 1his t oirc :\f e r c •edi !l septembre (14 h. 301 G h. 30). Prsidence : F. ANE L LJ. 2. CA'I'IIALA C\1.). -<< Dcouvertes prhis t oriques dans l a G r olle d'AJd ne, Cesseras (Hrault) 3. KonY (F.-E.).:\fodifications que les ours des cavernes ont fait subir it l eur 4 . D E lli Bn C\1.). Dcouvertes tcenles d e gravures prhis t odques dans l ' il e d e :\finorque . 5. :\I noc (L.).L a conqu t e des P y r nes par l ' h omme c l l e r l e d e l a frontire pyr n enne au cours des t emps Samedi 1 2 sepiL•mbre (!l h.-1 2 h.). Prs i de n ce : J. E LOSEGLII. (). ANEI.J.I (F.).C n a nuova s tazionc d e l Paleolilico superior c in Puglia l a Caverna d e ll e :\Tura di :\Jo nopoli 7 .. J u nzA (:\1.). Per l a c lnssificaz i o n e dei m anufatti p r c isloriei del Carso Tricstino Communicatio n s c rit es : 1). LDIBEH'I' (1-J.l ; .) . :\ lessage t o the futme . ! 1 . AGDIBEHT (.1.), :\I A IITI K (,1. e l L.) c l AnNA L (G.-13. ) . T r avanx du G r oupe d e Lodve ( H r ault) 10. SJ(GTIL (J.).L 'importa nce du Kars l m o rave pour l a Se c l i o n N " 5 DOCC:\lENTATJON Direct eur : J . HoumE :\lardi 1> septembre ( 1 5 h. -l(i lt.). Sance g n r a l e. << L a Documentatio n 1 . HouillE (.1.). Aiioculio n prrsidentie ll e Splologique en France . 2. H A ILTON (C.L.).< < Cndc r g round S urvcy . .Jeudi 1 0 scplc111brc (!) h. 1 0 h .) . Prside n ce : C.L. RAILTO N . 3. (Or J f. ) . Arb e it c r an ein c r Bibliographie ft• S p c lii o logi e 4. 13AUER (D • F.).1 Ii:ihlc nvcnnessungcn 111il 111codol it und B ussol e 5. E1. 0SEGU ! (.1.). Sp lologi e a u Pny s Basque Espagnol

PAGE 17

32 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE Vendredi 11 septembre (9 h. 10 h. 30). Prsidence : G. ABEL. 6. TRIMMEL (Dr H.). Ein Oesterreichisches Hhlenverzeichnis . 7. :\fARUSSI (Pr. A.). Rilevamento fotogrammetrico della Grotta Gigante presso Trieste (1 ). Le vendredi 11 septembre, de 11 h. 12 h., les Congressistes plus spcialement intresss par les questions de documentation ont visit le Service de Splologie du Bureau des Recherches Gologiques et Gophysiques et ont reu de :M. J. BoumE les explications relatives son fonctionnement. Samedi 12 septembre (9 h. 12 h.). P1•sidence : A. GnonET. 8. :\IAUVISSEAU (J.). Un Centre de Recherches Splologiques (Diplme d'Architecte) . 9. AunETAT {:\f.). Sommaire du Fichier Splologique Suisse . 10. DunET (J.). Utilisation des coordonnes kilomtriques comme base de classement des fiches splologiques . Section No 6 PHOTOGRAPHIE ET CINEMATOGRAPHIE Directeur : J. ERTAun. :Vfardi 8 septembre (16 h. 15-17 h. 15). Sance Gnrale. J. ERTAUD. -Allocution prsidentielle : La photographie et la cinmatographie dans les cavernes de France . Prsentations de vues fixes par :\E\1. :\1. DRIDR, J. VERTUT, J. ERTAUD. Soires cinmatogJ•aphiques. :\Iardi 8 septembre (21 h. 23 h.). Sondeurs d'abimes (35 mm.), film de I\1. lcHAc. Les Beauts souterraines (35 mm.), film prsent par R. SAVNIK (Yougoslavie). Le Gouffi'e du Caladaie et la GJ•olle de Lnmbrives (35 et 16 mm.), films par les Eclaireurs de France. :\'Iercredi 9 septembre (21 h. 23 h.). Padirac (35 mm.), film de .Nf. ICHAC. Le Gouffre de la Pier1e Saint-Martin (35 mm.), film de J. ERTAUD. Le Gouffi'e de Piag{Jia-Bella, llalie (35 mm.), film de J. GILBERT. Splo du Dimanche (16 mm.), film ralis par le Groupe Parat (Arcy-sur-Cure, Yonne). Vendredi 11 septembre (21 h. 23 h.). Tnbres (35 mm.), film de G. A1.mcocco (Cannes). Glaces el Tnbres (16 mm.), film de M. DucHENET. Rivihe saw; toiles (Hi 111111.), en couleur, film de M. MARRY (Groupe Splologique de Grenoble du C.A. F.). (1) Communication prsente par :\1. FJNOCCHIARJo. COMPTE HENDU DES SANCES 33 Section No 7 ?\IATERIEL ET TECHNIQUES D'EXPLORATION Directeur : H. DE JoLY. ?\Imdi 8 septembre (1 i h. 30 18 h. 30). Sance gnrale. J • (R _ Allocution prsidentielle : Rflexions sur la Splologie 1. OL\: . DI. • • , et le matriel riloderne du speleologue . Jeudi 10 septembre (9 h. 10 h.). :\IAUVISSEAU (J.). Fabrication des chelles . 2 • , ( J ) _ Ecllelles mtalliU • • ((• ) << 1 'explm .. ttion des siphons et des fontames 9 . LA V AU R 1 • DE "" . ' vauclusiennes • . . (\V) _ Organizzazione tecnica delle ricerche sul corso 1pogeo 10. :\lAU CCI . del Timavo • Echelle de corde de fabrication indigne, Zinder 11. RENAULT (P.). (Niger) . Communications crites BANCAL (A.). _ << {;tilisation du mt pour l'attaque des grottes de falaise' 12. . sous fort surplomb . 13 (F.). -<< L'chelle souple du splologue . 14: DuFOUR (Y.-H.). --<< Le point de vue du mdecin .

PAGE 18

L E Gn H. .IEA:'oll\"EJ., Dt: HoaEHT DE .JoLY, PnttSIDENT FoNDATEUR nE LA Soctf: n:: nE FnANCE ET G u Y DE LAvAun P Jn.sJDEN T o u nE PAnt s , PENDANT Gr::o G J ) ' l .... ' nr:: 11 'hS r::scouns, n u C L uB ALPIN FnANAts. . :\Dl. HoBERT nE JoLY ET .'\onBEJtT CAs TEllE T n 0 1,-1 ... --.r S " Al:X l'llO(iHS Ill' L \ • PEL OL OGI E , LOHS DE LA llCEPTIOl\" .\l' S I ,GE I>L ' ('.r • 1 1 . ''J. l ' IN' . . _.., " FH. \:-i{:AIS. l'holo //allery. CO:IlPTE IIE1\0U DES SANCES 35 A 3 SANCE D E C LOTUR E L e sam edi 12 sep t e mbre 1 h. 30, d e nouveau dan s l e Grand AmphithCttre du ::\lusum Natio n a l d'Hist o ire Naturelle, le Ptsidenl Hen .JEANlL dcl are u uverle l a Sance d e clture du Congts. L'ordre du jour appell e d'abord l a discussio n des statuts des Congrs Internati o n a u x de Splologie. ::\1. G. DE LA\"AUn prsente le texte f ranai s propos pm la Commission spciaic d e sa r dactio n : STATLTS DES CONGHES DE SPELEOLOGI E II T J C I .L' l'fiEMIEII : /Ju/ . Les Con g rs Internationaux d e Splologie ont pour but l'l:l udc en con1mun c t l a d iscussi o n d e Ioules les questions scientifiques, techniques, conomiques ri juridiques touchant it la splo:ogi e prOlli'Ctnent dite c l aux sciences ct appl i cal i o n s con n e x es. AIIT . 2 : Comit Perman e n t e l Sessions. Les C o n g rs Int e rnationaux d e Splologie ont li e u , e n tou s les quatre ans . Ils sont organi s s sous les auspices du Comit Permanent des CongrLS I ntern ationaux d e Splologie. Le C omit Pennanenl n'ayant qu'un d e liaiso n et d'adtninislralion, n'es t compo s que d e quatr e membres : I.e Prsident ct l e Secrtaire Gnral du Con g rs sor\anl, L e Prsident c t le Secrtair e Gnral du Congrs suiYanl, o u leurs r cprt:•scntant s rgulil•tement dsigns. L e Prsident du Comit Permanent est le Prsident du Congrs sortant. Les reprsentants de chaque pays devront, a u cours d e chaque Congrs, dsi g n e r l e d lgu n atio nal aYcc !l'quel le Comite Permanent • estera e n li a ison. A u cours de c h aque Congrs, les invitations r cucs l)QUl' le Congrs s uivant sont examines cl une dcision est prise leur gard pat l'Assemble Gn rale des d lgus d e c haqu e nation , dans les c onditio n s p rvues l'ART . G . A11T. :3 : C:omil d'Omanisalion. L 'organisat i o n de c h a que Congris esl assure p a r un Comit lu par l e pnys oit d o i t avoi r lieu cc C o n g rs. L e Cnmi l d'organ isati o n lab o t era l e rglement du Con g rs qu' i l est charg d'organise• l'l devra le faire connatr e aux membtcs avan t leur insc r iptio n d finithe. AIIT. 4 : M embre s d11 Connris . L e Con g rs eonlptend tro i s c-atgories d e membtcs : Les .1/e m /Jres Participants qui sont les personnes ayant le r h oil de prendre part t outes les manifestat i ons du Congrs, d'envoye• des conllnunications cl dc reccvoit les publications .

PAGE 19

36 PHE:mEH DE Les Membres .4dhrenl.c;, qui 'sont les personnes n'assistant pas effectivement au Congrs, mais ayant le droit d'envoyer des communications crites et de recevoir les pub1ications. Les Penwnnes AccomJ)(I[Jllall'ires des membres participants, parents ou amis, ayant Ie roit de prendre part toutes les manifestations du Congrs, sans toutefois pouvoir prsenter cJes communications ni recevoir les publications. ART. 5 : Commissions d'Elude. Des Commissions d'Etude sont institues pour l'tude des questions se rattachant la Splologie ct impliquant une collaboration internationale. Ces Commissions sont lues par sections, sous rserve de ratification par l'Assemble Gnrale. Dans l'intervalle des Congrs, elles communiquent leurs rapports au Co:11t Permanent qui en assure la communication au Comit d'Organisation du Congrs suivant, ds qu'il est rgulirement constitu. ART. 6 .. : Assembles Gnrales. Pour tout cc qui concerne des questions scientifiques, techniques, touristiques ou sportives, chaque membre participant rgu1ircment inscrit et prsent au Congrs, aura droit de vote. . Pour les questions d'ordre administratif, le vote sc fera par pays, chaque pays disposant d'une voix, par son oniciel. ART. 7 : Langues officielles. Les langues officielles sont : le Franais, l'Anglais, l'Allemand, l'Espagnol, l'Italien_et le Russe. Toutefois, les communications devront. comporter obligatoirement un rsum en Franais ou en Anglais. ART. 8 : Publications. Le compte. de chaque Congrs est pub1i le plus tt possible aprs la .de cclm-c1. Il renferme les communications faites au cours du Congrs, les celles-ci ont donn lieu ct, enfin, un rapport gnral sur les activites du Congrs. L'envoi ou mme la priscnlation de communications au Congrs n'entrane at!tomatiqucmc.nt un droit leur publication. Le Comit d'OrgaRisation du Congres reste seul juge de l'opportunit des pub1ications. ART. 9 : Modification des Statuts. Toute modification cles statuts des Congrs doit he soumise par crit au Comit Permanent au moins deux mois avant l'ouverture du Congrs suivant. Le Comit Permanent proposera il l' Assemblie Gnrale, lors de l'ouverture rlu Congrs, l'institution d'une Commission d'Etude des Statuts, charcre d'examiner les modifications propost:cs. A nT. 1 O. En cas de eontestation sur l'interprltation des prtscnts statuts, le texte franais fera seul foi. Aprs /eclure de la traduclion de ce lexie f!ll .4n{flais el en .4l/emand (1), celui-ci est adopt l'unanimit. (1) Voir dans 1'.-\p.pendice :'\" 1 les t•aductions dans les langues officielles des Congrh. lnternatiOJ:aux : Anglais, :\IJ(•nHIIHI. Espagnol, Italien. :'\ous ne donnons pas de texte t'usse, les splologues de ce ne s'tnnt pas fait I'CI>Jsentet. COMPTE RENnU I>ES SANCES 37 l\f. P. RENAULT expose brivement e rsultat des travaux de la Commission d'uniformisation de la terminologie et ch.s signes conventionnels employs en Splologie, mis au point clans la gnrale de cette Commission le vendredi 11 septembre : << En 1949, au cours de la Runion Internationale de Valence-sur-Rhne, :.\l'M. GZE, JEANNEL, DE JoLY, PETnocmLos demandaient la cration d'un organisme spcial de normalisation des termes cl signes conventionnels des plans et coupes splologiques, charg en outre de gnraliser l'emploi du systme mtrique, d'tablir des rgles prcisant la toponymie des cavits ct la figuration de leur emplacement par coordonnes. Le Comit Directeur. du Congrs, rpondant aux vux mis lors de la runion de Valence, dcida d'organiser une Commission d'uniformisation de la terminologie ct des signes conventionnels employs en Splologie, charge de jeter les bases d'un travail collectif devant se poursuivre lors des prochains Congrs. Par ailleurs, i\1. ct :\Ime C. RAILTON (Grande-Bretagne), qui ont entrepris un important travail de terminologie et de topographie splologique, se mirent en rapport avec le Comit et participrent efficacement la prparation des travaux de la Commission. La Commission, lue au cours de la Sance d'Ouverture (1) s'est runie les 9 et 10 Septembre (2). Au cours de ces deux sances, les principes ct dtails de fonctionnement de la commission furent examins et l'tablissement d'une synonymie internationale amorc (3). A la fin de la deuxime sance, les vux suivants furent proposs ct adopts l'unanimit : 1 o) La Commission souhaite que dans chaque pays un Comit s'emploie dfinir avec le maximum de prcision les termes nationaux ct prcise la synonymie existant entre ces termes ct les termes provinciaux. 2) La Commission souhaite que lors des prochains Congrs, les travauX: de ces Comits Nationaux soient confronts et permettent l'tablissement de conventions internationales d'unifmmisation. Le 11 septembre, au cours de la St:nnce gnL•rale cie elturc des iravaux de Ja Commission, les conclusions et ll'S vux furent prisentl•s aux Congressistes prsents. En mme temps fut donn6 lecture d'une communication dl' .M. Josef SKUTIL (Tchcoslo\aquie) intitule . : Karsto!ogic, Sp6Io!ogie ou Spologie l). Des changt.>s cie vues suh:irent _ct fut de dlgus chargs dans, chaque pays de 1 d.es (..onu,tt:S Il fut admis l'unanimit que les membres de la Comnusswn r.u Congres prenaient en charge l'organisation des Comits de leur pays La _H.ste .des de la Commission est clone transforme en llstc des nationaux les modifications suivantes : il la demande de plusieurs :\Il\1 Nol LLOPIS-Lr.Ano (Espaffnc) et .fl•nn (tircc) en font partie. ailleurs Mlle JIANSFIELD il tre remplace par :\I. \Yilliam FoRSTER (U.S.A.) et M. PRETNEn par JI. Homan S,\\'Nm (Yougoslavie). :\I. DE BELLARD-PIETRI est charg de l'organisation du Comit elu Vnzuela. l) • • • • Ce compte rendu est adopt par l'ensemble du Congt'l'S quz [mt szens les deux vux proposs par la Commission. (1) Voir la composition de ln Commission dans le compte rendu de cette sance expos ci-dessus, page 24. (2) :M. Robert DE JoLY, .Memhte du Comit d'Otganisalion, assista la premire runion au titre de conseiller. (3) Ce travail fut considrablement f:u:ilit par les efforts de prparation de M. et :\lme R.ui.TON.

PAGE 20

38 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE L'ordre du jour comporte ensuite le choix du lieu o se tiendra le Deuxime Congrs International de Splologie. , Prsident Ren JEANNEL fait connaihe les deux p1opositions qui ont t deposees par les dlgations oflicielles d'Autriche ct d'Italie ct les soumet au vote cf es congressistes. A main leve, et avec une forte majorit (1), l'invitation italienne est retenue par priorit. Le Dr JEANNEL, tout en soulignant la sympathie avec laquelle a t envisage pour. session ultrieure la proposition autrichienne, prcise donc que le Deuxieme Congrs International de Splologie sc tiendra en Italie, en principe dans quatre ans. Ds qu'un Comit d'Organisation Italien sera prt fonctionner, :rsident et son Secrtaire Gnral devront sc mettre en rapport avec le President et le Secrtaire du prsent Congrs pour constituer le Comit Permanent prvu par les Statuts qui viennent d'tre adopts. Le Secrtaire Gnral Bernard GzE ajoute quelques prcisions l'usage des congressistes qui doivent prendre part aux excursions des Causses et des Pyrnes. Il donne rendez-vous aux premiers le lendemain 12 h. 30 dans le hall de la gare de Paris-Austerlitz d'o ils gagneront par voie ferre la ville de Brive-la-Gaillarde, point de dpart du circuit prvu en autocar. Les congressistes inscrits pour la seule excursion des Pyrnes devront se trouver le lundi 21 septembre 8 heures devant la gare de :\fontpellicr, point de dpart du deuxime circuit. Le Professeur G. T. \VARWICI(, Dlgu de Grande-Bretagne, demande alors la et, au nom de lous les membres l-trangers du Congrs, remercie les orgamsateurs franais dans les termes suivants : M. le Prsident, Ladies and Gentlemen, I have been asked to speak on behalf of the Foreign :\lcmbcrs of this in order to transmit to our hosts our heartfclt gratitude for the we have ;eceivcd in Paris. I sure that H will be in leping witl.l .the spirit of the Congress is 1 my remari{S short and to the point, av01dmg empty flattery. Nevcrthclcss we owe so much to our French friends thal an opportunity must be laken to thank them adequately. The organiscrs had fcw precedents to guide them, though 1 am. sure ihat future organising committces will be thankful to them for guidance in making nrrangemcnts for othcr International Speleological Congrcsses. :\'Iany of us wondered whethcr the recent strikc would seriously affeet our meeting, and we have been arceably surpriscd to find how little it appears to have donc so, !hough no this is th.c rcsult of much fcverish last-minute activity. This is m the best tradition of cavmg : << Obstacles only cxist to be overcome >>. \Vhen return to own .countries we shall carry back with us many : the fnendslups formed here, the many intcrcsting papcrs and discussiOns, the films that wc have seen, the Folies, the receptions and last but not )east, the charming hospitality of our hosts at aB times. ' . , Ou: special thanl
PAGE 21

IJEt;X "!ABLES IlE CO:W; IIESSISTES, I.OIIS Il(; 1!. \;>;Q U I , T IlE C I.OTt.:IIE. 1'/w/o /la/lery. DES 41 ANNEXE RCEPTIONS ET BANQUET D E CL‘TURE Diverses m:!llifesialions ont assurl: la cl ll'llle ncessair e au tours des tra\'aux d 11 E n premier lieu . le mercredi !) scplcnthrc 17 heures, sous l a conduite de ) ! m c n E L ,\\"AUII, les dames congressistes ont pu d e la ptscntntion des rollcct ions d 'une g r a nde maison de couture parisienne t:l faire plus ample connaissance a ut our de ses tables de th . E nsuite, le jeucii J O sept embre, ap1s une \'isilc guidt•c p::rmcllant d 'a\oir une rapide vision des prineipaux monument s el quartier s de Paris, les Congressistes se sont r etrouv(s a u Sige du Club Alpin , Hu e La Boi'lie, oil un apri ti f -lunch leu1 t'lait ofrerl par la Socil•l de Franc<' e l Je S plo-Ciu b de P aris (Gr o upe de !n Sectio n de Paris du C.A. fo.) . Aprs une allocutio n de bienvenue dans ses locaux par Geor<:cs DEscouns, Prsident du Club A lpin Franais, en prt:sencc de de la Directio n (; nt'• rae de l a .Jeunesse cl clps Sports, quelques mols fun:nl prononc s par le Pn:sidenl H e n :\1. Hoberl DE .JoLY, Prsident-Fondateur de l a Socit S p l(ologiqu c de Franc1 , Pi t'l'l'L' CIIE\"Al IEH, P r sidL•nt e n exer c ice de la S. S . F., enfin Gu y DE LA\'AUH , Pr sident du Spl n C i u b d e Paris. C:dlc rce ption, fort Y i\'anle, s'est t e l min0 c pnr unL ' soir e a u x Folies-lkrgin oit les ont c u Je l o i si1 d'apprci e r les autres charllll'S de la nature que lcu1 rsen e le G a y Paris ! L e sam edi 1 2 scplellthre, 12 heures, le Comit :\ationa! Franais de S p(•lologi c, oq.:anisal eur du C o n gri.•s, a u fl'erl dans sun Cent1e d'Accueil du un aptritif qui a les s t ances de lra\a il propre111ent ditrs. E n fin, l e m me jour, 20 h t•un•s, les C o ngressistes st• rL'IInissaient liiH' dt•rnire fuis dan s la grande salle du l"t•slauranl VianL'Y pou r un Banquet d(! clture de :wo cou\'erts. La plu s l'ranche animation ne cessa d'y r tgner de chauds : q>plaudisscnll'llls salui.renl les spirituels d iscours in1pro\i s r s elu Prsident JEANNEt., d u doyen d',"tgc E. :\I EnwAnT (dont l e frre fut l'illustrateur de plusicu1s ouvrages d e E. -A . l'l de nomhnux exp'oraleurs l'l t rangers. C 'est e n sc soultailanl ntulul'llelllcnl un cordial Au I " C \'Oil :111 prochain Congrs en Italie que sc sunl quittts les spt:lologues des Yin gt-huit nations r cpn: sl•ntcs Paris.

PAGE 22

DU :MIDI DE LA FHANCE TRAVERSEES PAR LES DU CONGRES \ ' , ... \ "' 1 .c, .. \ , ' \ COl\IPTE RENDU DES EXCURSIONS III COMPTE-RENDU DES EXCURSIONS 1. -EXCURSION DES CAUSSES dirige par MM. GZE et ROUIRE Participants : M. G. ABEL M. A. ANAVY M. M. AUDETAT M.F. BAUER M. E. DE BELLARD PIETRI M. J. CARR M. p. CHAPPUIS :\'hue CHAPPUIS M. B. ESCHER l\f. M. FRANCISCOLO Mme FRANCISCOLO l\f. H. FRANK l\1. B. GZE Mme GzE Mme GHERSI-RICCI M. R. GINET M. R. DE JOLY l\f. G. DE LAVAUR l\fme DE LAVAUR l\1. K. LINDBERG Mme MANFRED! Mlle MANSFIELD M. A. :MoROKUTTI l\fme MUNCK M.F. EDL 1\f. A. PERPil.LOU l\fme PERPILLOU l\f, J. Mme PETROCHILOS l\L G. PLA SALVADOR :\'1. E. PRETNER :M. L. REILLER M. J. RoumE Mme RoumE 1\f. s. RUFFO M. o. SATOW M. R. SAVNIK M. D. TURNER M. R. 'VRISLEY 43 Mme LEALE-ANFOSSI Mlle nEs NTUNIRES, Dlgue par la Direction Gnrale du Tourisme, accompagnait l'excursion. Le dpart de Paris eut lieu le Dimanche 13 Septembre, 13 h., de la gare d'Austerlitz. Un voyage, sans histoire, permit aux congressistes d'avoir une vue rapide des rgions naturelles de la Beauce, de la Sologne, du Berry ct du Limousin avant d'arri-ver vers 19 heures Brive, terminus du trajet en chemin de fer et point de dpart, le lendemain, du circuit en autocar.

PAGE 23

44 PIIDIIEII CO:>;(;JIJ:s 1:\TEJI:>:,\TJ O:>:.\J. DE IX:"\Dl 14 SEPTE:\fBHE A u d par t de Brhe, l a r oule dtsecn d pendant quelques kilomtres la valle a lluvial e d e l a Vzre, l a rgement c r e u s e ( );ln s l e s grL ' S c l les schistes du Permien c l d u T rias . Des ca,i ts n o mbreuses onl t dcrites dans les g rs, mais l eur d vel o p p e m e n t d e m eure t oujours trs r duit. A Terrasson , on entre dans les fo rmation s j urassi q ues de l'ext r mit sep ten trio n a l e des Causses du Q u e r cy. E lles son l ici peu p a isses et la Vzre les trave rse r a pideme n t pou r p n trer dans l e Cn!lac sup rieur du P rigor d . Cc d e r n ier l errain, d i rectement t r a n sg1ess i f sur le .lurrassi q ue, prsente ici un f a c is d e calcaire blan c soment u n p e u sahlt•ux (tage SiniJni e n ) . J I d onne rte pitloresques f a l a ises sua les boni s d e l a \'all i•e , qua devient plus troite par t i r de :\ l ontig n ac, \'illagc d'o l'on gagne la gruttc de Lascnus. I T l:\EIUIIlE Il E L 'E'\Cl 'llSI O:\ DES C:.\I"SS E S Les numros d e la carl e sc rappo rt e nt aux ou s ites sui,anls l.(;aott e de La scaux ; :l. -cli\ eases autour Evzi ts : :1.-(;rulles de C:ougnac ; 4. (;l'Olle d e Laca, c ; ;,_ -C.ouf'fa c de llinillon li. P:ad i rac ; 7 . ---: Grolle . d e ia Cahrt• rc•t s ; Il. ( i oul'faes i1 pho:.pho;ite : !l. -l'oint des (,o q ( C s elu 1 arn ; JO. : 11. Corniches elu Causse . \l jcan ; 1 2 . Bramah i a u ; 1:1. Cirnllc d e IJ: II'g il : a n : ( . f . . -Avt'n :\nnnncl ; lf1. -Hoi s d c l'a oth c : IIi.-l'ont d'Ar c l(iorgts de ( . \ n lhh t • ) ; l..\nn :\la1za l ; til. .\n: n d ' I'J.(II:IC : t!t. -r;mtlt des ; :.w. l'ic S:lint L oup ; Sainl (;uilhc m lc-D s e l'l el (;rolle de l a (fuoTTE IJE C e lt e pl'l il e ('avilt' esl curieusernenl s itue p r csque CO.\II'TE RE:>:Dl" DES EXCUHsiOXS au somrnt • t du plateau c r ( tac(, u n e zon e o(r eelui-ci t•st f r t'
PAGE 24

46 PRDIIER CONGR S 1:\TERJ\ATIOJ\AL J)E SPLOLOGIE On p eut supposer qu'e l l e a f o n ctionn anc i enne m ent comme •su rgcncc rem ontant e p ou• l e s cau x d e l a rgi o n , mais des reprises ult rieures ont entran l a ge nse d e p etits gou r s ct puits annexes indiquant une circulatio n e n sen s inverse. Q u o i qu' il e n soit d e cc point d e v u e , la g r otte d e Lascaux, d cou v erte e n 1!)40 seul ement, a a cquis imiiH.!diatemcnt une cl brit m ondiale par s e s admirau!c s fresques p1his t oriques qui lui ont va lu l'app e llation de C h a p e l l e S ixtin e d e la Prhis t oire . Ces u v res sont attribues p ou• la plupart a u mais il est possible qu' il y ait d j des e squisses aurignac i ennes. El les sont a ussi rcmmq uablcs p a r l e u r parfait tal d e conser va ti o n que par l eurs cou leurs v ives ct l elll" mou vante vl"t d'expression (1). Grce la bienveillante a ut o r i satio n d e l'a r c hitecte du gou\ e • n c m c n t , dlgu > oil l ' o n tro u ve dessins un bison p erdant ses entra illes l a suit e d'une blessure a u fla n c c t u n h omme masqu e d'o iseau d ont l 'interpr t a ti o n a provoqu des polmiques passi onn e s d a n s l e m onde des prhis t ol"c n s . Ap rs retou1 s u r l 'itinrair e sc p ours uit par la descente d e l a valle d e la Vzre, c ncagn onnc dans les cal caires du C r tac supl"cu1. Des fa l a ises, hautes d e 50 80 m tres c t cou r onnes de c h nes o u d e ge nvl"c•s, reclent une m u :tilude d e g r olles c t d 'abris sou s r o c h e a y ant servi d ' h a b i tat d epuis l e Pal o lithique . Ains i , o n passe, san s p o uvoi r y marquer un arrt, devant la g r olt.c du o a t d fini l e type du c t dcvanl l a groll e d e l a d ont les vestiges ont ser vi tablir l e typ e du A u centre d e cell e r g i o n privi l g i e, s c tro uve l e pitto resque v ill a ge des Eyzi es. Il est bti a u pie d du •ochcr d e o ont t tro uvs les squelettes types d e l a race laquell e on a d onn cc n o m. Plu s i eurs v i sites ont lie u d a n s les e n viro n s immdia t s d e c c centre c lassique d e l a P r his t oire (2 ). Aun1 DE LAUGEnrE-BAsS E ET Gnorn: nu GnA;-;n-Hoc. Trs gentiment reu s I Hlr l a propri t a i 1 e l es congressi s tes tudient rapiclc n icnt J e clbre gisement d e L a u g cric-13asse, vast e abri sou s roche situ a u pie d d e l a falaise qui fut l e t h ;itre d e fouilles remarquables. De s << t 1110ins pcrmeltcnl rl'y reconnatre toute l'hi s toi r e d e l ' habitat huma i n d a n s la • g i o n , cl un p etit muse f ournit l'occasi o n d'admire r une partie des objets qui y furent dcouvert s. Au -dessu s d e l'abri, un joint d e s l ralificali o n situ trs haut dans l a f alaise l:dssait s uint e r que lque humidit . :1.1. d cd il y a p e u d'annes, eut l ' ide d e rcch e rclH•r si les con c 1 tionnc m c nt s ex t r i eurs n e masqua ienl pas l'entre d 'une cavit qui aurait pu tre hab ite galement par l ' h omme prhis t o rique. Des trava u x import ants conduis i r ent cet explora t eur avis non pas d cou vrir un nouveau g isem ent palolithique, mais i 1 pnt r e r dans une p etite cavit, elit e aujourd' h ui Grott e du G rand Hoc, o sc tro u ve ln p l u s b elle collecti o n d e concr tions l'xcentriqucs acluellc m c nl accessibl e a u public . ( 1 ) Voir : F. Lasca ux, Chapelle S ixlinc:. d e l a p•histoi•c, :\lontignac. Centre d 'Etudes c l de Documentation p•hi s toriqucs, t I ll p., fg., 1!1-18. (2) Pm11111,;T , Pr siden t du S p lo-Ciuh d e J>l"il(u c u x , e t pl u s i eurs m embres d e groupe , in•cnt saluer le Co ngrs aux E y:r.ic,. T o u s :lidt••enl aimablement les o1J.(ani salcu• s i o ptscnter les r ichess e s souteoT aincs vis ites. l 'ag•abtc petit ouvrage dont PmnnET esl l'auteur : Le Pri g m d soutct T nin, Jmptimc•i c de l n Vzt c, 161 p ., 20 fil(. , 19:i:l. IIEJ\DU DES EXCCflSIO:\S 4

PAGE 25

i 4 8 G noTT E DE FoxT DE GAU)I E I>T GnoTTr;; DES Com 1 A nELL E S . -Ces deu x cavils correspond ent des cours d e nrisscau x sout errains, l 'un t o u t fait fossil e c l h aut p e r c h fl a n c d e fal a ise, l'autre e ncor e partic l l m c n l occup par les cau x c l s itu beaucoup p l u s p r s d u lit d e l a B cune. affl u ent de l a Vzr e . ' D E L A GnoTT E n E FoNT-nr-:-GAU)I E lh:?'IXE ( , T I;US IlE LA GIIOTTE Il E S C:O)I B . \HELLES (d'"prs des de llrtuil) !--:n p einture d a n s l a p r:cn11erc, en d a n s l a seconde, sc tro uve rcpr une fa_unc d e plus archarquc q u e cell e d e l a g r olle d e Lascau x . •)uOH J lle 1110r n s s p e<:laeul arres que cette d erni r e , ces g r olles sont clo n e jrr s tcnr enl c lbres d a n s les annales d e l ': .ll't par ital. Les figuratio n s n ombreuses de f l i ns, ours, b isons, III
PAGE 26

50 PllDIIER CO:'\Gn'S 1:'\TEil:'\.\TI O:'\A I. DE S PEI.OLOGIE Les con g ressi s tes traversent e n suite un plateau recouvert de sables du Prigord s u• lesquels s 'tend une b e ll e f o rt d e rsineux, entre le s valles de l a Vz r e c t d e la Dordogn e . A peu d e distance, s'ouvr e l e Gouffr e de P•otuncyssac, envil fort pittoresque d ont la visite avai t t initia l e m ent prvu e . scmcnt, une compl t e •vi s i o n de son amnagem ent •end a c t uellement la chose impossible. Par Saint-Cyp l'i c n , l a r oute rejoint la b elle v alle de l a D o n l o g nc, puis l a 1 cmont c e n suivant ses mandres bi e n dvel opps. Les villages d e Beynac, L a H oquc-Gageac, Vitrac c t G • o l jac s'accroch ent entre l a rivir e c t les falaises ealcai•es oll l'o n disting u e d e n o mb• e uses habitatio n s trogl o dytiques, c nco• e u ti lises. L e m o d e de v i c n ' a quasi pas c h a ng i c i d epuis le Palolithique : la chasse su• l e p l a teau , l a pch e dans les cours d'cau rest ent traditionnels malgr l e dvel oppement d e l'agriculture depuis le Nolithiq u e c t l a con structio n des c h teau x moyeni"lgeu x o u des m a ison s m o d c •nc s n'a pas f ail disparatre l 'utilisatio n des abris nature l s . De Groljac , l 'itinrair e sc p oursuit vc•s l e Sud d e l a D ordogn e par une longu e valle sche, l o ujour s d a n s les c a l caires c• t acs, qui p c •mcl d e gagn e • I r plateau d e Gourdon. Q u a t r e kilo mtres avant celte p etite v i ll e a l i e u un dernier arrt aux g•ottcs d e Co u gnac . G R OTTES nr:: Couo:-..-Ac. D e dcouverte t oute •centc c l e ncor e e n voi e d'amnagement pm un g r oupe d e p r o p r i tai•cs qui accuei ll e les con rcssi s tcs avec beaucoup d'amabilit, les d e u x g • o llcs d e Co u gnac sont d e cavits t. sc combinent les int •t s d e l a splologie pure ct de l a prhis t o ire. Elles f ont p artie d 'un m m e syst m e h ydrogntphique anc i e n , malhe u r e usem ent colmat e n p artie par les sables du P rigor d ; mais l e s t•avaux e n cours , ont san s d oute a b outir bi cnl l l a jon c ti o n des l n•ents reconnus ct v isits par les t o w i s lcs. 11 e s l d j possihlc d 'adntin•r d e IJclles concr ti o n s c l en p articuli e r un r e m arqua b l e plafond d e s t a lactilcs l slulc uscs . E n outre , plus i eurs points prsentent des p eintures prhis t oriques c l il convient d e m entionne r !>Urloul une paroi o •nc d e gn111ds cer vids c l d e b ouquetins avec plusieur s r eprsentatio n s humaines. Par Gourdon e t Payrac, les con g rcssi s les regagn ent enfin la valle d e l a D ordogn e Souillac o p1end fin ln pre m irl' journe d'excur s i o n. 1 5 SEPTDII3HE L e progr amme d e l a journe commence p a r l a v i s i t e d e l a g r o ll e d e Lacave, que lques l d l omtres e n amont d e Souillac, t o ujours d a n s la valle d e la D ordogn e . GnOTTE nE LACAVE. C e tt e importante c averne, c r e u s e duns les calcaires compac t s elu .Jurassique suprieur du Q u e r cy, corresp ond un anc i e n •sca u s outerrain d ont l'm e rgence pl"imitive esl a ctuelle ut c nt o b s true. A rmand e n • alisa e n 1905 l a dcou,erlc f ortuite, a u cours d e tra va u x destins i1 joi n d•c l'abri sou s roch e dit d e l'Eglis e , sur les h ords d e l a D o n logn e, au gouffre appe l I g u e d e Saint-Sol , qui s'ollv J c sur l e plateau situ a u Sud-Est. Cell e d erni 1c cavit, f ort liclle, avail l exp lori•e pa• VIll, ds HI02 . Son inventeur, ayant clcidi d e l'a nt i •nagc• , fit c •euscr un tunne l de 400 m !Jcs de l o n g l'Il plein. roc qui dbou cha clans l a p arlie m aint enant nomme g r olle de Lacave, du nom du v ill a g e voi sin, m a i s l a lia i son d finitive avec l'Igu e d e Saint-Sol n'es t pas e n c o r e • ia li s c. CO)IPTE RENDU DES EXC UfiSIONS 5 1 j

PAGE 27

5 2 Fort aimablement accu eillis p a r ::\1. 1 IEILY, l ' a ctue l propri t a i r e c l direct eur d e l a g r otte, les con g ressi s tes ont visit les diverses bra n c hes du rseau o uvert a u public c t admir s a n s rserves l a p erfectio n d 'un a m nagem ent d ont l 'ing niosit c1::gage l'esthtique d'ensemble t out e n les m o i ndres dtails . Les s uccessi o n s d e col onna des, d e gours, d e pians d'cau o sc refl t ent les c o n c r ti o ns, quelques r e n wrqua b lcs excentriques sont pleinement m i s e n val eur tant t par un clair:}ge blanc diffus, tant t par l eur luminescen c e propre due it gn r a lis d e l a lumi r e n uire (lumi r e d e Woud ) d ont l'effe t s'avr e s a i s issant. R e mont ant l a valle d e I'Ouyssc ,iu squ'it s a sou rce, rsurgence des cau x d e I'Aizou p erdues e n aval d e G r a m a t , les con g ressi s tes ni arqucnl e n suite un arr t a u b01 d du canyon cie l'Alzou dans sa partie dessche, devant l e sile d e P.ocam acl ou1 . Cc village r e m arqua bl e, ccroch a u x f lancs d 'un roch e r abrupt, r enferme suus son a n c i e n chteau, entre des r emparts du X li' ' c t XIV s icles aux quatre p ortes fortifies, un sanctuaire vnrab le, l'un des plus a n c i e n s ct plus cl bres p l crinagcs franais. Sou s l a pluie c t d a n s . l a brume qui, malheure usement, attristent l e p a ysage l o r s du passage des c o n g r e s sistes, l e dcor m dival, agr m ent d 'un f ond sonore d e c loches d d e chants r el igieu x, offr e u n s pectac l e p resque hallucinant. Q u e lques ldlo m tJcs plus l'Est , ap1s traverse d e l a partie l a plus troite du Causse de G r a m a t , un arrt est e ffectu p our l'exame n rapide elu Gouffre d e Rveill o n. GouFFfiE n E R I::vEILI.ON. Tl s'a git d e l a plus grandiose d e s p erles d e ruisseau x qui sc p1oduiscnl la limite orienta l e des Causse s du Q u e 1cy. Les cau x coul ent d ' a b ord e n s urface sur les f ormai ions marne uses du Lias suprie u r e t d ispara issent sou s terre ds l'aiTive dans les cal caires d o l omitiques du Bajocien. Cette coupe est p artic uli r e m ent n e tt e dans l'norm e o u verture du Hvei ll o n o l'on p eut clcscenclr e, e n compagnie elu petit ruisseau d e Sal g ues, sur une centaine d e lll lres e ncor e p a r l a lulllire du jour. La suite a t exp lo r, lors d e n ombreuses campag nes s p lo!ogiqucs, d epuis l'poque h r oque de 1::.-A. ::\fA H TEL r l p l u s i e urs kiiUJu l rcs d e galc l'ies reconnus . Enfin, u n e col o r a ti o n la f'lu o rcscine par G . DE LAvAun a pro uv l a rsurgence l a source du Limo n , e n viro n 7 kilo lll lres a u Nord-O uest , su1 les b01ds d e l a Dordogn e . Aprs l a lravei s(e des n w 1 nes, des c alcaires g 1 seu x c t des c a l c aiJcs m arne u x du Lias d e l a reg 10n d'Al v i gnac, l e franchissem ent d e l a faille d e P adirac r a m n e b ruta l e m ent sur l e c a usse bathonie n d ont l e s caux p cnlucs sonl collectes p a r la riv i r e souterraine de Padirac . GouFFHE ET n J V Ii: nE souTEHn A I N E n E P A illfiAC. -::\1. Prside nt Direct e u r gn r a l d e l a Soci(l d e Padi rac, souhaite l a bienvenue au C:ongrs e t sc rjouit d e l e recevoir e n cc haut li e u d e l:1 S p l ologi e ap1s avoir p artic i p ses t ravau x Paris. l ' n excell e n t r e pas l'SI ser v i cla n s l e pitto resque rest aurant a mnag sur une cornic h e l 'intrieur lll lll e elu g r andiose puits d'cffo nclr euJ e n t , v r i tabl e regard par l equel o n accLcle l e rseau souterrain. L e gouffre d e P nclirac, connu cll ' J H ii s trl-s longt elllps, o bj e t d e hi e n des l l:gcnclcs, avail ser v i d e refuge p endant l a g u erre d l' C e n t Ans c l p e ncl anl les luttes r e l i g i e uses du X\W s icle, mais la pren1i r e exp lornlion scientifique fut ralis seulement l'Il 1889 p a r E.-A. :'IIAHTEr. c t compag n o n s . fiEND U DES EXCt.:H SIO:\S 53 P ADIBAC L ' orifice du guuff1e, v u d e 7 5 111. d e prol'ondcu1 Pho t o li.ollar

PAGE 28

' ' 5 4 PREmER CONGRS 1:\TERl\ATIONAL DE SPLOLOGIE PADIIIAC n g r o upe de congressistes sur l a ri\'it•rc souterraine. 1 '11"/u Cinmup!wl. HE?'\Dt: DES EXCURSIOKS 55 Il sc ptscntc dans un champ calcaire p lat cl aride, sous la forme d'un vast e trou bant, peu pts citculairc, de 9!) mtres de citconftcncc cl 31 mtres de cliamtr c ; aYcc une profondeur de 55 mtres jusqu'au cn e d'boulis qui e ncombr e sa base ct une centaine de mttes jusqu'au ruisseau souterrain a uquel est d le ctcuscmcnl initial de l a cavi t dont l'eff ondrement d e la Y O lc l i permis l a liaison direct e
PAGE 29

56 PREmER CONGRS J :-:TER:\:\1'101'\AL DE SPI ,OLOGIE G IIUTTE D U PEC:II.\IEIII. E (CAI!IIEIIE T S) l J eune I IHIIIllll nuth. 2 : Chevau x, pontluati o n s, 1 11ain s . Pho t o Amy l CO)IPTE REl\DU DES EXClS IO:-:S 57 un dcor frique, crant ainsi une atmosphre des plus sympathiques qu' app1cicnl spcialement t o u s les parlieipanl s d e l'cxctn s i o n. L'arrive Ca hors, t erminus d e la deuxime journ e , est f ort tardive, mais la municipalit , l e P rside nt du Syndicnl d 'Initiatives cl :\1. FAl\TANGI, l'rsident du S p l o-Ciub du Quercy, ti ennent eep endanl :\ recevoi r les con grcs !'.is les dans !e s sal o n s d e I ' J-lt c l de Ville. Cell e rceptio n dans la capitale des Cadurques, fire cie ses splendides ln o nuiH cnls m divaux c l des s ite s t ouristique s inoubliables qui l 'environnent, est c o u r onn e par un tradit i onnel vin d ' h onneur. :\IERCH ED I lli SEPTE:\IBHE La j ourne du lli Septembre est essent iellement consacr e l'tude des phno m nes k a r stiques d e surfa c e. D'ab ord, a lieu l a vi s it e d e la Fo:-:TAINE n E s C nARTIH:tx (la Divona Cadurco rtun des H omains) qui m c • g e p e u rie distance e n amont du cl bre Pont Val c nt1 (XIV " s i c l e ). Dans celle magnifi q u e e x surgencc vauclusienne, qui a limente Cah o r s e n cau p o table, G . I>E LAVAUR c l ses collgues atte i gnirent e n l!J47 une pro f o ndcu1 d e l'onlrc de !iO m tres, au cours d e pl o nges m m o•a blcs (l). Ces cxploi ations ont mont r que les eau x proven a i ent d'un 1 seau p r o fondment situ au-dessou s d e la valle du L o t dans les c alcaires ma1n e u x Id m riclg i e n s. L 'itinrair e sc p oursuit e n remontant l e L o t j u squ' A rcambal, puis e n s uivant la valle sch e d e C o ncot s qui, p endant plus d e l U km, droule ses curi e u x mandres avant d e d b o u c h e r l a surfaee du Causse d e Limo g ne. Aprs Concots, par une . sl'i c d e p e t ites r o ules b ordes de mmeltes de pierre sch e, entre des b o i s d e c h nes truffiers trs caract ( Ti sliqms, les c o n g res s i s tes gagnent l a rgio n d e Bach qui fui un centre d e l'exploitatio n des phospha tes d e c haux dits phosph o l'ilcs du Q u ercy . Gour:FnE s A PIIOSI'IIATE DE C LOL'I' DAUHAL.-Den111t cc g r oupe d ' i m p ortantes cavit s, B. G i:ZE explique qu' il s'agit d e g r o lles e l d ' a \'c n s datant san s dout e du milie u d e l'Eocn c , qui furent combls par des arg iles cl des formations phos phat( cs cnt1c I'Eocnc moyen c t l e d but d e l 'Ol igocne, puis e n ti r ement dblays par une inte nse exploitati o n datant d'en \'i r o n 80 ans . Ai nsi ont r c pa1u des f ormes kars t iques qui sont parmi les plus anciennes d 'un :ige bie n p1cis e n France. On e n con n:ti t plus i eurs centaines c l il est p arfo i s possible d e dceler les rseaux h ydrographiques d e cc p a lo-karsl, souvent r utiliss d 'ailleurs par le s caux aclul•llcs. N o t o ns, e n outre , que l e d blaiclllent d e ces gouffres fossiles a liv r::• d'innom brables osscn1ents de 111nmmif res e l d'oist•au x constituant l a faune des phosphoriles du Q u e rcy , cl (•bre auprs des (2). Par Vanlir c,' L ilnognc, :\larlie l e l V illefranch edc-B o u c r g u c, l'excurs i o n sc e n Lta v e rsa nt les di vc1 s ni vtaux gologiques qui cons! il u cnl les Causses, dcpliiS l e .Jurassique supricu1 dans l ' O u e s t , jusqu' la b:Jsc d u Lias d a n s l'Es t. Les dolines, les i gues ( n o m d onn a u x aven s dans l e Quercy) c t les p erles d e (1) Voir : G . Ill> LA\'AUII. L 'exploral ion des , . ,;sur g(• nccs \ aucl u s icnncs, Annales d e Sfl / o. , t. Il , 1!l.&., p. 187-200. ( 2 ) V o i r : U. Les gouffrcs i 1 phosphate du Q u c rcy, Anna l es d e Spl o., t. IV, 19.&.9, p. 8 9-lO t .

PAGE 30

58 PniDIIETl f:'\TER:\'ATI 011:AL OE ruisseaux y sont innombrables, mais san s ampleur ct n e donc pas de n o uveau x m-rt s (1 ) . Des Villefranc h ede-Rouergue, l e Q u e r c y cal c aire fait bruta l e ment place au R o u e r g u e cri stallin. L 'itin r aire est trac entre liUO c t 700 m d'altitude sur J e pl a t eau g r anito-g n e issique du S gala, qui corresp ond une \'ieill c p nplaine anttriasique. GOUFFflES A PIIOSPIIOfltTE DE CJ.OU P lJAUilA J.. f>holu Ge;::e A R o dez, oll a li e u le repas d e midi, les con g ressi stes nielle nt profit quelques instants d e r pit p our a ller admire r l a magnifique cathdrale rie g 1s rose p ermie n , o r g u e il d e l a capitule r nuerg al c ( Xlii" c l Xtv• s ii•cles). A partit d e H o dez, l a r o ut e remo nt e l a valle suprieure d e l'Aveyron , dans l a zo n e flite les gio logues << Dtro it d e H o dez , u it les c:llcaires jurassiques, a ff a iss s pat des fa illes a u 111ili e u du massi f ancien , assurent une rel ative transitio n entre les Ca ussrs du Q uercy l 'Oues t e t l es Grands Causses l ' Est D e n ombre uses p e r tes d e r uissl':IIIX jal onnent soit lrs bordures c ri stallines, soit l e contac t cnttc l e Lia s supri elll' ill l)JC I 'Illl'ahlc c l le .Jurassique moyen calcaire . ( 1 ) Voi• p o u• celle rginn : 13. c;, : : z E . -E tude h y d.-o !;o l o giquc cl m o q > h o logiqu c d e l a B ordure S ud-OuC's l elu Central, Ann11 / es d e 1 '/nslifu/ .\'afirm11/ Ayro n nmiquc>, l. X XIX, 1 O :l7, 8 1 p . , 2 0 f i g . , . J pl. _ , RE:\DU DI!S EXCURSI011:S GonGES o u T A n x Les D troit s 59 Photo Ba/san

PAGE 31

60 PBE)IJEB CO:'\GHS 1 :'\TEB:'\ \TIO:\AI. ])E Con x r cttEs nL CAussE L e Vase d e , a u d c s:-.u s d11 C" i g nagc d e reconnaissance des Cvenol s et des Causscn ards, qui se dresse sur 1111 socle d e stalagmites a u confluent des cie u x canyons du Tarn e t d e la . I onie, i t l a limi t e des a n c i ennes provinc e s du B o u e r guc et du Gt• \ audan. L ' arrivr sc fait tardin•ment it C a p i t a l e des Causses , premi e r l' l 'nlrc de ganterie d e Franc e , tabli dan s un v : J s t c bas s i n o les gorges cie la llo urbic •ejoi g n cnt celles elu Tant, au pied des r empart s du Causse c l du Causse du Larzac. t:n chaleure u x accu e il y est n:•sent: aux Congr essistes par la par A nTJm Es, P rsi d ent d u Syn dicat d 'lllitiativcs ct p a• :\1. Gt;tii EilT 13ou t ssET, l'rsiden t d e la Chambr e d e C ommerce. n . IlE . JOLY, qui r ciiiC'I'C i c les o r gani snt curs d e cette •ceptio n , rappell e les liens f amiliaux qui l 'unissent r l l e r ll' capital j o u par cett e v ill e dans l e d (vrlnpp c m cnl d e l a s p lologi e fra n c :aisc ( 1 ). JEUDI 1 7 P o11r l n tlla li ne, consacn:•c :' t des , i s ites d e ple in air, l es con g •cssi s tcs sc div isent l'Il d e u x g r o upes. A 7 h e ures, l e prcn1ic • g r o upe, cotlduil par quitt e :\l i ll a u e n YOiturc p our L e ){ozil'r, Olt sc •ejuign cnt t•oi s grands Causses : l e N oi t , l e c l le Sauveterre. ( 1 ) P enn I oule ln S p lologi e des G • ancl s \'Oi• : E.-.\ . .. L e s Causses a u , A r i i rcs ct :11 o P ri,::., . t n:w. . _ . _ L. BALSAN. -G •olle s el A llllll eS des Cor:tnds Causses, laO p., r .g, 19 a0.

PAGE 32

62 PRD!IER INTEflNA'J'JONAL DE EXCURSIO N AUX CORNICHES DU CAUSSE :\'f:.IEAN. U n sentie r , accessible seulement aux personnes entraincs, passe sou s l e rocher d e Capluc, domin par les ruines d e son vieu x c h fttea u , puis escal a d e les contre f orts du Causse :\l jcan. A 800 mtres d'altitude, il dev i ent horizontal , sc loge sur une troit e cornic h e e t remonte l a valle du Tarn parmi les a i guilles e t les t ours d e d o l omie jmassique. Aprs l a Fontaine du T e il , l e c hemin a b andonne l a cornic h e c l , par J e hameau de Cassagnes, tra v e rse un i sthme du Causse :\fjcan. JI a n ive bient t sur l e reb ord des gorges de l a J ante , qu'il va. r edesccnclrc en suivant un itin 1airc a n a logu e celui du T arn. C'est i c i que sc tro uverll les plus puissants cscaqJcmcnts des Causses avec des falaises hautes de prs de 400 m tres. Par l e dfil vertigine u x du Pas-du-Loup c t elu Vase d e Svres, l a c o rniche, qui, bie n souvent, sc rduit une simple vire , a mne au sommet elu Ravin des Echos. L a descente devi ent e n suite plus facile c l il est ais d e rejoindre Capluc, puis L e Rozi er. R e p r e n ant a l o is les voilu1es, l e groupe gagn e p a r PcyJclcau le h a meau du :\laubert OLI sc tro uvent d j les autres con g ressi s tes. A 10 h eures, J e d e u x i m e g r oupe, guid par :\L RoumE, avait e n effel quitt :\lillau directement pour L e :\l aubert, 14 kilomtres, sur l e Causse Noir. A p artir de cc p oint a li e u l a v i site elu sile clbre d e :\Iontpellie r le-Vi c ux. . \IO?HPELLIEil-LE-V 1 EUX La Citadell e ...---, 1 l , , ! Photo /Ja/ sr.n ExcunsiON A \fONTPEU.rEn-J.E-VIEux. -C:e c h a o s ruinironnc, excav clans les dol omies hathoniennes c t qui couvre plus d e ( i()O hcetaJcs, justirie par son ampl eur c t son pittoresque la rputation universelle qu' il doit a u x descri p tions enthousiastes rie \IAJ.A FOSSE cl d e \IAIITEJ. : << Toul ccl e n chcvtrcmenl rie rues, d e votes, d e chemin e m e nts, de saillies sur cornic hes, tantt se c r o isant ;' t a n g l e droit comme une v ill e tire a u c ordeau , t antt f ormant un v r a i labyrinlhr o HENOU DES E XCUflS IONS 63 l'on erre quelquefois avec embarras, t out cet e nsemble, comme t o u s ces d t ails, n e peuvent sc dcrire . ( :\IALAFOSSE). << L'tymologie du n o m est l a suiYantc : frapps par l a disposition artificielle cl a r chitectura l e des roches, les ]nitres les compar 1 ent cc qu'il s avai ent v u d a n s les difices du c h e f-li e u d e l 'Hrault, p our e u x l a cit par excellence ; de l vint la d nomina ti o n d e M ontpe lli er, laquell e l 'ide de ruine, de desln1ctio n , fit j oind r e l'pith t e d e le Vie u x . (:\lAHTEL) . Un excell ent d j eune r , off ert aux con g1cssi s tcs par l a Soci t de l'Aven Armand, propritaire de :\l ontpc lli cr-lc-Vic u x, est servi a u 1cfuge du :\laubert par :\fm c nonEnT, h o tcssc f o 1 t pa1 les gourme t s rgion a u x . A cc r epas, prennent part :\C\f. CABA:-ITOUS, Directeu r , c t G uJBEHT, Admini st1atcur d e la Soci t d e l'Aven Armand, ainsi que :\I. BunucoA, Prsident du Syndical d'[nitiaLivcs d e Peyreleau. Ayant quelque peine s'arrach e r a u x d lices de l a Labi e , les splologues tnwcrsenl e n suite l a t o talit du Causse Noir a u x solitudes d'abord b o ises (d'o son n o m ) puis far o u c h e m ent dsertes l 'approc h e du massif anc i e n des Cvennes, p ou1 gagne r l e site du Bram abia u. sOUTEnnA INE ou BnAMAUIAU . -Dans un petit foss tect onique, a u milie u des schis tes cl des g r anites du :\f ont Aigoual, l a couYcrtuie sdimentaire de calcaires d o l omitiques h ctta n g i c n s sc t1ouvc conserve. Vc1s 1.100 m t1es d'altitude , prs du hameau d e C mnp1icu , l e n!sscau du Bonheur y disparat sou s l e iTe pour ressortir aprs un parcou1s d e lillO 111, c l 125 m plus bas, au fond de l 'impressionnant canyon d u Bramabiau ( l e b uf qui bra me). L e plateau calcaire n e d passe g u r e un kil o m tre carr d e superficie, m a i s prs d e 10 ldl o m trcs d e galeries latr a les, d 1ivatio n s plus o u m o i n s a n c i ennes du Bonheur souterrain, ont Cl reconnues d epuis l a premire traverse de \[AHTEL ( 1888). Les con gressistes n e peuvent, san s quipcn1ent, en raliser une vritabl e Y i silc, mais il s o bservent d'abord l a perle, g randiose tunne l de section rcclan g u: aiJe (R 12 111 de hauteur sur 1 0 1 5 111 d e largeur) , rsultant de l'eff ondre m ent des s trates parall l e m ent l eurs joints, que l'on suit aisment sur 80 mtres d e l o n g u eur j u squ'il un regard nature l sur l e Causse, l'aven du Balsct. E n suite ils pnrcoure nt les mnndrcs nsschs d 'un nncien cours du Bonheur d , par l e tunne l d e la 13auanc, o u Taou a ux-11cnunls, perle a uj ourd'hui abandonne pm les caux, il s j e ll e nt un coup d'il plo ngeant sur l a saisissante << A lcve d e l a rsurgence, cl'oir s'C:Ivc l e fracas des cascades revenues a u jour. Enfin, descendant j u squ' ccltt• dernire, ils p n t1c rll grcc a u x coa ni c hcs soinmaircmc nl amnages pour les t ouris les jusqu' la salle du Havre, d 'o .la g 1nnde diaclase d e soa lic, rcclili g n e sua paesqu c 1 5 0 mtres, avec plus 40 mtres d e h auteur. prsente d e IIIagnifiqucs oppositio n s d'ombre c t d e lunuere. S i l t l caverne du Bramabia u ptseniP peu d'attrait pout les t ouris tes ordin aires, c'est certaine m ent l'une d e c e lles o l ' o n sent l e mie u x le ptoctigicux travail des caux s outerraines, d e t e ll e sorte qu'ell e mrite bie n d'LJ'C t o uj ours c ite enmme l 'un des s ites hyliiogologiques les plus s p ectaculaires. Revenant vc t s les G J'ai H i s Causses par l e col d e \fontjardin, l 'itinraire descend su1 llfeynic i s p our remonte r l a g1ott e d e Dargilan. GHOTTE DE DArtGII..AK. A peu d e dis tance du hameau de cc n o m , su1 l e Causse n oir, mais au b ord m m c du canyon d e l a . f onte, cette cav e 1ne s'ou v r e a u sommet d e la grande masse d o lomitiq u e du Batho ni c n . Il s 'agit d 'un a n c ien cours d'cau sout errain, d o n t la topographie a d ' a ill eurs t f ort b o uleverse par d 'importants e ff ondrement s .

PAGE 33

G4 r :-;T EII:-;ATIONAI . OE S P LOLOGI E Hr\ ' IRF SOUTii HH .\IN E IJ U La d e uxime cascade, prs d e la .;ortie de l a ri\ ire sout erraine. Pholo Da/sai l l -nE:-;Ot; DES EXCt.:HSIO:-;S G5 Dcouverte, dito n , au XVII'" sicl e, puis oublie, el l e fut retrouve en 1 880 p a r un ptre . Aprs deux visite s prliminaires, en 1 88 4 ct 1885, e n cffccl uu l'exploratio n complte en .Juin 1.-\RI\. l.'.1nnC:c sui,antc la gr otle reccvuit par les soins du C lu b Alpin Franais, un amnagcrnc n l somrnairc qui e n fit la prc rnirc cadt t ouristique de l a r!-!ion clc•s Causses. U n a m nagcm cnl nouveau, uvre d e son propriC:•tairc actuel, CAZAL , qui e n f ait les h onne urs au Congrt•s, a rcdon nC:• une valeur incontcstublc cc JHlrcours sout errain. Les passuges C:•troils allcrncnl avec les salles grandioses c l l'on r e m arque que lques concrtions magnifiques, notamrncnt deux normes stalagmilcs (le :\linarcl cl l e Clocher), ainsi qu'une belle dra p erie de cal c it e appclc la Grande Cascade. D e r e t our g it c d t l'tape. ks congress istes v o ient leur , ct pui s amnag en HJ2, aprs le c r eusement d 'un tunnel e n p ente d o uce, long d'u n Jll'U plus de 200 mtres, qui ,ite la descente par l e puits n altne l d ont l 'aspect primili f a l ainsi maintenu. Ce prc•nie• puits, d e 70 Ill. s'ouvl't' dans les c alcairt•s en plaquelles elu Squnnic n , il prnxi 111i l L illlllldinlc d'uu c ilnportnntc fa ille Nord-Sud qui t Javcrsc t oul l e :\l" j ean. Il donne ace(s dans uue lrt•s vasle salit•, occupe par un grand b o uli s e n p cnlc. Ln m oit i.:• inf( riLnrt de cL•ll c pent e est • ccou,crtc Jl:ll' une For t V i e r g e d e qua tre Cl'llls stalagmitt•s, haul(•s de quelques mt1es 24 ll1 cl d 'une blanc h eur immacule. I. e spet'laclc est d 'une beaut sans quivalent. A la base d e l'L•b oulis, vers -110 rn, d:rus la zo n e o sc dressent les plus impressionnantes stalagmites en larges feuilles de palmier o u en piles d'assi e ttes , u n norme puits vertical dt•sn'IHI t•nco•c !JO mtres plus bas. tra,e• sanl d'ab ord Loul e J'paisseu1 du remplissage dt• la grande salle, puis h l roch e rau n1c icnne e n place. Le foud, o les t ouristes ne pcu,cnt d'aill eurs descendre, doit sc Jrouvc• p•t•s des bancs :ugov iens. relnti ,•cmcnl impermables. cc qui expliqu e rait q u 'aucune continuatio n n'y s oi! possible ir l'homme.

PAGE 34

66 C O:\Gfl'S 1:->TEH:\ATIO:-IAL DE SPLOLOGIE AvE N ARi\IAN n Da n s la For t Vierge ::> 11/ro / o Rnlsnn HE:\DU DES EXCUflSJO:-IS 67 Un vin d ' h onneur, o ff ert par l a Soci t d e l ' Ave n Armand, c t les souha it s de bonne r o ut e d e :\1. CAUA>:Tous c l luJ cnt la v i s it e. La carava n e prend al o r s l a directi o n du Non!. " Aprs l e Co l d e la Bode, on p n tre dans l e long p olj, f ond p lat, d e Caussi gnac . Ce luic i prend fin au Col d e Copcrlac oi1 est allcinl J e r ebord sept entrional du Causse. L e panorama. a u-dessu s du mandre du T arn il Saint-Ch ly, fait l e dig n e p endant de celui du P oint Sublime c l cc sont, co lllm c sur l a rive oppose, d e vertig in e u x lacet s q ui p crmcllcnl de descendre jusqu':'• Sainte-Enimie. P endant quelques kil omtres, l 'itinraire r e m onte l a valle du Tarn, d ont c ertains passa ges sont e ncor e trs resserrs. O n a p e roit , :'1 cho it c, la sortie impressi onnante, e n haule diaclase, d e la g rosse source d e C a s l e lb o uc, qui r amne au jour une b onne parti e des cn u x sout erraines du :\[ j can septentrio n a l. U n p e u avant Flo rac, l a r o ut e abandonne Je Tarn p our s'lever jusqu'au Co l d e :\f o n tmiral ( l.IH 2 m ), entre Causse d e Snu,e t crrc c l massif du :\font Lozre. Cciui-ci, f01Jll d e schistes c l de granites. culmine 1.70 2 m , cc qui e n fait l e p oint J e plus lev du :\lassif Ce n t r al Franais (s i l'on f a it a b stractio n des 1elief s volcaniques surajout s d e l ' Au,e• g n e cl du Vivatais). La descente est brutale j u squ'il la haute valle du L o t , :\le ndc, p etite v ill e pillo resquc qui est traverse san s avo it l e temps d e lui consacr e r l a brve vi s it e prv u e. , Quittant al o r s l es Grands Ca usses p o u r l e Pays C ,c n o l , la r oule serpente d 'abord dans la v alle du Lot sup ri eur, puis , aprs le Col des Trihcs (1.12 5 m ), sur la lig n e d e partage d es eaux entre Atl antique c l :\l iterra n c, descend l a valle d e l ' Alli e r , a ffluent du Chassczac, d a n s Je ve r s ant rhodnnic n. Cc s ill o n l.o l A IIi c r spare l a montagne du Go ul t • ! , au Nord, du :\l o n l L oz r e, au Sud. L e massif anc i e n d es Cvennes s'y montre e n plus i eurs p o i n t s r ecouvert par des t m o in s jurnssiques calcaires dans l e squels o nt c l reconnues plusieurs cavits importa ntes ( J). Aprs un d e j eune r tardif Villefort, l 'aprs-midi cu1nmcncc p:u la t raverse des 13asscs Cvennes schist e u s es, puis, it partir des Vans, de la Bordutc sou scven o l e OLt J'on r etro u v e les formations cal c;lires jurassiques. Dans cell e zo n e, qui sc rattache, gC:ologiqucmenl , au Ba s-Languedoc, l es co u cht•s n e sont plus subho d zontalcs c t sculctn cnt faiJIC:ts, comtn e dans les Ca usses, mais l'Iles sc m o ntt cnl sou v e nt vi o l emment plissC:cS: Cc son t l es cha n o n s d ':ige pyrn e n o u alpin qui con stituent l es Garrig ues . l'n p e u aud c l des Vans, l a r ouit• serp e nt e dans l e /Joi s d e Paolive, d ont l es cnlcait cs bl a ncs elu Eimddg ien, trs diaclass, pto voqucnt d e pittoresques a spec t s ruiniforn1cs a u dessu s des liorgcs du Chassezac. Puis, pmtir d e Vallo n , l 'itinraire s'eng a g e clans le s l;urgcs de l ' Ardch e , entre l e Bois d e Ronze a u Sud t'l l e P l a teau d e S a intR c mzc nu Non!. Ces gorges sont excaves d a n s la grande tnassc, t e lati vc m cnl tranquille, d es c a lcaires (C r t ac infrieur), qui t c d onncnt u n paysage analogu e celui des Causses : cc sont ll•s (;ras dt• I 'Anlt:•c h c. :\f o in s p r o f ondes c t m o in s majestue uses que certains passa ges dl'S G o r ges du Tarn, celles d e I 'AJ'Cich c d c n1eurenl il coup si1r aussi t _ q >iqucs et leur c: u actt: • r e ex t r m e m en t .sauv a ge, s o u s l'bl o uissenl cnt du c i e l m diterrane n , les rend e n til'fi nilivc peul e ltc plus pilto r csqucs, p articuli t e m cnt au Pont d"A • c, prs du l c J minus de l a r o ut e. PON1 ' o'Anc . -Il s'a gi t d 'une p t cs t ig i e use atc h c naturelle, haute d e 66 111 (dont 3-1 sou s v o t c) c t l a rge d e 5!1 m tres n u n i vea u d e l'cau. Cc ph nomne, ( 1 ) Voir not amme n t : .1. GAHC: c l . 1 . I. e Plateau des 13ondon s c l l:l G r o lle d e (Lozere) . Annales de S p ln .. 1. IV, 1!1+!1, p . c l communicatio n li l n Sectio n 1 d u Prcmic• Congr s lnlernalio n nl cie S p l oloJ:: i c, tom e Il d e s publicnlio n s.

PAGE 35

68 AVEN DE L'escalier l a g r o ll e. COMPTE llEN D U D E S EXCUHS!Ol\S 69 unique en f'n1 ncc par son ampleur, rsulte du •ecoupcmcnl d'un a n c i e n mt' andrc d e l'Ardche, qui dut comme nce• p a r p r atiquer une cave• n c sou s l e p •omontoirc, avant d'y passer e n t o t a lit . A u retour, les con g ressi s tes examinent l'an c i e n mandre, dans l equel l a route a t loge ct dont l 'altitude est s upr ie ure d 'une ving taine d e m tJc s tl celle du cours actuel. Puis, •cpassan l par Vallon , i!s accdent au P l a teau de Saint-He m ze sur l eque l s'ou \TC J'A ,en-Gr o tt e de :.\fai'Za l. AYE:"'-GnOTTE nE :.\fAnZAI-.-Cc gouffre fut dcouvert el cxpl o n ! e n 1 892 par :.\[ARTEL, puis son orifice fut b o u c h cl son emplacemen t oubli. On d o it Pierre AGEHON cie l'avoi r r etrouv e n l!J.J!l ct d 'avoir immdia t e ment c ntJcpris son amnagcm c n t. Actu ellement , l e p u bli c a t t eint la g r o tt e pm le pl a f o n d , e n descendant par un escali e r e n v i s dans l'aven luim m c, dispositi f extrmcmcnt h c u •cux puisqu'il permet a u x touristes d'pr ou,c• des impressi o n s assez analogues il celles du s p lologu e au cours de ses exp loratio n s . U n cl airage trs tudi m e l p l eine ment e n val eur une orn e m entatio n d e qualit o les coule urs varient l'infini, d 'un brun sombre au blanc n e igeu x e n )Jassant par t outes les teintes du rouge. La rem onte sc fait par un deuxim e aven l a t ral, qui n'aboutissait pas primitivement e n s urface, mais d o n t le s fonncs cl'•osi o n sont spec taculaires. :.\f. AGJmON, qui dirige J u i ntmc l a v i s it e des m embres d u l.on g •s, l e lll • serve :'t J a s ortie une •ccpti o n par t i c ulirement a ttcntionn.: c cl c'est e n co•c fort t ardivement que l'on pardcnt au g t e d'l ;tpt, duns l a petite ville d e Botug-SaintAnd o l. SA:.\fED I 1 9 A u sortir d e Bo u rg-Saint-An dol , l ' i tin n1i r c longe p endant quelques kil o m tres l a dvc droit e du Hhnc. puis, traverse l 'Ardch e a u dbou c h d e ses gorges cl s'J,e d a n s l e Bois d e B o n ze, satJ \agc p la teau d e calcaires urgon i e n s au milieu duquel sc trouve le p etit v illage d'Orgnac-l'Aven. AvE N n ' OnGNAC:. C c gouffre a t dcou vert l'Il 1!)35, a u cours d'explonl tions systmatiques, pa• :\!. DE .JOL Y , PrsidentF ondn t cur d e la Socit Splo Jogiquc d e France.'
PAGE 36

O P!'IE)IIE.R C ONGRS 1:\TERNATIO:"/AL DE J LES CONGHESSISTE S DANS L'AVEN n ' 0 I H.iNAC COMPTE RENDU DES EXCURSIONS 71 si smes ou, p l u s sim p lement, les tassements de leur subtratum ont fait s'bouler . Ce r tain es o n t c u jusqu' 25 m de hauteur et 10 m d e diamtr e . i\Iais une infinit d'au t 1cs s talagmites sc sont dresses p lus rcemment sur les b locs ou s u r les stalagmites anciennes, formant une vritable fo rt au m i lieu de laqu elle i l est facile de se perdre. Certaines sont trs frag iles ct en p o r t e -irfaux. D 'aut r es sont des fts de colonnes atteignant prs de 20 mtres. Les piles d ' assi ettes y sont f r quentes, mais il y a smtout d'extraordinaires << fe uilles lat r a l es dpassant deu x mtres de longueur entre le tronc de la s t a lagmite e t l e u r bord suprieu r encore e n concr ti onnement actif . La clbre Pomme de pin , large d'un mtre et haute de t1ois, couronn e un ft de 1 2 mtres d e haut. L a v isite t o uristique se termine ve r s 100 m ties de p r o f ondc m , dans un dcor spl e ndide de d raperies ct de s t alagmites aux f ormes tJangcs, devant t'ouvcrl ui e, d'ailleurs large, qui conduit aux salles infrieures o u ' Salles Rouges ( 1 } . Ce u x des spl o logues qui possdent un petit quipement p e rsonnel sont a utoriss it poursu i v 1 e l a descente dans celle partie n o n amnage de la caverne, q u i demeure aussi impressionnante pm ses dimensions cl o sont tout spci a le ment admirs l es deu x g rands p ilie1s de la premire Salle Rouge (-145 m ) , p ui s J'norm e g r o upe du Vaisseau fantme l'e ntie de l a deuxime sall e. A l a remonte, les con gress istes sont rconfo rts par une aimabl e rception, avec a p ritif d'h onne u r , offer t pa1 l a municipalit d'01gnac. La caravane q u i tt e a l o r s l a 1g ion des pl a teaux des G ras cl, pa1 SaintAmbr o ise, descen d dan s le foss tertiaire d'Als. Aprs celte vivant e p etite ville o a l ieu le djeuner, tanlif comme d'habitude, l'itinrai 1 e se ponrsuit par 'Anduze (2), Saint-Hippolyte-du-Port ct Ganges. Celte dernir e partie du trajet se droule nounau dans la Bordure sou s -cven o l e o les t e rrains jurassiques et c1tacs sont extrmement redresss, plisss e t f a i lls . De nombr euses cavits y o nt t explores et les cours sout e r rain s peuvent y t1e comme c'est cas. pour le petit fleuve du Vi d o urle q ui coul e enl icrcment sous t erre cie Saini-Htppolyle-du-Fort Sauve, du moin s p end nnt l't (3). A partir de Gnnges, impo1tanl cent r e de soieries s it u su1 l'Ht:rau'l, venu d e l 'A ioual , o n descend le cours d e cc fleuve, qui lraYerse l a petite d e Th;'u rac par une cluse pittoresque. Ds son dbou ch Saint-Bauzille-de Putois, u n e co urte monte mi.ne s ous l a falaise mridionale du Thaurac, 1u p ied d e laquelle a t perce l'entre artific ielle de la Grolle des Demo iselles. GnoT' J ' E DES DEMOISELLES. L ' entre naturelle est un petit aven qui s'ouvre la s u r face d u plateau . .Jusqu'e n Hl29, c'est par l q u e les t ourist es audacieux, mun i s de t o rches et de feux de bengale, p n traient dans la Grott e des Dem o iselles (ou des Fes), dont prem i 1 cs _salle. s taient . connues. depuis for.t lonntemps, mais d o nt l a pren11erc exploratiOn a p e u pres complete remonte a 1770 ( 4 ) . D e 1 884 18_9, ;\ fAnTEL en fit l'tude ct que son. dt•ve l o p pement tot a l excde u n l d lometi c, avec une pro f ondeur max1n1a de 90 mct1 es. ( l ) L'am nagem e n t d e cette P.attie de la ca,erne \ ' il'nt d't tc ralise e n ]!J:ifl (.Vo l e njortf<;c en cours d'rmprc:) No n loi n d'Andu ze, prs de sc t r ouve l a fort intrcssnntc gto tlc nmnage 1 c :\. f,,lheutc uscmenl, l'troit.cssc des t o ulcs cmpchanl .le passage d'un autocrtr r c 1 " • ' • 1 • ' t 1 C ct l'horn ire c h a rg n 'ont. pns permts ce pt c ,on sa nst e p at e ongtes. (3) Vo i t notamment : J . vu CAILAn cl .1. Coummc . -Annales d e Sp / o . , t. T, 1946, p. 57 c t t. TI, 19+7, p. 210 . . . . (4.) Voir , J'tude, cie. P. -Ln Grolle des Demotsclles o u des Fes, i\lontpcllter, Duboi s cl Poulain, lOo p. , fig ., 19 30 .

PAGE 37

..., ,. 0 c ..., "' .., .., cr. :; :; (}::, :::l t? ::.. t? :; .. "C 2 -t? ::.. t? :?. :::l .. r t? "' ::.. t? :;. CJ::: ;; :::: ::.. "' " o. t? " ;;; 3 ('0 "' ! t? ..., ., :;,.. c ('0 .. 1'1 z 0 0 !Il Cl z ;.. C'l CO)JPTE RENDU DES EXCUHSIONS 73 Des amnagement s sotumaires :wai ('n l t raliss ds J S3 , mais la Soci t des Silcs c t :\lonume n t s elu Languedoc :\l d itcJTan 6en e n a entirement r e nouvel la prsentatio n c t l'exp l o it atio n entre I!J2!l ct 1 !l31. L e nettoyage (au jet d e sable) des con c rtion s enfum e s, les c h e m i nements lgants e l le p uissant clairage (!cctriqttc e n o nt rdail une ri(• premier ran::. GnOTTE nE s Les Grandes Otgucs Photo l'uon Sous la conduill' d e :\1.. Directeur, .congressist e? ptennent P .lacc cl n s le funiculaire sou t c rr:un qut pertue t aux n s tl eurs d'accede• sans f attguc la cttt' d e l a cavit H W mtres de l'entt e . I ls peuYent adtuirct les galeries f1 1 ' 1 1 c 1 . 1 1 . . . . 1 1 'l'b diverses c t surtout l a r emarqunb, c .salle de a. allL'l o u , a cole < e a. ccc stalagmite dit e << L a V i e rge 1 ' 1-.nlanl , le s enormes ptltcrs hau t s de pres de !J

PAGE 38

74 PHE)IIEJl 1:->T E H:\, \ T IONAL DE SP LOLOGIE le_s g ' .andcs 0 1gucs c t les dn1pcl'ics prsentent une lgance qui n e J e cede e n n e n a l eur t a ill e gigantesque. _Sur l a t crras_se audessu s d e l a plaine langu e doci enne, l e fa la1scs aux coul eurs cl a tantes, parmi les senteurs medi t erraneenne qui atteint i c i son p l ein dvel oppe ment , l e .. au_ a J oute e nco• c frique d e cette g r otte, bie n dsi g ne pom cio • e lllg n c m enl l a prcnucre sen e d e visites des ca l' ernes franaises. LA VALLE DE L'H nAULT v u e d e l a t errasse de l a G •ottc des D emoise lles. Photo l'von l a d e :\luscat d e f-r ontig n a n , offerte par l a Directio n d e . . • cs s 1 onn1s lcs rcrlesccnd{•n t 1crs Saint-Bau zillc-d c-Puto's 11avc1sent les c h a 1nons s uccc .. r 1 . G e . . 1., ( HIIS t . . t . 1 . : ssl 5 c cs .t iT i g ues d e l ' Herault o des centaines de cavJ es o n ce explorees. ' L_'itin r airc passe l oin d e l'entre du flavin des A rcs t 1oit e elus creUS('C d a n s les calcalles du .Jurassiqu e supricu1 pa1 J e p e t ! ! . rf" L amalou, affluent d e 1 ' 1 fr:n!lt. Puis a [)f's Notrc-fhmc c]n r 1 1 LI t 1 . . . • ' v Jon c 1 cs, 1 s c n ••a• • c (ans a breche C(LII separ e l a mon t a••nc crt c tcc 1 u x C(ll!C l 1 1 "' 0 I ' JJ ( . r • • "' ' ' ' lCS IOI'JZOn(a CS d e 0 1 u s vers l e Nord du f111 Srun//,outJ, :JliX stra tes . 1 1 ' 1 J e S u d . ., ve1 1 c a cs, c a n s l ' n hrcf arrl penue t d'admire r l e s il e rehauss ]l'Il' lt .. 1 u 1 ' , p 1 esen cc c cs ru1ne s P• o rcsq ucs cr d e u x cl1:icaux moyemigcu x (Bibioures sur J 'Ho1 tus c t :\l onifciTa n ; J CO:'IIPTE 11ENDU DES EXCUllSIONS 75 s u r l e Sai n t L oup) e t d e comprendr e l a positio n •cnw•quabl e des avens c t des g 1ottcs du Pic-Saint-Lou p , auxqu e l s :\1. GtzE avait fait allus i o n d a n s son a llocutio n prsidenti e ll e au Congrs ( 1). T o u t prs ete Saint-:\lat hic u dc-Trvi c rs, o n rej oint l a r oute qui a m n e :\[ ontpc lli c r par l a valle du Lez, petit fl c mc dbouchant , tout form, d ' u n e b e ll e m c tgcnce vau clus i enne. AYant d ' atteind r e les basses plaines, o svit l a monoculture d e la v i g ne, est rappel l e SOU\'Cnf de l ' audacieuse plo nge qui cota rcemment l a v i e a u s p lologu e montpcllirnin LO)IOAHD, dans un siphon d e la p 1 och e exsurgencc du Li•ou (2). Sans tro p d e r e t ard cette f o is, ds l'mTilc :\f ontpc lli e•, le s cong•cssistes sc rendent l a Facult ries Lettres oi1 d oit :noi r li e u l a c l ture offi c i e ll e d e l'excurs i o n . Il s y sont acc u e i lli s p a r :\1:\f. GuiLLON, Recteur, Bou ncmz, Doyen, :\l An n Es, Professeur c l GALTH, :\laitre d e Confrences, ains i que par les m embres du S p loCiub de :\l ontpellicr. Dans l e Gran d Amphith:itrc d e l a Facult des Lettres, :\1. l e Professeur :\lAnnEs, gographe s pcialis t e des Grands Causses, p•ononcc une a llocutio n d e bienvenue, dans laque ll e il souligne l e rl e important jou par la rgi o n l a n g ucc!oci cnnc dans l'esso• d e la s p lologi e f r a naise aprs la Grande G u c1-rc : l a Socit Splologiquc d e f'rancc, recon stitue en l !l30 pm :\1. DE .JO LY, n e c h o i sit-ell e pas :\fonlpc lli c r pou1 son premi e r s ige social ? i\f. GZE, qui fut lui-mme lve de :\L :\L1nnEs, c t l 'un des premiers d isciples de :\1. 1>1!: .JOLY, avant d'tre p endant dix a n s p•ofcsscur n l'Ecol e Natio n a l e d ' A griculture c l P1sidcnt d ' H onnctlf' du S p loCiub d e :\l ontpc llier, se fait l 'interpr t e d e l o u s les s p iLologucs prsents p our r e m e r c i e r de l rur aimabl e acc u e il les r e p rsentants d e l a vnrab l e L:nil'clsit d e :\lontpc llicr. Une d e u x i m e rceptio n cl un vin d ' h onneur suil'cnt a ussit t , organ iss dans l e pittoresqu e Htel S a i n t-Cme pa1 l a x 11g i o n Eco n o mique. r eprsente par son P rsirl cnl, :\1. :\JALLET, ct e n J Hscnce cie :\1:\1. FEnnASSE, V ice-Prsident, C H A UVET, Prsident d e la Fdration des Syndicat s d 'Initiatives elu Langu edoc , B roud-:s, r e prsentant rgi o nal d e l a Dircl'lio n Gen{• r a l c du T ourisme. Aprs l e clincr d e c ltur e , les congressi s tes qui n e q u ittent pas :\l ontpe ll icr sont condui t s pie d jusqu'il ln spl endide promcnnc!c du Peyr o u par :\1. CHAUVET, dont l' loquence, t oute l a t i ne, p enne ! d ' apprcier mie u x encore les monument s d e cette ville d 'art, o Habclais tudia l a mdec ine, c t dont l e rayonnemen t inte llect u e l n'a cess d e croit1c depuis l e x • s icle. ( 1 ) La genese des gouff1 cs, Communicn l!on .li l n Sec tion T d u Prcmic1 Congrs Jnte J • n ational de Splol og ie, lomc Il des p niJII ca l10n s . ( 2 ) v 1 • : LAum : :s. Le s plonges souterraines d'Hcnl'i Lombard dans l a rgi o n de Anna les d e Spl o., t. \Til , 1952, p . 13 -:JO, 8 fi g.

PAGE 39

6 2 ... PHE)IIEH CO:\f;HS IXTEHXATIOXAL D E SPLOLOGIE S . \ r N T-G llll.lr EflT L 'glisl' abb a ti a l e c l l e village. Les .\lonts d e e l le Causse d e la Sell e. Photo C z e CO)II'T E HE;-\DU DES EXCUHSI OJ\"S 2. JOURNE DE REPOS A MONTPELLIER DL\fAl\CHE 20 n certain n ombre d e con g ressi s tes, inscrits seulement p our l a premi r e excursion, quittent l e g r oupe sam edi soir ou dimanche malin. La j ourne du dimanche, entre la fin de l'excursion des Causses c l l e d but de l'excurs i o n des Pyr nes, est une jou r ne de r e p o s : quelques con g ressi s tes la niellent pro fit p ou1 v i site r e n d t a il e t ses e n v i rons c l p our a ii;)I' passer que lques heures a u b ord de l a Quel q ues aulres ont choisi l 'excurs i o n f a cullaliYe annonce par l e programme . La matine est consac re au trajet p our l eque l un i 1 in1aire assez pari i c ul i e 1 a v a i 1 t c h o i s i. O n quille e n se dirigeant ,ers l e :\ord-O uesl. nu travers ries Garrig u e s de Saini-Gly-duFesc c l des ; u n arr t est marqu elevant l ' Aven d e la Banaque ( lli O ) , dans l e .lurassique Suprieur, l'un des p ! u s profonds de la rgion . Au sorti r d e o n prend une petite roul e qui fra n chit la d e la S elletlc c l descend su1 les Gorges d e l ' H rault que l'on traverse a u pel il barrage hydro-lectrique cie Bertrand, curie usem ent tabli sur les doomies balho ni ennes. O n n•mo ul l' au Causse-de-la-Sell e p our s'arr ter devant l'Aven d e Colom, dont l e b e l orifice dissymt •trique est perc dans des calcaires e n p l aquettes inclinL s du Haur aeien . Suint-Guilhern-le-Dscrt, villag e trs pitlo resque, e s t b :ii auto ur d 'une a ncienne abbaye au confluent du Verdus et d e l 'l-lraull cians un site extr mement curie ux, l'entre des gorges trs resserTes, d ont les t•scarpcmenls abrupts sont d omins p a r les ruines du c h :ileau d e Don .lu a n . La table r pute du rcs t aurateur FoNzEs accueille les congressistes pour l e d j eune r . L'aprs-midi, sou s l a directi o n d e L Aun i's c l respcclivcment anc i e n Prsident c l Prs idc•nl a ctue l du Spl l:o -Ciub d e s i x con•< ressi s tes : c l PETIWCIIrr.os. \VursLEY, nE 13ELL . \ Iln PJETHr, ED r . c t effectuent une visit e de l a (;rolle de la (.'famouse, situe ir 3 :km de Saint-Guilhe m c t dcouvert e e n 1!145 par l e S p l o-Ciub d e Aprs avoi r t ravers e n b a teau pneumatique l e sipho n d s:JIIIO I -c d e l'entre, les expl o r a t cnrs f ont une incurs ion d e quatr e h e ures. parcot!I;Int ainsi plu s d e deux ki lomtres de crale i'es c'est --dirc une bonn e m o iti d e la c a vit . Les \ i sileurs sont unanimes :'! que les extraordinaires con c r ti o n s que renferme la C l a m o use e n font une des plus belles grolles actue lles connnes. Pendant cc t emps, sou s la dire l'l i o n d e :\f. G 1 : : zE , les a utres parti cipa nt s effectuent une excursi o n qui, p a r l e Pont Diable, la d.cs Gorges. d e l'Hrault, e l pnr l e Tro u du Orac: a u x 1111prcssronn l's, les a m e n e jusqu'alL magnifique d e 1 extr'l'lllllc arnon! des Gorges du Verdus, domine l a dpression d e Saint -Guilhe m.

PAGE 40

78 PRE)IJER CONGRS 11\TERI\ATIONAL DE SPLOLOGIE GnoTTE DE LA CLAMOUSE L'n plafo nd d e s t a lactites fis tul e u ses, 4 ?Q u " m, _ de l o n g u eur. CO)JPTE RENDU OES EXCURSIOXS 3 EXCU R SI O N D ES PYRNES dir ige MM . GZE, TROMBE et VANDEL Partic ipants : :'Il. G . AKA\'Y :'IL F . 13AUEH l\1. E . D li: 13ELLAHD-PIETRI :'11. J . CAnn :'Il. N . CASTEHET i\IIJc IJEHOUET :'11. B. GZE :'lime GZE :'II. n. GINET :\1. H. IlE .JOLY .\1. l;. IlE L AVAUH :\!me IlE L AVAUH :\1. 1-i.. LII\I>IIEI\G --==--====-.,;so; • \ ' ... , ( ... .. .. --.... \ \ , ,, :'lime :'11.\X FHEO I :\)me :.\1 UNCK :\1. .1. PETHOC IIILOS :\!m c PETROCIIILOS :.\1. E. PnETNEH :.\[. L. HEILI.EH :.\1. J . . HOUIHE :\!me HOUIHE :.\1. o. SHOW :'IL H. SAVNIK :\1. F. TnO)IIIE :\1. A. \'ANDEl. :'11. H. \\'HISI.EY I T I N I : :nAIIIE D E i.'EXC:l'HSION DES 7\l ..... 1 cs n u mtos d e l a c atte Sl' t•appo tlcnl aux 1-(rot:es o u sites , u i , anl s . Cirqu e de ;\l ourzc2.: I'Oile de la D_cn:•.zc i 1 C:o utni o u --: :;. de. i L Fontaine int crmiltc.ntc etc ,), de {,, n .tnrc soutenaine {ie Labo u tc h e -1 . 1 unncl du d :\zd -Il. Laboralotre s oulcrram du C .:-/.!1.S. il :\t oulis !J. Grolle d e :\ldou s -10. Citquc etc Ganttnie 11. Grolle de Belh aJTa m 12. G r otte de Gargas.

PAGE 41

8 0 PlHDIIER CONGRS 1:\"TER:\"ATIO:-IA L D E Ll\'01 21 SEPTE:\IBHE Les con gress i s tes quittent :\l onlpellic r par l 'Ouest ( r oule de L o dve) e t traversent les G arl'igucs jurassiques o u ocnes qui s't endent jusqu' l a plaine d e l ' H rault, prs d e Gi g nac. Les phnomnes karstique!>, quoique rduils e n dime n s i o n s dans celle zone, s'y m ontrent frquents c l il est possible d'apercevoir, depuis Sainl-Paul-el -Yalmnllc, l'entre des G o rges du C oulazou o celte p etite rivire ne consent couler en surface qu'aux priodes de trs g r andes crues . . A partir de C l ermonl-l'H raull, important centre d e culture du .-aisin de tabl e situ l a limite occidenta l e de la plaine d e 1 '1-l raull, l e paysage c hange d'aspect. E n effel, a u dessou s d 'une puissante l xuTe de g n:-s triasiques couverte d 'une b e ll e f o r t d e pins, appmaisscnl les t errains primaires trs r cc lresss oll se disting u e surtout la masse.: calcaire dYonicnnc du Pic de B issous. :\l a i s un p etit croch e t p erme t d e revenir n u Nord dans les t errains jurassique s p our v i siter sommairement l e site cl bre du Cirque d e .1/o u rc::e. Il s'agit d'un vas t e amphilh:ilr e de roch e r s d o l omiiiqucs, du Bajocien c l du Bathonie n la base, du .Jurassique suprieur su• les p entes d e la montag n e de S t -.Jean-d'Aur cilhan, excav par l e ruisseau de l a D ourbie, CLII' i c u scmcnl h o m o nvmc de l a rivi re qui, dans les Grands Causses, coul e au pied d e :\lontpcllicr-lc.-Vieux. L e village d e :\lourze, d omin par les nrincs d e son c h:it cau, semble perdu au mil i e u des col onnades c t des citadelles d e ruinifo m1cs avec lesquels il sc confond presque . E n suite, durant plus i eurs kilomtrcs, l e pla teau basaltique d e Cal'! e ncas masque les l c rT ains sou s-j accnls, m a i s on sc r etro uve dans les d o l omies b alhonienncs l a descente ver s 13darie u x . U n d e u x i me arr t y a lieu JHHII' examin e r d 'iurportanles carri r es d e baux it e . L'expl oita tion d e cc minerai d'alllluiniunr, ici assez riche en f er pisolithique, m ontre qu'il s'agit du r emplissage, pendant l e .Jurassique suprieur c l l e C rtac, de c a vits k a r stiqurs, avens, dolines c l g r o llts d e grande ampleur. Le dgagement de ces f ormations pur les milleLII'S redonne au paysage un a s pect c omparable celui qui v ir:nl d't r e v u :\f ourze. C'est l a rsuncctio n d 'un karst fossil e, plus vie11x e ncor e que celui qui a t tudi, clan s J ' excurs i o n des C a usses, avec l'examen des gouffres phosp hate du Q uercy. A Bdari c u x mme, on p n tre dan s la valle d e I'OI'!J que l'o n suit ver s l'aval , d'abord d a n s le Lias, puis dans l e Trias, enfin la limite entre les f o r m alio n s cristallines d e l 'axe g n e issique d e l a :\f onlag n c Noire (c11lminant vers 1.200 111 dans l 'Espin o uze) e l elu Hrsant mridio n a l aux formatio n s gologiques clbres a llant
PAGE 42

82 l'RE)IIE R CONGRS 1:\TERNATIONAI. DE SPLOLOGIE infrieur (afflu ent d e l 'Ago ut. tl'i butairc du Tam) ces caux passent e n ralit sou s l e Co l des Csclats c t r stwgcnt la sou1cc d'Usc lals-le-Bas, tributaire de la Salesse, d o n c du Jaur, s u r l e versant m ditcnancn (1). Celte captute sout erraine est cert ainement assez rcent e car, topogr aphiquement, elle n e sc traduit pat a ucun e a nomalie dans l a valle du Thor. L 'itinraire qui suit, par le Col d e Sainte-Co l ombe el Rieussec, corresp ond une traverse compl te d u versant mri d i o n a l de l a Noire, o s ' t endent les t errains cambrie n s ct s i 1 uri e n s en positio n r c n verse. Puis, La Caunette, o n pn tre dans les formations ocnes, lransgtessives sur l e socle ancien, du Le v illage de :.\lin crvc, qui fut la capita l e de l a petite rgi o n laqu elle i l a donn son nom, sc trouve j u c h d a n s une position d'appare nce inexpugnable, sur un cap-bat T d e calcaire lutlic n a u confluent des d eux gorges pt ofondes du Brian c l de la Cesse. Habite t outes les poquPs de l a p r hi s t o it c e t de J 'his l0ire, cette fort e resse nature ll e constitue, comme Saint-Guilhem, mais i t un titre bien d iffrent , l'un des haut s lieu x du Languedoc. Point d'appui important des Albigeois ( hrsi e cathare), e ll e fu t brl c, avec sa popul atio n , e n 12 10, par Simon de :.\lontfort, c hef des ttoupcs du r o i de France. :\lai s c'est gal ement l e centre d'une rgion karstique d e t rs gran d intrt , o les cavits se m ontrent nombreuses dans les calcaires luttic n s c t les dolomies cambriennes qui con stituent l eur s ubstratum. TUNNELS NATURELS DE :.\JIJ'ERVE. L a petite I"IVIetc de l a Cesse, ne d'une source vauclusienoe pts de Ferra l s dans l a :.\lontagn c Noit e, sc pen! ds son arrive aux dolomies cambriennes c l a u x calcaires lul ti e n s. Cependant, un lit subaien, e ncore emprunt l o r s des grandes crues, forme sur une dizaine de kilomtres des gorges pittoresques. O n p eul y reconnatre une sri e d e c r a n s de descente des a n c i e n s cours, notamment d eux recoupements sout errains de mandres, l 'un e n amont de :.\Ii n erve, le Petit tunne l , long d e 120 mhes, l'autre e n face mme du village, l e G rand tunne t , long de 250 mtres. Les con g ressi s tes ltaversenl cc dernier , f ort impressionnant avec ses 30 m tres de h auteur e t 40 mUres d e largeur l'entre a m ont, mais dont l a vote s'abaisse ptogress.ivemcnt jusqu' n'avoir p lu s que 3 4 m tres sa sol"lie aval devant les fortificati o n s tages d e :.\lin c n e . Sans d oute moins g randiose que l e Pont d 'A r c sur l'Ardche, il est beaucoup plus l o n g e t n e sera dpass e n Ftance que par l e tunnel nature l du :\las d'Azil , dont l a v i si t e doi t avoit lieu deux jours pl u s lard. La rout e s'lve e n suite s u r l a rive droite des Gorges de l a Cesse c t p erme t d'apercevoir, quelques ki l o m tres en amont, les fal a ises dans lesqu elles s'ouvre l a Grotte d e l a Coquille (ou d'Aidn<•, o u d e Fauzan, o u d e ?ILinerve), cl bt c par les centaines d e millier s d'ours des cavernes qui y ont t expl oits comme g isement de p hosphate d e chau x cl, accessoi•cment, de phosphate d'alumine: (minral dnomm :.\linervit e ). Tout rcemment , l e tegr ctt Abb CATHALA y a dcouvert plus i eurs k il o m tres d e gal e ries n o uvelles o de n ombre uses traces humaines, des empreintes d'ours c t d e hyn e, e t c ... , sont conserves dans 1111 c:xtraordinairc t a t d e fra i c h e ut (2). P a r Azilla net e t O l o nzac, les con g ressi s tes tejoigncnt la plaine de l'Aude c t l a temontc nt jusqu':i Carcassonne, fin de l'tape d e l a journ e. Avant l a nuit, i l s ont encore l e t emps de consacr e r une brve d emi-heur e l a v isite etc l a clbr e (1) Voir : 13. Gt::zE. -La captut c soutctTaine du Thot (versant atlantique) p at l e .laut (vctsanl mdilenanen) , Annules de Sp(>fo., l. 1.11 , I !J+8, p. 2:J:J-242. ( 2) Vo it :\Ille CATHALA. -Dcouvertes prhistoriques dan s l a G •ollc d'Aidnc, Cess era s ( H t aull) , communication i 1 l a Section I V du Premier Con grs l nlernalional de Splologie, tome IV des publications . \ CO)ri'TE llE:-IDU DES EXCURSJ O:o;S 83 cit , b:itic sur une colli ne d e la rive droite, au-dessu s d e l a ville moderne. Cette grande citadelle, fortifie a u XJlf• sicle sur d es bases gallo-romaines c t res t aure par Viollctlc-Duc, est , san s a u cun dout e , l ' u n des plus beaux monum ents du :\[oyen Age franai s. :.\lr\HD I 22 SEPTE:.\IBRE A partir d e e n J)l'enant l a direction du Su d , ! .'itin r aire remonte l a valle de l 'A ude pat LinH>trx , Y ille rcn.duc son .bl a n c jusqu 'il Qu illan, e n traversant des t erra111s lt cs Yancs, elu P nmau c au TcrltairP, c t peu o u pas karstiques dans l'c:nscmbl e . (iHA:-11> TU:\NEI. DE :.\IINEIWE V u e i n l ricure ve r s l'am ont. Plro/o G;:;e A l'Ouest de Quillan, par conlrc, l a route s uit l o nguement l e grandes fa laises urgo-apticnnes (C ttac infrieur ) du Pays de Sault, cclebt c dans l a liltralurc s p ( • lol ogiquc , L'Il raison du grand nombr e de goufft es ct de. grot . tes q ui s'y tJ ouvcnt. C'est s u r cell e limite, inundiatcmc nt a u Sud cie la pe tri e v tll c industrielle d e Be lest a q u e sort l 'une des plus tcmmqttablcs fon taines inl c t mitt cntcs du monde. FONTAI N E I NTEJl)JI1-rENTE IlE FONTESTOIIIIES. Cc:IIC puissant e cxsurgence, Jribut airc d e J'II L • r s, est la pt i 11cipale sorl it des cau x d .ans l e calcair e de l a F o r t de J k lc s t a . J'e nda11t u11e grande parlie de 1 annee, elle debtl c conlinuellcmc11t d e deux ;\ plus d e tn>i s mtres cubes par seeonclc. :\lai s, p e ndant la s tdson es tivale, d.e .luill . l'l i 1 Octol_Jr.e, d b i , t . d e l ' ordre de 500 litrcs /sceondc, de, r cl11
PAGE 43

84 PREl\IIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPI ... OLOGIE De la de la caverne, large de 11 mtres ct haute de 8, le flot sort pen Jant 20 a 40 minutes mais dcrot progressivement ct s'annule presque pendant un temps analogue, avant de reprendre, aussi violent qu'auparavant (1 ). priode de rmission, les congressistes s'avancent par le gu a?1enage dans la cavit, pour observer, une dizaine de mtres de 1 entree, la fissure profonde dans laquelle se produit la monte des eaux. Noto?s l'interprtation du phnomne, par un jeu de rservoirs siphonnants, qm trame dans tous les ouvra,res lmentaires de Gologie comme s'il tait des plus frquents, demeure pour hypothtique. L'exploration directe n'en a pas encore livr Je secret. L'excursion se poursuit en direction de l'Ouest }Jar Lavelanet ville de 1 A 1 J J mc 1erons et de tisserands d'oi1 l'on aperoit vers le Sud les clbres ruines du Chteau de ::\'Iontsgur, dont la prise (1244) consacra la dfaite des Albigeois. A Tarascon-sur-Arige, le Congrs est reu pour un vin d'honneur dans les locaux .J'Htel de Vil1e par Je Prsident du Conseil gnral de l'Arige, le PresJdent de la Chambre de Commerce, 1\1. :\fESTRE, Adjoint au Maire de Tarascon, Je Docteur BRIRES, d'Ornolac, .:\'L LAl\IIS, Maire d'Ussat, M. PHILIPP, Prsident du Syndicat d'Initiatives de Tarascon, ainsi que la plupart des splologues arigeois. Le djeuner Ussat-les-Bains, en prsence des personnalits prcdentes, a lieu en l'honneur de la jonction des deux grottes de Lombrives et de Niaux, jonction ralise quelques jours seulement auparavant par les splologues arigeois. A la fin du repas, en hommage :\1. GADAL, doyen des explorateurs du Sabarts, son nom est solennellement donn au passage reliant les deux clbres cavits. La rgion de Tarascon-sur-Arige et Cssat-Jes-Bains, centres industriels et touristiques importants, est domine, par de beaux massifs calcaires, toujours urgo-aptiens. C'est le principal d'entre eux, la mc nt:.tgne du Cap-de-Lesse, entre les valJes du Vicdessos et de J'Arige, qui renferHH les grottes de Lombrives et de Niaux, dont il vient d'tre question et qui vout tre maintenant visites par les congressistes. ' GROTTE DE LOMBRIVES. -Cette caverne immense, qui vient
PAGE 44

86 PRE)!I E R COKG R S 1;'\TER:'\ATIOKAL D E S P LOLOGIE pour s c prcipite • dan!' l 'impressionnant " Ouffrc G arriorou ( 4 J m tres) d'ou e ll " "' ' , es san s d ?ulc l e \'1 c dessos pa• une t• o i s i e m c g •otte, cell e de abart ,. r•ta •nc. mais P o n t'neon• n'•;tlii cffecli\'cm ent entre les gal c nes 111fc n curcs d e Lombrin ?s ct k c haos de l n g r a nde sa!'c d e S a hartl. G noTTE DE NJAL'X B ison s P t b ouquetin du << S a l o n n oir '-'-l'hnlo ron Les c o n g ressi s tes l eur. v isit e j u squ' ) a passerell e qui domi nt dange•euscm cnt l e gouff•c Garngou e t J U squ'au IJ
PAGE 45

88 PHDIIEH CO:"Gnb; 1:'\TEil:'\ATI0:-\ .\1, DE effectuent e n b arque c t pied cc traje t fort int ressa nt. San s doute, la cavit n'atteint-e ll e j a m a i s des dime nsion s trs v a stes, mais l a s uccession d e galeries e t de salles ornes rie belles concrti o ns, c t s ul'l uut la l o n g u e na\'igati o n souterraine se m ontrent capti\'antcs. C n e aimable rceptio n par la Directi o n d e l a Grotte c loture a g rablement celle v i site , particuli r e m ent goC1t c des s p l ologues. Par Labastide d e Sr o u c t Durban, toujours dans les c h ano n s c a lcaires du Plantaure l o sc s uccdent les ph n o m nes l AT U HEL ou G n o TTE D U :\lAs n 'Az11 .. L ' A dzc suivai t autref o i s u n COlJJ'S subaric n qui lui faisait conto u r ner J 'extrmit d 'un p e ti t synclinal de calcaires compact s du Tha n ti e n e t l'on p eut disting u c1 trois talwegs successifs, d ont l e plus rcent est s u s p endu une centai n e d e m tres audessus d u COlJJ'S a c lucl. Puis, les cau x p e rforr ent le calcaire c t agr a ncli icnt ses fissu res p r i mitives pou r f onlJC J ' l'n orme tunne l actue l, l o n g d e 4 2 0 m tres, haut d e G5 m t 1cs :'t l 'arc h e d'entre amont c t cie 8 mtres e ncor e l'ouver t ure SlJJ'h a issc d'aval , q u e d omine l e roch e r vertical su1 140 m tres. :\f a i s l e plus r e m arquable, p cut-tic, d e cc tunne l csl que sa g r ande J a ,gcur (50 G O m tres a u minimum) a p ermis, et du cours torr entue u x de l'AI'ize, d e tro u ve r l a place p ou1 y faire passer , depuis J8UO, la r oute nati o n a l e n " 11!), allant d e SI-Giro n s Pamie r s . l ' n e t elle r alisation, plutl surpl'Ctwntc, sem b l e tre unique au m onde, s i l'o n excepte la g r otte sarde d e D omus novas, plu s l o n g u e, mai s d ont les autres dime n s i o n s sont plus restreintes c l qui n'est traverse que p a t un mdiocr e c h emin empierr, cl d ' till cours dessch pend ant l a maj eure p artie d e l'anne. L e tunne l du :\[as d'Azil n'est , e n r r alil, pas aussi simple q u'il appara t l o r s d 'un r apide p a rcours e n voiture. L a eavitt: comprend, e n eff e t , q u atre tages de gal c i'cs, sur u n e diff r e nce de niveau d passant fi() m tres. Cc sont tantt d'anciens cours rie l'Arize, t ant t des a f f l u e n t s souterr ains, q u i se rejoignen t lil l p e u e n t o u s sens. L'homm e les a h a bilis t outes les p o q ues depuis le :\I o ustri c n . Des gravures c t dessins magdalnien s s'y rencontrent. Surtou t , la clcouvcrlc de l a ci\'ilisati o n dite azilienne , qui a combl le h i atus e n t r e Palo!ilhique c l a rendu l a grott e clbre auprs des prhis lori l' ns. P our certa ins d 'entre t•ux, les f!a l c t s col o r il:s azi l i e ns, orns d e s i g nes plus n u m oins senticnl t n mc la premi r e t enta tive d ' t ! criturc qui soit connue. Enfin, l a cavit a servi de r e fuge l o r s des invasi o n s romaine e t sarrazine, puis des bouleversements provoqus p a t les g u e ncs d e r e li g i o n (cathare s , hug u e n o ts). O n trouve une t'ha p c ll c des premi e r s chr ti e n s (Ill" sicl e) cl lil l t emple p r o test ant (XVJJ• s icl e ). Les con g ressi s tes v i s it ent une p artie des gal e1ics, sou s l'aimabl e conduite d e :\I. c t :\[mc Consctvaleurs d e l a ( i r olle c l d e son muse, dont l ':'tge n'a pas r a l enti l'acti vit de f ouilleurs passi onns. L'attention d e tou s est attiic 'notamment p a 1 u n c tn c com p l e t de ntammouth, conserv << in situ ains i que ceu x d e v ingt c t un our s des cavernes, san s eompte r des restes, p lus pars, de rhi nocros, rennes, e t c ... , g isant , e n eompagnie des foyers humains, a u milieu des sdiments d e l'anci enne A rize. A ))J's l e djctlll ei d a n s l e village du :\Ias-d'Azil, situ prs elu dbouchi• aval d e l a cavet nc, cellec i est retraverse en s ens inverse pour sc diriger vers Saint-Giro n s . 2 REXO U DE S E X CCRS I OXS GIIOTTE D U :\1.\S ll 'o\;rt L P otc h c d'c nl• i•c, \ 'Il d'amo n!. \'ue inti•ricurc du tunnel, \ 't•rs l'antl. S!l Pllolo Gi•= c Photo Cim.

PAGE 46

90 PHE)IIEH CONGRS 1:\TEHNATrOKAL DE S PI.OLOGrE U n e petite d lgati o n de congrc s s i s lcs, comprc n a n l :\1. DE JoLY, DE UELLAHD-PIETRI , :\1. e l :\lme Gr:zE, :\l. c l :\lm c DE L . HAun cl :\1. Tno)IBE, f ait en voitures p e rsonne lles u n croch e t de quelques kilomtres p our a ll e r saluer a u passage l e Comte doyen des prhis t o ricn s lang uedociens c t heureux inventeur de nombre uses cavits drsormais qui les accuei ll e d a n s son c h teau d e .Ji ontesquic uA \'ilnts c t l eur prsente son admirable m use prhis t orique priv. Puis , aprs avoir d pass Saint-Girons cie 5 k ilomtres, le Congrs s e retro uve a u complet dans l e petit village rie :\l o ulis, qui est e n train rie devenir le centre ti c J a s p lol ogie sci entifique franaisc. LARORATOIRE SOt:TEilHA r K ET Gnorm Il" :\lo ULJS . -Dcid Cil I !J48 p ar Je Centre National d e l a Recher c h e Sci e ntifique c t effectivement ralis, par tranches !-U CCcss i ,es, de 1 95 0 1!!53. ce Laboratoire souterrain est ! e de ceu x LE s BATD1EN T S n u L Ano nATOIIW . SouTr.nnAIN IlE :\louus Plrolt• Carrre qui f o n c ti onn rent dans les Ca t :Jcombcs dt• Pari s sou s la direction d e A. Vm cntrc 1897 ct 1 9 1 0, puis dans la g r olfe d e Postumia (AdelsiJerg, Postojna), n o n l oin de Trieste, sou s la rlirecli o n de (;, A . Pr:uco c ntr c l ! J3 0 ct 1!)40. Il comprend un b eau IJflt imcnt ext rie u r , qui abrite l'administra ti on, des salles f ort bie n quipes pour les c h e r c h eurs, une bibliothque c l des logements, puis une g r otte, situe il pruximit c l qui est parfaitement a m nage p our I oules les rech e r c hes. f:)!PTJ: : HDIOU DES EXC!JHSIO;-:S 9 1

PAGE 47

w .: r 1 1 1 92 PRE;\IJER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE C'est l'initiative du Professeur .JEANNEL, Prsident du Comit National de Splologie, et J'appui du Professeur FAGE, Prsident de la Commission de Splologie du C.N.R.S., que l'on est redevable du choix de la cavit ct de la cration du Laboratoire. Z\fais c'est la patiente ct fconde activit du Professeur V ANDEL, de Toulouse, que l'on doit sa ralisation. Ce dernier, qui est l'actuel Directeur du Laboratoire, accompagn par M. CHAPPUIS, Sous-Directeur, :\f. CoiFFAIT, Attach de Recherches et :\f. CARRRE, Physicien Adjoint, reoit les congressistes en premier lieu dans Je Laboratoire extrieur et prsente son installation. Puis, sous sa conduite, est effectue une visite trs longue et trs dtaille de la grotte qui passionne particulirement les nombreux biologistes de l'excursion. A l'heure prsente, les tudes portent en effet uniqucll1ent la faune ct des rsultats importants, dont certains furent exposs Paris dans les runions de la Section Ill du Congrs, ont dj t acquis. Les travaux sont grandement facilits par l'excellent qui1•cmcnt des deux terrariums et de l'aquarium qui se succdent sur les 200 cs amnags dans la cavit. Une porte blinde et un sas fermant J'entre du 1 un nel d'accs assurent, par ailleurs, le maintien des conditions d'hygromtrie de temprature favorables, qui existaient avant l'amnagement (1). Du point de vue hydrogologique, la grotte, qui s'ouvre dans les dolomies du Jurassique moyen coinces entre les formations impermables du Lias et du Trias au Sud, du Crtac moyen sur lequel elles sont dverses au Nord, reprsente un ancien lit de ruisseau, partiellement occup encore lors des priodes de crues. Les explorations ct colorations ralises par M. CARRRE, avec les conseils de :\f. TROMBE, permettent de prciser que la grotte voit passer des eaux provenant du massif de Tucorcdonc ou de Surroque, situ a 5 kilomtres au Sud-Est, et qui vont merger en dfinitive sur les bords ou dans le fond de la ri,rire du Lez, sa travers du village mme de Jioulis. Un plan de recherches << non biologiques (hydrogologie, physicochimie, mtorologie, cristallographie). est actueJJcment l'tude et sera mis bie11tt excution, conjointement avec les recherches biologiques qui sont en pleif. l•ssor (2). Aprs achvement de la visite de la grotte et l'invitation de venir y travailler, adresse par :\f. VANDEL aussi bien aux splologues trangers que franais, un apritif d'honneur clture la demi-journe consacre au Laboratoire souterrain. On retourne alors, pour le dner ct le coucher, Saint-Girons, vivante petite ville, centre commercial ct touristique du Couserans, btie au confluent du Lez et du Salat, 4 kilomtres de l'ancienne cit piscopale de Saint-Lizier. .JEUDI 24 SEPTBMBRE La matine est consacre la traverse du pays de Comminges, au centre de la chane pyrnenne, mi-chemin entre l'Ocan ct la 1\fditcrran,:c. Au sortir de Saint-Girons, pat la valle du Lez, puis ccJJc de son affluent (1) Voir : Le Lahomtoire sout{'I'l''lin de :\Ioulis, Publication du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, 1!>54, 24 p., 20 fig., 1 ;1lan. • (2) Peu de temps ap1s le passage du 'Congrs, 1't ht rin de l'anne 195-3, le siphon terminal de la grotte a t perc. Ain ;i ont t dcouverts d'importants prolongements qui donnent actuellement la S gallo-romains, elle aussi perce de nombreux gouffres. tagne sucree a G t r 11• d Job et Je Col des Ares, au Nord du Pic du ar, on reJOlll en 111 Par la va cc u d p ' t'a d' Il. d la Garonnc sous les rmncs de lu tour e ronsuc, 'cs I0e une la haule va cc c _ • . forteresse des comtes de Comnunges. . . r ' valle est d'ailleurs rapidement abandonnee, non lom 'al . d A.run Cett)e remonter celle de la Pique, au milieu des tcrrams pruna1res espugno ' pour . . trmcment plisss de la zone axiale des Pyrcnees. r.x d.. ... li"eti a' Luchon station thermale rpute, dont les eaux sulfu-Le CJetmer .. ' d 't t dj apprcies par les Homains et dont la vogue, touJours gran e, rcuses e sous le Second Empire. C'est Je point de dpart traditionnel fut surtout vers le massif de la :\faladetta, o le Pic d'Aneto, avec ses pour excm sw t't le plus haut sommet des Pvrnes. Happe lons que les caux 3.404 metres, I sc perdent dans les dvoniens, au clbre Trou de fonte de ses g "llX Gotlci'ls ;le .Jouou source principale de la Garonne, 1 T 1 .0 pour ressor 1 .. • • • tl l u 0 ' , s avoir frmchi la Jiune de partage des eaux, toute tco-d.ans le Val '•c et Atlaar )[. CAS1 EHET ( .... cxpcnence < d . . . potJrstJIt par la valle de Laroust, le Col de Pe:yresour e L'mcrarre sc ! t la valle de la Neste de Louron, toujours dans les terrams ,1e ittorcsque petite ville d'Arreau, sur la Neste d'Au!e. ' 1 • 1< rc en douze kilomtrcs de lacets trs raides, au Col d Aspm notn elle c ' t t tr"J'et les J>crs]>Ccti vcs sur les Pyrcnces Centrales et (1 48 9 m). Dans ou cc .. , .. • • 11 '• (l'Aure bien duaue sont magmflques. sur la va cc ' o o , . , f 't r 'entre dans Je pays de par la haute vallee de l Adour,. m . pusse J.... Cam 1 de Bataille, vaste prairie o en l'an 27 .J. devant Je l'A 1 t b ttt't les l)I'crottrdans Puis J>ar la rcgwn de Campan, ou ) . tant( ugusc, a )t') <. ' . . 'l'b't' IeU en l . . . 1 cc'•lc' bre marbre griotte vert qm ont fmt sa ce e ri e, , oivent es carrier es ( u . , 1 1 s s . t .Mdous, deux kilomtres avant Bagnres, ou l on retrouve es ca on at em . ct avec eux les J>hnomncs knrstiqucs dans toute leur amp cur. fiu .Jurassique , • • l\Inous _ La dcouverte de cette cavit est rcente. C'est en GROTTE DE •ui >C scASO, LEPINEUX, un trou 1948 seulement 1 1 m-dcssus de la rsurgence Impenetrable du souffleur conf ?lu (scpi>Ltt le d'une branche de l'Adour et Cl At I de l\ c< ou. , . 3) ta eat . . 2 km 500 de fort belles gulenes ( xplorer en vu 011 • c. . F TnoMnE. Gouff1•cs ct cavernes du 9Commmges, (1) Club Alpin Franais, H)4H, 80 p., 28 fig., 11 Travaux scJenhflques du . chns les Pyrnccs Centrales, Annales de Spdeo., • • -.Recherches souterlames • . . • 1947, p. 67-16-t.. . rouffle de In Hcnnc-:\Iorte, .-lnrwles de Sp/o., t. lll, 1948, ___. L'explo1nt10n du g _ . { 1) 2:;.-18 'lol'l" Paris, Susse, 127 p., 2n f1g., 1.)48. • " -l' • • 1 ln Henne-., .. , . 1 . du -Le mystc1c ce • . . G. gscHim. _ Une perspective de a r gw!l (2) Voil• aussi it ce (,Pyrnes ccntmlcs), la SectiOn I 'f . d Toro ct des Goue1ls de. 1 d"' SJ>lologic tome II des pubhcahons . l'OU u . I t n•ttlonn ... • . , .. d S 'l du Premier Congres n el • tcrl"t'lne et la gmtte de :\Iedous, Annales e pe o., L .,ire sou • (3) H. -' a Il tome IV, 1949, p. 157-168.

PAGE 48

94 I'IIE)!!EH 1 :\TEH:-.:ATIOXAL DE .Fa.v o r ise p a r la. P . roxi mit. la s t a tion therma l e d e Bagn1cs ct d e l a route des .P.r renees, qu1 lur assurai ent un grand n o Hlbrc de v isiteurs. la et.rl pas a attendre lo.ng tcmps son amnagement ct , ds l !151 une premire parite e t a1t o u verte au publi c dans d e par fa i tes condi ti o n s. Son :.\1. accu e ill e les con g ressi s tes c t les conduit dans les vastes gal c nes abondamment o t ncs de con c r ti o n s varies, otr un p a rcours GnoTTE DE :.\llmous Photo Ali.r e n 1.lc 250 111 sur l'Aclo w : so.ul errain accr o i t encore l'attrai t d e J a v isite. A l a sortie, JI offre d e plus une tres : :umabl c rception c l un champag n e d 'honneur. L a . soir.'c sc t.erruine. de B igor re, agrabl e station hydrominr a l e c l clrmalHIUe qu1 fut frequcntt•c a t outes les poques depui s les H ornains. VE:\"DHEDf 25 SEP TE:.\I B H E A u programmc d e l a j OUI'IJc est i nscrit un itin r aire c.-:scn ti c llcment t ouristique , clan s la parti e l a plus b e ll e d e l a H oule des P y r nes , 1 o ujours e n v u e des hauts somme t s d e l n ct t e fronti r e o u de ses abord s imnrdials. . Jusqu'il Sainte-:'l!ari c d e -Campan , o n p a rcou r t e n sen s inverse l a t'oule crnpruntec l a \ ' cille aprs l a descen t e du C:ol d 'Aspi n et J'on retrouve les lerTains primaires d e l a zon e axi a le. A u del, c'est )J:II ' l a verte vallee de Gripp que J a route s'engage dans l a monte ver s l e T ourrm tlet. A parti t de L a :\longi e, s t n ti o n r put e d e S J w rts d ' h iver , les p cnlc!> t e rminales clans les srhistes h ouille r s son t d nudes c l ravin(•cs l'cxl r mc. CO)IPTE RENDU DES EXCURSIONS 95 Le Col du Tourmal e t ( mauvais toumant est 2.114 111 d'altitude. Il en part , vct s J e Nord, J 'une des plu s hautes routes d'Europe qui conduit, 2 .G35 m, la statio n inf ricu1 e du funiculaire d u P i c du :.\fidi d e Bigorre. Du sommet de cc d ernier, couronn 2.8 Ill par un observatoire mtorologique auquel est annex un Institut d e Physique du Globe, sc dcouvre le plus admirable p a n orama que l'on puisse avoit sur l'ensemble de la chaine pyrnenne. La descente , t rs r aide, dans la valle du Baslan, conduit Barges, autr e s t ation de spol'l s cl'hivcr , puis Luz c t Saint-Sauveur, petites villes jumelles situes au confluent avec le Gave de Pau. Aprs u n e IJ1vc v i site la c ul'ieuse glise des Templiers de Luz (XW c l XV• sicles), les congressi s tes remontent le gave jusqu'il Ga,atnic. CrnQ'UE DE GAVAI H\IE . Cc s it e , au pied nord des contref orts du :.\Jon t Pcrdu, deu x ime somme t des Pyrnes 3.357 m) est pour les pyrnistcs cc que C hamonix c t sa valle sont pour l'alpiniste. Dans le petit cimctitc de son villac son t enterrs les pl'incipaux explorateurs de l a m ontagne p}Tncnne. e u x , le dernie r VPOU, l'Abb L. GAunrEn, fut l a fois un grand Jimnologislc ct un splologue convain c u , dont l a dctnil'c campagne sc d e r o ula, peu de jours avan t son dcs, en l!J31 , dans la grande grotte des Eaux-Chaudes d'Ossau. en tompagnic notamment d e R. DE .Jor,Y ct B . GzE. San s a ll e r jusqu' ndmcllrc la p roposition de :.\!ARTEL, suiYant laquelle l e r irquc de Gavmnic poutTa i l avoir t uni) gigantesque caverne d ont la volc sc !>crail effondre, il convient d'observer que ses impressionnantes falaises calcaires ocnes, disposes e n demi-cercle ct hautes d'un kilomtr e ct demi, sc montrent !'xccptionnc llcruen t ric hes en liarstiqucs. Ds 18!Jl , BnULL E dcouvrait e n amont de la grande chute de 422 m dont s'enorgu eillit, j u s t e titre, l e cirque de Gavarnie, une rsurgtnce laquelle on a donne son n om. Plus t ard, CASTEllET poursuivit l'expl o ration des ca\'its du massif elu :.\!arbo r , du Casq u e c t du Taillon, trouvant en 1!J21i une glac ire souterraine clans une vast e cavit qui lu i a t d d i e el qui , avec son altitude de 2 . 700 m, fut longt e mps con sid re comme la plus leve du monde (l). :.\fais, en t!J2S, DEVAU X parven ait 1ejoindre sous terre le c ourant qui merge la rsurgence 13nuLLE, e n pn t r ant par ln cav ctn e qui p orte aujourd'hui s o n n om, ct dont l'entre b aille 2.!l00 m!Ics d'altitude. Depuis 1!J• I 8, c'est J. nu CAIJ.An cl : ' 1 son quipe que l'on est redevable d e dcouvcr tcs plus sensati o n nelles encore, avec l a dmonstration, tant pat l'exploration ditccl c cie c a vi ts s'ouvt ant plus de 3 . 000 nlttes su1 l e plateau du :.\[atbot que par des expi'cnccs de coiOJati o n la f luorescin e, du fait rlsoi'IIJais incontestable de l'orig i n e espagnole du Gave de Pau : les caux de l'Etang glac du i\iont Perdu, p n trant clans une troilc fissur e c t passant s ous l e sommet frontire des Suts de la Cascade, rejoignent, aprs un trajet s o u t erTain de 2 km 500 , la rsurgence Brullc, d'o elles sc prcipitent dans le Ci rquc de Gavarnie (2). (1 ) Voil' l e l'c i t a necdotique de CASTEllET. D i x ans sous lel'l'e, P:ll'is, Pel'l'in, 1 p. . ( 2) Vo il ' : .J. DU CAILAII, J . CounEIIC cl P. D unOIS. :\ la I'CChcl'che des SOUI'CeS du Ga\e de Pau, Annales de Spln .. t. VIII. 1!1!\:1, p . 181-2 0:1. .J. n u CAILAII, .1. BAIITIII;z, A . UossJ;T, .1. Coum ;nc, P. D u u01s cl .1. L. PL 1ssos. -Hcc h el'c hcs h y dl'o-sp lnlogiq ues s u 1 le (llautcs-P)'I'ncs) . L'ol'iginc du Ga, c de Pau. Communicatio n l a Secti o n 1 d u P 1cmic1 Congl'<'s lnlcl'natioual de Splologi e , tnme JI des publicalions.

PAGE 49

96 CO Nr;ni'S 1:'\TEII:'\ATIONAL ()E ClllQL ' E DE GAVAIINIE E n hau l , gauch e, l e nt. ) . p11is, ve r s l a droite, les J r o i s pics Su r s d e l a Cascade (:!.1:)7 , l'l :l.O!)!) 111.). L a flt•dH noire, au p i e d du P 1 c Centr a l des Sm s de la Cascarl!', indique la positio n d e l a rsurgence Brullc (2.820 nt. ) . L a G r olle Devaux est situe sur le 111l:tnc gradin, -10 m. au-dessu s et v ers l a droite . RENDU DES EXCUHSIONS !} Avant de •ct ournc r Saint-Sauveur, o a lieu le repas de midi, les congres sistes sou s la conduite de :\1. TnoMUE avancent it pied jusqu' l a t errasse des Entortcs, d'o l'on j o uit d'une vue excel lente sur l'ensembl e elu Cirque et d'o J'on peut situe r le s diffrentes cavits du versant fra n ais qui viennent d'tre m entionnes. De Saint-Sauveur, p a• la grandiose valle glaciair e du Gave de Pau. l a descente d e 31 ldlomt•cs est rapide jusqu' Lourdes. :\l a is, avant d'atteindre cette ville . un anl est fait a11 Pic d e .fer. L'asc:cns i o n e n funiculaire d e ce p etit sommet (!)50 m ) p ermet d'admire• un beau p a n o rama sur les Pyn) ncs cenlr alC's au Sud, sur la vaste p laine d u Bassin aquitain au Nord ct sur Lourdes qui s't end, comme un plan en r e lief, immdiatement au pied de la montagne. L A PER<..E E HYDROGEOLOGIQUE DU GAVE DE PAU Vue en coupe_ <:.OOI)m !:iQ 3 .000 CIRQUE da GAVARNIE du Gava ECHELLE 0 500 IOOOm Coupe tabli e par J . Couder c 1 .000 Presqu' l a p o inte d e cc piton de calcaire aplicn (C r tac infricul') exi s t ent deux aven s, de p r o fondeur t rs modeste, mais qui ont livr u n e intressante faune quatcrnairc c t d o n t l a gense pose u n problme : cc ne peuvent tre courant s superfici els qui s'y sont engouff rs e l leur c reusement semble clcvorr l:trc rapport seulement i1 des p hnomnes de nivalion. A l a descente, :\f. F'nMAUX, Di r e cteur du funic u l aire, o ffr c un apritif d ' h o n n eur. Dans Lourdes, pre mier l ieu de p lcrinage du monde, plus important mme tue R o m e, ,l rusalcm ou La :\fccquc, ava nt ct aprs l e dner, la plupart des congJcs-1 . srtcrlt h 13•Jsilicju e ct b i e n entendu l a fameuse G rolle de Lourdes, modeste s 1 s t e s v r • ' ' ' b i t • 1 • 1 • 1cltl c llelll enl •Jb'IIHi onn JHII' les cau x cl Japtdelllent tlllp cnetnt e, ce t r o p p e 11 , ' •. : • . • la source miraculeuse qu• eutcrgc a son p ted ( 1 ) . ( l ) Vo i r le rci t d e _L'Expl 01nlion ,. la G•otl c de Lou n lcs dans En rnmpnnl, Pnri s, Pcnt n, p . 88-10(,. :-/. CASTERET.-

PAGE 50

98 P RE)II E R CONGRS 1:-\TEHI\ATIONAL DE SPLOLOGIE 26 E n s u ivant la valle du Gave cie Pau ve r s l'aval, l a route condui t rapidement d e Lourdes Bthanam. GROTTE DE BT HARHA)J. Celle cavit , qui est peuttrc celle d e Fra nce recevant l e l ?lus _ g r and n ombre d e v i s it eurs, en r a ison d e sa p roximit du g rand t en_tre de p e l cnnage, s'ou v r c e n rive gauc h e du Gave, d ans les calcaircs urgoaphens. A v cc ses tro i s tages, sa ri v i r e soutcrrai n e c l son dvcloppcrucnt cl 'en v i r o n 3.500 m, c'est l 'une des plus i n s t n r ctivcs qui soi(•nt, malg r certains arrangements un p e u t rop artific i e l s qu' elle a subis rcernmcnl. La partie haute (gr otte sup rieu re) est connue depuis l e milieu elu XIX • sw NE 50 10 10 0 1 00 200m 100 lOO m CouPES scllbiATIQUE s DES Gn oTTES DE BTIIAHHA )t ET DE GAnGAs ( cl' aprs E.-A . .liart e l ) s icl e c l ses magnifiques con c r ti o n s ont t f ftc hcusement abmes par les p r emiers v i siteurs, munis d e t orc hes, qui l' ont enfume . L'exploratio n des puits qui l a joignent l a r-ivi re souterraine fut ralise e n 1 888 c l celle dernir e reconnue entre 1 890 c t 1 898. Enfin, e n dressa un plan complet e n 1900 c l l ' a m nagem ent dfinitif p our les t ouris tes comnrena en 1904 . La rivi re souterr aine correspond, a u moins e n partie, a u cou r s des caux p erdue s d a n s l e bassi n ferm d n omm La C l ollr d e Hellocq , 7 50 m envir o n l 'Ouest d e l'entre d e la g r o l le•. L a rsurgencP, au vot srnage r'l e laquelle les visiteurs d b o u c h ent acl u cllcnrc nt par une gal erie nrtifici e l l e fa i sant suit e a u parcou r s e n bateau clans l a gal erie n:-.turcl l c , sc p r oduit aux sources d e ::'lflac, t o u l prs du Gave d e Pau. A l a sol'li c, l'excurs i o n est re u e par Ross, Conseill e r G nral des Hautes P y r nes cl pt opri t a irc d e la grotte. l 'ne d{•lic: tl c collation termine l a rcepti o n. B t h a rr a m marque l e p oint l e plus OC('idc ntal d e l 'itinraitc du Congrs. A partir d e l, o n tevien t ve r s l ' E s t , p a r Tarbes, v ill e importante, chef -lie u du d partement des H autes-Pyrnes, Lannc m t•za n , l'orig ine elu grand cne d e ' RENDU DES EXCURSIONS !)!) djection miocne de ln Neste, qui occupe prcsqu c un ticrs du Bassin aquilain, c t d'oir l'on gagne, ve r s le Sud, la grotte d e Ga rgas. linOTTE DE GAnGAS . -S'ou\'rant encore dans les calcaitcs urgo -apticns, comme l a p lupart des grandes cavits pyrnennes, la g r otte de Gargas fut trs ancienne m ent connue cl rendue clbre par les travaux de n ombreux p r his t oriens o u p a lontologistes s'chelonnant t•ntr c 1 SG5 c t 1 900. GAnnrnou, FrLIIO L , T n uTAT, PIETTE, .IEANBErtNAT c l surtout BouLE, REGNAULT, JAMMES, CAHTAILIIAC en ont dci't le c r e usemen t, l es traces prhistor iques cl les amoncellements de catcasses d'ou t s, hyn es, l oups etc . . . accumuls dans les classi q ues o u bl i ettes , pro f ondes de 2 0 mtres, qui en constituent la parlic i nfri eure . J I semble q ue sa visite, e ffectue clans son jeune gc, ait conti'bu la \'Ocation d e s plologu e de qui en refit l'tude, du point de vue pal ohydrologiqu c , e n 1 90 7 c l 1 908 . Il y dgagea pour la prcmir c fois sa loi des o ubli elles, o u d e l' e nfouissement progressif des eaux souterraines dans les cal cair es, qui nou s parait aujourd'hui vidente, mais constituait une grande nouveaut son poqu e . Gnorm DE GAnGAS L 'une des mains tHul i l cs , e n ngatif . Photo Elfe A cet gard, i l es t exact q u e la caverne d e Gargas demeure spectaculaire, :1\•Cc sun premi c1 niveau d e la g rolle suprieure (par oir les t ouns t es actuellement ), un couloir d e J'accon lcmcnt plus troit c t en forte pente, c deuxi m e niveau d e la ''t' Olle infrieure, dans lequel il es t manifeste que l es caux sjourn r ent fo r t (entre actuelle), enfin le troisime cran de descente tna t J'ial is p a 1 les oubliettes. Quelques concr t i ons, d es gou1 s sous J'ttangc. la f ois dchiqu e t c t h ot'zonlal sur une g 1nndc p o rt ee de la 1nfcncurc, des dessins pri m it i fs (aurignaciens) de bisons, ch.e\ :aux cl bouquctrns, valent. d o u t e la visite, mni s cc qui fait le YL'ritable interet de Gargas est l'extraordrna1re

PAGE 51

r !, 1 'Il 1,; Ill ,r 1 1( l' 'i 100 PREl\fiEfi CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE collection de plus de 200 empreintes de mains noires ou rouges, les unes en <.; positif , les autres en << ngatif ct dont la plupart prouvent des mutilations allant d'une phalange jusqu' l'absence totale de doigts (1). Empreintes de mains de lpreux ou traces de mutilations volontaires en !"ligne de deuil ? Les prhistoriens discutent toujours sur ce sujet, mais l'tranget et le nombre de ces dessins, d'ge sans doute magdalnien, demeurent en tout cas frappants. A la sortie des congressistes, 11. Directeur de la Grotte, leur offre aimablement l'apritif. Au cours du djeuner, qui a lieu it Saint-Gaudens, JI. CASTERET, dont la rsidence est toute proche de cette ville, prend la parole pour voquer les richesses souterraines du Comminges porte un toast aux congressistes trangers. 11. ANAVY, au nom de ces derniers, remercie ::\1. CASTERET et tous les organisateurs franais. La caravane prend alors la direction de Toulouse, o se termine l'excursion et o doit avoir lieu la dissociation du groupe. Dans cette grande vilJe, capitale du Languedoc, au pass lourd d'histoire, les participants sont reus la Facult des Sciences par ::\1. le Doyen DuRAND et par le professeur VANDEI ... , en prsence de :\1. ::\IROC, Prsident de la Socit :\i'ridionale de Spologie et de Prhistoire, de M. JIAURAS, Prsident de la Section de Spologie de cette Socit, et de nombreuses personnalits et splologues toulousains. Au cours d'un vin d'honneur, ,Jf. le Doyen DunAND prononce une allocution cie bienvenue au nom de l'Cniversit ; 11. DELAPLACE ajoute quelques paroles aimables au nom de la Socit ::\Iridionalc ; enfin, ::\1. Tnol\IBE remercie au nom des congressistes. Avant de se sparer dfinitivement, ces derniers qui, durant trois semaines, ont eu le temps de faire ample connaissance et entre lesquels se sont tablis de vritables liens d'amiti(•, poursuivent longuement les conversations d'adieu. {1) Voil une description rcente dans N. CASTimET. --Dix ans sous terre, Pari-s. l't'l'J'in, 1934, Les mains-fantmes de Gargas, p. 107-115. APPENDICES lOl APPENDICES J. STATUTs DES CoNGRs INTERNATIONAUX DE SPLOLOGIE Le texte original, en langue {1anaise, se tJ'Olwe imprim ci-dessus (p. 35) dans le compte rendu de la sance de clture du Premier Congrs, o il a t adopt. 1. -Texte Anglais STATUTES OF THE INTERNATIONAL CONGRESSES ARTICLE 1. -Aim. The ur ose of the International is to be the dd p dl? s 1 0n of ali scientific techmcal, econonuc and legal questions stu y an Iscus ' . d . d t h . apertaining to Speleology proper and to assoc1ate sciences an cc mques. ARTICLE 2. _ Permanent Committee and Sessions. International Speleological Congresses take place, in theory, four Th n b organised under the auspices of the Permanent Comm1ttee. The years. etyCwi ltavi'ng only an advisory and administrative role, is to be Permanen ommi ee, composed of four members only : . . _ The President and the General Secretary of the prev10us congress , . _ The President and the General Secretary of the following congress, or then duly appointed representatives. ' . . The President of the Permanent will be the President of the previous congress. Id During the course of each congress, the representatives of each shou. designate the national delegate with whom the Permanent Committee will remam in touch. 11 During each congress, the invitations received for the following congress f be examined and a decision laken regarding them by the 0 l e delegates of each nation, under the conditions provided for In article 6. ARTICLE 3. -Organising Committee. The organisation of each congress will be undertaken by. a. b the country in which the congress is to be he.ld. Orgamst.ng Comnuttee. out the standing rules for the congress winch Il 1s responsible for 1 Id l'cale them to the mcmbers before they make the1r defimte and s lOU commun acceptances of membership.

PAGE 52

r---:r 1 :1! !, : 1 'l 1 ,, 1 '1. 1 102 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE ARTICLE 4. -11/embership of the Congresses. Congresses will be comprised of three categories of memhership Participaling Members who will be persons having the right to take part in ail the functions of a congress, to present communications and to receive publications. Associate Members who wiJI be persons not actively taking part in a congress, but who will have the right to send written communications and to receive publications. Persons accompanying participating 'members, relations or friends, who will have the right to take part in a11 the functions of a congress, but without being able to present communications nor to receive publications. ARTICLE 5. -Special Commissions for Study. Special commissions will be formed to study matters concerned with Speleology and requiring international cooperation. These commissions will be elected by the sections, subject to ratification by the General Assembly. In the interval between congresses they will communicate thcir reports to the Permanent Committee who will ensure that they are communicated to the Organising Committee of the following congress as soon as it is propcrly formed. ARTICLE 6.-General Assemblies. Bach participating member, duly enro11ed and present at a congress will have the right to vote on ali scientific, technical, sporting and touristic aspects of Speleology. For ali administrative matters, the vote will be laken by countries, each country will have one vote, through its ofliciaJ delegate. ARTICLE 7.-Official Languages. The official languages will be French, English, German, Spanish, ltalian and Russian. In ail cases communications must have an abstract written in French or in English. ARTICLE 8.-Publications. The report of the proceedings wiJJ be published as soon as possible after the termination of cach congress. It will consist of communications presented during the congress, the discussions arising therefrom and a general report on the activities of the congress. The sen ding or even the presentation of pa pers at a , congress will not automatical1y carry the right of publication. The Organizing Committee of a congress aJonc wiJI decide which communications will be publishcd. ARTICI .. E 9. -Modification of the Statutes. Ail proposais for the modification of the Statutes of the Congresses must be submitted in wrinting to the Permanent Committee, not Jess than three months before the opening of the foJiowing congress. The Permanent Committee wiiJ propose to the General Assembly at the opening of a congress, the appointmenl of a Statutes Commission charged with the examination of the proposed modifications. ARTICLE 10. In case of dispute, the French text only will be the definitive one. APPENDICES 103 2. • Texte Allemand STATUTEN DES KONGHESSES FUR SPELAEOLOGlE 1. -Aufgabe. Die Kongresse fr Speliiologie haben ais Aufgabe das Studium l nd die Diskussion aller wisscnchaftlichen, technischen, wirtschaflichen und Fragen der Spelologie im engeren Sinne und der mit ihr zusammenhangenden Fachwissenchaften. 2. -Stiindiges Komitee und Sitzungen. Die Internationalen Kongresse fr Spelaologie finden grundsazlich alle vier J 1 Statt. Sie werden unter den Auspizien des Standigen Komitees der a 1re . t Internationalen Kongresse fr SpeHiolog1e orgams1er . D SHindige Komitee hat nur die Aufgabe, die notwendigen Verbindungen und die Verwaltung durchzufhren. Es besteht aus vier Mitgliedern : _ Der Prasident und der Generalsekretar des letzten Kongresses ; _ Der Prasident und der Gcneralsekretiir des folgenden Kongresses bzw ihren nominierten Reprasentanten. Der Prasident des Jetzten Kongresses ist zugleich der Prasident des Standigen Komitees. Die Vertreter jedes Staates haben wahrend ihres Staates zu nennen, mit dem das Internationale h.onutee ID Verbmdung bleiben wird. lm Laufe jedes Kongresses werden die fr den .Kongress eingelaufenen Einladungen geprft : eine diesbezgliche die Genera1versamm1ung der Delegierten jedes Staates nach den luefur ID rt. vorgesehenen Bedingungen getroffen. 3. -Organisationskomitee. Die Organisation jedes Kongresses wird durch jenes Landes besorgt, in dem der Kongress stattfindet. Das .wird die raktische Durchfhrung des J{ongresses den es zu orgams1ere.? ks hat die Durchfhrungsbestimmungen den Jhtghedern vor deren endgulhger Anmeldungen bekanntzugeben. 4. -Mitgliedei' des Kongresses. Der J{ongress umfasst drei arten von ::\fitgiiedern Teilnehmende JUitglieder : Diese haben das Recht, an allen Veranstaltungen

PAGE 53

1 1 1 1 1 1' .. 104 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE des Kongresses teilzunehmen, Referate vorzulegcn und die Vcrffcntlichungcn zu erhalten. Angeschlossene Afilglieder : Sie nehmen am Kongrcss nicht persnlich teil ; haben aber das Recht, schriftlich ausgearbcitctc Rcfcratc vorzulegen und die Verffentlichungen zu erhalten. Begleilpersonen teilnehmender Milglieder : Sie haben das Recht an allen Veranstaltungen des Kongresses tilzunehmen, ohne aber Referate vorlegen oder Publikationen erhalten zu knnen. 5. -Studienkommissionen. Fr das Studium bestimmter Problemc der SpeHiologie, die eine internationale Zusammcnarbeit erfordern, werden Studienkommissioncn cingcrichtct. Sic wcrdcn von. den Sektioncn vorbchaltlich der BesUitigung durch die Gencralversammlung gewahlt. ln der Zeit zwischen den Kongressen Icgen sic ihre Berichte dem Standigen Komitee vor. Dieses bringt die Berichte dcm Organisationskomitec des folgcnden Kongresses zur Kenntnis, sobald dieses ordnungsgcmass konstituicrt ist. 6. -Generalversammlung. Jede Person, die sich mit wissenschaftlichen, technischen, touristischen oder sportlichen Fragen beschaftigt, jcdes ordnungsgemass angemeldete und am Kongress teilnehrnende l\Htglied hat Stirnrnrecht. In adrninistrativen Fragen hat jeder Staal eine Stirnme, die der offizielle Uelegierte abgibt. 7. Offizielle Sprachen. Die offiziellen Sprachen sind die franzsiche, englische, deutsche, italienische und russiche Sprache. In jcdem Falle mssen die Referate unbedmgt eine in franzsischer oder englischer Sprache abgefasste Zusammenfassung enthalten. 8. -Veroffentlichungen. Der Kongresbericht wird baldrnglischst nach dem Ende jedes verffentlicht. Er urnfasst die wahrend des Kongresses gchaltenen Referatc, die hierber abgehaltenen Diskussionen und schliesslich einnen zusammenfassenden Bericht ber die Tatigkeit des Kongrcsses. Die Einsendung oder auch die Vorlagc Yon Referaten schliesst kein Recht .anf deren Verffentlichung ein. Das Organisationskomitee des Kongresses entsche1det ber die Zweckrnassigkeit der Verffentlichung. 9. Statutenanderung. Jeder Vorschlag, die Statuten des Kongresscs zu andern, muss dern Standigen Kornitee schrift1ich, wenigstens drei ::\'lonate vor der Erffnung des nachsten Kongresses vorgelegt werden. Das standige Kornitee wird der Generalversammlung. Erffnung Kongresses die Einsetzung ciner Kommission vorschlagen. D1ese 1st beauftragt, die vorgeschlagenen Aenderungen der Statuten zu berprfen. 10. In Zweifelsfllen ist der franzsische Text authentisch. APPENDICES 105 3 . _ Texte Espagnol ESTATUTOS DE LOS CONGRESOS INTERNACIONALES DE ESPELEOLOGIA ART. 1 o. _ Finalidad. . os Intcrnacionales de Espcleologia, tienen por objeto, el estudio Los . n de todas las cuestiones cicntificas, tcnicas, cconomicas en y a a la esJ.>elcologia propiamente dicha y a las ciencias y y jurldicas concermcn es aplicaciones con ella relacionadas. A 2o _ Comit permanente y sesiones. RT. • ... 1 de Espeleologia tendran lugar en prmc1p10 Los Congresos Internacwna.esd baJo los ausp' icios del Comit Permanente d t -os Estaran orgamza os t t d ca a cua ro an . 1 de Espeleologia. El Comit permanen e que en ra de los Congresos .es , d dministracion, estara compuesto so!amente nnicamente la rnision de relacwn ) e a por cuatro miembros : . El Presidente y el Secretario General del .Congreso El Presidente y el Secretario General del sigmente o sus representantes rlesignados. . . t el Presidente del Congreso ultimo. El' Presidente del Conutc permanen e es d cada Congreso d . deberan en el trancurso e ' Los representantes de ca a pais, t en contacto el Comit Permanentr. designar el Delcgado Nacional con cl que es ara. I"nan las invitaciones recibidas d da Congreso se exam . . t En el transcurso c ca diente detcrnunacwn a es c para el Congreso siguiente y se cada pais, en las condiciones respecto, por la "General c e ega previstas por cl artlculo 6 A 3o _ Comit de organizacion. RT. • • • 1 g do por c t asegurada por un Conutc c e 1 La organizacion de :e organizacion elaborara el reglamento el pais, donde debe tener ugar.gado de organizar y debera darlo a conoccr a los d 1 Congreso, que esta encar . . . t de su inscripcc1on defimhva. nuembros an es ART. 4 o. lJfiembros del Congreso. . de tres cateaorias de miembros : El Congreso an las n ersonas que tinen derecho a .parte Miembros l Conireso, enviar comunicaciones y receblr las en todas las mamfestacwnes e publicaciones. . os seran las personas que no asistiendo al Miembros echo a enviar comunicaciones escritas y a recibir las Congreso, tendran cr corn unicaciones.

PAGE 54

on d 1 Il : r 1 r 1 J; r '1 ! 1, 1.: '1 1 =i, 1 1:' 1 i''' ,., ii' 1.! , 1! ! i 1 :1 1 :1 1 1 1' 1 1 :1 ; 1 106 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE Las personas acompaiiantes de los miembros participantes, parientes y amigos, tendran derecho a tomar parte en todas las manifestaciones del Congreso, sin recibir, no obstante, las publicaciones ni poder presentar comunicaciones. ART. 5o. Comisiones de es.tudio. Se constituiran Comisiones de estudio para resolver los problemas concernientes a la espeleologia, que impliquen una colaboracion internacional. Estas Comisiones seran elegidas por las Secciones con reserva de ser ratificadas por la Asamblea General. Durante el Congreso comunicaran sus informes al .Comit Permanente, el cual asegurara su transmision al Comit de organizacion del Congreso siguiente desde el momento en que est regularmente constitutido. ART. 6.Asambleas generales. En todo lo que concicrnc a Jas cucstioncs cicntificas, tccnicas, turisticas o dcportivas, cada miembro participante regularmcnte inscrito y presente en eJ Congreso, tendra dcrecho al voto. Para las cuestiones de orden administrativo, el voto sera por paises tcniend'> cada pais una sola voz y voto en su delegado oficial. ART. 7o. -Lenguas oficiales. Las lenguas oficiales son : el francs, el ingls, alcman, espaiiol, italiano y ruso. No obstante, las comunicaciones deberan Jlevar obligatoriamente un resumcm redactado en francs o en ingls. ART. go. Publicaciones. Los trabajos de cada Congreso, se publicaran lo antes posible, despus de la clausura del mismo. Comprenderan Jas comunicaciones hechas en el Congreso, las discusiones a que hayan dado Iugar y la Memoria general sobre las actividades del Congreso. El envio y aun la presentacion de comunicaciones al Congrcso, no implican el derecho a su publicaCion. El Comit de organizacion del Congrcso juzgara sobre la oportunidad de las publicaciones. ART. go. -Modificaciones de lo . ., estalutos. Toda proposicion de modificacion de los Estatutos de los Congresos, debe ser sometida por escrito al Comit permanente por lo mcnos tres mescs antes de comenzar cl Congreso siguicnte. El Comit permanente propondra a la Asamblca general en el momcnto de la apcrtura del Congreso, la formacion de una Comision de estudios de Estatutos encargada de examinar las modificacioncs propuestas. ART. 10. En caso de contestacion dara sohunente f cl texto frncs. APPENDICES 107 4 • • Texte Italien' STATUTO DEI CONGRESSI INTERNAZIONALI DI SPELEOLOGIA ART. 1 o.-Scopo. di Spele_ologia hanno per scopo Io studio e la 1 Congressi le queshoni scientifiche, tecniche, economiche e discussione in c?munell I spu propriamente delta cd alle scienze cd aiuridiche relative a a :pplicazioni connesse. C 'lalo ]'Jeimanente e sessioni. ART. 20.-Ontl • • . r di s JeleoJoaia hanno luogo, di regola, ogm quattro I Congressi del Comitato il .qua le ha anni. Essi sono org.amzzah s t . e di amministrazione, ed e composto dl quattro funzione soltante dl collegamen o membri : . t '1 Segretario Generale del Congresso uscente ; 11 Pres1den e e 1 -. te e il Searetario Generale del Congresso seguente. Comitatot) permanente il Presidente del Congresso uscente. Presi en e . . ciascun Paese dovranno, nel corso di ogni I rappresentanh dt. 1 . '1 Comitato permanente rester in relazwne. . deJeaato nazwna e con cm I . designare I . sso ven ono esaminati gli inviti pervenuh Nel corso dt ctascun ' di g essi decide l' Assemblea Generale 'dei '} C ngreSSO SUCCeSSlVO, e SU , 6 tenere 1 • 0 • azione nei modi previsti dall art. delegati dl ciascuna n ' o _ Comitato organizzativo. ART. 3 . . . . un Con resso assunta da un eletto da.l L'organizzazwne di . stesso. Il Comitato orgamzzahvo Paese in cui dcve tenersi I so che si assunto di organizzare, e dovra ar o il regolamento del Con_gres della !oro iscrizione definitiva. conoscerc ai membri prima A 4o .Membri del Congresso. . RT. • d 3 categorie di membn : Il Congresso compren e d' 'tto di IJrender parte a tutte le manifes-. t. che han no Iri bi' .. i . Membri Parteczpan z, nicazioni e ricevere le pub tcazwn ' d'inviare comu 1 tazioni del Congresso, . tono cffettivamente al Congresso, ma Ianno M.embri aderenti, che ct di ricevere le pubblicazioni ; , icazwm sci I diritto d'inviare comun

PAGE 55

m 1 1 1 1 : 1 ! 1 : 1. 1 1 il' 1 1. 1 1, 1 1 1 1 li 1 1 1 i 1 .1 108 PREMIER CONGRS ll'\TERNATIONAL DE SPLOLOGIE Persane accompagnatrici (parenti o amici) dei membri partecipanti, che hanno diritto di prender parte a tutte le manifestazioni del Congresso, ma senza poter presentare comunicazioni n ricevere le pubblicazioni. ART. 5.Commissioni di studio. Vengono istituite Commissioni di studio per i problemi che si legano alla speleologia erichiedono una collaborazione interna_zionale. Queste Commissioni \engono elette dalle sezioni con riserva di ratifica da parte dell' Assemblea Generale. Nell'intervallo fra i Congressi esse comunicano i loro rapporti al Comitato permanente, che ne assicura la comunicazione al Comitato organizzativo del Congresso seguente appena esso sia regolarmente costituito. ART. 6.Assemblee Generali. Per tutto cio che riguarda questioni scientifiche, tecniche, turistiche o sportive, ogni membro partecipante regolarmente iscritto e presente al Congresso avr diritto al voto. Per le questioni di ordine amministrativo, la votazione si far per Paesi, ciascun Paese disponendo di un voto da parte del suo delegato ufliciale. ART. 7n. -Lingue ufficiali. Le lingue utnciali sono : il francese, I'inglese, il tedesco, Jo spagnuolo, l'italiano, il russo. Tuttavia, le comunicazioni dovranno essere obbligatoriamente accompagnate da un riassunto redatto in francese o in inglese. ART. so. -Pubblicazioni. . Gli Alti di ciascun Congresso sono pubblicati al pi presto possibile dopo la cluusura del medesimo. Essi contengono le comunicazioni fatte nel corso del Congresso, le discussioni a cui queste hanno dato luogo, e infine un rapporto generale sulle attivit del Congresso. L'invio ed anche la stessa presentazion(' di comunicazio.ni al Congresso non costituisce automaticamente diritto alla Ioro pubblicazione. Il Comitato organizzalivo del Congresso resta solo giudice della opportunit della pubblicazione. ART. go. Modi{icazioni dello statuto. Ogni proposta di modifica dello statuto dei Congressi deve essere sottoposla in iscritto al Comitato permanente almeno 3 mesi prima dell'apertura del Congresso seguente. II Comitato permanente proporr ali' Assemblea Generale, in occasionc dell'apertura del Congresso, l'istituzione di una Commissione di studio dello statuto, incaricata di esaminare le modifiche proposte. In caso di contestazione, far fede soltanto il testa francese. APPENDICES 109 2. -LISTE DES DLGUS PARTICIPANT AU PREMIER CoNGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE Al ... LEMAGNE FRANK Helmut ScHUSTER Friedrich AUTRICHE AnEL Gustav BAUER Fridtjof OEI>L Fritz TRIMl\L Hubert BELGIQUE ANCJAUX DE FAVEAUX :\liche) :\'lAGOS Bernard DANEMARK :\luNCK (i\'Irs) ESPAGNE ELOSEGUI Jesus EsPANOL CoLL Franois LLOPIS LLADO Nol 1\fATEU Joaquin PLA SALVADOR Gonzalo ETATS-UNIS Hohlen-Forschungsabteilung des H. H. V., Laichin gen (Rpublique Fdrale Allemande). Hohlenforschung Nordhausen Harz (RpubJique Dmocratique Allemande). Landesverein fr Hohlkunde in Salzburg. S l :ologisches Institut beim Bundesministerium pc .l • 1 f v fr Land-und-Forstw1rtsc 1a t, 1enne. Eisriesenwelt Ges. m. b. H., Salzburg. Verband osterreichischer Hohlenforscher. Fdration Splologique de Belgique. Splo-Club de Belgique. :\lin. Geol. Institut-:Mineralogisk :\fuseum. Sociedad de Ciencias Naturales Aranzadi . Instituto Espafi.ol de Entomologia, .Madrid, et .Museo de Ciencias Naturales, Barcelona. lnstituto de Geologia de la Universidad de Oviedo. Consejo Supcrior de Investigaciones Cientificas. Centro Excursionista de Alcoy. National Speleological Society. I)E BELLAim-PIETRI Eugenio l . l S . t\' National Speleo ogtca oc1e MANSFIELD Chrissey V. (Mlle)

PAGE 56

-=-1 1 1 1 1 1 i \ 110 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE FRANCE AGERON Pierre BION Pierre BoNNET Andr BouQUET Christian DE BRTIZEL Pierre Du CAILAR .Jacques CARR Jean CATHALA :\farguerite CHEVALIER Pierre CoND Bruno DuRET Jean GzE Bernard Gmv Joseph DE J OIJY Robert LAURS Maurice DE LAVAUR Guy Jean MAURAS Henri :\fAUVISSEAU .Jean PERPIJ..Lou Aim PIERRET Bernard PLISSON Jean-Louis RouJRE Jacques TROMBE Flix VANDEIJ Albert VERDEII.. Pierre Algrie BEUN Andr JAMBERT Guy SPRINGINSFEU> .Jacques Maroc REYMOND Andr Comit Dpartemental de Splologie de la Drme. Socit Splologique et Prhistorique de Bordeaux. Splo-Ciub Alpin Languedocien, 1\IontpeJlier. Socit de Splologie et Prhistoire du Gard-Ardche. Club :\'!artel de Nice. Splo-Ciub Alpin Languedocien, 1\IontpeJiier. Institut Gographique National. Socit :\Iridionale de Spologie et de Prhistoire de Toulouse. Socit Splologique de France, Paris. Laboratoire de Zoologie Gnrale de la Facult des Sciences de Nancy. Socit Splologique de France, Filiale de Cannes. Socit Gologique de France, Paris. Splo-Club de la Noire et de I'Espinouze, :\fazamet (Tarn). Socit Splologique de France, Paris. Splo-Ciub de :Montpellier. Splo-Club de Paris. Splo-Club de Roquecourbe (Tarn). Socit :Mridionale de Spologie et de Prhistoire de Toulouse. Centre National de Splologie des Scouts de France, Paris. Socit de Gographie de Paris. Splo-Club de Prigueux. Splo-Club de Touraine. Splo-Ciub des Grands Causses, :Millau (Aveyron). Commission de Splologie du Club Alpin Franais. Socit :Mridionale de Spologie et de Prhistoire de Toulouse. Section Narbonne-Corbires du Splo-Club de 1' Aude ct de J'Arige. Section de Splologie du Club Alpin Franais (Alger). Groupe SpJologique de Bougie-Constantine. SpJo-CJub d'Oranie. Institut Scientifique Chrifien, Rabat. 1 1 1: '1 l. :1 1, li L APPENDICES 111 GRANDE-BRETAGNE RAILTON C. Lewis RAILTON l\farjorie \VARWICK Gordon-T. GRECE CHADJISSARANTOS Charilaos KANELLIS Antoine PETROCHILOS Jean ITALIE ANELLI Franco BIANCHERI Elvira (Mlle) BINDA Augusto ConnE Enzo CoNci Cesare FRANCHETTI Carlo FRANCISCOLO :Mario GALVAGNI Antonio GoRTANI :Michle STEGANO Giuseppe PATRIZI Saverio PAVAN .Mario RuFFO Sandro F. T. T. (TriesleJ BoEGAN Bruno FINOCCHIARO Carlo ::\fAUCCI \Valter LIBAN ANAVY Albert Cave Rescarch Group of Great Britain. Cave Research Group of Great Britain. Peakland Archeological Society. Club Alpin Hellnique. Club Alpin Hellnique. Etat, Socit Splologique. Hrce, Groupe Splologique de l'Association Pan. Consiglio Nazionale delle Ricerche, Universita Bari. Gruppo Speleologico Ligure A. Issel )) ' Genova. Gruppo Speleologico Comasco, Como. Gruppo Speleologico Ligure A. Issel )) ' Genova. Istituto di Zoologia, . Grotte della Societa Alpinisti Trento. Circolo Spcleologico Romano, Roma. Socit Entomologique Italienne, Genova. Gruppo Speleologico Ligure A. Issel )) ' Genova. G Otte Societa Alpinisti Tridentini, Trento. Gruppo r . . . Consiglio Nazionale delle Ricerche, Umverslta di Bologna. Societa Gcografica Italiana, Roma. Circolo Speleologico Roinano, Roma. Universita de Pavia. Museo Civico de Storio Naturale di Verona. Societa Alpina delle Giulie (Sezione Socicta Alpina delle Giulie (Sezione .di Trieste). Societa Adriatica di Scienze Naturah. Splo-Ciub du Liban. NOUVELLE-ZELANDE ATKINSON Clive New Zealand Speleological Society. / •,/'

PAGE 57

i Il j: ! 1 :1 i. '1 1' ! i 1 ' 1 1 112 PREl\IIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE SUISSE AunETAT Maurice GROBET Andr RoTH Charles STRINATI Pierre VENEZUELA DE BELLARD-PIETRI Eugenio YOUGOSLAVIE PRETNER Egon SAVNIK Roman Socit Suisse de Splologie. Socit Suisse de Splologie. Socit Suisse de Splologie. Socit Suisse de Splologie. Sociedad Venezolana de Ciencias Naturales. Hpublique Fdrative Populaire de Yougoslavie. Rpublique Fdrative Populaire de Yougoslavie. Al'PENDICES 113 3. -LISTE DES MEMBRES nu PREMIER CoNGRs INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE Abrviations : P = l\Iembre participant Ac = Personne accompagnatrice. Ad Membre adhrent ALLEMAGNE (Rpublique Fdrale) P FRANK Helmut P SATow Otto Hindenburgstrasse, 26, Laichingen (\Vrtemberg). Borussiastrasse, 50, Berlin-Tempelhof. ALLEMAGNE (Rpublique Dmocratique) Ad RICHTER Martin Ad RoEsCH Erich Ad ScuusTER Friedrich AUTRICHE P -ABEL Gustav P BAUER Fridtjof Ac :\loROKUTTI Albert P EDL Fritz P TRil\IMEL Hubert BELGIQUE p ANCIAUX DE FAVEAUX l\lichel P l\IAGOS Bernard DANEMARK P MuNcK Sole (Mrs) Gerberstrasse, 22, Pssneck (Thringen). Freiherr von Steinstrasse, 5, Nordhausen (Harz). Jahnstrasse, 40, Nordhausen (Harz). :Maxglan, Stieglstrasse 3, Salzburg. SpeHiologisches Institut, Hofburg, Bettlerstiege, \Vien I. c/ o EDL Fritz, Rathausplatz 4, Salzburg. Rathausplatz 4, Salzburg. Favoritenstrasse 237/9/4, \Vien X. Abbaye de :Maredsous, par l\faredret. 36, Avenue de l'Yser, Bruxelles 4. Mineralogisk Museum, Oster Voldgade, 7, Koben havn, K.

PAGE 58

1 ' 1 1' 1. l l' '1 , .... 114 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE ESPAGNE P -DIAZ DE EsPADA Pedro P ELOSEGUI Jesus Ac ELOSEGUI (Mme) P EsPANOL CoLL Franois Ac ESPANOL COLL (l\fme) P LLOPIS LLADO Nol P MATEU Joaquin Ad :\fONTORIOL Pous Joaquin P PLA SALVADOR Gonzalo Ad -Seccion de Espeleologia del Grupo Aranzadi FRANCE Mtropole P AGERON Pierre Ad -AUDIBERT Jacques Ad BALSAN Louis Ad -BANCAL Andr P -BIDEGAIN Jos P BION Pierre Ad -BLUM Bernard P BONNET Andr P -BouQUET Christian P -BRETIZEL Pierre DE P -CAILAR Jacques DU Ac -CAILAR (Mme J. Du) P -CARR Jean Ad -CARRRE Fernand P CASSAGNAU Paul P CASTERET Norbert P -CATHALA Marguerite (MUe) Ad -CA v AILL Albert P CHALON Marcel P CHAPPUIS Pierre-Alfred Ac CHAPPUIS (Mme) Ad CHATELUS Georges P -CHEVALIER Pierre Ad CIRY Raymond . ....... Calle Urbieta 13, San Sebastian. Bordalaborda, Pasajes de San Juan (Guipuzcoa). l\fuseo de Ciencias Naturales, Apartado de Correos 593, Barcelona. Instituto de Geologia, Universidad, Oviedo. Instituto de Aclimatacion, Almeria. 339 Diputacion, Barcelona. c/o Pintor-Casanova 22-3, Alcoy (Alicante). ::\luseo de San Telmo, San Sebastian. 23, Rue de Mulhouse, Valence (Drme). 1, Rue Aristide Ollivier, :\'fontpellier (Hrault). 2, Rue de Laumire, Rodez (Aveyron). Laroque (Hrault). 11, Rue des Cordeliers, Pau (Basses-Pyrnes). 103, Rue Delord, Bordeaux (Gironde). 32, Rue du Dragon, Paris (6"). Uchaud (Gard). Foussignargues, par Gagnires (Gard). 20, Rue Nungesser et Coli, Svres (Seine-et-Oise). 1, Rue Barthez, Montpellier (Hrault). 1. G. N., 2, Avenue Pasteur, Saint-Mand (Seine). Laboratoire souterrain du C.N.R.S., Moulis (Arige). 41, Rue Frdric Estbe, Toulouse (Hte-Garonne). Domaine de MourJon, St-Gaudens (Hte-Garonne). 19, Rue Pons, Toulouse (Haute-Garonne). 176, Quai Adolphe Poult, Montauban Garonne). 1, Rue Pasteur, Boulogne-sur-Seine (Seine). Laboratoire de Zoologie, Facult des Sciences, Alles Saint-Michel, Toulouse (Hte-Garonne). Institut Franais du Ptrole, 4, Place Bir-Hackeim, Rueil (Seine-ct-Oise). 36, Rue \Valdeck-Rousseau, Lyon (Rhne). Laboratoire de Gologie, Facult des Sciences, 51, Rue Monge, Dijon (Cte-d'Or). P CoiFFAIT Henri Ac CoiFFAIT {l\'lme) P CoLAS Guy P COND Bruno Ad -CoNDUCH Louis Ad -CoUDERC Jean P -DERIBR Maurice P DEROUET Louise (Mlle) Ad DRAPPIER Roger Ad -DnEsco Edouard P Dunois Paul Ad -DUCHENET A. Ad DucHENET B. Ad -DucRos Andr Ad DuFOUR Yves P -DURET Jean Ac DunET (Mme) P -ERTAUD Jacques P FAGE Louis APPENDICES 115 Facult des Sciences, Alles Saint .. l\fichel, Toulouse (Haute-Garonne). ::\lusum National d'Histoire Naturelle, 45 bis, Rue Buffon, Paris (5e). Laboratoire de Zoologie, Facult des Sciences, 30, Rue Ste-Catherine, Nancy (Meurthe-et-Moselle). 28 Rue Sedaine, Paris (11"). 9, 'Rue Poitevine, Montpellier (Hrault). Cie des Lampes Mazda, 29, Rue de Lisbonne, Paris (8"). 8 , Rue Humblot, Paris (15"). 62 , Rue Regnault, Paris (13"). 30 Rue Boyer, Paris (20e). 15: Rue Saint-Firmin, Montpellier (Hrault). 20, Rue Beautreillis, Paris (4"). 20 Rue Beautreillis, Paris (4"). 12: Rue Charles Amans, (Hrault). 3 Impasse de l'Avenir, Bagnolet (Seme). '. T N D des Anges Le Cannet (AlpesVIlla any, .' Maritimes). 146, Boulevard du :\lontparnasse, Paris (14"). . Z l . Musum National Laboratoire de 00 ogle, Buffon d'Histoire Naturelle, 61, Rue de ' Paris (5e). Rh" ) 175 Boulevard National, Marseille (B.-du-one . p p p 12, 'Rue Lacretelle, Paris (15"), . . • d Golo tic Institut Natwnal Agro Laboratmre e gel' d Bernard Paris (5 .. ). Ad -GAJAC Jean P GARGUILO Henri Ad -GZE Bernard Ac GZE (Mme) p -GINET Ren Ad GINS Georges P -GIRY Joseph p _ GLAON Sylvie (Mlle) p GoGUYER-DESSAGNES Claude Ad GuRIN Henry-P. p _ GunoN Jules p _ HENROT Henri p _ lcHAC Marcel // nomique, 16, Rue au e . ' 20 Avenue Paul Appell, Paris (14"). 22', Avenue Victoria, Paris (l"r) .. 'f ls (Lozre). Boulevard de Chambrun, J.f arveJO . Faculte des Sciences, Laboratoire de ZooloBgie, d Lyon (Rhne). 16. Quai Claude ernar ' . 5 Rue Ed. Nortier, Neuilly (Seme). ' E e (Hrault). Cur Nissan-les-nscrun d Raspail, ' . 105 Boulevar Laboratoire d'EvolutiOn, ' Paris (6"). • t L e) . Cholet (Mame-e mr . 5, Rue Bretonnaux, p is (14"). lcvard :Montparnasse, ar 146, B?u .. t l'Energie Atomique, 69, Rue de Comnussaria . ( 7") Varenne, Paris . . 5, Rue Ancelle, Neuilly " 179, Boulevard Preire, Pans (17 ).

PAGE 59

1 ii i' 1 1 1 : 1 1 1 li Il .1 116 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE P -JEANNEL Ren Ac -JEANNEL (:\'Ime) Ad -JEUNE Henri p JOLY Robert DE Ad Labo:a,to.ire d.e Gographie de 1 Umversit de Rennes Ad -LANTA :\'larcel p -LAuRs :\laurice Ac LAURS (:VIme) P LAVAUR Guy DE Ac LAVAUR (:\fme G. DE) p -LE :\lAsNE Georges P LVI Robert Ad -LoESCHNIGG Ren DE p LORIOL Bernard DE P :VIAGN Andr P :VlAGN Jean P :\lAURAS Henri Ad :\IAUVISSEAU Jean P :\'IERWART Emile Ad :VhcHELIN (Pneus) p ::\hCHELIN (Service de Tourisme) Ad :VIoRACCHINI Jean Ad -NGRE Jacques P Nom .Jean p pALES Lon Ad PARANT :\fax Ad PELLETIER Roger p PERPILLOU Aim Ac PERPILLou (.:\fme) Ad PEY Alain p p Ad p p PIERRET Bernard PrJrssoN Jean-Louis HAYNAUD Henri RENAULT Philippe RouiRE Jacques Ac RouiRE (Mme) Ad RoussEAU Pierre p SCHOELLER Henri Laboratoire d'Entomologie ''lu . d'H' , scum National NatureiJc, 45 bis, Rue de Buffon, Paris (5"). 5, Rue Feydel, Cahors (Lot). Vchaud (Gard). Place Hoche, Rennes (Ille-et-Vilaine). Roquecourbe (Tarn). Sous-Prfecture, :\lauriac (Cantal). 10, Hue Poussin, Paris (16"). Laboratoire d'Evolution 105 Boulevard Raspail, Paris (6"). ' ' 0, Rue de Normandie, Courbevoie (Seine). a, Square Servan, Paris (2e). 12, Huc Chancelier de l'Hopital, Dijon (Cte-d'Or). Roquecourbe-sur-Agout (Tarn). Roquecourbe-sur-Agout (Tarn). !>7, Chemin des Fontanelles, Toulouse (Htc-Gne). 28, Avenue de Neuilly, Neuilly-sur-Seine (Seine). Les Lianes, Fontainebleau (Seine-ct-:\Iarne). !>7, Boulevard Preire, Paris (17"). 07, Preire, Paris (17"). l 0, Impasse Jean Gitton, Saint-Pierre-des-Corps (1.-ct-L.). 5 • Huc Courdaloue, Paris (9•). l l • Hue Creuz, Chtellcraut (Vienne). :\fuse de l'Homme, Palais de Paris (16"). 30, Rue Grosjean, Vesoul (Haute-Sane). 2 • Boulevard Henri IV, Paris (4"). Peyzac-le-Moustier, par Les Eyzies (Dordogne). 49, Rue Louis Braille, Tours (Indre-et-Loire). 35, Rue Legendre, Paris (17e). Laboratoire de Gologie, Institut Catholique, 21, Rue d'Assas, Paris (6"). Bureau Recherches ct Gophysi ques, 69, Rue de la VICtoire, Paris (9"). 6, Rue de Cormery, Saint-Avertin (Indre-et-Loire). des Sciences, 20, Cours Pasteur, Bordeaux (Gironde). ( Ad SRONIE-VIYIEN Roger Ad -STERLINGOTS Charles Ad THORAL :Marcel Ad -TINTANT Henri P TROMBE Flix p V ANDEL Albert P VERDEII .. Pierre p "' ATIER :Marcel Algrie P -AuBERT Pierre p -BELIN Andr p -BIREBENT Jean p .lAMBERT Guy p SPRINGINSFELD .Jacques A. O.F. p REILLER Lucien Maroc p REYltiOND Andr Ac REYMOND ()lme) Ad -Socit Splologique du :\'Iaroc Sa1re P -HussoN Roger Ac -HussoN (1\'lme) Viet-Nam P CASSAN Henri Ac. CASSAN (Mme) GRANDE-BRETAGNE P RAII..TON Courtenaye L. P TURNER Derick P 'VAR\V'ICI{ Gordon Thomas Ac \VARWICK (Mme) APPENDICES 117 73, Cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux (Gironde). 6, Rue des Lions, Paris (4"). Facult des Sciences, 16, Quai Claude Bernard, Lyon (Rhne). Laboratoire de Gologie, Facult des Sciences, 51, Rue :\longe, Dijon (Cte-d'Or). Institut de Chimie, 11, Rue Pierre Curie, Paris (5"). Facult des Sciences, Alles Saint-:\lichel, Toulouse (Haute-Garonne). 15, Rue .Jean .Jaurs, Narbonne (Aude). Bournty, Uzs (Gard). Station Exprimentale des Cheurfas, Saint-Denisdu-Sig, Oran. 1, Rue Henri Alexandre, Alger. Villa Azzi, Cap Caxime, Alger. 6, Place de Gueydon, Bougie (Constantine). Arodrome Civil de la Snia, Oran. Trsor, Niamey, Niger. Institut Scientifique Chrifien, Avenue Biarnay, Rabat. Syndicat d'Initiative, Boulevard de la Gare, Casablanca. 1, Planckstrasse, Sarrebruck 3. 136, Rue de la Providence, Toulouse (Hte-Garonne). 12 Chester Raad, North, Sutton Coldfield, \Var wickshire. 76 Nelson Street, Patricroft, Eccles, Manchester. 60 Spring l...Qne, Erdington, Birmingham 24.

PAGE 60

118 PREl\IIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE GRECE P -CHADJISSARANTos Charilaos P -KANELLIS Antoine Ad MISTARDis Gaspard P PETROCHILOS Jean Ac PETROCHILOS (Mme) HONGRIE Ad DuniCH Andr ISRAEL Ad SHALEM N. ITALIE P -ANELLI Francesco Ac -BALDIERI Aulo Ac BARDZKY Eugenio Ad BENSA Paolo P -BIANCHERI Elvira P -BINDA Augusto Ac CERRUTI Marcello Ac -CHERCHI Maria (Mme) Ad -Circolo speleologico e idrologico Friulano P -ConnE Enzo Ad -CoNCI Cesare Ad FERUGLIO Egidio P -FRANCHETTI Carlo P FRANCISCOLO Mario Ac FnANCISCOLO (Mme) P GALVAONI Antonio Ac -GHERSI RICCI Michelina (:\fm") Ac -GJLARDI Giovanni P GonTANI Michele Ad -Gruppo Speleologico Marchigiano Ad -Istituto geologico di Torino P -LEALE ANFOSSI l\Hlli C\ime) A LIPPI-BONCAMBI Cesare c/o Club Alpin HeJinique, 4, Rue Char. Trikoupi, Athnes (K). c/o Club Alpin HeJinique, 4, Rue Char. Trikoupi, Athnes (K). Rue Sapfo 175 -Tinion 2 -Kallitha, Athnes. 35, Rue de Constantinople, N. Smyrne, Athnes. Puskin U. 3, Budapest VIII. P. O. B. 7013, Jrusalem. Grotte di Castellana, 3, Via Volturno, Bari. c/o PATRIZI Saverio, 51, Piazza Farnese, Roma. c/o PATRIZI Saverio, 51, Piazza Farnese, Roma. Corso Carbonaro, 10, Genova. Salita San Gerolamo 8/9, Genova. Via G. Broggi 22, Milano. c/o PATRIZI Saverio, 51, Piazza Farnese, Roma. c/ o ConnE Enzo, Via O. Cancelliere, Genova. Via B. Stringher 14, Udine. Via O. Cancelliere 40, Genova. Istituto di Zoologia deli'Universita, Via Balbi 5, Genova. Istituto Geologico, Palazzo Carignano, Torino (209). 36, Via Gregoriana, Roma. Via Pagano Doria 10/4, Genova. Via Vaiiunga, 15, Rovereto (Trento). c/0 :Mme LEALE ANFOSSI Milli, Corso Solferino 9-5, Genova. c/o BINDA Augusto, Vie G. Broggi 22, Milano. Istituto di Geologia, Via Zamboni 63, Bologna. Via Pontelungo 265, Ancona. Universita, Palazzo Carignano, Torino (209). Corso Solferino, 9-5, Genova. Direttore Istituto Geologia Applicata alla Facolt di Agraria, Universit degli Studi, Perugia. P Paola (Mlle) Ac MICHIELBTTO :Marisa (Mme) P -PARENZAN Pietro P PATRIZI Saverio P PAVAN Mario Ac PAVAN (iMme) Ac -PIGHETTI Galileo p -R UFFO Sandro P SANFILIPPO Nino Ad STEGAGNO Giuseppe Ac -ZANERA Franco P ZANONI Giuseppina (Mme) F. T. T. (Trieste) p BOEGAN Bruno Ac -BoEGAN (Mme) Ad _ Club Alpinistico Triestino p _ FINOCCHIARO Carlo Ac FINOCCHIARO (Mme) Ad -Istituto di Topografia Ad JunzA Mario p :\IAUCCI 'Valter Ad PoLLI Silvio Ac PuniNI Angelo JAPON p -FUYUJI TAKAI Ad -HAJIME Tonn Ad • M.Asuzo UENO Ad TAIJI biAMURA Ad _ TEISO EsAKI LIBAN p _ AN A vv Albert NOUVELLE-ZELANDE p ATKINSON Clive APPENDICES 119 Via Mascheroni 18, Milano. c/o SANFILIPPO Nino, Via Leonardo l\fontaldo 29/4, Genova. Via C. Rossaroll 95, Napoli. Piazza Farnese 51, Roma. Istituto d' Anatomia Comparata, Universit, Pa via. c/o PATRIZI Saverio, Piazza Farnese 51, Roma. Museo Civico di Storia Naturale, Lungadige Porta Vittoria 9, Verona. Via Leonardo Montaldo 29/4, Genova. Via Gazzera 23, Verona. c/o PA1'RIZI Saverio, Piazza Farnese 51, Roma. Universita, Via Balbi 5, Genova. Societa Alpina delle Giulie, Via Milano 2, Trieste. . G otte C Debeljak ' Vicolo Ospedale Sezwne r • Militare, 2, Trieste. . Socicta Alpina delle Giulie, Via l\Ulano 2, Tneste. Universita, Via dell'Universita, 7' Trieste. . Socicta Alpina delle Giulie, Via 1\filano 2, Trieste. Via dell'Annunziata 7, Trieste. Universita, Trieste. Societa Alpina delle Giulie, Via Milano 2, Trieste. Geological Institute, Faculty of Science, Tokyo University, Tokyo. 7 '"ukai-Sho Suginami-Ku, Tokyo. . K ' SI . Shiga en. Otsu Hydrobiological Station, Otsu (Hok. . •t Asalugawa Hokkaido Gakugei Umversi y, ' kaido). . Fukuoka. Facult d'Agriculture, Kiushu Umversi y, Professeur l'Universit Amricaine, Beyrouth. Speleological Society, 38 c/o New-Zealand Mount Albert, Auckland Harlston Road, s. ,v. 2

PAGE 61

.1 'i 120 PREMIER CONGRS INTERNATIONAL DE SPLOLOGIE PAYS-BAS P EsCHER Berend PORTUGAL Ad -GIL DA CosTA Anibal SUEDE P -LINDBERG Knut SUISSE P AUDETAT :Maurice Ac CHOLLET :\Ionique Ac DELAVY Edouard P -GRAF Jean-Paul P GRODET Andr Ad Konv F. E. Ac RoLLI Andr Ac RossiER .Jacques P RoTH Charles P STRINATI Pierre TCHECOSLOVAQU JE Ad SKUTIL Joseph U.S.A. Ad LANSING Elizabeth C\,lrs) P :MANSFIELD Chrissy C\lrs) Ad .:\'fEYERSTEIN Albert P 'VRISLEY Robert VENEZUELA P BELLARD-PIETRI Eugenio DE YOUGOSLAVIE .P PRETNER Egon P SAVN Roman Laboratoire de Gologie, Universit, Garenmarld, 1 b, Leiden. 18, rua do Ouro, Lisboa. 5, Gladstonvgen, Lund. 51, Avenue de France, Lausanne. c/o RoTH Charles, 14, Rue de l'Arquebuse, Genve. c/o GROBET Andr, Plattaz, Sion (Valais). La Chaumire, Leysin (Vaud). Plattaz, Sion (Valais). 6, Rue Feierabend, Ble. c/o GROBET Andr, Plattaz, Sion (Valais). c/o GnoBET Andr, Plattaz, Sion (Valais). 14, Rue de l'Arquebuse, Genve. 9, Chemin des Cottages, Genve. Novobransl
PAGE 62

r, r /) p t l<'!ffLI 1 /l"imt•slr<' J!l5f> .-\u ni : l ll :s, :\lillau (.\,cyron)


printinsert_linkshareget_appmore_horiz

Download Options

close

Download PDF

temp: no images or image is ohp thumbnail.


Cite this item close

APA

Cras ut cursus ante, a fringilla nunc. Mauris lorem nunc, cursus sit amet enim ac, vehicula vestibulum mi. Mauris viverra nisl vel enim faucibus porta. Praesent sit amet ornare diam, non finibus nulla.

MLA

Cras efficitur magna et sapien varius, luctus ullamcorper dolor convallis. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Fusce sit amet justo ut erat laoreet congue sed a ante.

CHICAGO

Phasellus ornare in augue eu imperdiet. Donec malesuada sapien ante, at vehicula orci tempor molestie. Proin vitae urna elit. Pellentesque vitae nisi et diam euismod malesuada aliquet non erat.

WIKIPEDIA

Nunc fringilla dolor ut dictum placerat. Proin ac neque rutrum, consectetur ligula id, laoreet ligula. Nulla lorem massa, consectetur vitae consequat in, lobortis at dolor. Nunc sed leo odio.